Réseaux citoyens de St-Etienne
Accueil Qui sommes-nous Nous contacter Nous aider Plan du site Admin
   
Vous êtes ici : Agriculture paysanne > Avec les paysans, pour le droit au revenu, à Vienne le 27 octobre
A la une
Agenda
Albums photos
Images à la une
Envoyez la musique !
La France insoumise / Jean-Luc Mélenchon
Nous sommes Grecs
Agroécologie
Agriculture paysanne
AMAP et réseau des AMAP
AMAP-Saint-Etienne
L’avenir du mouvement des AMAP
Les Amap dans la Loire
FAQ - De la ferme au quartier
Collectif Zérogm42
Collectif "nourrir l’humanité"
Maison de la semence
G.R.A.I.N. / Via Campesina
Collectif Liberté Justice Palestine
Chroniques pour la Palestine
Moyen-Orient et monde arabe / Georges Corm
Réseau RESF
Réseau Solidarité Rroms
Egalité des droits / Antiracisme
Une école pour tou(te)s
Survie / Françafrique
Quelle connerie la guerre !
Collectif "personne à la rue !"
Justice sociale / Droits sociaux
Assises droits sociaux
Forum des droits sociaux
Logement
Non au CPE !
Santé
Services publics
Travail / Emploi / Retraite
Portail pour l’accès aux droits sociaux
Le travail social dans la crise
Terrain d’entente
Groupe de réflexion "travail travail !"
Réseau salariat
Ecole / Education populaire
Justice écologique
Collectif Action Climat - CLAC
Sortir du nucléaire
Démocratie
Démocratie participative
Porto Alegre/St-Etienne
Libertés
Europe
Sortir du capitalisme
TAFTA
Changer la mondialisation ?
Forums sociaux
Changer la gauche ?
Gouvernement Hollande-Ayrault-Valls
Gouvernement Sarkozy
Chronique d’une élue citoyenne
Ville de Saint-Etienne
Conseil municipal
Elections municipales 2008
C’est notre histoire
Culture / idées
Les Héroïnes
Libres paroles
Des livres, des films, des sites...
Cafés citoyens au Remue-Méninges
Atelier de philosophie
Université Populaire - Laboratoire Social / Collectif Malgré Tout
Médias
Qui sommes-nous
Réseaux/Associations
Avec les paysans, pour le droit au revenu, à Vienne le 27 octobre
Appel est lancé à rejoindre le comité de soutien à Jean-Emile Sanchez et à la Confédération paysanne
mercredi 27 septembre 2006


3% des actifs, 50% du territoire, 100% de la nourriture que nous mangeons : tout le monde est concerné par la situation des paysans.
Et aujourd’hui c’est leur avenir - et donc le notre aussi - qui est en cause. Car les revenus de la plupart des paysans ne cessent de baisser. Et c’est la possibilité de poursuivre leur travail qui se joue, maintenant. Parce que les prix auxquels les grands groupes de l’agroalimentaire et de la grande distribution achètent leurs produits ne cessent de baisser. Pendant que les profits de ces groupes ne cessent d’augmenter, bien sûr, d’ailleurs il suffit de regarder le palmarès des grandes fortunes...
Evidemment tout ceci pousse au productivisme et à l’industrialisation effrénée de l’agriculture, à l’utilisation maximale d’engrais et de pesticides, et déjà et plus encore demain si on n’y met pas un terme, des ogm... Une course à la catastrophe.
L’aberrante interdiction récente de publier la recette du purin d’ortie en dit long sur ce qu’ils sont en train de mettre en place pour pousser à cette industrialisation totale et au contrôle de tout par les grandes firmes. Il faut les arrêter.

Alors, des paysans agissent, tirent la sonnette d’alarme, pour montrer ce qui se passe et alerter la population française. Pour faire respecter leur droit de vivre de leur travail.
C’est le sens des actions symboliques menées par la Confédération Paysanne en 2005 (Voir : La Confédération paysanne est venue déposer plainte pour non assistance à paysans en danger) : des paysans sont allés "récupérer" des marchandises (yaourts etc...) dans des grands groupes de l’agro-alimentaire. Pour une valeur de quelques milliers d’euros qui n’atteint même pas ce que chaque paysan producteur de lait avait perdu de 2001 à 2004 suite à la baisse continue et totalement injustifiée - puisqu’il n’y a pas de surproduction - des prix imposés par ces grands groupes. Pour la région stéphanoise, une action avait eu lieu chez Nestlé à Andrézieux. Pour l’Isère et le Rhône, l’action avait eu lieu sur un site de transformation de Danone à Saint-Just Chaleyssin dans l’Isère. Et ces yaourts ont été distribués dans des quartiers populaires (comme le Crêt de Roch à St-Etienne, le quartier Léo Lagrange à Vénissieux...) à des familles qui, elles, paient cher, ou ne peuvent pas acheter, tous ces produits dans les grandes surfaces.

Actions symboliques, mais visiblement jugées trop symboliques et dangereuses par ces grands groupes qui ont porté plainte...
Et voilà comment Jean-Emile Sanchez, qui était alors porte parole de la Confédération paysanne, est poursuivi par Danone devant le Tribunal correctionnel de Vienne, pour quelques yaourts distribués à Vénissieux.
Il faut noter que 120 paysans avaient participé à cette action. Que 8 d’entre eux ont été longuement "entendus" par la Police tout de suite après l’action, à la demande de la Justice. Et qu’il y a un seul "prévenu", Jean-Emile Sanchez, qui lui n’a été "entendu" qu’en mai 2006. Pour les paysans comme pour toutes celles et tous ceux qui résistent à l’injustice, la criminalisation des actions collectives est à l’ordre du jour.

Jean-Emile Sanchez est poursuivi parce qu’il était porte-parole de la Confédération paysanne au moment des actions contre la baisse du prix du lait, en 2004-2005.

Et il risque gros : 5 ans d’emprisonnement et 75 000 euros d’amende. La qualification du délit a été soignée : "vol en réunion, destruction et dégradation de biens d’autrui", pour pouvoir requérir une grosse peine de prison ferme. Surtout qu’en tant qu’ancien porte parole de la Confédération paysanne, Jean Emile Sanchez a d’autres affaires sur le dos et des peines de sursis et des amendes. Il a déjà été condamné par exemple sur plainte de Lactalis à Montpellier le 18 juillet.
Evidemment, il n’y a eu aucune destruction et dégradation de biens d’autrui chez Danone. Pour le reste, c’est de la ré-appropriation (pour quelques milliers d’euros) de produits que les grands groupes ne paient plus.

De 2001 à 2004, la baisse du prix du lait par exemple correspond à une perte de 27 jours de travail non payé aux producteurs. C’est comme si les salariés s’étaient vus supprimer un mois de salaire au nom de la compétitivité de leurs entreprises ou de la fonction publique...
Alors avec ces actions symboliques menées en 2005, les paysans de la Conf ont dit en quelque sorte : "ce lait ne vous appartient pas puisque vous ne l’avez pas payé. On se le réapproprie et on le distribue dans des quartiers populaires défavorisés."
Un crime contre le système...

Bien sûr, les avocats de Jean-Emile Sanchez - dont François Roux - vont plaider sur le fond de l’affaire et en même temps dénoncer cette tentative de faire taire les paysans. Le procès va aider à faire connaître quel est l’enjeu de tout cela. D’autant que parmi les témoins pressentis, il est question de Christian Jacquiau (auteur des livres "Les coulisses de la grande distribution" et "les coulisses du commerce équitable", c’est un spécialiste de la pression de l’industrie agro-alimentaire sur les prix à la production imposés aux paysans), de Sylvia Peres (économiste), de Aïda Chouk (présidente du Syndicat de la Magistrature, qui lutte contre l’utilisation de la répression et l’instrumentalisation de la justice au service de la régression sociale), de Boualem Azahoum (de Divercités, l’association avec laquelle les produits ont été distribués à Vénissieux), de Philippe Marquet (producteur de lait de la Loire), et d’un secrétaire national de la Confédération paysanne.
Il est possible aussi que plusieurs dizaines de paysans participants à l’action se portent "comparants volontaires" aux côtés de Jean-Emile Sanchez.

C’est donc un appel à la solidarité et à la mobilisation qui est lancé pour le 27 octobre. Il s’agit bien sûr de se lever contre cette dérive actuelle, contre la répression judiciaire et policière du mouvement social. Les actions des paysans posent des problèmes auxquels la réponse ne doit pas être judiciaire, mais politique.
Mais surtout, c’est la question du droit au revenu qui sera au coeur de la mobilisation du 27 octobre. Plusieurs ateliers et débats auront lieu autour de cette question. D’ailleurs la question du revenu des paysans ne concerne pas que les paysans. D’abord parce qu’une très grande partie de la société est aujourd’hui confrontée au problème d’avoir un revenu permettant une vie digne. Et puis aussi parce que l’existence des paysans a des implications immenses sur la vie de l’ensemble de la société : sur la vie des territoires, sur ce que nous mangeons, sur notre santé etc...

Appel à rejoindre le Comité de soutien

Un appel national a d’ores et déjà été lancé avec le Réseau de convergence du mouvement social qui se réunira à nouveau le 3 octobre au siège de la Conf à Bagnolet.
Une première réunion, constitutive, du comité de soutien régional a eu lieu ce lundi 27 septembre à Vienne, avec une cinquantaine de personnes de plusieurs dizaines d’associations et organisations du mouvement social.
Ce Comité de soutien va aider - aux côtés du comité de pilotage de la Conf - à la préparation et à la tenue du 27 octobre, et exprimer sa solidarité avec les paysans et la Conf au cours de cette journée, montrant ainsi que la société soutient ses paysans. Ce comité de soutien est ouvert et va s’étoffer au fil des jours. Personnes et associations sont invité-e-s à le rejoindre !

A noter : la prochaine réunion générale du Comité de soutien aura lieu à la MJC de Vienne mardi 10 octobre de 9h30 à 12h30.

Au sein du Comité de soutien, plusieurs groupes de travail pour la préparation concrète du 27 octobre et la tenue de la journée ont été formés. On peut s’y inscrire (logistique, repas, buvette, liens avec le mouvement social, communication, diffusion etc...)

Pour rejoindre le Comité de soutien, prendre contact avec Grégoire Jasson, de la Confédération paysanne
tél : 04 75 25 21 72 ou 06 87 49 60 63
e-mail : gjasson@no-log.org

Le déroulement de la journée du 27 octobre - les temps forts

Plusieurs milliers de personnes sont attendues.

Le procès débutera à 8h30 le vendredi 27 octobre au Tribunal correctionnel de Vienne.
On peut penser qu’il durera une grande partie de la journée (audition de Jean-Emile Sanchez, de 6 témoins, plaidoiries, etc...)

En matinée la Confédération paysanne animera 3 ateliers (de 1h30 environ) qui démonteront les mécanismes de baisse des prix agricoles en prenant l’exemple de 3 filières :
-  un atelier filière lait (animée par la Conf de la Loire)
-  un atelier filière Fruits et légumes
-  un atelier filière viticole

Ces ateliers seront suivis par une séance plénière jusque vers 13h30. Compte-rendu des ateliers. Quelles sont les propositions transversales proposées pour la reconquête des prix ? Synthèse.

En début d’après midi :
-  prise de paroles des associations et organisations du mouvement social.
-  Manifestation vers 15h.
-  Prise de parole de Jean Emile Sanchez et conclusion de la Confédération Paysanne, lancement de la "campagne revenu" par la Conf.

Vers 18h à 20h, soirée et concert.

De nombreux stands sont prévus. Pour s’informer et discuter, avec des expositions...
Pour se restaurer avec des produits paysans (que l’on pourra également acheter). Un restaurant servira un millier de plateaux repas.

Dans la Loire

Dans la Loire, en complémentarité avec les initiatives préparées par la Confédération paysanne, il est souhaité que les associations et organisations qui rejoindront le comité de soutien prennent elles-mêmes les initiatives qu’elles jugeront utiles.

Les Réseaux citoyens envisagent d’organiser une réunion publique d’information et de solidarité à St-Etienne le vendredi 13 octobre à 20h30, avec la participation de paysans qui viendront témoigner de leur travail, de leurs difficultés, de leurs propositions et de leurs projets.
L’invitation sera lancée à toutes et à tous, personnes et associations et organisations du mouvement social qui souhaiteront y participer seront bienvenues. Avec la mise en place des AMAP en Loire-Sud et les discussions qu’elles permettent entre habitants des villes et paysans, une meilleure connaissance et une solidarité sont d’ores et déjà en chantier...
Cette soirée aura lieu à l’Amicale laïque du Crêt de Roch, 16 rue Royet.

Les Réseaux citoyens envisagent aussi d’organiser un car pour se rendre à la journée du 27 à Vienne. Le départ pourrait avoir lieu vers 7h de la Place Carnot, et le retour à St-Etienne vers 19h-20h. C’est en discussion...

Sur le site web de latelevisionpaysanne on peut voir un petit film vidéo sur l’action des paysans chez Danone et la distribution des yaourts à Vénissieux.


Pour contacter la Confédération paysanne :

Confédération Paysanne Rhône-Alpes
8, quai Maréchal Joffre 69002 LYON
Tel. / Fax 04 72 41 74 42 rhonealpes@confederationpaysanne.fr www.confederationpaysanne.fr



Télécharger le tract "campagne revenu" de la Conf

Télécharger le tract programme de la journée du 27 octobre - format A4

Télécharger le tract programme de la journée du 27 octobre - format A5

> Avec les paysans, pour le droit au revenu, à Vienne le 27 octobre
27 septembre 2006

 Communiqué de presse  

Création du Comité de soutien du 27 octobre

Lyon le 27 septembre 2006,

Le 18 octobre 2004, à l’appel de la Confédération paysanne Rhône-Alpes, 180 paysans se retrouvaient pour une action syndicale collective sur le site Danone à St-Just Chaleyssin (Isère). Cette action symbolique de dénonciation de la baisse du prix du lait et de la baisse de revenu des paysans conduit aujourd’hui Jean-Emile Sanchez, porte parole national d’alors, à comparaître devant le tribunal correctionnel de Vienne le 27 octobre 2006. Il sera jugé pour avoir " frauduleusement soustrait des produits laitiers au préjudice de la société DANONE France".

Ce procès sera l’occasion d’une journée nationale de mobilisation pour le " droit au revenu " et de lancer une campagne nationale sur ce thème. Le 27 octobre est donc la première étape d’une campagne sur le droit au revenu élaborée par le " Réseau des convergences du mouvement social " (voir : rcms.samizdat.net)

Afin de porter l’organisation de cette journée " le Comité de soutien du 27 octobre " a été créé le 25 septembre 2006. Ce comité, appelé à s’élargir, est aujourd’hui composé de :

-  La Confédération paysanne nationale, la Confédération paysanne régionale Rhône-Alpes, des Confédérations paysannes départementales
-  ATTAC 69
-  PAG 69
-  DiverCité
-  Réseaux citoyens de St Etienne
-  Solidaires SUD
-  Ligue des Droits de l’Homme 38

Le Comité de soutien du 27 octobre se réunira à Vienne le mardi 10 octobre prochain et appelle dés aujourd’hui les organisations du mouvement social à le rejoindre.

Pour le Comité de Soutien
Olivier Keller, Secrétaire National de la Confédération paysanne
Tel : 06.26.45.19.48

 Coordinateur : Grégoire Jasson 06.87.49.60.63
Adresse mail : gjasson@no-log.org
 
 

Répondre à ce message

Dans la même rubrique :
Rassemblement à Annecy : une agriculture pour vivre !
La ferme-usine des 1000 vaches est l’illustration d’un modèle agricole qui mène paysans et société au désastre
Comment agir concrètement contre la "mal bouffe" chez les enfants, mais aussi chez les adultes, en particulier dans les milieux défavorisés ?
9 paysans au tribunal pour avoir défendu le revenu de tous
Seule la diversité cultivée peut nourrir le monde
La Conf’ Paysanne de la Loire porte plainte contre les laiteries Sodiaal, Lactalis, Danone pour vol sur le prix du lait payé aux producteurs
"Paysans - citoyens même combat"
Occupation en cours de la multinationale Cargill par 100 paysans de la Confédération Paysanne
Nous déclarons les paysans d’utilité publique !
Demain, avec l’agriculture paysanne, faire face au changement climatique




Proposer un article | Nous contacter | Plan du site | Admin | Accueil