Réseaux citoyens de St-Etienne
Accueil Qui sommes-nous Nous contacter Nous aider Plan du site Admin
   
Vous êtes ici : Justice écologique > Qu’est-ce que l’empreinte écologique ?
A la une
Agenda
Albums photos
Images à la une
Envoyez la musique !
La France insoumise / Jean-Luc Mélenchon
Nous sommes Grecs
Agroécologie
Agriculture paysanne
AMAP et réseau des AMAP
AMAP-Saint-Etienne
L’avenir du mouvement des AMAP
Les Amap dans la Loire
FAQ - De la ferme au quartier
Collectif Zérogm42
Collectif "nourrir l’humanité"
Maison de la semence
G.R.A.I.N. / Via Campesina
Collectif Liberté Justice Palestine
Chroniques pour la Palestine
Moyen-Orient et monde arabe / Georges Corm
Réseau RESF
Réseau Solidarité Rroms
Egalité des droits / Antiracisme
Une école pour tou(te)s
Survie / Françafrique
Quelle connerie la guerre !
Collectif "personne à la rue !"
Justice sociale / Droits sociaux
Assises droits sociaux
Forum des droits sociaux
Logement
Non au CPE !
Santé
Services publics
Travail / Emploi / Retraite
Portail pour l’accès aux droits sociaux
Le travail social dans la crise
Terrain d’entente
Groupe de réflexion "travail travail !"
Réseau salariat
Ecole / Education populaire
Justice écologique
Collectif Action Climat - CLAC
Sortir du nucléaire
Démocratie
Démocratie participative
Porto Alegre/St-Etienne
Libertés
Europe
Sortir du capitalisme
TAFTA
Changer la mondialisation ?
Forums sociaux
Changer la gauche ?
Gouvernement Hollande-Ayrault-Valls
Gouvernement Sarkozy
Chronique d’une élue citoyenne
Ville de Saint-Etienne
Conseil municipal
Elections municipales 2008
C’est notre histoire
Culture / idées
Les Héroïnes
Libres paroles
Des livres, des films, des sites...
Cafés citoyens au Remue-Méninges
Atelier de philosophie
Université Populaire - Laboratoire Social / Collectif Malgré Tout
Médias
Qui sommes-nous
Réseaux/Associations
FÊTE DU LIVRE : RENCONTRE AVEC AURÉLIEN BOUTAUD ET NATACHA GONDRAN
Qu’est-ce que l’empreinte écologique ?
Dimanche 25 octobre à 16h, au chapiteau du Remue-Méninges, place Jean Jaurès
jeudi 8 octobre 2009


Depuis plusieurs décennies, la multiplication et l’aggravation des atteintes à l’environnement ont amené l’humanité à s’interroger. Ne sommes-nous pas en train de solliciter la nature au-delà de ses capacités de régénération ? Ne sommes-nous pas sur le point de dégrader irrémédiablement le capital naturel qui sert de support à toutes nos activités ?

C’est pour apporter une réponse argumentée et chiffrée à ces questions que le concept d’empreinte écologique est apparu au cours des années 1990. Depuis, la méthode de calcul s’est affinée et, tous les deux ans, les calculs nationaux sont publiés par les rapports « Planète Vivante » du WWF. Leurs conclusions sont sans appel : si la plupart des pays « du Sud » sont encore en dessous du seuil de durabilité écologique, tous les pays dits « développés » le dépassent largement : une réduction drastique d’empreinte écologique s’impose donc à nous si l’on veut prétendre à la « durabilité ».

Cet indicateur est aujourd’hui largement médiatisé... à tel point que les « pouvoirs publics », locaux ou nationaux, commencent à se poser la question de savoir s’il serait pertinent pour eux de s’en emparer.
L’empreinte écologique peut-il être un contrepoids efficace face à la «  dictature du PIB » ? Malheureusement, les débats sur les outils d’évaluation restent souvent des débats "d’experts" et l’on ne fait guère appel aux citoyens pour choisir les indicateurs qui guident pourtant les orientations de nos sociétés.

Afin de rendre plus accessibles les discussions autour du choix (ou non) de l’empreinte écologique comme indicateur de développement durable, Aurélien Boutaud et Natacha Gondran rappeleront les divergences entre les différentes acceptions de la durabilité puis les interdépendances entre économie et biosphère. Ils présenteront ensuite les fondements et hypothèses de calcul de l’empreinte écologique avant d’illustrer les différents types de résultats et conclusions que cet indicateurs peut amener. Les limites et avantages indéniables de cet indicateur qui ne laisse personne indifférent seront ensuite discutées.

Aurélien Boutaud , docteur en sciences et génie de l’environnement de l’École nationale supérieure des mines de Saint-Étienne, est aujourd’hui conseiller et chercheur indépendant (http://www.aboco.net ), spécialiste des indicateurs alternatifs.








Natacha Gondran est maître-assistante au centre SITE (Sciences, informations et technologies pour l’environnement) de l’École nationale supérieure des Mines de Saint-Étienne.
Ses activités de recherche et d’enseignement portent sur les enjeux et méthodes contribuant à la prise en compte de l’environnement au sein des processus décisionnels. (photo : à la ferme de la Conf’ Paysanne, place Jean Jaurès)






Aurélien Boutaud et Natacha Gondran sont les auteurs de « L’empreinte écologique », collection Repères, éditions La Découverte, février 2009.




Dans la même rubrique :
Saint-Julien Molin Molette veut l’arrêt de la carrière en 2020
"Nous ne sommes pas des mercenaires ! Abandon du projet d’aéroport à Notre-Dame-des-Landes et des opérations de criminalisation du mouvement social"
Rencontre avec Sophie Chapelle jeudi 10 novembre à l’Amicale Laïque
Des repères sur les transports, la pollution, la santé...
Pourquoi l’Appel de Paris
Convergence citoyenne pour une transition énergétique les 26-27-28 août 2011à Lezan (Cévennes)
Hommage à Rémi Fraisse, 21 ans, assassiné parce qu’il défendait la forêt du Testet
AREVA prétend abandonner le projet de réaménagement de l’ancienne mine d’uranium de St-Priest La Prugne (42)
AREVA peut dormir tranquille 
"Déclarons l’état d’urgence climatique"




Proposer un article | Nous contacter | Plan du site | Admin | Accueil