Réseaux citoyens de St-Etienne
Accueil Qui sommes-nous Nous contacter Nous aider Plan du site Admin
   
Vous êtes ici : Justice sociale / Droits sociaux > Travail / Emploi / Retraite > Retraites, emplois, salaires : manifestation ce jeudi 27 mai à St-Etienne
A la une
Agenda
Albums photos
Images à la une
Envoyez la musique !
La France insoumise / Jean-Luc Mélenchon
Nous sommes Grecs
Agroécologie
Agriculture paysanne
AMAP et réseau des AMAP
AMAP-Saint-Etienne
L’avenir du mouvement des AMAP
Les Amap dans la Loire
FAQ - De la ferme au quartier
Collectif Zérogm42
Collectif "nourrir l’humanité"
Maison de la semence
G.R.A.I.N. / Via Campesina
Collectif Liberté Justice Palestine
Chroniques pour la Palestine
Moyen-Orient et monde arabe / Georges Corm
Réseau RESF
Réseau Solidarité Rroms
Egalité des droits / Antiracisme
Une école pour tou(te)s
Survie / Françafrique
Quelle connerie la guerre !
Collectif "personne à la rue !"
Justice sociale / Droits sociaux
Assises droits sociaux
Forum des droits sociaux
Logement
Non au CPE !
Santé
Services publics
Travail / Emploi / Retraite
Portail pour l’accès aux droits sociaux
Le travail social dans la crise
Terrain d’entente
Groupe de réflexion "travail travail !"
Réseau salariat
Ecole / Education populaire
Justice écologique
Collectif Action Climat - CLAC
Sortir du nucléaire
Démocratie
Démocratie participative
Porto Alegre/St-Etienne
Libertés
Europe
Sortir du capitalisme
TAFTA
Changer la mondialisation ?
Forums sociaux
Changer la gauche ?
Gouvernement Hollande-Ayrault-Valls
Gouvernement Sarkozy
Chronique d’une élue citoyenne
Ville de Saint-Etienne
Conseil municipal
Elections municipales 2008
C’est notre histoire
Culture / idées
Les Héroïnes
Libres paroles
Des livres, des films, des sites...
Cafés citoyens au Remue-Méninges
Atelier de philosophie
Université Populaire - Laboratoire Social / Collectif Malgré Tout
Médias
Qui sommes-nous
Réseaux/Associations
Retraites, emplois, salaires : manifestation ce jeudi 27 mai à St-Etienne
à 10h30 de la Place du Peuple au Rond-Point
mercredi 26 mai 2010, par Roger Dubien


Journée interprofessionnelle d’action ce jeudi 27 mai à l’initiative des syndicats CGT, CFDT, FSU, Solidaires, UNSA...
Bien sûr, les menaces qui se précisent pour les retraites seront au coeur de la journée. il se confirme que le gouvernement Sarkozy prépare un recul de l’âge légal de départ à la retraite au-delà de 60 ans, et en même temps un allongement de la durée de cotisation. Comme ça, il faudrait travailler plus vieux avant de pouvoir avoir droit à la retraite, alors même que des millions de jeunes ne peuvent pas entrer aujourd’hui dans des emplois... et ne pourront donc pas cotiser pour les retraites...
La retraite par répartition est dans le collimateur, évidemment. Alors même qu’on a sous les yeux ce que peut donner la retraite par capitalisation (pour ceux qui auraient les moyens de capitaliser) : aux USA, des millions de personnes doivent travailler jusqu’à 70 ans ou plus - et ont du reprendre des emplois - parce que leurs placements pour leur retraites se sont volatilisés avec les faillites de banques et l’effondrement des cours des "placements"...
Bien entendu, aucune réponse n’est apportée aux inégalités graves dans le système actuel des retraites, alors que des gens qui ont beaucoup travaillé toute leur vie ont des retraites très faibles.

Cette journée d’action se déroule aussi alors que partout en Europe l’heure est aux plans pour réduire les budgets sociaux, les services publics, les dépenses utiles des Etats, et faire payer lourdement le monde du travail.
Après les mesures imposées à la Grèce en contrepartie du "soutien" de 110 milliards d’euros pour "rembourser" les financiers, ce sont 750 milliards d’euros de l’Union Européenne et du FMI qui sont mobilisés sous réserve de la mise en place de "plans de rigueur".
Tout ça au nom de la nécessité - jamais remise en cause - de "rassurer les marchés financiers". C’est-à-dire les spéculateurs, baptisés dans les grands médias "investisseurs". Pourtant ils n’investissent dans rien, ils ponctionnent, en décidant d’un jour sur l’autre comment ils peuvent faire de bons coups. Si les Etats sont en difficulté, ils attaquent. Alors il faut "assainir les finances publiques" c’est à dire casser les budgets sociaux et les dépenses utiles, pour les rassurer. En France, Fillon a annoncé un gel des dépenses de l’Etat pour les 3 ans à venir, au nom de la réduction des déficits. Sarkozy a annoncé déjà 95 milliards d’euros de restrictions en 3 ans... Mais tout ça, ça remet en cause l’activité économique. Alors les marchés financiers attaquent à nouveau. C’est sans fin, ils agissent jour après jour selon les opportunités immédiates pour faire des milliards, et à chaque fois ils empochent.

On a donc affaire à de nouveaux dieux : les marchés financiers, qu’il faudrait "apprivoiser", "rassurer", sous peine des pires catastrophes, qu’ils imposent de toutes façons. Un système totalement irrationnel. Où le vivant est détruit, ou l’argent circule pour faire de l’argent sans passer par la production de valeur, de produits utiles, de "services" utiles, sans passer par du travail et de la production. Ce système s’appelle le capitalisme néo-libéral. La financiarisation de toutes les activités humaines est sa logique....

Dans les politiques imposées aujourd’hui en Europe, il y a des sujets tabous. Pourtant faire des économies et trouver de l’argent pour financer des activités utiles et la justice sociale n’a rien d’impossible : il suffit de prendre à ceux qui depuis des décennies maintenant accaparent et accumulent la richesse produite par les sociétés. Taper dans les profits des grands groupes. Taper dans les grandes fortunes, ces milliardaires sur lesquels on veut nous faire pleurer en nous expliquant comment ils sont contraints de s’installer dans les paradis fiscaux pour ne pas payer d’impôts - eux - et profiter de leurs immenses fortunes.
Il est temps de remettre au premier plan l’exigence de justice sociale. Et de la conjuguer avec la mise en place et le développement de manières de produire et de consommer qui s’attaquent à la crise écologique en abandonnant cette "course à la croissance" matérielle qui ne résout pas les problèmes mais les multiplie.
Il est nécessaire de s’opposer sous toutes les formes à ce système de mort, par les manifestations comme par la construction d’alternatives qui développent la vie.




Dans la même rubrique :
Retraites : marée montante
Le lapsus de Christine Lagarde : “poursuivre le cirque vertueux dans lequel nous sommes engagés...”
Le revenu garanti comme base d’une production alternative
S’il y a du travail, où sont les emplois ?
Retraites : L’appel des syndicats pour le mardi 7 septembre
Travailler et consommer moins ou autrement ?
Retraites : la montée de la mobilisation populaire
Pour les retraites : journée de grèves et de manifestations jeudi 23 septembre
Retraites : le mouvement social qui s’avance...
La vraie bataille de l’intelligence




Proposer un article | Nous contacter | Plan du site | Admin | Accueil