Réseaux citoyens de St-Etienne
Accueil Qui sommes-nous Nous contacter Nous aider Plan du site Admin
   
Vous êtes ici : Collectif Liberté Justice Palestine > NON à une promenade Ben Gourion à Paris
A la une
Agenda
Albums photos
Images à la une
Envoyez la musique !
La France insoumise / Jean-Luc Mélenchon
Nous sommes Grecs
Agroécologie
Agriculture paysanne
AMAP et réseau des AMAP
AMAP-Saint-Etienne
L’avenir du mouvement des AMAP
Les Amap dans la Loire
FAQ - De la ferme au quartier
Collectif Zérogm42
Collectif "nourrir l’humanité"
Maison de la semence
G.R.A.I.N. / Via Campesina
Collectif Liberté Justice Palestine
Chroniques pour la Palestine
Moyen-Orient et monde arabe / Georges Corm
Réseau RESF
Réseau Solidarité Rroms
Egalité des droits / Antiracisme
Une école pour tou(te)s
Survie / Françafrique
Quelle connerie la guerre !
Collectif "personne à la rue !"
Justice sociale / Droits sociaux
Assises droits sociaux
Forum des droits sociaux
Logement
Non au CPE !
Santé
Services publics
Travail / Emploi / Retraite
Portail pour l’accès aux droits sociaux
Le travail social dans la crise
Terrain d’entente
Groupe de réflexion "travail travail !"
Réseau salariat
Ecole / Education populaire
Justice écologique
Collectif Action Climat - CLAC
Sortir du nucléaire
Démocratie
Démocratie participative
Porto Alegre/St-Etienne
Libertés
Europe
Sortir du capitalisme
TAFTA
Changer la mondialisation ?
Forums sociaux
Changer la gauche ?
Gouvernement Hollande-Ayrault-Valls
Gouvernement Sarkozy
Chronique d’une élue citoyenne
Ville de Saint-Etienne
Conseil municipal
Elections municipales 2008
C’est notre histoire
Culture / idées
Les Héroïnes
Libres paroles
Des livres, des films, des sites...
Cafés citoyens au Remue-Méninges
Atelier de philosophie
Université Populaire - Laboratoire Social / Collectif Malgré Tout
Médias
Qui sommes-nous
Réseaux/Associations
NON à une promenade Ben Gourion à Paris
lundi 5 avril 2010


Le texte ci-dessous, co-écrit par Michèle Sibony (UJFP -Union juive française pour la paix) et Adnane Ben Youssef (CCIPPP - Campagne civile internationale pour la protection du peuple palestinien) vient de paraître dans le journal Politis

Ben Gourion : promenade ou impasse ?

La décision du maire de Paris de donner le nom de David Ben Gourion à une promenade plantée fait fi de l’action colonisatrice de ce dernier.

En juillet 2008, le conseil municipal de Paris décidait de donner à une promenade plantée le nom de David Ben Gourion. Le maire de Paris vient de choisir d’inaugurer cette promenade le 13 avril prochain, avec Shimon Peres, président de l’État d’Israël, comme invité d’honneur. Cette décision - dans le contexte d’aujourd’hui - nécessite quelques rappels. Ben Gourion, c’est d’abord un mythe, celui du chef fondateur d’un petit État créé au lendemain du génocide des juifs d’Europe, un État de rescapés, rejeté par le monde arabe hostile qui l’entoure, qui se bat le dos à la mer pour sa survie. Celui aussi de la main tendue à l’ennemi. Le maire de Paris, dans un communiqué du 10 mars dernier, reprend tous les éléments du mythe : Ben Gourion est l’homme qui a eu « le courage de préconiser publiquement l’évacuation des territoires occupés à l’issue de la guerre des Six-Jours dès 1967 ; sa formule célèbre “plutôt la paix que les Territoires” résume à elle seule la clairvoyance de cette position ».

Mais Ben Gourion, c’est une réalité et une action : il est l’homme qui planifie et conduit la Naqba (la « catastrophe » en arabe) et le transfert ; il est celui qu’Ilan Pappé présente dans l’Épuration ethnique de la Palestine comme l’architecte de la stratégie de l’expulsion, dès les années 1920, préconisant à terme un État exclusivement juif quel qu’en soit le prix. Il est celui qui déclare en 1938 devant l’exécutif de l’Agence juive : « Je suis pour le transfert forcé [desArabes], je ne vois rien là d’immoral [1]. » Il est celui qui affirme avec cynisme : « Nous devons tout faire pour nous assurer que les Palestiniens ne reviendront jamais. Les vieux mourront et les jeunes oublieront » (Mémoires de Ben Gourion, 18 juillet 1948.) Son projet, loin d’être le partage de la terre, est celui du Grand Israël. Il l’exprime au moment de la partition de 1947 : « L’acceptation de la partition ne nous engage pas à renoncer à la Cisjordanie, on ne demande pas à quelqu’un de renoncer à sa vision. Nous accepterons un État dans les frontières fixées aujourd’hui, mais les frontières des aspirations sionistes sont les affaires des juifs, et aucun facteur externe ne pourra les limiter » (cité par Simha Flapan dans la Naissance d’Israël).

Ben Gourion, c’est une méthode, parfaitement identifiée par le journaliste israélien Uri Avneri : « Avant de lancer une opération militaire, il prononçait un discours se terminant par : “Nous tendons une main pacifique !” [...] Il ajoutait souvent qu’il était prêt à rencontrer les dirigeants arabes, qu’il était en faveur de négociations sans conditions préalables et ainsi de suite... »

Cette dialectique sournoise entre un discours de paix qui masque une action de guerre peut-elle encore tromper, alors que, depuis 2000, le monde est témoin du déploiement de la phase 2 de la conquête ? Alors que Netanyahou annonce la poursuite de la colonisation en prétendant vouloir négocier ? Alors que l’annexion de Jérusalem-Est est en cours ? Ce que le mythe et la méthode Ben Gourion ont toujours cherché à occulter c’est son action, la Naqba, l’expulsion massive de la population palestinienne, la destruction de 500 villages, la volonté de transfert et d’épuration ethnique, et la construction du Grand Israël. Et il faut bien le dire : ça a marché jusqu’à la fin des années 1970, quand les «  nouveaux historiens » israéliens accèdent pour la première fois aux archives militaires.

N’est-on pas en droit de se demander pourquoi, aujourd’hui, malgré les preuves de l’histoire, la matérialité des faits et la continuité de la politique israélienne, M. Delanoé tient à perpétuer le mythe ?

« Mieux vaut la paix que les Territoires »  ? C’est le discours depuis Oslo, alors que, sur le terrain, la colonisation n’a jamais cessé de progresser, réalisant jour après jour le projet Ben Gourion du Grand Israël. La promenade Ben Gourion est inacceptable parce que le programme Ben Gourion, ce n’est pas de l’histoire, c’est une politique qui se perpétue sous nos yeux. La cérémonie honore aussi Shimon Peres, chef de l’État qui doit rendre des comptes sur les crimes de guerre commis à Gaza en 2009, et relie le passé au présent avec cette continuité meurtrière. Rien n’est achevé. La politique coloniale de spoliation mise en œuvre par Ben Gourion est en cours. La mairie de Paris fait ainsi allégeance à la politique actuelle d’Israël et à une idéologie dominante représentées par Shimon Peres. Et Paris devrait avaler avec l’eau du mythe passé la potion nauséabonde d’aujourd’hui !

Les Parisiens ne doivent pas s’y tromper, la promenade annoncée n’est qu’une impasse. Le moment n’est pas aux honneurs pour Israël et ses représentants, mais à d’intransigeants rappels, assortis des pressions nécessaires, afin qu’il respecte le droit international, les droits humains et les droits des Palestiniens. Une telle action, loin de servir la paix, conforte la pire des politiques pour les peuples palestiniens et israéliens.

Notes
[1] Cité dans l’Épuration éthique de la Palestine.


Un rassemblement devant l’hôtel de ville de Paris le 12 avril

De son côté, le Collectif National pour une Paix Juste entre Palestiniens et Israéliens exprime “son indignation devant la décision du Conseil de Paris d’attribuer à une promenade de la capitale le nom de David Ben Gourion, et de l’inaugurer le 15 avril en présence du chef de l’Etat d’Israël Shimon Peres.”

“Si David Ben Gourion est le fondateur de l’Etat d’Israël, il est aussi l’homme qui a conçu et dirigé la Naqba (la Catastrophe) palestinienne, avec la destruction de cinq cents villages, l’expulsion de centaines de milliers de Palestiniens, et l’exécution de nombreux civils.
Ces crimes, confirmés de façons très précises par les « nouveaux historiens » israéliens, ne sont à ce jour ni reconnus ni réparés par l’Etat d’Israël.
La politique de répression accrue dans la dernière période, dans toute la Cisjordanie, comme à Bil’in et Na’ilin, la colonisation et l’annexion revendiquées de Jérusalem-Est, le siège de Gaza imposé depuis trois ans à un million et demi de civils, constituent un contexte qui rend insupportable l’honneur qui veut être fait à Shimon Peres, président d’Israël et devrait conduire le maire à annuler cette inauguration.
Cette décision constitue une légitimation inacceptable de la politique d’Israël et est une véritable provocation. Elle ne sert en aucune façon la paix entre les Israéliens et les Palestiniens. La Mairie de Paris devrait au contraire exercer des pressions sérieuses sur l’occupant afin de marquer sa désapprobation d’une telle politique et d’exiger qu’il respecte le droit international.”

Le collectif appelle à un rassemblement lundi 12 avril devant l’Hôtel de ville de Paris.




Dans la même rubrique :
Comment vit-on à Nazareth et à Nazareth Illit ? Rencontre autour du film "Enquête personnelle" d’Ula Tabari
De retour de la Bande de Gaza, 18 - 24 janvier 2009
Bienvenue à la complexité de la question palestinienne
Ali Abunimah : la bataille pour la justice en Palestine
Me Gilles Devers sur Euronews : "les crimes de guerre israéliens sont trop gros pour être cachés"
"Un boycott légitime" : le nouveau livre d’Eyal Sivan et Armelle Laborie
Naplouse : l’assassinat d’un ami et de son fils
Bombardement de la Palestine et du Liban : sanctions contre l’Etat d’Israël !
Eric Hazan à St-Etienne ce samedi 31 mars à 15h
La Palestine qui vit, qui pense, qui résiste, qui crée...




Proposer un article | Nous contacter | Plan du site | Admin | Accueil