Réseaux citoyens de St-Etienne
Accueil Qui sommes-nous Nous contacter Nous aider Plan du site Admin
   
Vous êtes ici : Culture / idées > Julie Roux : Inévitablement (après l’école)
A la une
Agenda
Albums photos
Images à la une
Envoyez la musique !
La France insoumise / Jean-Luc Mélenchon
Nous sommes Grecs
Agroécologie
Agriculture paysanne
AMAP et réseau des AMAP
AMAP-Saint-Etienne
L’avenir du mouvement des AMAP
Les Amap dans la Loire
FAQ - De la ferme au quartier
Collectif Zérogm42
Collectif "nourrir l’humanité"
Maison de la semence
G.R.A.I.N. / Via Campesina
Collectif Liberté Justice Palestine
Chroniques pour la Palestine
Moyen-Orient et monde arabe / Georges Corm
Réseau RESF
Réseau Solidarité Rroms
Egalité des droits / Antiracisme
Une école pour tou(te)s
Survie / Françafrique
Quelle connerie la guerre !
Collectif "personne à la rue !"
Justice sociale / Droits sociaux
Assises droits sociaux
Forum des droits sociaux
Logement
Non au CPE !
Santé
Services publics
Travail / Emploi / Retraite
Portail pour l’accès aux droits sociaux
Le travail social dans la crise
Terrain d’entente
Groupe de réflexion "travail travail !"
Réseau salariat
Ecole / Education populaire
Justice écologique
Collectif Action Climat - CLAC
Sortir du nucléaire
Démocratie
Démocratie participative
Porto Alegre/St-Etienne
Libertés
Europe
Sortir du capitalisme
TAFTA
Changer la mondialisation ?
Forums sociaux
Changer la gauche ?
Gouvernement Hollande-Ayrault-Valls
Gouvernement Sarkozy
Chronique d’une élue citoyenne
Ville de Saint-Etienne
Conseil municipal
Elections municipales 2008
C’est notre histoire
Culture / idées
Les Héroïnes
Libres paroles
Des livres, des films, des sites...
Cafés citoyens au Remue-Méninges
Atelier de philosophie
Université Populaire - Laboratoire Social / Collectif Malgré Tout
Médias
Qui sommes-nous
Réseaux/Associations
UN LIVRE QUI POSE DES QUESTIONS DÉRANGEANTES...
Julie Roux : Inévitablement (après l’école)
mardi 2 octobre 2007


Julie Roux est enseignante, chômeur, philosophe et chauffeur-livreur.

Les luttes enseignantes figées dans la défense des « acquis », les protestations molles contres les réformes en cours, l’impératif du rendement qui s’impose à l’école, bref, c’est « la crise ». Ce qui légitimait l’institution - vocation des maîtres, transmission du savoir, construction républicaine d’une faculté de juger - ne fonctionne plus. Partout, l’évaluation l’emporte sur la transmission : le but de l’enseignement devient la réussite à l’examen et l’enseignant lui-même est sans cesse évalué à l’aune de cette réussite. Le savoir qu’il serait question de transmettre est réduit à des compétences à acquérir pour qui veut trouver un jour du travail. L’école est le lieu où l’on apprend que le travail est le seul horizon de la vie terrestre.

Ce ne sont ni les luttes corporatistes ni les réformes ministérielles qui nous débarrasseront de cette école-là. À ces persécuteurs bienveillants qui lui demandent « comment l’enfant Ernesto saura-t-il lire, écrire, compter ? », Ernesto répond : « I-né-vi-ta-ble-ment. »

Paru en septembre aux Editions La Fabrique
128 pages, 7 euros
ISBN : 978-2-91-337266-5
http://www.lafabrique.fr




Dans la même rubrique :
Soutien à Thomas Lacoste et à La Bande Passante !
Pampille’16 : los 10 et 11 de septembro 2016, Sant-(E)tiève acuelye la 37iéma Féta entèrnacionâla de l’arpetan
Pourquoi la littérature nous aide à faire de la politique ?
Tu joues ?
Un dernier verre avant la guerre
Rencontre avec Marylène Patou-Mathis autour de ses livres et de ses recherches sur la préhistoire
Le philosophe Alain Badiou : pour essayer de penser les meurtres de masse...
Edgar Morin : "Penser global"
« Ainsi nos oeuvres d’art ont droit de cité là où nous sommes, dans l’ensemble, interdits de séjour »
Exposition REZA / Destins Croisés




Proposer un article | Nous contacter | Plan du site | Admin | Accueil