Réseaux citoyens de St-Etienne
Accueil Qui sommes-nous Nous contacter Nous aider Plan du site Admin
   
Vous êtes ici : Cafés citoyens au Remue-Méninges > "Misères du présent, richesse du possible"
A la une
Agenda
Albums photos
Images à la une
Envoyez la musique !
La France insoumise / Jean-Luc Mélenchon
Nous sommes Grecs
Agroécologie
Agriculture paysanne
AMAP et réseau des AMAP
AMAP-Saint-Etienne
L’avenir du mouvement des AMAP
Les Amap dans la Loire
FAQ - De la ferme au quartier
Collectif Zérogm42
Collectif "nourrir l’humanité"
Maison de la semence
G.R.A.I.N. / Via Campesina
Collectif Liberté Justice Palestine
Chroniques pour la Palestine
Moyen-Orient et monde arabe / Georges Corm
Réseau RESF
Réseau Solidarité Rroms
Egalité des droits / Antiracisme
Une école pour tou(te)s
Survie / Françafrique
Quelle connerie la guerre !
Collectif "personne à la rue !"
Justice sociale / Droits sociaux
Assises droits sociaux
Forum des droits sociaux
Logement
Non au CPE !
Santé
Services publics
Travail / Emploi / Retraite
Portail pour l’accès aux droits sociaux
Le travail social dans la crise
Terrain d’entente
Groupe de réflexion "travail travail !"
Réseau salariat
Ecole / Education populaire
Justice écologique
Collectif Action Climat - CLAC
Sortir du nucléaire
Démocratie
Démocratie participative
Porto Alegre/St-Etienne
Libertés
Europe
Sortir du capitalisme
TAFTA
Changer la mondialisation ?
Forums sociaux
Changer la gauche ?
Gouvernement Hollande-Ayrault-Valls
Gouvernement Sarkozy
Chronique d’une élue citoyenne
Ville de Saint-Etienne
Conseil municipal
Elections municipales 2008
C’est notre histoire
Culture / idées
Les Héroïnes
Libres paroles
Des livres, des films, des sites...
Cafés citoyens au Remue-Méninges
Atelier de philosophie
Université Populaire - Laboratoire Social / Collectif Malgré Tout
Médias
Qui sommes-nous
Réseaux/Associations
CAFÉ CITOYEN AUTOUR DE LA PENSÉE D’ANDRÉ GORZ
"Misères du présent, richesse du possible"
Mercredi 2 septembre à 19h au Remue-méninges
lundi 24 août 2009, par Josiane Reymond


Dans ce livre, GORZ prétend que la sortie du capitalisme n’a jamais été aussi actuelle, et il s’explique.
Dans une première partie, il évoque différents éléments de l’histoire de ces deux derniers siècles qui expliquent comment le libéralisme économique a pu se développer à l’échelle de la planète et les effets dévastateurs de la dictature des marchés financiers sur les Etats, sur les hommes, sur nos représentations (la culture qui s’est ainsi développée).
GORZ nous propose de savoir repérer les prémices de nouvelles aspirations humaines, de "s’emparer de ce qui change" pour envisager une autre société, avec d’autres valeurs, pour refonder les solidarités.

Pour lui, le coeur du problème c’est d’arriver à déconnecter le travail du droit d’avoir des droits, sortir de l’imaginaire salarial et marchand.
Enfin, il nous partage sa réflexion sur ce qu’il envisage comme propositions possibles, concrètes pour construire "une société multiactive du temps choisi".

Josiane Reymond


Il faut apprendre à discerner les chances non réalisées qui sommeillent dans les replis du présent. Il faut vouloir s’emparer de ces chances, s’emparer de ce qui change. Il faut oser rompre avec cette société qui meurt et qui ne renaîtra plus. Il faut oser l’Exode. Il faut ne rien attendre des traitements symptomatiques de la " crise ", car il n’y a plus de crise : un nouveau système s’est mis en place qui abolit massivement le " travail ". Il restaure les pires formes de domination, d’asservissement, d’exploitation en contraignant tous à se battre contre tous pour obtenir ce " travail " qu’il abolit.
Ce n’est pas cette abolition qu’il faut lui reprocher : c’est de prétendre perpétuer comme obligation, comme norme, comme fondement irremplaçable des droits et de la dignité de tous ce même " travail " dont il abolit les normes, la dignité et l’accessibilité.
Il faut oser vouloir l’Exode de la " société de travail " : elle n’existe plus et ne reviendra pas. Il faut vouloir la mort de cette société qui agonise afin qu’une autre puisse naître sur ses décombres. Il faut apprendre à distinguer lés contours de cette société autre derrière les résistances, les dysfonctionnements, les impasses dont est fait le présent. Il faut que le " travail " perde sa centralité dans la conscience, la pensée, l’imagination de tous : il faut apprendre à porter sur lui un regard différent ; ne plus le penser comme ce qu’on a ou n’a pas, mais comme ce que nous faisons. Il faut oser vouloir nous réapproprier le travail.

Editeur : Galilée (septembre 1997)
ISBN-10 : 2718604514
ISBN-13 : 978-2718604510


Un autre texte récent (2007) d’André Gorz : La sortie du capitalisme a déjà commencé


Les cafés citoyens sont une initiative des Réseaux citoyens de Saint-Etienne et du café-lecture Le Remue-Méninges. Les rencontres ont lieu chaque mois au Remue-Méninges, 59 rue Désiré Claude (près de la fac de Tréfilerie)
http://leremuemeninges.wordpress.com




Dans la même rubrique :
À l’école des compétences - De l’éducation à la fabrique de l’élève performant
Création d’un café citoyen avec le Remue-méninges
Réflexion autour du livre de Patrick Coupechoux : “Un monde de fous”...
Eloge de la désobéissance
“Qu’est ce que l’empreinte écologique ?” : café citoyen avec Natacha Gondran
“Les riches détruisent la planète” (Kempf)... Et nous, quelles alternatives construisons-nous ?
Angélique del Rey et Miguel Benasayag présentent leurs nouveaux livres : “A l’école des compétences” et “Organismes et artefacts"
Isabelle Stengers : “Au temps des catastrophes - résister à la barbarie qui vient”
Café citoyen avec Angélique Del Rey autour de son livre “Eloge du conflit”
“L’école des compétences” : vers une école réduite à une "fabrique de ressources humaines” pour la compétition économique néolibérale ?




Proposer un article | Nous contacter | Plan du site | Admin | Accueil