Réseaux citoyens de St-Etienne
Accueil Qui sommes-nous Nous contacter Nous aider Plan du site Admin
   
Vous êtes ici : Agriculture paysanne > De l’huile de neem épandue à St-Chamond
A la une
Agenda
Albums photos
Images à la une
Envoyez la musique !
La France insoumise / Jean-Luc Mélenchon
Nous sommes Grecs
Agroécologie
Agriculture paysanne
AMAP et réseau des AMAP
AMAP-Saint-Etienne
L’avenir du mouvement des AMAP
Les Amap dans la Loire
FAQ - De la ferme au quartier
Collectif Zérogm42
Collectif "nourrir l’humanité"
Maison de la semence
G.R.A.I.N. / Via Campesina
Collectif Liberté Justice Palestine
Chroniques pour la Palestine
Moyen-Orient et monde arabe / Georges Corm
Réseau RESF
Réseau Solidarité Rroms
Egalité des droits / Antiracisme
Une école pour tou(te)s
Survie / Françafrique
Quelle connerie la guerre !
Collectif "personne à la rue !"
Justice sociale / Droits sociaux
Assises droits sociaux
Forum des droits sociaux
Logement
Non au CPE !
Santé
Services publics
Travail / Emploi / Retraite
Portail pour l’accès aux droits sociaux
Le travail social dans la crise
Terrain d’entente
Groupe de réflexion "travail travail !"
Réseau salariat
Ecole / Education populaire
Justice écologique
Collectif Action Climat - CLAC
Sortir du nucléaire
Démocratie
Démocratie participative
Porto Alegre/St-Etienne
Libertés
Europe
Sortir du capitalisme
TAFTA
Changer la mondialisation ?
Forums sociaux
Changer la gauche ?
Gouvernement Hollande-Ayrault-Valls
Gouvernement Sarkozy
Chronique d’une élue citoyenne
Ville de Saint-Etienne
Conseil municipal
Elections municipales 2008
C’est notre histoire
Culture / idées
Les Héroïnes
Libres paroles
Des livres, des films, des sites...
Cafés citoyens au Remue-Méninges
Atelier de philosophie
Université Populaire - Laboratoire Social / Collectif Malgré Tout
Médias
Qui sommes-nous
Réseaux/Associations
DÉSOBÉISSANCE CIVIQUE
De l’huile de neem épandue à St-Chamond
lundi 31 mai 2010


Les marchands de pesticides arriveront-ils à empêcher les agriculteurs d’utiliser d’autres méthodes culturales ? Aujourd’hui il est possible sans aucun problème de bourrer des fruits de pesticides, mais ceux qui veulent produire des fruits en agriculture biologique en utilisant des préparations naturelles encourent le risque d’être traités comme des délinquants. C’est le cas par exemple avec l’huile de neem - ça se prononce comme “Nimes”, et c’est autant aimé des vendeurs de pesticides et d’engrais chimiques que le purin d’ortie.


Alors samedi 3 avril était organisé à St-Chamond, sur une pelouse devant la médiathèque, un épandage d’huile de neem, justement, à l’initiative de plusieurs organisations paysannes et de protection de l’environnement [Confédération Paysanne, ARDAB (Association Rhône-Loire pour le développement de l’Agriculture Biologique), ASPRO - PNPP (Association pour la promotion des produits naturels peu préoccupants), Les Amis de la Terre, Nature et Progrès (1)], et avec la participation d’élu-e-s. Car les collectivités territoriales, mairies notamment, sont elles aussi très concernées, par exemple pour tout ce qui est entretien des espaces verts et jardins publics.
A St-Chamond, avaient bien voulu participer à cette action le maire de la ville Philippe Kizirian et d’autres conseiller-e-s, et les conseillères régionales rhône-alpes Valérie Bonicalzi et Léla Bencharif qui ont empoigné le pulvérisateur et commis le délit, - car il s’agissait d’accomplir un acte de désobéissance civique -, en pulvérisant de l’huile de neem donc, produit non autorisé, dans un espace public, pour dénoncer l’absurdité de la situation.

L’huile de neem est utilisée depuis des siècles, en particulier en Asie et en Afrique, pour ses propriétés notamment insecticides et fongicides. Cette huile a cependant un grave défaut : elle n’est pas fabriquée ni vendue par Monsanto, Bayer, BASF et cie. Dans ces conditions, a-t-elle bien le droit de continuer à exister ? Est-il supportable que les paysans et les jardiniers puissent acheter demain - de plus en plus nombreux - des produits alternatifs aux pesticides ? Mais si de telles élucubrations se répandent, à qui vendre demain le roundup et le reste ? (2)
Les services officiels proches de l’agriculture industrielle sont incapables de faire respecter la séparation et le traçage des filières OGM et non OGM - Pourtant il y a du boulot pour quelqu’un de curieux, et les Faucheurs Volontaires viennent encore par exemple de découvrir qu’à Sète, chez Sea-Invest/Sogéma, du tourteau de soja OGM et des engrais chimiques sont stockés, en vrac, dans un même entrepôt... Il semble que des visites s’imposent ! - Mais non, ce sont les agriculteurs bios qui sont dans le collimateur, s’ils utilisent l’huile de neem et d’autres préparations naturelles qui ne disposent pas en France de la coûteuse “autorisation de mise sur le marché (AMM)”, bien que ces produits soient autorisés par le règlement européen de l’agriculture biologique et par les autres pays européens.

La situation a été exposée par Jean-Luc Juthier, arboriculteur bio dans le Pilat, Guy Kastler, du Réseau Semences Paysannes, Jean Sabeng, chargé de la question des pesticides à la Conf’ Paysanne, André Bouchut, secrétaire national de la Conf’, Philippe Kizirian, maire de St-Chamond...
Les personnes et associations mobilisées demandent donc l’adoption d’amendements à la loi Grenelle 2 affirmant que les PNPP (Préparations Naturelles Peu Préoccupantes) ne sont pas des pesticides, et permettant leur commercialisation et leur utilisation.

(1) Lire l’appel : Non à l’interdiction des alternatives aux pesticides

(2) Il faut savoir aussi que la multinationale de la chimie Grace & co a tenté de breveter les propriétés fongicides de l’huile de neem. Elle a déposé un brevet, mais celui-ci a été annulé suite à la mobilisation en Inde notamment contre ce qu’on appelle de la biopiraterie, annulation confirmée en 2005 par l’Office européen des Brevets. C’était la première fois qu’un brevet était rejeté en raison de la défense des connaissances et pratiques traditionnelles. Mais quand les multinationales ne peuvent pas breveter et encaisser les dividendes, que font-elles ? elles essaient de faire interdire !...


Contact : Jean-Luc Juthier
arboriculteur bio
juthierjlv@wanadoo.fr




Dans la même rubrique :
Qui est le dindon de la farce ?
Le programme de la journée et les appels de la Confédération paysanne et du comité de soutien
3 paysans commencent un jeûne à St-Etienne
Regarder nos villes du point de vue de la campagne
Procès 1000 VACHES en appel le 17 juin 2015 : Relaxe pour les 9 d’Amiens !
La salle de traite de la ferme industrielle des 1000 vaches démontée aujourd’hui par les paysans
Les élus de la Loire invités à s’engager
250 personnes à Roche la Molière pour soutenir Laurent Pinatel et la Confédération Paysanne et s’opposer aux fermes à 1000 vaches.
Paysans : ce qui est en train de se passer autour du prix du lait...
La multinationale Lactalis perd son procès contre les paysans




Proposer un article | Nous contacter | Plan du site | Admin | Accueil