Réseaux citoyens de St-Etienne
Accueil Qui sommes-nous Nous contacter Nous aider Plan du site Admin
   
Vous êtes ici : Libertés > Solidarité avec Ramon Moya
A la une
Agenda
Albums photos
Images à la une
Envoyez la musique !
La France insoumise / Jean-Luc Mélenchon
Nous sommes Grecs
Agroécologie
Agriculture paysanne
AMAP et réseau des AMAP
AMAP-Saint-Etienne
L’avenir du mouvement des AMAP
Les Amap dans la Loire
FAQ - De la ferme au quartier
Collectif Zérogm42
Collectif "nourrir l’humanité"
Maison de la semence
G.R.A.I.N. / Via Campesina
Collectif Liberté Justice Palestine
Chroniques pour la Palestine
Moyen-Orient et monde arabe / Georges Corm
Réseau RESF
Réseau Solidarité Rroms
Egalité des droits / Antiracisme
Une école pour tou(te)s
Survie / Françafrique
Quelle connerie la guerre !
Collectif "personne à la rue !"
Justice sociale / Droits sociaux
Assises droits sociaux
Forum des droits sociaux
Logement
Non au CPE !
Santé
Services publics
Travail / Emploi / Retraite
Portail pour l’accès aux droits sociaux
Le travail social dans la crise
Terrain d’entente
Groupe de réflexion "travail travail !"
Réseau salariat
Ecole / Education populaire
Justice écologique
Collectif Action Climat - CLAC
Sortir du nucléaire
Démocratie
Démocratie participative
Porto Alegre/St-Etienne
Libertés
Europe
Sortir du capitalisme
TAFTA
Changer la mondialisation ?
Forums sociaux
Changer la gauche ?
Gouvernement Hollande-Ayrault-Valls
Gouvernement Sarkozy
Chronique d’une élue citoyenne
Ville de Saint-Etienne
Conseil municipal
Elections municipales 2008
C’est notre histoire
Culture / idées
Les Héroïnes
Libres paroles
Des livres, des films, des sites...
Cafés citoyens au Remue-Méninges
Atelier de philosophie
Université Populaire - Laboratoire Social / Collectif Malgré Tout
Médias
Qui sommes-nous
Réseaux/Associations
Solidarité avec Ramon Moya
Rendez-vous ce jeudi 27 vers 13h au Palais de Justice de St-Etienne
mardi 25 septembre 2007


Ramon Moya est convoqué au tribunal ce jeudi 27 Septembre 2007 à 13h30 pour injures à contrôleur et résistance avec violences à trois agents de police. Une 1ère audience avait eu lieu en avril, mais le procès a été reporté. Une trentaine de personnes avaient alors accompagné Ramon au Tribunal.

Qu’est-ce qui lui est reproché ?

C’était le 12 avril 2007. Un peu après 23h, Ramon Moya rentre chez lui, à pied, après avoir mangé chez des amis au centre ville. Rue du 11 novembre (grande rue), à la hauteur de la Fac de Lettres de Tréfilerie, à l’arrêt du tramway de la fac, il y a un attroupement.
Les policiers interpellent un couple. Un homme, assez âgé, est maintenu face contre terre, le pantalon descendu, les fesses à l’air. La précarité de la situation sociale de l’homme se lit sur ses vêtements et son allure. Il n’a visiblement rien de dangereux, il ne dit rien, sinon qu’il grimace parce qu’il a mal.
Pas brillant brillant le spectacle.
Parmi les gens présents, il y a des remarques. Il est ensuite emmené vers le véhicule de police.

Qu’est-ce qui s’est passé ? D’après ce qu’on sait, M. et Mme Eyraud ont été contrôlés dans le tram. Elle n’avait pas validé son ticket. Elle a eu droit à une amende et il lui a été ordonné de descendre. Ce qu’elle a refusé, puisqu’elle allait déjà devoir payer une amende, et en invoquant son état de santé (invalidité). Les contrôleurs ont appelé la police. Et voilà pourquoi le déploiement de forces pour mettre hors d’état de nuire ces dangereux délinquants...
Ramon commence à poursuivre son chemin, sauf qu’il est indigné, et qu’il lance “fasciste”.
C’est alors qu’un contrôleur de la STAS le rejoint et le branche. Ramon ne bouge pas, d’ailleurs il n’a ni formation, ni disposition particulière, ni goût spécial pour les arts martiaux.
Un policier arrive et s’interpose. Il demande à Ramon de partir. Mais Ramon ne bouge toujours pas. Pourquoi ? Parce qu’il est indigné et comme pétrifié par ce qu’il vient de voir. C’est comme ça qu’il explique maintenant son attitude. C’était sa façon de dire qu’il n’était pas d’accord. Il ne bouge pas. Est-ce qu’on peut appeler ça de la rébellion ? Il reçoit des coups (tonfa), est balayé et mis par terre, menotté dans le dos, puis emmené en garde à vue au commissariat central cours Fauriel.

Il lui est reproché : résistance avec violence à trois agents de police, et paroles de nature à porter atteinte à la dignité d’un contrôleur de la STAS (qui a déposé plainte).
Il va être accusé de rébellion : il a refusé de circuler. On peut aussi considérer que regarder ce qui passe et marquer sa désapprobation quand des brutalités sont commises, c’est un acte citoyen, non ?
De sa part en tous cas, il n’y a eu aucune violence, à moins qu’on appelle violence les mouvements pour parer les coups. D’ailleurs Ramon n’a rien d’un violent. Il est tout a fait pacifique, et bien connu comme tel dans ses engagements libertaires et de nombreuses initiatives de solidarité. Employé municipal à St-Etienne, proche de la quarantaine, en contact avec le public dans les équipements sportifs, il a même au contraire l’habitude de calmer le jeu quand il y a un problème. Il était tout à fait maître de lui ce soir-là aussi, et d’ailleurs il avait 0,22 g d’alcool dans le sang...
Ramon a une avocate : Me Annie Fournel

En même temps que Ramon, sera jugé le couple de pauvres gens qui n’avait pas validé un ticket. Ils ont eu droit eux aussi à la garde à vue. Pour les pauvres, c’est tolérance zéro. Au passage, ce n’est pas la première fois que le comportement des contrôleurs de la STAS est mis en cause dans la ville. Tout ça fait partie d’une dérive sécuritaire rampante.

Ce jeudi, rendez-vous est donné à partir de 13h devant le Palais de Justice, pour accompagner Ramon Moya à l’audience. Soyons-y nombreux. L’association Témoins a lancé un appel à soutien financier.

 Pour plus d’informations voir sur le site du Numéro Zéro :  

-  http://lenumerozero.lautre.net/spip.php ?article1153

-  http://lenumerozero.lautre.net/spip.php ?article1149

-  http://lenumerozero.lautre.net/spip.php ?article1279




Dans la même rubrique :
Appel du Syndicat de la magistrature à mobilisation contre le projet de loi sur les « peines-planchers » et les mineurs récidivistes
Un comité départemental pour la relaxe des 8 de Goodyear, pour les droits et la défense des libertés individuelles et collectives.
Violences et manifestations : Toute la lumière doit être faite
Goodyear, l’acharnement continue
Centre de semi-liberté : une autre approche
Pour l’abandon de toute sanction contre les étudiants grévistes
Une histoire de dignité volée
Contre la chasse aux Rroms, la xénophobie et la dérive sécuritaire
Le président des riches cherche la fuite en avant...
La dérive sécuritaire : Me Henri Leclerc appelle à avoir du courage




Proposer un article | Nous contacter | Plan du site | Admin | Accueil