Réseaux citoyens de St-Etienne
Accueil Qui sommes-nous Nous contacter Nous aider Plan du site Admin
   
Vous êtes ici : Ville de Saint-Etienne > Conseil municipal > On se répète : un mauvais budget, parce que construit sans les stéphanois
A la une
Agenda
Albums photos
Images à la une
Envoyez la musique !
La France insoumise / Jean-Luc Mélenchon
Nous sommes Grecs
Agroécologie
Agriculture paysanne
AMAP et réseau des AMAP
AMAP-Saint-Etienne
L’avenir du mouvement des AMAP
Les Amap dans la Loire
FAQ - De la ferme au quartier
Collectif Zérogm42
Collectif "nourrir l’humanité"
Maison de la semence
G.R.A.I.N. / Via Campesina
Collectif Liberté Justice Palestine
Chroniques pour la Palestine
Moyen-Orient et monde arabe / Georges Corm
Réseau RESF
Réseau Solidarité Rroms
Egalité des droits / Antiracisme
Une école pour tou(te)s
Survie / Françafrique
Quelle connerie la guerre !
Collectif "personne à la rue !"
Justice sociale / Droits sociaux
Assises droits sociaux
Forum des droits sociaux
Logement
Non au CPE !
Santé
Services publics
Travail / Emploi / Retraite
Portail pour l’accès aux droits sociaux
Le travail social dans la crise
Terrain d’entente
Groupe de réflexion "travail travail !"
Réseau salariat
Ecole / Education populaire
Justice écologique
Collectif Action Climat - CLAC
Sortir du nucléaire
Démocratie
Démocratie participative
Porto Alegre/St-Etienne
Libertés
Europe
Sortir du capitalisme
TAFTA
Changer la mondialisation ?
Forums sociaux
Changer la gauche ?
Gouvernement Hollande-Ayrault-Valls
Gouvernement Sarkozy
Chronique d’une élue citoyenne
Ville de Saint-Etienne
Conseil municipal
Elections municipales 2008
C’est notre histoire
Culture / idées
Les Héroïnes
Libres paroles
Des livres, des films, des sites...
Cafés citoyens au Remue-Méninges
Atelier de philosophie
Université Populaire - Laboratoire Social / Collectif Malgré Tout
Médias
Qui sommes-nous
Réseaux/Associations
LE BUDGET 2007 DE ST-ETIENNE
On se répète : un mauvais budget, parce que construit sans les stéphanois
Nouveaux reculs des services prioritaires pour les habitants.
mercredi 20 décembre 2006, par Roger Dubien


Le budget "primitif" de la ville a été voté ce lundi 18 décembre par le conseil municipal.
On reviendra plus en détail sur ce budget. (Voir la présentation du budget 2006 faite sur ce site : pour une appropriation citoyenne du budget de St-Etienne)...
Pour aujourd’hui, voici quelques brefs points de repères...

Out la "démocratie participative".

Le premier constat à faire est que ce budget a été préparé comme les années précédentes en petit cercle, sans jamais chercher à associer les stéphanois aux choix pour la ville. C’est devenu banal de dire ça à St-Etienne, et il n’y a aucune chance que cela change un tant soi peu avec cette municipalité.
Les discours auxquels nous avons eu droit ces dernières années (et qui se sont calmés, c’est vrai ces derniers temps, parce que l’expérience est là, et aussi parce que nous avons aidé à arracher le masque), ces discours donc étaient à inscrire à la ligne "communication/propagande" du budget !
La somme de 1,5 millions d’euros inscrite en 2005 et en 2006 pour les investissements, au chapitre du service "proximité et démocratie locale", et soi-disant accessible aux projets des conseils de quartiers, se révèle une farce. On a eu ... fin 2006 le bilan 2005. C’est pour l’essentiel un récapitulatif de petites opérations qui relèvent de différents services et qui ont été faites et classées là à la discrétion des adjoints du maire.
On peut aussi se reporter à la façon dont s’est déroulée la fausse assemblée des conseillers de quartiers qui a eu lieu fin juin.
Terminé le baratin, donc. Avec cette "réponse" définitive d’A. Alfiéri, l’adjoint aux finances : "M. Dubien, vous dites chaque année la même chose en nous expliquant qu’il faut faire le budget avec les citoyens, alors que je vous dis que c’est impossible".
Donc, avec eux, rien à espérer. La confiscation du pouvoir est revendiquée. Le raisonnement est simple : ils ont été élus, ils font ce qu’ils veulent. On avait bien compris.

Pour ceux qui veulent que cela se passe autrement, le problème est sérieux, parce qu’on est bien obligé de constater que cette démarche politique n’est pas que celle de la droite. Dans les interventions des élus de la gauche institutionnelle, la démocratie participative et le budget participatif sont absents aussi. Ils exposent comment la ville devrait être mieux gérée, mais c’est toujours avec l’idée que les élus feront ce qu’ils ont à faire. Coté PS notamment, Maurice Vincent met l’accent sur la gestion financière de la ville et qualifie le budget de "catastrophique" (en soulignant par exemple que l’épargne brute - donc la capacité d’autofinancement de la ville - qui était en 2004 de 28 millions d’euros tombe à 15,9 ME pour 2007 et que l’on assiste à un redémarrage à la hausse de l’endettement), mais ne parle pas du processus de construction du budget avec ou sans les habitants (1).
En France, cette démarche est une caractéristique de la classe politique et une habitude culturelle dans la société. Une véritable chape de plomb. La démocratie participative, le budget participatif apparaissent comme peu crédibles.
Si l’on a renoncé à changer profondément la société et qu’on se limite à l’aménager aux marges, on n’a pas besoin de faire appel et de donner des moyens aux citoyens pour ce faire, à part l’appel à voter et à se faire donner le pouvoir. Après, on est bien plus peinard en gérant entre nous... Avec plus ou moins de consultation et de communication, selon les "sensibilités"...
Mais si l’on veut améliorer vraiment les choses, se donner la force de résister à l’ultra-capitalisme, transformer la société, et que ce soient les habitants qui gèrent les villes et prennent ainsi goût et capacité à gérer l’ensemble de la société, il faudra bien trouver les formes pour construire le budget de la ville avec les citoyens. Pour qu’un grand nombre de stéphanois participent à la décision des priorités.

Comment faire ? Pour le moment, à St-Etienne comme en France, le renouvellement de la démocratie patine. Probablement parce que la transformation sociale patine. Et vice versa. Il faut regarder ce problème en face...

Quelques chiffres sur le budget 2007 de St-Etienne

Le budget principal se monte à 310,6 Millions d’Euros.
Les "budgets annexes" à 66,4 ME (chauffage urbain : 5,432 ME ; Laboratoire : 1,295 ME ; action économique : 8,431 ME ; Abattoirs : 1,616 ME ; Eau : 1,240 ME ; Assainissement : 47,725 ME (travaux station du Porchon) ; Activités funéraires : 0,651 ME.)
Soit un budget total de 378 ME (au lieu de 299,5 + 33,3 = 333 Millions d’euros en 2006).
L’augmentation du "budget principal" est due essentiellement à l’augmentation quasi automatique de la masse salariale (qui représente 53,5% du budget de fonctionnement) et à l’embauche de personnels pour la Cité du Design et pour la médicalisation des Résidences pour personnes âgées. Ces salaires étant d’ailleurs remboursés à la ville par St-Etienne Métropole et par le CCAS.
L’augmentation des budgets annexes est due surtout aux travaux de la station d’épuration du Porchon et à la création d’un budget "chauffage urbain"...

Côté "gestion financière"...

D’où vient l’argent disponible pour le budget 2007 ?
Il faut noter la diminution de la "dotation de l’Etat". Pour St-Etienne : de 77,3 ME en 2006 à 75,7 ME. L’apport de l’Etat au budget des communes (argent issu de la répartition des impôts) ne cesse de baisser : la "DGF - dotation globale de fonctionnement" stagne, et l’Etat compense de moins en moins la diminution de recettes consécutive à la baisse continue de la Taxe professionnelle payée par les entreprises aux communes (la "dotation complémentaire de compensation de la TP" baisse... Classique).
Les rentrées issues des impôts payés par les habitants passent elles de 77,1 à 79 ME. Le maire fait des discours sur la baisse du taux des impôts (taxe d’habitation et taxe sur le foncier bâti). Mais ce n’est pas un taux que les stéphanois paient, ce sont des sommes. Et ces sommes sont en augmentation continue.

Côté utilisation de l’argent, les dépenses des services municipaux (qui reflètent pour une part les services rendus aux stéphanois) augmenteront de 1,5% seulement (alors que l’inflation attendue est de : 1,8%. Donc, au mieux : stagnation, sans parler du fait que l’essentiel est la répartition).
Par contre, les frais financiers, c’est à dire les intérêts payés sur la dette de la ville vont augmenter de 31,5 %. C’est que les taux d’intérêts (variables) des emprunts passés sont en nette augmentation.
Ceci d’ailleurs contribue à mettre la ville dans une situation difficile : cette année, plus question d’annoncer à grands renforts de pub un "désendettement" : puisque les nouveaux emprunts pour financer des opérations prévues seront de 22,8 ME alors que seulement 20,2 ME de capital de la dette seront remboursés. La ville recommence à se ré-endetter. La dette totale sera de 396 Millions d’euros. Même si cet endettement a été un peu réduit ces dernières années, St-Etienne est l’une des villes les plus endettées de France. Une dette essentiellement due aux cadeaux considérables faits à certaines entreprises dans les années 80.
Bref, l’adjoint aux finances reconnaît "une année relativement difficile"... Mais quand il parle comme ça, il n’a pas du tout en tête la justesse ou pas des choix que ce budget exprime. M. Thiollière et son équipe sont contents de leurs choix.

L’éducation continue à plonger.

Il est révélateur que les services que l’on peut qualifier de "prioritaires" pour les habitants ont la portion congrue. Et que ni le maire ni les adjoints ne répondent aux questions ci-dessous...

En 2007, le budget consacré par la ville de St-Etienne (180 000 habitants !) aux écoles du primaire (écoles maternelles + écoles élémentaires) dont elle a la responsabilité de par la loi est de 8,886 Millions d’euros (fonctionnement + investissement). Au lieu de 9,121 ME dans le Budget primitif de 2006.
Soit - 2,6 %, à quoi il faut ajouter l’inflation. La baisse réelle sera donc de l’ordre de - 4,5%. La chute de 30% de 2000 à 2006 continue donc...
Et encore, il faut prendre en compte le fait que 20% de cette somme : soit 1 810 800 E, va à la participation aux écoles privées. La ville consacre donc, en fonctionnement et investissement : 7,0752 millions d’euros (46,4 MF) à ses 95 écoles publiques (46 écoles maternelles, 42 écoles élémentaires, et 7 écoles "primaires" comprenant à la fois une maternelle et une élémentaire). Soit 11 295 enfants accueillis en 2006-2007 (5 054 en maternelle, 6 241 en élémentaire). Existe-t-il en France une grande ville qui fasse pire ?

Par exemple, seulement 700 000 euros de travaux sont annoncés dans les bâtiments de l’ensemble des écoles des quartiers non GPV. Une misère pour chaque école. Il faut ajouter 170 000 E pour Jacquard, suite au regroupement des deux sites de l’école, et aux actions des parents. Mais cette somme elle-même ne règle pas les problèmes de Jacquard.
Les travaux dans les écoles (2) situées dans les quatre quartiers concernés par le projet de ville et la convention ANRU (Agence nationale pour la rénovation urbaine) sont notés à part et un peu plus conséquents parce que financés par l’Etat. Montant annoncé : 1 018 400 E dont 425 752 E de subventions (42%) (3).
Pour l’ensemble des écoles sont prévus 200 000 euros d’achat de mobilier neuf ! ! 2 100 euros par école en moyenne ! !
La politique scolaire de la ville est un véritable désastre. On se dirige vers des problèmes très graves dans les écoles à St-Etienne.

Une petite consolation : cette année le nouvel effondrement du budget des écoles, ne sert pas à augmenter le budget de la police municipale, qui diminue (au budget primitif tout au moins) de 8,2%. C’est que le scandale commence à être connu. Ce qui ne diminue pas l’urgence de faire passer aux écoles et à l’enfance le pactole gaspillé pour le sécuritaire ( Voir : Le budget des écoles siphonné au profit de la police municipale et de la vidéo-surveillance ).

On reparlera du budget de l’aide sociale, qui baisse à nouveau en valeur réelle.
A noter aussi l’annonce d’une augmentation importante des recettes "crèches et petite enfance" : + 13,5%, alors que les dépenses de fonctionnement du service vont diminuer de 2,8% en E. courants.

La piscine de la Marandinière privatisée ? !

On a découvert avec surprise dans le texte de la délibération sur le budget : "les difficultés rencontrées sur le dossier de la piscine de la Marandinière ont retardé sa rénovation, aussi, nous avons souhaité pour cet équipement expérimenter le Partenariat Public Privé (PPP). Ce dernier ne requiert pour 2007 aucune inscription budgétaire."
Ainsi, Thiollière fait payer aux habitants leur refus de se laisser imposer un projet de piscine découverte qui ne correspondait pas aux besoins. Cette volonté de participation est d’ailleurs appelée "difficultés"... Alors que la piscine est fermée depuis décembre 2002, aucun euro n’est inscrit au budget 2007, et maintenant c’est une privatisation qui est sortie du chapeau !
A la question de savoir ce que signifie ce "PPP", Thiollière a répondu : "un nouveau mode de fonctionnement offert aux collectivités. Le PPP intègre une partie du fonctionnement, et l’investissement."
A quoi s’attendre ? A une piscine construite par un grand groupe du bâtiment, et payée au prix fort, mais pas tout de suite, par la ville, comme un parking ou comme ce qui se met en place avec des prisons ? Ou à une piscine dont la gestion elle-même et même l’utilisation elle-même pourraient être en partie privatisée ? (y a-t-il quelque chose dans l’air avec le CHPL ou le centre de cure ?...). Peut-être les deux en même temps. Ce dont on est sûr, c’est que cette politique de privatisation va gangrèner maintenant même les équipements sportifs. L’adjoint aux finances a ajouté qu’avec ces PPP, "le temps de réalisation est réduit de 30% parce qu’il n’y a pas besoin de la procédure des marchés publics". Il faut entendre : parce que ça permet de ne pas s’embarrasser avec le code des marchés publics. L’appel d’offres se limite au choix du prestataire. Ensuite, pour toute la construction (et l’essentiel de la "gestion" ?), celui-ci fait ce qu’il veut.
On est parti vers une piscine privée à la Marandinière ? ? ! ! Ceci montre aussi un sacré mépris des habitants des quartiers sud-est et de leur Comité des quatre quartiers qui travaille là-dessus depuis des années. Quant au fait que la convention ANRU oblige la ville à associer les habitants aux projets, la municipalité s’y assoie dessus aussi.

Le stationnement et les amendes (+ 40% !), ça c’est une affaire qui tourne !

On note que le budget du service "cadre de vie", qui comporte le nettoiement, baisse de 4,55 ME à 4,32 ME, soit - 5% (en E. courants).
Le budget du service des bâtiments communaux baisse, lui, de 1,8%.
De même, le budget du service "voirie et infrastructures" passe en dépenses de 15,8 ME à 15,2 ME, soit -3,8%. Mais il augmente de 8,535 ME à 9,945 ME en recettes (+ 16,5 % ! !). Il est intéressant de regarder quelles sont ces recettes... En recettes on trouve pour plus des 2/3 le stationnement (qui se porte bien à 3,27 ME) et les amendes, qui atteindront 3,5 ME (près de 23 millions de francs - 2,3 milliards de centimes - environ 10 fois les aides sociales distribuées par le CCAS ! !) au lieu de 2,5 ME au budget 2006. 1 million d’euros de plus d’amendes. + 40% : ça c’est une augmentation ! ! Les amendes dont il s’agit ici sont celles encaissées en 2006 et qui sont récupérées pour le budget 2007. Visiblement les difficultés de circulation dues aux travaux n’ont pas tari ce commerce là. Les amendes et le stationnement sont un vrai racket à St-Etienne. Un véritable impôt supplémentaire. Scandaleux.

A noter parmi les investissements la construction de la salle rock (salle des musiques actuelles, qui s’appellera le FIL), et celle de la "Maison de l’emploi". Dont toutes les inquiétudes sont justifiées pour ce qui est de ses missions et de son fonctionnement futur.

Il y a un an, lors de la discussion du budget 2006, je disais que la ville de st-étienne connaissait des transformations importantes avec des moyens financiers publics eux aussi très importants, suite à la décision prise au niveau de l’Etat d’accrocher st-Etienne à Lyon pour contribuer à faire de Lyon une métropole européenne. Mais que restait une question : quelle ville voulons-nous demain, quelle place y auront les stéphanois d’aujourd’hui en particulier les familles aux revenus modestes ?
Un an plus tard, la situation n’a pas du tout évolué dans le bon sens. Et on comprend bien pourquoi il est vital pour le maire et son équipe que les stéphanois, les conseils et comités de quartiers et les collectifs citoyens soient tenus à l’écart de la construction du budget.

Roger Dubien
conseiller municipal - Réseaux citoyens de St-Etienne.

(1) A noter : le soutien appuyé de l’UDF à Thiollière. Les gesticulations d’Artigues, c’est pour amuser les gogos...
A noter aussi le soutien complaisant apporté à Thiollière par les deux élus radical et chevènementiste. Ils ne sont certes pas allés jusqu’à voter pour, mais c’était pas l’envie qui manquait. Et leur abstention assez élogieuse sur ce budget qui représente quand même le résumé de l’ensemble des choix de la droite, avait bien ce sens là... Et Thiollière a apprécié.

(2) les écoles situées dans les 4 quartiers GPV-ANRU sont :
Pour Montreynaud : écoles maternelles St-Saëns, Gounod, Paganini, Molina, Vivaldi et Flemming ; et écoles élémentaires St-Saëns, Gounod, Molina, Paganini et Vivaldi.
Pour Tarentaize Beaubrun Séverine : école maternelle Paillon, Descours, Tarentaize ; et écoles élémentaires Paillon, Soleysel, Tarentaize
Pour Montchovet et quartiers sud-est : écoles maternelle et écoles élémentaires de Beaulieu, Cottencière, Montchovet.
Pour le Crêt de Roch : écoles maternelle et élémentaire des Frères Chappe.

Reste à voir quels sont les travaux prévus dans lesquelles de ces écoles en 2007...

(3) Les travaux annoncés pour ces écoles :
-  école du quartier Crêt de Roch (écoles des Chappe) : 158 800 euros (dont 66 387 euros de subventions)
-  écoles des quartiers sud-est : 266 850 euros (dont 111 559 de subventions)
-  écoles de Montreynaud : 226 900 euros (dont 94 858 de subventions)
-  écoles de Tarentaize-Beaubrun-Séverine : 365 850 euros (dont 152 948 de subventions)




> On se répète : un mauvais budget, parce que construit sans les stéphanois
2 janvier 2007, par Christophe
A qui appartient VINCI ? A qui va notre argent ?

Merci pour cet article et les explications détaillées qu’il contient. D’accord sur l’absence de démocratie participative, la mauvaise répartition du budget, les choix de privatisation rempante avec cadeaux faits multinationales avec nos impots.

Par contre, sur le thème des amendes du stationnement, je ne te rejoind pas complètement. A observer le nombre de véhicules en stationnement génant en ville, soit pour la circulation, soit pour les piétons, j’estime que les amendes ne sont pas trop importantes mais mal attribuées. Du fait de la privatisation de ce service, il ne se fait pas dans l’intérêt général mais dans le seul intérêt de Vinci, c’est à dire pour pénaliser les seuls véhicules correctement stationnés mais qui ont insuffisament payés leur stationnement. Sans parler des régimes de faveur permissifs pour certaines personnes (magasins, avocats ...) dont les véhicules ne sont jamais verbalisés bien qu’en stationnement génant.

D’ailleurs, la remise en cause du plan de déplacement urbain en autorisant la traversée Est/ouest - ouest/est par l’hypercentre (place dorian) est un cadeau fait à Vinci mais un poison pour notre ville et ses enfants.

Répondre à ce message

Dans la même rubrique :
Conseils de quartiers et démocratie participative à St-Etienne : le temps de la contrefaçon
A quoi peut et doit servir un CCAS ?
Des repères sur le budget 2005 de la ville de St-Etienne
Le maire affirme que les moyens existent pour que les personnes sans logement aient un hébergement d’urgence...
Est-ce que M. Thiollière est en train de faire un cadeau de 600 000 euros à Bill Gates ?
Que fait-on contre la pauvreté des enfants ?
Travailler en partenariat avec les associations de solidarité et les autres acteurs de la politique sociale
Budget 2006 de St-Etienne : le débat d’orientations budgétaires
L’école à St-Etienne : il faut qu’on en parle !
Pour une appropriation citoyenne du budget de St-Etienne




Proposer un article | Nous contacter | Plan du site | Admin | Accueil