Réseaux citoyens de St-Etienne
Accueil Qui sommes-nous Nous contacter Nous aider Plan du site Admin
   
Vous êtes ici : Réseau Solidarité Rroms > Beaucoup de stéphanois attendent de la Mairie de St-Etienne qu’elle sorte de son attitude de blocage.
A la une
Agenda
Albums photos
Images à la une
Envoyez la musique !
La France insoumise / Jean-Luc Mélenchon
Nous sommes Grecs
Agroécologie
Agriculture paysanne
AMAP et réseau des AMAP
AMAP-Saint-Etienne
L’avenir du mouvement des AMAP
Les Amap dans la Loire
FAQ - De la ferme au quartier
Collectif Zérogm42
Collectif "nourrir l’humanité"
Maison de la semence
G.R.A.I.N. / Via Campesina
Collectif Liberté Justice Palestine
Chroniques pour la Palestine
Moyen-Orient et monde arabe / Georges Corm
Réseau RESF
Réseau Solidarité Rroms
Egalité des droits / Antiracisme
Une école pour tou(te)s
Survie / Françafrique
Quelle connerie la guerre !
Collectif "personne à la rue !"
Justice sociale / Droits sociaux
Assises droits sociaux
Forum des droits sociaux
Logement
Non au CPE !
Santé
Services publics
Travail / Emploi / Retraite
Portail pour l’accès aux droits sociaux
Le travail social dans la crise
Terrain d’entente
Groupe de réflexion "travail travail !"
Réseau salariat
Ecole / Education populaire
Justice écologique
Collectif Action Climat - CLAC
Sortir du nucléaire
Démocratie
Démocratie participative
Porto Alegre/St-Etienne
Libertés
Europe
Sortir du capitalisme
TAFTA
Changer la mondialisation ?
Forums sociaux
Changer la gauche ?
Gouvernement Hollande-Ayrault-Valls
Gouvernement Sarkozy
Chronique d’une élue citoyenne
Ville de Saint-Etienne
Conseil municipal
Elections municipales 2008
C’est notre histoire
Culture / idées
Les Héroïnes
Libres paroles
Des livres, des films, des sites...
Cafés citoyens au Remue-Méninges
Atelier de philosophie
Université Populaire - Laboratoire Social / Collectif Malgré Tout
Médias
Qui sommes-nous
Réseaux/Associations
Beaucoup de stéphanois attendent de la Mairie de St-Etienne qu’elle sorte de son attitude de blocage.
samedi 26 juillet 2008


Le réseau de solidarité a enfin pu rencontrer le maire en personne mercredi, soit sept jours après l’expulsion. Le maire qui a ensuite tenu une conférence de presse jeudi...
Devant le blocage de la situation, il a été décidé de ne pas en rester là et de rechercher tout de suite les solutions à une échelle bien plus large. Mais on attend aussi de la mairie de St-Etienne qu’elle modifie son attitude...

La position affirmée par la Mairie de St-Etienne depuis le 17 juillet est au fond que les familles Rroms n’ont pas leur place dans la ville.

C’est cette position que M. Fayol-Noireterre, adjoint, chargé semble-t-il du “dossier rrom” a présenté ainsi dans le Figaro du 23 juillet :
"D’ici peu, le visa de tourisme de trois mois de la majorité d’entre eux arrivera à son terme, ils seront expulsables (...). Nous ne voulons pas qu’ils s’installent à nouveau dans des bâtiments abandonnés, c’est pour cela que ceux qu’ils occupaient, ont été mis hors d’usage et seront bientôt démolis".
"La municipalité tient dès aujourd’hui à la disposition des Roms, de façon très provisoire, un terrain nu débroussaillé et nettoyé, avec des WC chimiques, de l’eau et de l’électricité".

Le terrain qu’a proposé la mairie à Montmartre, entre le chenil de la SPA et le cimétière, est un terrain vague, et qui sent le chien, parsemé de décharges diverses, dont la partie centrale vient d’être fauchée. 2 WC chimiques (donc ultraprovisoires) ont été installés. La mairie a promis un point d’eau et l’électricité, mais a refusé catégoriquement la demande du réseau de solidarité d’installer des algécos pour les familles (de tels algécos ont pourtant existé sur ce terrain au cours des années passées, pour héberger des SDF puis des familles tchétchènes. Mais ils ont été démontés depuis).
Dans ces conditions, le réseau de solidarité ne veut pas de ce qui deviendrait immédiatement un bidonville rrom, avec toutes les conséquences désastreuses qui suivraient.

Le maire de St-Etienne, Maurice Vincent, avec ses adjoints Pierre Fayol-Noireterre et Joseph Ferrara, a tenu jeudi 24 juillet une conférence de presse en mairie.

Photo Forez-info. (Voir).

Le Progrès de vendredi (article d’André Gavidia) rapporte que le maire a déclaré :« J’assume ». Il a confirmé sa position : les Rroms doivent partir en Roumanie. Et indiqué aussi : “Nous nous sommes également tournés vers l’évêché pour trouver une solution d’hébergement en dur. La réponse a été négative.” Un peu étonnant comme demande, quand on sait que la ville a elle-même d’une façon ou d’un autre des centaines de logements vides...
Le Maire a dit aussi, concernant l’expulsion : « Nous n’avons pas été bons », comme si ce qui s’est passé n’avait été voulu par personne : « Trois camions avaient été dépêchés pour récupérer les affaires des familles. Puis les accès devaient être sécurisés »...
Dans une interview à Lyon-capitale, le maire de St-Etienne à précisé : “il était prévu de rendre ce squat non squatable et je regrette qu’on n’aie pas envoyé plus rapidement des camions de la municipalité pour récupérer les affaires des Rroms. Mais on a envoyé des camions, on a envoyé 3 camions pour récupérer leurs affaires, mais un peu trop tard c’est exact (...) Certains ont perdu des affaires mais d’autres ont été récupérées et sont entreposées dans un local municipal, mais c’est vrai que sur ce plan là l’intervention n’a pas été optimale. Voilà, moi j’assume cette imperfection qui n’était pas volontaire”.

Un peu court. Lors d’une expulsion, la légalité est que les affaires des personnes doivent être emmenées dans un garde-meuble (la garde étant aux frais des expulsés) et peuvent y être récupérées. Comment est-il possible de détruire 95% des affaires de 120 personnes sans s’en rendre compte, alors que cela a quasiment duré une journée ? Qui a donné les ordres de ce saccage et qui les a exécutés ?

Et malheureusement pour la version de la mairie, des témoignages précis établissent qu’elle est inexacte : il n’a à aucun moment été question sur place que les 3 camionnettes des services municipaux récupèrent les affaires des familles.
Le cassage des vitres a commencé dès 8h20. A 9h, soudage des portes des grilles. Après 10h30, il n’y avait plus aucune force de police nationale à l’intérieur du périmètre de l’école, mais seulement des personnels des services techniques, et la police municipale (qui a occupé le terrain jusqu’au soir). Vers 11h, on s’est rendu compte qu’il y avait aussi dans une cour un gros camion de pompiers. A 14h, on s’est rendu compte que ça brûlait. A 16h, ça brûlait encore, et la fumée sortait de l’intérieur des bâtiments...
Les seules affaires emportées par la mairie ont été mises de côté sur l’insistance de membres du réseau de solidarité : des bouteilles de gaz (on comprend d’ailleurs, compte tenu de l’incendie qui a suivi, que cette demande ait été acceptée), deux étagères, un petit meuble et quelques livres de la salle des enfants. En tout et pour tout.
Une dizaine de matelas, quelques vélos et quelques ustensiles et mobiliers et jouets ont d’autre part été sortis par 5 personnes du réseau à qui une 1/2 heure a été accordée pour cela au moment de la sortie des familles, après négociation avec l’huissier et un responsable de service de la mairie ; et emmenés en fin de matinée dans des voitures et une petite remorque (pour les matelas). Les familles, elles, ont eu quelques minutes pour emporter quelques affaires personnelles, et tout le reste, tout ce avec quoi ces familles vivaient depuis des mois, a été saccagé.
C’est ça la réalité de ce qui s’est passé. Le maire de St-Etienne ne peut pas ne pas la regarder en face, et s’il ne veut pas couvrir ces actes inadmissibles, on attend de lui qu’il ordonne une enquête et prenne les sanctions nécessaires, et dépose une plainte auprès du Procureur de la République.
Il est nécessaire d’éclaircir aussi le rôle des pompiers. Qui les a appelés et pour faire quoi ? Et quelle a été leur attitude dans les incendies de pneus ? Incendies de pneus en plus formellement interdits par le règlement sanitaire départemental (1)

Oui, il y a beaucoup de questions auxquelles il faudra bien apporter des réponses sérieuses.

Pour l’immédiat, bien sûr, ce qu’on attend de la mairie de gauche, c’est qu’elle sorte de sa fermeture et prenne sa part du relogement des familles qu’elles a mises à la rue. Le maintien du blocage n’est bon pour personne : ni pour les familles et enfants Rroms, bien sûr, ni pour toutes les personnes et associations qui participent à la solidarité, ni pour la mairie elle-même.


(1)  Le règlement sanitaire départemental (voir sur le site internet de la Préfecture) prévoit dans son article 163 “émissions de fumées” : les foyers de plein air utilisés en vue d’assurer la protection des cultures et vignobles contre les gelées, le forçage des légumes et l’échauffement des serres ne pourront être alimentés par des combustibles de nature à provoquer des fumées opaques ou des produits de combustion toxiques. Sont notamment interdits, les brûlages de pneumatiques et des huiles de vidange”.
On ne voit pas comment ce qui est toxique à la campagne ne le serait plus en ville. Alors comment des pompiers ont-ils pu accepter d’être mêlés à une pareille affaire ?




> Beaucoup de stéphanois attendent de la Mairie de St-Etienne qu’elle sorte de son attitude de blocage.
27 juillet 2008

La décence voudrait que MM Thiollière et Rey se taisent

Après avoir fait pression depuis mars pour que la mairie expulse les familles et enfants Rroms de Montplaisir et s’être réjouis de l’expulsion, l’équipe de l’ancien maire fait mine de s’indigner de la destruction des affaires des familles, du saccage des locaux de l’école, et du fait que des personnes et des enfants soient à la rue place Jean Jaurès.
Pas vous et pas ça ! On ne va pas pouvoir rappeler ici le harcèlement quotidien que l’ancienne municipalité Thiollière a pratiqué vis à vis des familles Rroms depuis 2003. Ce serait fastidieux. Un des sommets a été l’expulsion des familles Rroms du Clapier et la destruction au bulldozer de leurs caravanes et de leurs habitations le 25 juillet 2006 (une action en justice est d’ailleurs en cours, mais ça traîne, et apparemment la comparution immédiate n’est pas pour tout le monde en France...).
On tient des photos et des témoignages à leur disposition. Par exemple :

-  St-Etienne : familles Roms avec enfants expulsées, caravanes écrasées au bulldozer
-  Dans l’agglomération stéphanoise, des centaines de solutions sont possibles pour reloger les familles Roms
-  Témoignages des familles Roms expulsées du terrain du Clapier à Saint-Etienne

Donc, ils devraient se taire ces défenseurs à la pelleteuse de la dignité humaine !

Quant à M. Rey qui donne des leçons, il a été membre du CA du CCAS de la ville de 2001 à 2008, aux côtés de Mme Peycelon. Comme conseiller municipal membre de ce CA et aussi de la commission permanente qui décidait des aides chaque lundi matin, j’ai participé assidûment au CCAS de 2001 à 2006. Je n’y ai jamais croisé M. Rey, qui donnait pouvoir à Mme Peycelon. Et pendant toutes ces années le CCAS dirigé par Mme Peycelon n’a pas accepté de donner un seul sandwich aux familles Rroms. Alors, s’il vous plait !
D’ailleurs ce que demandent maintenant MM Thiollière et Rey à la mairie de gauche en difficulté parce qu’elle a malheureusement fait comme eux en expulsant les Rroms et en détruisant leurs affaires, c’est de continuer le travail et d’expulser plus loin les familles et les enfants Rroms.

Pour la mairie de gauche, l’urgence de la situation, et la bonne réponse à la polémique lamentable que recherche l’équipe de l’ancien maire, est de trouver des logements et des hébergements pour les familles.

La mairie de gauche doit aussi avoir le courage et l’honnêteté de regarder en face ce qui s’est passé, ce qu’elle a fait et laissé faire, et d’y donner les suites nécessaires. Au lieu de se hasarder dans des contrevérités comme celle-ci : “n’importe quel passant peut encore aujourd’hui aller vérifier qu’il n’y a eu aucun incendie dans l’école ni des biens qu’il contenait ni du bâtiment (...) les locaux ayant été pillés et les effets personnels renversés dans la nuit qui a suivi l’expulsion”.
Non, ce n’est pas vrai : le saccage des affaires des familles Rroms dans les 3 bâtiments de l’école - saccage qui a forcément demandé plusieurs heures de “travail” - n’a pas été fait dans la nuit qui a suivi l’expulsion. Il a été fait (les preuves existent) avant l’incendie des pneus. Quand plusieurs d’entre nous sommes rentrés dans les bâtiments, dans la plupart des pièces dévastées nous avons marché les premiers sur l’épaisse couche de suie grasse qui recouvrait tout. Le brûlage des pneus a eu lieu APRES le saccage des affaires. Et de toutes façons, ce brûlage des pneus a détruit définitivement les affaires des familles.

Ce qu’on attend de la mairie de gauche, c’est qu’elle se ressaisisse et contribue à trouver des solutions pour les familles et enfants Rroms !

Roger Dubien
ancien conseiller municipal de St-Etienne

Répondre à ce message

Dans la même rubrique :
Une première famille installée dans un logement, grâce à la ville de St-Chamond
Faire du chiffre..., et après ?
Le Maire de St-Etienne a fait expulser brutalement ce matin les familles et les enfants Rroms de Montplaisir
St-Etienne : familles Roms avec enfants expulsées, caravanes écrasées au bulldozer
Le réseau de solidarité interpelle le conseil municipal de St-Etienne
Le maire de St-Etienne et le préfet ont mis à la rue ce jeudi 17 juin les familles et enfants rroms de l’immeuble de Molina
Ce qui se passe concrètement à St-Etienne concernant l’expulsion des familles Rroms...
Familles et enfants Rroms : la solidarité est en marche pour trouver des solutions dignes de logement et d’hébergement.
Pour mettre au point, avec la contribution active des Rroms, une politique d’accueil dans l’agglomération stéphanoise.
« Une maison...une maison... » Les familles rroms roumaines de St-Etienne marchent pour leur dignité




Proposer un article | Nous contacter | Plan du site | Admin | Accueil