Réseaux citoyens de St-Etienne
Accueil Qui sommes-nous Nous contacter Nous aider Plan du site Admin
   
Vous êtes ici : Justice sociale / Droits sociaux > Santé > Une assurance maladie solidaire ou individualiste
A la une
Agenda
Albums photos
Images à la une
Envoyez la musique !
La France insoumise / Jean-Luc Mélenchon
Nous sommes Grecs
Agroécologie
Agriculture paysanne
AMAP et réseau des AMAP
AMAP-Saint-Etienne
L’avenir du mouvement des AMAP
Les Amap dans la Loire
FAQ - De la ferme au quartier
Collectif Zérogm42
Collectif "nourrir l’humanité"
Maison de la semence
G.R.A.I.N. / Via Campesina
Collectif Liberté Justice Palestine
Chroniques pour la Palestine
Moyen-Orient et monde arabe / Georges Corm
Réseau RESF
Réseau Solidarité Rroms
Egalité des droits / Antiracisme
Une école pour tou(te)s
Survie / Françafrique
Quelle connerie la guerre !
Collectif "personne à la rue !"
Justice sociale / Droits sociaux
Assises droits sociaux
Forum des droits sociaux
Logement
Non au CPE !
Santé
Services publics
Travail / Emploi / Retraite
Portail pour l’accès aux droits sociaux
Le travail social dans la crise
Terrain d’entente
Groupe de réflexion "travail travail !"
Réseau salariat
Ecole / Education populaire
Justice écologique
Collectif Action Climat - CLAC
Sortir du nucléaire
Démocratie
Démocratie participative
Porto Alegre/St-Etienne
Libertés
Europe
Sortir du capitalisme
TAFTA
Changer la mondialisation ?
Forums sociaux
Changer la gauche ?
Gouvernement Hollande-Ayrault-Valls
Gouvernement Sarkozy
Chronique d’une élue citoyenne
Ville de Saint-Etienne
Conseil municipal
Elections municipales 2008
C’est notre histoire
Culture / idées
Les Héroïnes
Libres paroles
Des livres, des films, des sites...
Cafés citoyens au Remue-Méninges
Atelier de philosophie
Université Populaire - Laboratoire Social / Collectif Malgré Tout
Médias
Qui sommes-nous
Réseaux/Associations
Une assurance maladie solidaire ou individualiste
lundi 12 avril 2004, par Marc Bardin


C’est à nous de choisir !

Comme dans le cas des retraites, le gouvernement justifie la réforme de l’assurance maladie par une augmentation importante des dépenses et par une description catastrophique de la réalité. Les Français dépenseraient donc trop pour leur santé.
Mais personne ne s’alarme quand les Français dépensent de plus en plus pour acheter des téléphones portables, c’est même l’inquiétude permanente lorsque la consommation diminue.
Quelle est donc la différence de traitement entre les dépenses de santé et les dépenses réalisées au supermarché ?
C’est très simple, dans ce dernier cas il s’agit de dépenses privées dans le cadre de la loi du marché, mais pour la santé les dépenses sont encore socialisées, ce qui est insupportable pour les idéologues libéraux et notamment pour le lobby des assurances privées.
La santé comme pour les retraites doit être intégrée dans la loi du marché, c’est la seule et unique raison de la réforme de l’assurance maladie, la logique libérale du gouvernement est de tout privatiser : l’eau, l’électricité, la santé...

Une comparaison avec les Etats Unis est très instructive, car les dépenses de santé de ce pays sont les plus importantes au monde (14% de son PIB) et ces dépenses sont pour la majorité des dépenses privées. Ce système de santé privilégiant le privé est le plus coûteux par rapport aux autres pays du même niveau de développement (la France dépense environ 9% de son PIB pour la santé), et le système Américain aboutit à ce que la moitié de la population n’a pas ou peu accès aux soins.

La sécurité sociale ne fonctionne pas selon la même logique que les assurances privées, celle-ci recherche la rentabilité de leur capital, et le coût de la cotisation sociale est lié aux risques et à la couverture envisagée (imaginons les conséquences d’une assurance maladie fonctionnant comme notre assurance auto), alors que pour la sécurité sociale nous payons en fonction de notre revenu sans tenir compte du risque et tout le monde est couvert de la même, façon riche ou pauvre.

En France l’introduction du privé dans la santé comme pour les retraites aboutira inévitablement à une augmentation importante des coûts et à une augmentation considérable des inégalités.

Le déficit de l’assurance maladie est dû avant tout à une insuffisance de ressources. Depuis plus de vingt ans la logique de financement de la caisse nationale d’assurance maladie a été de réduire la part des entreprises et d’augmenter la part des salariés. Cette logique imposée par le MEDEF et mise en œuvre par les gouvernements successifs a pour objectif de diminuer les charges sociales des entreprises pour augmenter les dividendes des actionnaires et augmenter les profits.
Mais quand on diminue les charges sociales des entreprises c’est moins d’argent dans les caisses de la sécurité sociale et se sont évidemment les assurés sociaux qui paient de plus en plus pour compenser (notamment par l’intermédiaire des mutuelles), jusqu’à ce que la situation devienne insupportable. Dans le même temps la croissance du chômage pénalise considérablement les recettes de l’assurance maladie.

Avant de réfléchir à une meilleure organisation du système de santé pour éviter une inflation des coûts, il faut auparavant se mettre d’accord sur quel principe nous voulons, soit la solidarité soit l’individualisme.

Marc Bardin.




Dans la même rubrique :
H1N1 : un vaccin qui pourrait se révéler plus dangereux que le virus ?
Sécurité sociale : trouver la bonne "prise"
Le projet de réforme de l’assurance maladie : "une conception qui vise à développer l’individualisme et à culpabiliser les assurés"
La santé n’est pas une marchandise
La vaccination pour la grippe H1N1 : ALERTE. Que peut-on en penser aujourd’hui ?
Origine de la grippe porcine H1N1 : enfin une enquête de la Télévision Suisse Romande dans la région des élevages industriels géants de porcs, au Mexique.




Proposer un article | Nous contacter | Plan du site | Admin | Accueil