Réseaux citoyens de St-Etienne
Accueil Qui sommes-nous Nous contacter Nous aider Plan du site Admin
   
Vous êtes ici : Réseau Solidarité Rroms > Saint-Etienne : des associations demandent le relogement des familles et des enfants Rroms
A la une
Agenda
Albums photos
Images à la une
Envoyez la musique !
La France insoumise / Jean-Luc Mélenchon
Nous sommes Grecs
Agroécologie
Agriculture paysanne
AMAP et réseau des AMAP
AMAP-Saint-Etienne
L’avenir du mouvement des AMAP
Les Amap dans la Loire
FAQ - De la ferme au quartier
Collectif Zérogm42
Collectif "nourrir l’humanité"
Maison de la semence
G.R.A.I.N. / Via Campesina
Collectif Liberté Justice Palestine
Chroniques pour la Palestine
Moyen-Orient et monde arabe / Georges Corm
Réseau RESF
Réseau Solidarité Rroms
Egalité des droits / Antiracisme
Une école pour tou(te)s
Survie / Françafrique
Quelle connerie la guerre !
Collectif "personne à la rue !"
Justice sociale / Droits sociaux
Assises droits sociaux
Forum des droits sociaux
Logement
Non au CPE !
Santé
Services publics
Travail / Emploi / Retraite
Portail pour l’accès aux droits sociaux
Le travail social dans la crise
Terrain d’entente
Groupe de réflexion "travail travail !"
Réseau salariat
Ecole / Education populaire
Justice écologique
Collectif Action Climat - CLAC
Sortir du nucléaire
Démocratie
Démocratie participative
Porto Alegre/St-Etienne
Libertés
Europe
Sortir du capitalisme
TAFTA
Changer la mondialisation ?
Forums sociaux
Changer la gauche ?
Gouvernement Hollande-Ayrault-Valls
Gouvernement Sarkozy
Chronique d’une élue citoyenne
Ville de Saint-Etienne
Conseil municipal
Elections municipales 2008
C’est notre histoire
Culture / idées
Les Héroïnes
Libres paroles
Des livres, des films, des sites...
Cafés citoyens au Remue-Méninges
Atelier de philosophie
Université Populaire - Laboratoire Social / Collectif Malgré Tout
Médias
Qui sommes-nous
Réseaux/Associations
Saint-Etienne : des associations demandent le relogement des familles et des enfants Rroms
samedi 26 juillet 2008


Plusieurs associations sont présentes depuis longtemps dans le réseau de solidarité avec les familles rroms (1)
Membres ou non de ce réseau, plusieurs se sont exprimées ces derniers jours pour dire leur désaccord vis à vis de l’expulsion et demander des solutions dignes pour le relogement des familles.
Mardi, plus de 30 associations se sont rendues en mairie pour demander à rencontrer le Maire de St-Etienne (2)


Le comité diocésain de Saint-Etienne du CCFD - Comité Catholique contre la Faim et pour le Développement

“Les membres du Comité diocésain du CCFD ont été très choqués de la manière dont s’est faite l’expulsion des familles Rroms de l’école de Montplaisir.

Ils dénoncent :

- La brutalité de l’expulsion ;

- Le saccage des lieux avec destruction sauvage des maigres biens personnels des familles Rroms ;

- Le refus de relogement des familles par la municipalité qui ne propose, à titre provisoire, qu’un terrain nu, avec des toilettes chimiques et de l’eau certes, mais sans aucun abri, avant un retour vers la Roumanie que les élus stéphanois considèrent comme inéluctable. En attendant, les familles Rroms campent sous le kiosque à musique de la place Jean Jaurès à Saint-Etienne.

Depuis deux ans, le CCFD s’est impliqué dans le réseau de solidarité avec les familles Rroms. Plusieurs de ses membres y sont très présents. Nous avons contribué, avec nos moyens, au remarquable travail de ce réseau (scolarisation de tous les enfants, relogement de plusieurs familles en appartements, recherche d’emplois, accompagnement social, santé...). Cette triste affaire est la négation du travail accompli et le rejet des plus pauvres parmi les pauvres.

Le Comité catholique contre la faim et pour le développement affirme avec force son option préférentielle pour les pauvres. Il place tout homme et tout l’homme au cœur de ses préoccupations et veut contribuer à bâtir, avec tous, un monde plus juste et plus fraternel à transmettre aux générations futures. Au nom des valeurs qui sont les siennes, il ne peut donc accepter des situations et des pratiques qui nient les droits les plus élémentaires de la personne humaine.

Nous sommes conscients qu’une solution politique doit être trouvée au niveau européen. Le CCFD est actuellement très impliqué dans l’interpellation des élus européens pour la non discrimination et la reconnaissance des droits des Rroms. L’Europe bien sûr, mais pas seulement ; nous sommes tous concernés : Etat, élus à quelque niveau qu’ils se trouvent, institutions, associations, citoyens.

Aujourd’hui il y a urgence : les familles Rroms doivent être relogées sans délai dans des lieux d’hébergement dignes avant de trouver des solutions plus durables. Le CCFD y contribuera sans attendre un hypothétique sursaut de ceux qui ont mis les Rroms à la rue. Nous faisons appel à tout notre réseau de bénévoles et à tous ceux qui se reconnaissent dans nos valeurs à se mobiliser pour la défense des droits des Rroms, pour trouver des embauches et des solutions d’hébergements dignes ainsi que leur équipement. C’est une condition incontournable pour une bonne intégration dans la société française de celles et ceux qui ont choisi de vivre en France.

Le 24 juillet 2008

Pour le Bureau du Comité diocésain CCFD de Saint-Etienne : Odile Daurelle


La FCPE - Fédération des conseils de parents d’élèves

Depuis les évènements de Juillet 2006, le Conseil d’Administration de la FCPE se tient informé de la situation de nos concitoyens Rroms, dont certains habitent depuis longtemps Saint-Etienne et dont les enfants sont scolarisés dans les écoles de la ville (41 à la dernière rentrée).

La FCPE fait partie du réseau de soutien aux Rroms avec de nombreuses associations. La FCPE attendait de la nouvelle équipe municipale un appui au formidable travail accompli par les associations : - Tous les enfants étaient scolarisés - 11 familles relogées en appartements - 5 emplois en CDI trouvés - Un bon accompagnement social.

Nous sommes choqués de la manière dont s’est effectuée l’expulsion des familles Rroms, hébergées dans des conditions précaires à l’école de Montplaisir à la demande du Préfet et avec l’accord de la municipalité :

- un nombre impressionnant de policiers et CRS alors qu’il ne s’agit pas de personnes ayant commis des délits.
- la destruction sauvage des biens des personnes et le saccage de l’école par des employés communaux.
- aucune solution d’hébergement envisagée pour les familles qui sont maintenant dans des conditions encore plus précaires sous tente Place Jean Jaurès.

Les enfants doivent pouvoir démarrer leur année scolaire dans de bonnes conditions. En conséquence, nous demandons à l’ensemble des pouvoirs publics, en urgence, un relogement durable pour toutes les familles durablement installées à Saint-Etienne.


ATD QUART MONDE DE SAINT ETIENNE

“Les membres du Mouvement ATD Quart Monde présents dans le réseau de solidarité avec les familles rroms de Saint-Etienne, ont été très choqués de la manière dont s’est faite l’expulsion de l’école de Montplaisir : déploiement policier, une demi-heure pour partir et rassembler ses affaires sans moyens de transport, mise à sac d’un lieu chargé de vie, négation d’une histoire humaine par saccage, brûlage de pneus, sous prétexte « qu’ils ne pourront par revenir » dans un lieu souillé par le dépôt de fumée des pneus brulés.
Cette expulsion est un échec. Echec dû à un manque de volonté de considérer ces familles comme acteurs possibles de notre société ; négation de la différence.
Une fois encore, les personnes en situation de grande pauvreté ont été méprisées et leurs maigres biens saccagés. Et aussi le travail des associations et des personnes solidaires a été de la même manière détruit. En quelques minutes, les liens tissés patiemment ont été réduits à néant (école, centre social, solidarité, santé...).

Nous interpellons les pouvoirs publics, élus, Etat et institutions pour

- Savoir s’ils estiment que de telles pratiques sont dignes des valeurs universelles de droits de l’homme et de celles de notre pays

- Demander un hébergement rapide pour ces familles en errance, avec un minimum pour vivre décemment : eau, toilettes, électricité... et trouver à plus long terme des solutions débouchant sur des parcours accompagnés socialement et permettant de sortir de du cercle de la misère.

- Accepter de dialoguer avec un réseau dont nous faisons partie et dont la diversité et la capacité d’engagement font la force et sont une chance pour notre cité. Si la volonté politique voulait s’unir à la dynamique de ce réseau, nous sommes sûrs que des solutions humaines pourraient être mises en œuvre sans a priori.

Pour le groupe local avec l’accord de la Délégation Nationale d’ATD Quart Monde France : Joël Dupuis

ATD Quart-Monde
-   35 rue Antoine Durafour
-  42100 Saint-Etienne
-  04 77 33 69 54 - atdquartmonde.stetienne@neuf.fr


Le CDAFAL - Conseil Départemental des Associations Familiales Laïques de la Loire

En temps qu’association familiale nous sommes sensibilisés par le fait que des familles se retrouvent "à la belle étoile".

Il est vrai que le problème des Rroms est complexe. Ils ne sont pas acceptés dans leur pays d’origine mais ne peuvent séjourner durablement en France, alors que la Roumanie et la Bulgarie font partie de l’Europe. Il faudra bien pourtant que la France et l’Europe fassent en sorte que ces populations puissent s’établir durablement et vivent dans des conditions normales. C’est en ce sens que nous avons écrit au Préfet.

Il n’en reste pas moins qu’aujourd’hui des familles sont à la rue et nous demandons aux autorités préfectorales et à la mairie d’envisager des solutions rapides d’hébergement pour ces familles qui restent à SAINT-ETIENNE.

Saint-Étienne, le 22 juillet 2008

La Présidente : Janine SARKISSIAN

Conseil Départemental des Associations Familiales Laïques de la Loire
29 rue Léon Nautin 42000 Saint-Etienne
( 04.77.33.98.08 // 04 77 32 64 95 , cdafal42@free)


Du côté des élus et des organisations politiques, des voix se sont aussi faites entendre pour demander des solutions dignes...

Le réseau de solidarité est en contact avec des élus de l’agglomération stéphanoise : plusieurs maires, et le député de St-Etienne Régis Juanico, venu au kiosque ce vendredi place Jean Jaurès pour parler de la situation et qui contribue à la recherche de solutions.
Contacts aussi avec plusieurs conseiller-e-s municipaux de St-Etienne, qui ont fait connaître leur désaccord avec l’expulsion des familles Rroms de la ville, et dont l’une, Paulette Millet, conseillère PS, participe au réseau de solidarité avec les familles rroms.

Les jeunes socialistes demandent des solutions de relogement pour les familles Roms

(voir sur http://www.zoom42.fr - 24 juillet)

Dans un communiqué, le MJS Loire "regrette la décision prise par la préfecture de la Loire et la mairie de Saint-Etienne" suite à l’expulsion des Roms de l’école désaffectée de Montplaisir. "La situation dans laquelle se trouve ces familles depuis deux ans est en total contradiction avec les valeurs d’humanisme, de solidarité que toutes hommes et femmes de gauche doivent porter", estiment les jeunes socialistes.

"Nous regrettons que la force ait été utilisée pour déloger les occupants de Montplaisir. L’ancienne municipalité de droite a évité le problème depuis trop longtemps, et il éclabousse aujourd’hui l’actuelle majorité. Encore une fois c’est un des héritages de la politique de M. Thiollière. Néanmoins, dès son arrivé au pouvoir, une majorité de gauche aurait du mettre en place un débat avec les associations pour trouver des solutions. L’attitude de la Mairie est inconcevable dans le sens où elle n’offre aux Roms que des solutions provisoires. Nous demandons à ce que la Mairie de Saint-Etienne assume pleinement ses responsabilité de Mairie de gauche et ne se dédouane pas en reportant la faute sur la politique de l’Etat et de l’union européenne. La mise hors d’usage des locaux de Montplaisir est inacceptable puisque des biens matérielles (vaisselle, vêtement, etc) appartenant aux occupants ont été volontairement détruits. Nous, jeunes socialistes, nous nous sentons trahis par la tournure de ces événements. Et nous espérons que la Mairie mettra tout en oeuvre pour trouver des solutions pérennes de logement. Des solutions existent puisque le Maire PS de Saint-Chamond a trouvé en quelques heures un logement pour une famille de cinq personnes. Nous proposons la réquisition immédiate des logements vacants pour ces familles."


Les Verts Loire interpellent la gauche”

Depuis plusieurs jours les familles et enfants de la communauté Rroms sont à la rue à Saint-Etienne suite à l’expulsion inhumaine dont ils ont été victimes. Face à cette situation insoutenable, comme le groupe local des Verts l’a demandé, nous réitérons notre demande à la municipalité de Saint-Etienne pour qu’elle trouve une solution pour héberger dignement et au plus vite toutes les personnes qu’elle a jetées à la rue.
Pour les Verts cet événement révèle le problème de l’accès au logement pour les plus démunis. Quelle politique est mise en œuvre dans les communes ? Quelles propositions existent pour accueillir et aider de façon humaine les personnes qui demandent de l’aide ?
Les Verts souhaitent rencontrer l’ensemble des partenaires de gauche début septembre pour faire le point sur ce dossier général des Rroms et plus largement des réfugiés dans la Loire et appellent dès maintenant à une condamnation unanime de l’expulsion des Rroms.

Mardi 22 juillet 2008

Christian Rousson - Porte Parole des Verts Loire - 06 03 55 87 14
Jean Minnaert - Secrétaire départemental des Verts Loire - 06 79 77 40 59



(1) Le réseau de solidarité avec les rroms comprend : ALPHA ; ATD Quart Monde ; ATTAC Loire ; l’association Solidarité Rroms ; le CCFD ; le DAL ; le Secours Catholique ; Tous les chemins mènent aux Roms ; la Ligue des Droits de L’Homme ; la FCPE ; les Réseaux citoyens de St-Etienne, des personnes et des familles...

(2) Mardi vers 11h, environ 75 personnes des associations se sont retrouvées devant l’entrée de la mairie pour demander à être reçues ensemble par le Maire ou d’autres élus. Elles ont trouvé portes closes. Puis en invoquant des raisons de sécurité ( ? ?), il leur a été proposé que 6 personnes seulement soient reçues, puis que toutes les associations (dont la liste a été demandée par le Directeur de cabinet du Maire et remise) soient reçues, mais à tour de rôle, 6 par 6.
De guerre lasse, vers 13h30, 6 personnes sont entrées en mairie par le garage et été reçues par MM Ferrara et Fayol-Noireterre, adjoints, et le directeur de cabinet du Maire M. Royon à qui la délégation a dit le désaccord des associations avec l’expulsion, demandé l’ouverture de toilettes publiques Place Jean Jaurès (refusé), la réouverture des points d’eau (accepté), et demandé le relogement des familles...
Etaient présents des membres des associations suivantes : FCPE, LDH, SPF, Centre social de Montplaisir, ACO, CGT, CCFD, Secours catholique, ATD Quart Monde, Solidarité diocézaine, AFPS, Tous les chemins mènent aux Rroms, ATTAC, CNT, CFDT, RESF, MRAP, DAL, Réseau de solidarité avec les Rroms, La Passerelle, Comité de quartier du Soleil, Comité des 4 quartiers sud-est, Réseaux citoyens, SUNDEP, Collectif des doctorants de l’UJM, Cimade, Handicap évasion, OXFAM, LACIM, AET, Collectif Ethique sur l’étiquette, Amicale Laïque de Beaubrun, Atlas, Avataria, Fédération des centres sociaux, Artisans du Monde, Chorale La Barricade, Numéro Zéro.




> Saint-Etienne : des associations demandent le relogement des familles et des enfants Rroms
21 août 2008

RESF42

SAINT-ETIENNE LE, 19 juillet 2008

A Monsieur le Maire,

Le Réseau d’Education Sans Frontières est scandalisé par l’attitude de la Ville de Saint-Etienne qui est incapable de se donner les moyens d’accueillir dignement les familles Roms, présentes sur sa commune depuis plusieurs années. Ces familles vivent régulièrement en France, elles y ont des droits. Respectons-les ! Elles ont été expulsées violement sans qu’aucune solution alternative d’hébergement ne leur ait été proposée.
Nous attendons de notre municipalité qu’elle trouve une solution rapide et satisfaisante pour ces familles. Il en va du respect des valeurs humaines les plus élémentaires.

POUR RESF42
Agnès Mounier
Yves Scanu

Répondre à ce message

Dans la même rubrique :
Ce qui se passe concrètement à St-Etienne concernant l’expulsion des familles Rroms...
Restitution de la crèche des “Petits calins” et lettre ouverte au maire de St-Etienne et au préfet de la Loire
Une marche avec les familles Rroms du nouveau bidonville du terrain Séverine
L’objectif est bien d’expulser le maximum de Rroms
L’Ecole, l’école, l’école, l’école...
La mairie de St-Etienne a fait expulser ce mardi les familles rroms de Méons
Une lettre ouverte du collectif national droits de l’Homme Romeurope au Maire de St-Etienne
Les familles roms doivent être relogées dans quelques uns des milliers de logements vacants de l’agglomération.
Dans l’agglomération stéphanoise, des centaines de solutions sont possibles pour reloger les familles Roms.
La mairie tente de se débarrasser du problème en l’aggravant




Proposer un article | Nous contacter | Plan du site | Admin | Accueil