Réseaux citoyens de St-Etienne
Accueil Qui sommes-nous Nous contacter Nous aider Plan du site Admin
   
Vous êtes ici : Réseau Solidarité Rroms > 44 personnes à la rue, dont 14 enfants
A la une
Agenda
Albums photos
Images à la une
Envoyez la musique !
La France insoumise / Jean-Luc Mélenchon
Nous sommes Grecs
Agroécologie
Agriculture paysanne
AMAP et réseau des AMAP
AMAP-Saint-Etienne
L’avenir du mouvement des AMAP
Les Amap dans la Loire
FAQ - De la ferme au quartier
Collectif Zérogm42
Collectif "nourrir l’humanité"
Maison de la semence
G.R.A.I.N. / Via Campesina
Collectif Liberté Justice Palestine
Chroniques pour la Palestine
Moyen-Orient et monde arabe / Georges Corm
Réseau RESF
Réseau Solidarité Rroms
Egalité des droits / Antiracisme
Une école pour tou(te)s
Survie / Françafrique
Quelle connerie la guerre !
Collectif "personne à la rue !"
Justice sociale / Droits sociaux
Assises droits sociaux
Forum des droits sociaux
Logement
Non au CPE !
Santé
Services publics
Travail / Emploi / Retraite
Portail pour l’accès aux droits sociaux
Le travail social dans la crise
Terrain d’entente
Groupe de réflexion "travail travail !"
Réseau salariat
Ecole / Education populaire
Justice écologique
Collectif Action Climat - CLAC
Sortir du nucléaire
Démocratie
Démocratie participative
Porto Alegre/St-Etienne
Libertés
Europe
Sortir du capitalisme
TAFTA
Changer la mondialisation ?
Forums sociaux
Changer la gauche ?
Gouvernement Hollande-Ayrault-Valls
Gouvernement Sarkozy
Chronique d’une élue citoyenne
Ville de Saint-Etienne
Conseil municipal
Elections municipales 2008
C’est notre histoire
Culture / idées
Les Héroïnes
Libres paroles
Des livres, des films, des sites...
Cafés citoyens au Remue-Méninges
Atelier de philosophie
Université Populaire - Laboratoire Social / Collectif Malgré Tout
Médias
Qui sommes-nous
Réseaux/Associations
APRÈS L’INCENDIE DU SQUAT DE LA RUE ROGER SALENGRO À SAINT-ETIENNE
44 personnes à la rue, dont 14 enfants
Le réseau de solidarité demande leur relogement.
mardi 12 mai 2009


Le bâtiment de la rue Salengro, près du centre-ville de St-Etienne, dans lequel vivaient plusieurs familles Rroms, avec 14 enfants, a brûlé ce lundi matin très tôt. Quelques personnes et des enfants sont hébergées dans des familles, les autres ont passé la nuit sous le kiosque de la place Jean Jaurès, après l’absence de toute solution de relogement de la part de la Préfecture et de la mairie.
Le réseau de solidarité avec les familles Rroms a tenu à 12h une conférence de presse, sous le kiosque, en présence de plusieurs responsables d’autres associations stéphanoises (lire ci-dessous). Une réunion des associations pour le relogement des familles à la rue de la région stéphanoise (réunion déjà prévue, car 40 personnes de familles vivaient déjà à la rue, selon la DDASS) aura lieu ce jeudi à 18h à la Bourse du travail (salle 66) à l’initiative de RESF. Concernant la situation des familles Rroms de la rue Salengro, une réunion aura lieu en mairie avec deux adjoints ce mardi à 14h...
Pour ce mardi, le réseau de solidarité avec les familles Rroms donne rendez vous à 18H, au kiosque de la place Jean Jaurès, à toutes celles et tous ceux qui le pourront pour envisager la suite en vue du relogement des familles de Salengro.



photos Marie-Pierre Vincent


Les informations données ce lundi à midi par Georges Gunther, pour le réseau de solidarité avec les familles Rroms...

Ce matin entre 5H et 5H30, un important incendie a détruit une bonne partie du squat du 61 rue Roger Salengro, ou vivait plusieurs familles rroms.
L’origine de l’incendie reste à déterminer. La police scientifique fait son travail.
L’incendie a pris en sous sol, du côté de la rue Rouget de Lisle, où il n’y a aucune famille.
Heureusement, cette foi ci il n’y a pas de victimes. En catastrophe les personnes on juste eu le temps avec leurs enfants de quitter l’immeuble, au milieu de la fumée.
44 personnes dont 14 enfants sont donc à la rue et ont tout perdu, un fois encore.

Cet évènement dramatique confirme que cette solution de squat, à laquelle ces familles sont contraintes par le positionnement des responsables politiques et des institutions, est dangereux et indigne. Il produit des tensions et dégrade le tissu social.
Nous ne pouvons pas accepter que des personnes, des familles, des enfants vivent sans WC, sans eau, sans chauffage, au milieu de branchements électriques sommaires.

Pour l’heure, les adjoints au maire et le directeur de cabinet du préfet, présents ce matin sur place, refusent d’envisager toutes solutions de relogement. Les adjoints au maire renvoient le problème à la responsabilité de l’Etat. Le directeur de cabinet du préfet explique de son côté que « les dispositifs d’urgence sont pleins comme un œuf et que les situations illégales (il parle des squats), n’ont pas vocation à perdurer. »
Ces familles avec enfants sont donc abandonnées, laissées à la rue sans aucun soutien.

Pour notre part, nous pensons qu’il faut sortir du système des squats. Ces personnes sont mises en danger. Nous l’avons rappelé déjà à plusieurs reprises : nous demandons l’ouverture de lieux d’hébergement décents et durables, dans quelques uns des nombreux bâtiments vacants sur l’agglomération stéphanoise. La préfecture, la mairie, St-Etienne Métropole, le Conseil Général, vont-ils attendre un évènement plus dramatique pour faire face à leurs responsabilités ?
Régler l’hébergement de ces personnes, de ces enfants à la rue, qui ont tout perdu, n’est pas impossible, surtout sur l’agglomération stéphanoise où il existe de nombreux immeubles vacants. C’est avant tout une question de positionnement politique.

Nous sommes dans le débat politique pour les élections européennes, on parle d’Europe, des droits en Europe et on est incapable de régler le problème des droits élémentaires pour la grande minorité européenne que sont les rroms.
Il faut donner à cette question, localement et au niveau européen, une solution politique durable. Les droits au logement, à la scolarisation, à la santé, au travail, sont des droits fondamentaux qu’il est nécessaire d’assurer à tous.

Le réseau de solidarité avec les familles rroms, après une discussion avec les familles, a décidé d’ouvrir un campement pour ces familles place Jean Jaurès, au kiosque. Nous en appelons à la solidarité de tous, il y a besoin de monde pour soutenir ces familles, de matelas, de couvertures, de sacs poubelles, de chaises d’une ou deux tables, de nourriture à manger froid (pain, jambon, légumes, fruits, café...), de l’eau.

Suite à une concertation avec plusieurs associations, un rendez vous à lieu ce lundi soir à 17H30 au kiosque, pour aller devant la préfecture puis devant la mairie, demander l’ouverture de discussions pour l’ouverture de lieux d’hébergement pour ces familles.





Dernières nouvelles...

Les Rroms et leurs enfants sont-ils des êtres humains ? La question doit être posée, et à cette question là il n’y a que deux réponses possibles.
Normalement, quand un logement ou un immeuble brûle ou s’effondre, et que des familles se retrouvent à la rue, les autorités publiques prennent des dispositions pour leur “offrir” un hébergement provisoire. Surtout s’il y a des enfants. Il doit même y avoir un “plan” avec un nom pour cela. Parfois, et même pour moins que ça, une cellule psychologique est mise en place pour soutenir les personnes. Apparemment certains pensent que ceci ne vaut pas si on est Rrom. Pourraient-ils mettre en mots leur pensée ?
Hier lundi, les pompiers ont fait leur travail, éteint l’incendie et sécurisé le bâtiment. Des policiers (police nationale et police municipale), ont interdit toute la journée l’entrée du bâtiment, normal. Et vers 19h, les familles ont pu entrer à tour de rôle pour récupérer des papiers et quelques couvertures dans les deux étages qui n’ont pas brûlé.
Il y a eu aussi dès le matin des réactions de solidarité du côté des voisins. Et puis dans la journée, des gens et des associations ont apporté de la nourriture et des couvertures à Jean Jaurès.
Le matin, des élus sont venus - MM Ferrara, Fayol-Noireterre, Mme Bianchin - ainsi que le Directeur de cabinet du Préfet, qui paraissait surmonter l’épreuve d’un coeur léger. Et puis rien. Au fil des heures, il s’est confirmé que ni la Préfecture - dont c’est d’abord le boulot - ni la mairie, n’entendaient proposer de solution d’hébergement d’urgence pour les familles à la rue.
Les Rroms et les enfants Rroms sont-ils des êtres humains ? On est désolé d’avoir à poser cette question.

En fin d’après-midi, une délégation d’une trentaine de personnes, dont plusieurs responsables associatifs, s’est rendue en Préfecture. Portes immédiatement barricadées. Elle est allée ensuite en mairie. Discussion surréaliste à travers le cafuron de la porte de l’entrée du garage (voir photo ci-dessus), avec la Police municipale puis avec un élu. Mais rendez-vous obtenu pour ce mardi à 14h avec deux adjoints et le directeur de cabinet du Maire...
Il serait bien d’arrêter de se renvoyer la balle, entre préfecture et mairie, et de proposer des solutions d’hébergement d’urgence pour les familles et enfants qui sont à la rue. Ce ne sont pas les bâtiments vides qui manquent dans la région stéphanoise...

Le bâtiment qui a brûlé se trouve entre les rues Roger Salengro (n°61) et Rouget de Lisle (n°48), au pied de la colline du Crêt de Roch. Du côté de la rue Salengro (dans laquelle les immeubles abandonnés sont très nombreux), il y a un rez de chaussée et 2 étages. C’est là que vivaient les familles. Le rez de chaussée a brûlé. Heureusement, les familles ont pu évacuer l’immeuble en quelques minutes, avant de se faire coincer par les flammes. Une femme a quand même du sauter par la fenêtre. Mais les pompiers sont arrivés très vite.
Le feu a pris dans les deux niveaux en dessous, qui sont les deux premiers niveaux du côté de la rue Rouget de Lisle (le bâtiment a 5 niveaux de ce côté là). Personne n’habitait dans ces deux niveaux là, et la porte sur la rue est restée fermée pendant des mois, et n’a été ouverte que depuis quelques jours, pour sortir des ordures. Etonnant que le feu ait pris là, à 5h du matin. Quelqu’un dit avoir entendu une explosion. Il faut attendre les résultats de l’enquête de police pour en savoir plus...

La question urgente, quoi qu’il en soit, c’est de trouver un hébergement d’urgence pour ces familles. Qui ne sont pas les seules à la rue dans la région stéphanoise, d’ailleurs : la DDASS indiquait récemment à RESF que 40 personnes, de familles, avec des enfants, étaient à la rue à St-Etienne, sans parler des “isolés” qu’elle ne comptabilise pas. Alors que des dizaines d’immeubles divers sont vides. Que vaut alors la position de la Préfecture disant que “les dispositifs d’urgence sont pleins comme un oeuf” ? Ils se lavent les mains de cette situation ?
C’est pourquoi plusieurs associations avaient décidé d’interpeller les élus et le Préfet, avant même cet incendie.
Il est bon de savoir aussi que depuis hier, suggestion est faite de divers côtés (par un responsable de service de la mairie, du côté “renseignements généraux” aussi...) d’ouvrir un nouveau squat ! ! - Eh oui, c’est difficile à croire, ça, mais c’est pourtant la vérité -. Une “solution” que le réseau de solidarité refuse.
Parce que l’attitude raisonnable est de se mettre autour d’une table et de trouver ensemble de vraies solutions pour que chaque famille ait un toit.

Roger Dubien.




Dans la même rubrique :
Rroms : les départs ANAEM, une drôle d’histoire...
Voici des résultats de la politique d’expulsion des familles Rroms à St-Etienne...
“Roms de France, Roms en France, le peuple du voyage” : conférence-débat avec Jean-Pierre Dacheux
St-Etienne : soirée de solidarité avec les Roms à l’initiative de la Cimade
Les affaires des familles Rroms ont été détruites et les locaux de l’école de Montplaisir ont été saccagés
La discussion sur la situation des Roms au Conseil municipal et au CCAS de St-Etienne, et à l’Assemblée Nationale...
Témoignages des familles Roms expulsées du terrain du Clapier à Saint-Etienne.
La ville de St-Etienne fait leur fête aux enfants Rroms
Une première famille installée dans un logement, grâce à la ville de St-Chamond
1000 à St-Etienne contre la chasse aux Rroms, la xénophobie et la dérive sécuritaire




Proposer un article | Nous contacter | Plan du site | Admin | Accueil