Réseaux citoyens de St-Etienne
Accueil Qui sommes-nous Nous contacter Nous aider Plan du site Admin
   
Vous êtes ici : Atelier de philosophie > “La vie n’est pas quelque chose de personnel...” Rencontre avec Miguel Benasayag et Angélique Del Rey
A la une
Agenda
Albums photos
Images à la une
Envoyez la musique !
La France insoumise / Jean-Luc Mélenchon
Nous sommes Grecs
Agroécologie
Agriculture paysanne
AMAP et réseau des AMAP
AMAP-Saint-Etienne
L’avenir du mouvement des AMAP
Les Amap dans la Loire
FAQ - De la ferme au quartier
Collectif Zérogm42
Collectif "nourrir l’humanité"
Maison de la semence
G.R.A.I.N. / Via Campesina
Collectif Liberté Justice Palestine
Chroniques pour la Palestine
Moyen-Orient et monde arabe / Georges Corm
Réseau RESF
Réseau Solidarité Rroms
Egalité des droits / Antiracisme
Une école pour tou(te)s
Survie / Françafrique
Quelle connerie la guerre !
Collectif "personne à la rue !"
Justice sociale / Droits sociaux
Assises droits sociaux
Forum des droits sociaux
Logement
Non au CPE !
Santé
Services publics
Travail / Emploi / Retraite
Portail pour l’accès aux droits sociaux
Le travail social dans la crise
Terrain d’entente
Groupe de réflexion "travail travail !"
Réseau salariat
Ecole / Education populaire
Justice écologique
Collectif Action Climat - CLAC
Sortir du nucléaire
Démocratie
Démocratie participative
Porto Alegre/St-Etienne
Libertés
Europe
Sortir du capitalisme
TAFTA
Changer la mondialisation ?
Forums sociaux
Changer la gauche ?
Gouvernement Hollande-Ayrault-Valls
Gouvernement Sarkozy
Chronique d’une élue citoyenne
Ville de Saint-Etienne
Conseil municipal
Elections municipales 2008
C’est notre histoire
Culture / idées
Les Héroïnes
Libres paroles
Des livres, des films, des sites...
Cafés citoyens au Remue-Méninges
Atelier de philosophie
Université Populaire - Laboratoire Social / Collectif Malgré Tout
Médias
Qui sommes-nous
Réseaux/Associations
A L’OCCASION DE LA FÊTE DU LIVRE DE SAINT-ETIENNE
“La vie n’est pas quelque chose de personnel...” Rencontre avec Miguel Benasayag et Angélique Del Rey
Samedi 24 octobre à 21h au Remue-méninges, 59 rue Désiré Claude
mardi 8 septembre 2009


 “Ça peut sembler drôle un psychanalyste qui croit que la vie n’est pas quelque chose de personnel, mais ce que l’on nomme la personne, le moi, n’est qu’une toute petite partie de soi. Et la question aujourd’hui c’est : nous sommes liés, mais comment ?..." 

La Fête du Livre 2009 aura lieu les 23-24 et 25 octobre. Le café-lecture le Remue-Méninges y participe et organise plusieurs rencontres, soit sous le stand qu’il animera Place Jean Jaurès soit au café-lecture, 59 rue Désiré Claude.

La Fête du livre est placée sous un “thème”. Cette année, le thème choisi est “l’autre”...
On connaît ces mots de Deleuze : “La vie n’est pas quelque chose de personnel”. Cette question est au coeur du travail de Miguel Benasayag et d’Angélique Del Rey, qui seront présents, à l’invitation du Café-lecture et de la Librairie Lune et l’Autre.
Ils signeront leurs livres samedi après-midi sous le chapiteau de la place de l’Hôtel de ville au stand de la librairie Lune et l’Autre...
Et le soir, à 21h, une rencontre avec eux aura lieu au Remue-Méninges, 59 rue Désiré Claude.

“Aujourd’hui, la question de nos liens, aux uns et aux autres, aux situations qui sont les nôtres, à nos territoires, historiques, géographiques, sociaux, est effectivement essentielle. A l’heure de la déterritorialisation, du fantasme de l’individu "nouveau nomade" sans territoire, qui doit apprendre à s’adapter aux changements permanents, être flexible, etc., la question est : comment protéger nos liens, défendre des territoires qui ne soient pas réactionnaires ? Par quoi sommes-nous liés ?...” écrit Angélique Del Rey.

Dans une interview récente par Margot K. pour le site “Article XI”, Miguel Benasayag disait :

“ Jusqu’à il y a trente ou quarante ans, l’humanité se vivait comme faisant partie d’une situation commune qui allait vers quelque chose, et chaque partie s’interprétait comme la partie de cette situation globale. Les années 70-80-90 sont les années pendant lesquelles l’humanité se rend compte que : « Non, on ne va pas vers un destin commun ! » Ce grand destin commun est, selon Hegel, la ruse de l’Histoire : chacun vaquant à ses occupations sert le destin commun sans en avoir conscience. Donc, ça explose. On se rend compte qu’il n’y a pas de sens de l’histoire, que tout progrès apporte du bon et du mauvais et que chaque fois qu’on fait un pas d’un côté, ça dégringole de l’autre.
L’explosion de cette vision du monde a donné quelque chose de très destructeur, en Occident en tous les cas : l’éclatement total, l’individualisme. Puisqu’il n’y a pas de dessein commun, il n’y a pas de commun. Nous vivons une époque dans laquelle le commun est une illusion, ce qui est très dangereux. Quand on aborde avec les trentenaires du monde entier (qui vont de vingt à soixante ans, grosso modo) un sujet qui s’éloigne de trois millimètres de leur peau, ils se méfient, ils se disent, « là, on veut m’entuber ». Le commun est devenu de l’entubage. On assiste à la création d’un monde en réaction avec le commun, où finalement la seule évidence qui existe, c’est moi. Moi j’existe, moi je suis comme ça, j’aime le chocolat. La seule vérité, c’est donc « Moi, je... ».

On passe d’un monde dans lequel il y a un grand dessein, un grand récit, à un autre dans lequel il n’y a que des petits récits minables. Il y a peu de temps, je discutais avec un couple de profs de philo entre trente et quarante ans. Ils avaient du mal à comprendre que l’on puisse faire des choses pour d’autres raisons que le plaisir qu’elles procurent. Pour moi, des gens qui n’agissent que pour le plaisir c’est synonyme de barbarie. Il est évident que si l’on accepte que le plaisir soit le moteur principal de notre agir, ça ne peut conduire qu’à la barbarie. Et ce couple de philosophes ne comprenait absolument pas, ils me parlaient de l’hédonisme chez Aristote, chez Onfray... C’est un symptôme. Comme un coup de balancier et de deuil : puisqu’il n’y a pas de destin commun et que l’on ne va pas vers la société parfaite, alors chacun pour soi ! Et c’est terrible d’en arriver à ne plus pouvoir penser le commun. C’est la où il me semble intéressant de suivre la phrase de Deleuze, « La vie n’est pas quelque chose de personnel ». Ça peut sembler drôle un psychanalyste qui croit que la vie n’est pas quelque chose de personnel, mais ce que l’on nomme la personne, le moi, n’est qu’une toute petite partie de soi. Et la question aujourd’hui c’est : nous sommes liés, mais comment ?

Soit ma situation, ma réalité, (une situation, c’est où j’existe et qu’est-ce qui existe) est une situation universelle et je suis un élément de cette situation, soit c’est moi et mon plaisir. Le travail pour penser la situation, c’est repenser une situation qui ne soit ni - rebelote - l’idée que nous sommes tous embarqués vers un objectif commun de l’humanité, ni « la seule situation que je reconnais c’est moi et mes plaisirs ». L’effort pour penser la situation c’est donc se demander dans quelles mesures les humains peuvent comprendre, sentir, expérimenter des multiplicités agencées qui ne sont ni l’Histoire en route, ni l’individualité totale. La pensée de la situation, c’est donc par quoi je suis affecté, par où et à quoi je suis lié, par quoi je suis composé.”

Le site du Café-lecture Le Remue-Méninges


Parmi les livres publiés par Miguel Benasayag et Angélique Del Rey ...

-  Le mythe de l’individu (Miguel Benasayag)

-  La chasse aux enfants - L’effet miroir de l’expulsion des sans-papiers (Miguel Benasayag, Angélique Del Rey et des militants de RESF)

-  Plus jamais seul, le phénomène du portable (Miguel Benasayag - Angélique Del Rey)

-  Eloge du conflit (Miguel Benasayag - Angélique Del Rey)

-  Abécédaire de l’engagement (Miguel Benasayag)

-  Penser la liberte (Miguel Benasayag)

-  La fragilité (Miguel Benasayag)

-  Le pari amoureux (Miguel Benasayag Annick Monte Dardo Scavino)

-  La santé à tout prix (Miguel Benasayag)

-  La fabrication de l’information - Les journalistes et l’idéologie de la communication (Florence Aubenas - Miguel Benasayag)

-  Connaître est agir (Miguel Benasayag)

-  Les passions tristes (Miguel Benasayag - G. Schmidt)

-  Che Guevara - Du mythe à l’homme, aller-retour (Miguel Benasayag)

-  Du contre-pouvoir (Miguel Benasayag - Diego Sztulwark)

-  Parcours (Miguel Benasayag)

-  Cette douce certitude du pire (Miguel Benasayag - Edith Charlton)

-  Résister, c’est créer (Florence Aubenas Miguel Benasayag)

Les livres de M. Benasayag et A. Del Rey peuvent être commandés à la librairie Lune et l’Autre 19 rue Pierre Bérard à St-Etienne.




Dans la même rubrique :
Agir - manifester, faire grève - c’est s’accorder le droit de faire ou de ne pas faire.
Adoptons "la technique du réveil" et la poursuite décidée de ce que nous avons déjà conquis !
"Notre boulot est d’assumer la crise, de créer, en ayant le courage de créer dans une certaine ignorance de ce qui va émerger..."
“Résister c’est créer”, de Miguel Benasayag et Florence Aubenas.
La conférence de Miguel Benasayag lors de la journée "Faites sans OGM" au Thor
Por donde saldrà el sol ? Par où sortira le soleil ?
"Il faut penser local et agir local"
Devenir minoritaire
Miguel Benasayag : la résistance, la vie, la lutte politique ici et maintenant...
De l’engagement dans une époque obscure - un nouveau livre de Miguel Benasayag et Angélique Del Rey




Proposer un article | Nous contacter | Plan du site | Admin | Accueil