Réseaux citoyens de St-Etienne
Accueil Qui sommes-nous Nous contacter Nous aider Plan du site Admin
   
Vous êtes ici : Collectif Liberté Justice Palestine > Nétanyahou : un archipel de bantoustans pour les Palestiniens, s’ils renoncent définitivement à la justice et aux droits humains
A la une
Agenda
Albums photos
Images à la une
Envoyez la musique !
La France insoumise / Jean-Luc Mélenchon
Nous sommes Grecs
Agroécologie
Agriculture paysanne
AMAP et réseau des AMAP
AMAP-Saint-Etienne
L’avenir du mouvement des AMAP
Les Amap dans la Loire
FAQ - De la ferme au quartier
Collectif Zérogm42
Collectif "nourrir l’humanité"
Maison de la semence
G.R.A.I.N. / Via Campesina
Collectif Liberté Justice Palestine
Chroniques pour la Palestine
Moyen-Orient et monde arabe / Georges Corm
Réseau RESF
Réseau Solidarité Rroms
Egalité des droits / Antiracisme
Une école pour tou(te)s
Survie / Françafrique
Quelle connerie la guerre !
Collectif "personne à la rue !"
Justice sociale / Droits sociaux
Assises droits sociaux
Forum des droits sociaux
Logement
Non au CPE !
Santé
Services publics
Travail / Emploi / Retraite
Portail pour l’accès aux droits sociaux
Le travail social dans la crise
Terrain d’entente
Groupe de réflexion "travail travail !"
Réseau salariat
Ecole / Education populaire
Justice écologique
Collectif Action Climat - CLAC
Sortir du nucléaire
Démocratie
Démocratie participative
Porto Alegre/St-Etienne
Libertés
Europe
Sortir du capitalisme
TAFTA
Changer la mondialisation ?
Forums sociaux
Changer la gauche ?
Gouvernement Hollande-Ayrault-Valls
Gouvernement Sarkozy
Chronique d’une élue citoyenne
Ville de Saint-Etienne
Conseil municipal
Elections municipales 2008
C’est notre histoire
Culture / idées
Les Héroïnes
Libres paroles
Des livres, des films, des sites...
Cafés citoyens au Remue-Méninges
Atelier de philosophie
Université Populaire - Laboratoire Social / Collectif Malgré Tout
Médias
Qui sommes-nous
Réseaux/Associations
Nétanyahou : un archipel de bantoustans pour les Palestiniens, s’ils renoncent définitivement à la justice et aux droits humains
lundi 15 juin 2009, par Roger Dubien


Nétanyahou a donné hier ce qui est présenté comme la réponse israélienne au discours d’Obama au Caire le 4 juin. Sa réponse était annoncée notamment sur deux points : la création d’un Etat palestinien, et le “gel” des colonies israéliennes en Cisjordanie.

-  Israël déclare accepter l’idée d’un Etat palestinien qui n’en serait pas un et ne verra jamais le jour. "A chacun son drapeau, à chacun son hymne (...). Le territoire alloué aux Palestiniens sera sans armée, sans contrôle de l’espace aérien...” Par démilitarisé il faut surtout comprendre : sous contrôle. Comme Gaza, sans doute.
Mépris total du droit international et de dizaines de décisions de l’ONU. Jérusalem, dont la partie Est (qui aurait du selon l’ONU être la capitale d’un Etat palestinien) est en cours d’annexion avec expulsion des habitants et démolition des maisons palestiniennes, Jérusalem serait la “capitale indivisible” d’Israël.
Et la condition pour concéder ce bantoustan - ou protectorat, comme on veut -, c’est que les Palestiniens reconnaissent Israël comme “Etat juif”. Un Etat juif, c’est le contraire d’un Etat de tous ses citoyens. C’est un Etat dans lequel les 1 400 000 palestiniens aujourd’hui israéliens n’ont pas les mêmes droits que les israéliens juifs. Et cet Etat juif serait étendu aux parties de la Cisjordanie d’ores et déjà colonisées, en attendant le reste. C’est un Etat d’apartheid.
Les 1,4 millions de Palestiniens israéliens (les “Palestiniens de 1948”) sont effacés. Mais les réfugiés de 1948 (qui vivent avec leurs enfants dans des camps de la misère, depuis 60 ans, en Jordanie, au Liban, en Syrie, ou dans la diaspora palestinienne dans le monde entier) le sont aussi, et devraient accepter de ne jamais pouvoir revenir sur la terre dont ils ont été chassés par la guerre. La question des réfugiés doit être résolue "hors des frontières" d’Israël, car “leur retour va à l’encontre du maintien d’Israël comme Etat juif" a dit Nétanyahou.
(Sur ce sujet, voir le dernier texte de Pierre Stambul : "Etat juif ou société de tous ses citoyens ? Etat juif et démocratique ou Etat raciste ?" )

-  la colonisation continuera. Nétanyahou dit certes qu’il ne veut pas créer de nouvelles colonies (il n’a pas besoin de le faire : elles apparaissent ici et là et sont “légalisées” ou non plus tard...) mais il annonce la poursuite de “l’expansion naturelle” des blocs actuels de colonies “de Judée et Samarie” (appellation israélienne de la Cisjordanie). Donc, non seulement il ne démantèle pas les colonies existantes (environ 300 000 colons sont actuellement en Cisjordanie, et 180 000 à Jérusalem Est, ils accaparent les terres, les ressources en eau, construisent un tissu de routes réservées...) mais il refuse même le gel de la colonisation en l’état. "Je ne souhaite pas faire construire de nouvelles colonies ou confisquer des terres à cette fin mais il faut permettre aux habitants des implantations de vivre normalement". Les constructions continueront pour répondre aux besoins de la "croissance naturelle". L’espace vital en quelque sorte.
En 2008 il y avait 120 colonies “officielles” en Cisjordanie et 290 000 colons, et des dizaines de colonies “sauvages”. Et selon un plan révélé en mars 2009, 73 000 logements supplémentaires sont prévus en Cisjordanie. Et la multiplication par deux du nombre de colons dans les prochaines années, car la grande affaire de la période pour Israël est l’annexion de l’essentiel de la Cisjordanie occupée depuis 1967.
Jeff Halper, Directeur du Comité israélien contre les démolitions de maisons (ICAHD), qui estime que « derrière une façade de mécanismes administratifs anodins, Israël a mis en place un régime répressif, visant à nier de façon permanente l’autodétermination, la citoyenneté et des droits humains et civils fondamentaux des Palestiniens”, dit, lui, que “la construction de près de 250 colonies juives de peuplement, la démolition de quelques 24.000 maisons palestiniennes, le blocus économique et la construction d’un mur aussi haut que celui de Berlin et cinq fois plus long » a confiné la population palestinienne dans 70 enclaves ne pouvant communiquer entre elles. Et conclut :« comment est possible un pays souverain dans ces conditions ? »

Le territoire de l’Etat palestinien que Nétanyahou dit vouloir concéder serait donc un archipel de bantoustans, forcément dirigé par des collaborateurs. Ce que porte cette politique - le sionisme - c’est l’injustice et la guerre sans fin.

Est-ce que les Palestiniens peuvent accepter ça ? Comme le dit Mustapha Barghouti, la poursuite de cette politique “ne laisse que deux options sur la table : un apartheid permanent pour les Palestiniens vivant sous la loi israélienne ou un État avec des droits égaux pour tous.”
De plus en plus de Palestiniens estiment aujourd’hui dépassée la solution à deux Etats.

Pendant ce temps là, le blocus de Gaza continue, 5 mois après la tuerie. Il y a toujours 11 600 résistants palestiniens dans les prisons israéliennes, dont plus de 400 enfants...
Les Palestiniens ne peuvent pas accepter ça. Est-ce que le monde peut accepter ça ?


Obama : des mots nouveaux. Mais après ?


Le 4 juin au Caire, Barak Obama a fait un discours “de réconciliation avec le monde musulman” mondialement médiatisé : “L’Amérique n’est pas et ne sera jamais en guerre contre l’Islam”. C’est certes une façon très particulière et discutable de prendre les problèmes, mais c’est évidemment tout autre chose que la “guerre des civilisations” de Bush et des néo-conservateurs US. Ce discours a été présenté comme un changement profond de la politique des USA. Tellement de monde espère ce changement...
Mais concernant la Palestine, qu’à dit Obama au Caire ? Pas grand chose de concret, en fait. Il a certes reconnu que “la situation du peuple palestinien est intolérable”, a parlé d’”occupation”... Pour conclure que la solution est pour lui 2 Etats.
Au passage, il a validé l’idée d’une “patrie juive”. Implicitement Obama identifie israéliens et juifs (que fait-on alors des 1,4 millions de Palestiniens aujourd’hui israéliens ?). Pour les palestiniens, il parle de musulmans et de chrétiens. La possibilité que les juifs, les musulmans et les chrétiens puissent vivre ensemble dans un même Etat n’est pas envisagée.
Obama a appelé les palestiniens à renoncer à la violence (la “résistance par la violence et le meurtre qui est une mauvaise voie”). Mais n’a rien dit sur la violence d’Israël et la récente tuerie de Gaza.
Obama a dit qu’Israël doit arrêter la colonisation, mais n’a pas parlé de l’avenir des colonies actuelles (300 000 colons en Cisjordanie + 180 000 à Jérusalem Est), ni du mur.
A propos du futur Etat palestinien, il ne dit rien de plus précis. Il a parlé des camps de réfugiés, mais n’a dit rien du retour chez eux des réfugiés de la guerre de 1948...

Evidemment, ceci est déjà trop pour les plus extrémistes des extrémistes israéliens qui parlent de “Barack Hussein Obama”. Et apparemment, ce discours a inquiété les dirigeants israéliens, habitués à un soutien total depuis des décennies à leur politique coloniale et d’apartheid. Mais concrètement, pour le moment, cela n’annonce pas de réel changement pour les Palestiniens.
Faut-il entendre ce discours avec l’éclairage du  « smart power » , le “pouvoir de l’intelligence”, qui est la nouvelle doctrine américaine telle qu’elle a été explicitée par Hilary Clinton : « nous devons avoir recours à ce qui a été appelé ‘le pouvoir de l’intelligence’, l’ensemble des outils à notre disposition : diplomatiques, économiques, militaires, politiques, légaux, et culturels - il faut choisir le bon outil, ou la bonne combinaison d’outils, la mieux adaptée à chaque situation ». S’y prendre autrement, donc. Mais pour aller où ? Pour quels objectifs ?

Après le discours de Nétanyahou, Obama a parlé d’”important pas en avant”. Que veut faire Obama ? La question est ouverte. Il faut rappeler l’énormité du soutien des USA à Israël : rien que du point de vue militaire, les USA fournissent officiellement une aide annuelle de 2,4 milliards de dollars à Israël... Si Obama veut obliger Israël à respecter le droit international, il a des moyens...
Quant au gouvernement français, on apprend qu’il est d’accord avec la perspective tracée par Nétanyahou. Nétanyahou qui est d’ailleurs invité par Sarkozy à Paris le 24 juin...
Et l’Europe ? Le fasciste Avigdor Lieberman, ministre des affaires étrangères d’extrême droite d’Israël est reçu ce lundi même à Luxembourg.

Reste la solidarité des peuples. Le mouvement de boycott, désinvestissements et sanctions contre Israël qui continue à s’affirmer et à se renforcer...

Roger Dubien.


L’offre de paix de Nétanyahou / Carlos Latuff - http://latuff2.deviantart.com

Publié par Haitham Sabbah http://sabbah.biz/mt

Voir aussi d’autres dessins de Carlos Latuff sur la Palestine http://www.urgencepalestine.ch/Activites/postersLatuff.html

Mustafa Barghouthi rejette catégoriquement l’exigence de Netanyahu de reconnaître Israël comme un État juif...

Voir : http://www.palestinemonitor.org

Mustafa Barghouthi, secrétaire général de l’Initiative nationale palestinienne et membre du Conseil législatif palestinien, a catégoriquement rejeté l’exigence de Netanyahu de reconnaître Israël comme un État juif.

(...) "Ce n’est pas un Etat du seul peuple juif. C’est aussi l’Etat des Palestiniens qui y vivent, et ainsi, cela devrait être un État de tous ses habitants, c’est ce que pensent les peuples civilisés et c’est ce que veut la démocratie. "

"Si nous appelons Israël un Etat juif et l’Espagne un Etat catholique et quelques autres pays des États musulmans, alors où allons-nous déménager ? La vérité est que 20 pour cent de la population d’Israël est aujourd’hui composée de Palestiniens, qui vivaient déjà sur cette terre avant la création de l’Etat d’Israël lorsque l’ensemble de ce pays s’appelait Palestine. Dire que c’est un État juif ne signifie rien d’autre que consolider le racisme et l’apartheid. "

Barghouthi a comparé l’idée de Netanyahu d’un État palestinien indépendant aux ghettos de l’Allemagne nazie et à l’apartheid en Afrique du Sud.

"Il n’a pas parlé d’un Etat, il a parlé d’un ghetto, un bantoustan, où les gens avaient une autorité autonome. Même dans un bantoustan dans le cadre du système d’apartheid, ils avaient un roi, mais cela ne voulait rien dire. Aujourd’hui, ce que M. Netanyahou présente n’est rien de plus que le modèle du ghetto et du bantoustan. Mais maintenant il veut appeler ça un Etat. "

"Mais dites-moi quelle est la valeur d’un État qui n’a pas de souveraineté, qui reste sous le contrôle israélien ? Je ne vois rien de neuf dans cette approche, au contraire, je vois quelque chose de plus pervers dans sa démarche."


Voir aussi la réaction d’Alain Gresh : Le discours de M. Nétanyahou, un non-événement : http://blog.mondediplo.net


Des rendez-vous contre l’occupation et l’apartheid en Palestine

-  Rassemblement à Lyon ce mercredi 17 juin pour protester et exiger l’annulation de la conférence « TECHNION : des pépinières d’entreprises pour INNOVER et RÉUSSIR » organisée par la Chambre de commerce France-Israël Rhône-Alpes, une conférence parrainée par MM Thierry Philip, maire du 3ème arrondissement de Lyon, et organisée apparemment avec le concours du Conseil Régional Rhône-Alpes.
TECHNION n’est pas simplement l’université prestigieuse d’israël, c’est une université du complexe militaro-industriel d’un Etat criminel de guerre, ses chercheurs ont contribué, avec Israel Aircraft Industries, au développement des drones (avions sans pilote)
Des chercheurs de technion utilisent un technologie électro-optique pour localiser les tunnels de Gaza !
Enfin, il est de notoriété publique que l’armée israélienne finance, directement ou non, plusieurs projets, qu’il s’agisse de sécurité ou de nouvelles technologies.
Pas de business avec un Etat criminel.
Rassemblement mercredi 17 juin à 18 h devant l’E.N.S 46 allée d’Italie 69007 Lyon (Métro Debourg) à l’appel de Collectif Palestine 69 - Génération Palestine - Resistance palestine. (Voir)

-  Mercredi 24 juin, de Nimes à Montpellier, marche contre l’apartheid en Palestine - NON à l’implantation de l’entreprise israélienne Agrexco à Sète ! (voir )
Georges Frêche, président de la Région Languedoc Roussillon vient de finaliser un accord commercial avec la société israélienne AGREXCO, spécialisée dans l’import-export de fruits, légumes et fleurs provenant des colonies israéliennes. Cet accord fera du port de Sète la plateforme qui écoulera ces produits dans toute l’Europe et fera ainsi d’Israël « le nouvel allié commercial de la Région ». La Région investira 200 millions d’euros dans ce projet tandis que les Israéliens investiront 30 millions d’euros !
Ce projet est intolérable ! Rappelons que 5 mois après le carnage de Gaza, la Cisjordanie est plus que jamais spoliée, violée et martyrisée par des centaines de milliers de colons qui volent les terres, s’accaparent des ressources en eau, détruisent des centaines de milliers d’Oliviers et brutalisent la population palestinienne qui vit dans un véritable cauchemar. Nous, défenseurs des droits de l’homme, citoyens français, contribuables de la région, considérons cet accord comme une véritable provocation !
Dans le cadre de la dynamique du boycott des produits israéliens initiée par les palestiniens, nous, citoyens nîmois, lançons une marche pacifique et non violente afin d’exiger l’annulation de l’accord avec AGREXCO et afin de dénoncer l’apartheid que subit le peuple Palestinien depuis tant d’années.
Nous vous appelons à nous rejoindre pour cette marche qui partira de la mairie de Nîmes le mercredi 24 juin à 9h30. La marche rejoindra le lendemain la manifestation a Montpellier contre le projet AGREXCO qui partira du Conseil Régional jeudi 25 juin à 18h.
Voir Blog : http://resistances30.skyrock.com
Voir aussi une vidéo avec un reportage de France3




Dans la même rubrique :
Jonathan Cook : "Vers la prochaine Intifada"...
Palestine-Israël : quelques réflexions
Avi Shlaim : “Comment Israël a mené la bande de Gaza au bord d’une catastrophe humanitaire”
Gaza-Palestine : arrêter la destruction du peuple palestinien !
De retour de la Bande de Gaza, 18 - 24 janvier 2009
Protester contre les crimes de guerre à Rafah
Annapolis : capitulation de l’OLP ?
Non à l’implantation de l’entreprise israélienne Agrexco à Sète
Liberté pour Sa’id Atabeh, enfermé depuis 27 ans dans les prisons israéliennes !
Des forces israéliennes assoiffées de guerre




Proposer un article | Nous contacter | Plan du site | Admin | Accueil