Réseaux citoyens de St-Etienne
Accueil Qui sommes-nous Nous contacter Nous aider Plan du site Admin
   
Vous êtes ici : Agriculture paysanne > Le procès fait par Lactalis à la Confédération paysanne de la Loire et à Philippe Marquet nous concerne tous.
A la une
Agenda
Albums photos
Images à la une
Envoyez la musique !
La France insoumise / Jean-Luc Mélenchon
Nous sommes Grecs
Agroécologie
Agriculture paysanne
AMAP et réseau des AMAP
AMAP-Saint-Etienne
L’avenir du mouvement des AMAP
Les Amap dans la Loire
FAQ - De la ferme au quartier
Collectif Zérogm42
Collectif "nourrir l’humanité"
Maison de la semence
G.R.A.I.N. / Via Campesina
Collectif Liberté Justice Palestine
Chroniques pour la Palestine
Moyen-Orient et monde arabe / Georges Corm
Réseau RESF
Réseau Solidarité Rroms
Egalité des droits / Antiracisme
Une école pour tou(te)s
Survie / Françafrique
Quelle connerie la guerre !
Collectif "personne à la rue !"
Justice sociale / Droits sociaux
Assises droits sociaux
Forum des droits sociaux
Logement
Non au CPE !
Santé
Services publics
Travail / Emploi / Retraite
Portail pour l’accès aux droits sociaux
Le travail social dans la crise
Terrain d’entente
Groupe de réflexion "travail travail !"
Réseau salariat
Ecole / Education populaire
Justice écologique
Collectif Action Climat - CLAC
Sortir du nucléaire
Démocratie
Démocratie participative
Porto Alegre/St-Etienne
Libertés
Europe
Sortir du capitalisme
TAFTA
Changer la mondialisation ?
Forums sociaux
Changer la gauche ?
Gouvernement Hollande-Ayrault-Valls
Gouvernement Sarkozy
Chronique d’une élue citoyenne
Ville de Saint-Etienne
Conseil municipal
Elections municipales 2008
C’est notre histoire
Culture / idées
Les Héroïnes
Libres paroles
Des livres, des films, des sites...
Cafés citoyens au Remue-Méninges
Atelier de philosophie
Université Populaire - Laboratoire Social / Collectif Malgré Tout
Médias
Qui sommes-nous
Réseaux/Associations
LE 3ÈME GROUPE LAITIER MONDIAL TRAÎNE DES PAYSANS DEVANT LES TRIBUNAUX...
Le procès fait par Lactalis à la Confédération paysanne de la Loire et à Philippe Marquet nous concerne tous.
mercredi 25 août 2010, par Roger Dubien


Dans les prochaines semaines ou les prochains mois - la date n’est pas encore connue - doit avoir lieu au Tribunal de Montbrison un procès intenté par Lactalis contre les paysans producteurs de lait qui se sont mobilisés très fort en 2009 pour obtenir de l’industrie laitière et du gouvernement un prix du lait leur permettant de continuer à travailler et à vivre.
Ce procès ne concerne pas que les paysans ! Et ceux-ci ont besoin du soutien de la société.

Tout le monde a encore en mémoire la grève du lait et les gigantesques opérations d’épandages de lait en France et dans d’autres pays d’Europe. Cette mobilisation des paysans (à qui le lait est (toujours) payé à un prix très inférieur au coût de production alors que les prix à la consommation ne baissent pas, eux) a pris aussi d’autres formes, notamment dans la Loire et le Rhône, avec l’installation d’une ferme place Jean Jaurès à St-Etienne pendant 15 jours en août 2009 et aussi des manifestations en directions des usines des industriels laitiers, dans la Loire Lactalis et la SODIAAL, qui collectent l’essentiel du lait produit par les 2000 éleveurs laitiers du département de la Loire et aussi par une partie de ceux du Rhône.
Dans la Loire, Lactalis a 3 usines : Andrézieux-Bouthéon, Balbigny, Sauvain (fromagerie du Pont de la pierre, qui produit de la fourme de Montbrison, rachetée en 2007 par Lactalis).
Parmi ces actions, des paysans ont bloqué l’usine LACTALIS d’Andrézieux-Bouthéon le 17 août 2009, pour exiger des négociations sur le prix du lait. Cette usine est d’ailleurs une filiale commune de Lactalis et d’un autre géant de l’agro-alimentaire : le groupe Nestlé. Filiale qui s’appelle “Lactalis Nestlé Ultra Frais Marques”.
Suite à cette action, Lactalis a le 8 septembre 2009 assigné en justice la Confédération Paysanne de la Loire et son secrétaire Philippe Marquet, paysan à Maringes, et producteur de lait collecté par Lactalis.
Le procès va avoir lieu prochainement. Lactalis veut faire condamner la Confédération Paysanne et Philippe Marquet, et les obliger à lui payer plus de 19 000 euros.
Lactalis n’aime pas qu’on lui résiste et aime bien les procès contre les paysans, comme l’actualité de ces dernières semaines le montre encore, à l’occasion des opérations de “stickage” menées dans plusieurs départements dans des supermarchés sur les produits Lactalis par la FNSEA et les JA.

Un géant de l’ultra-libéralisme contre l’agriculture paysanne

Nous sommes tous concernés par ce procès et son issue.
Car qui est Lactalis, qui paie le lait à un prix inférieur au coût de production et veut mater ceux qui protestent ? C’est l’un des grands groupes mondiaux de l’industrie agro-alimentaire, un des requins qui détruisent l’agriculture paysanne et poussent à la liquidation des paysans remplacés par des usines à lait.

Sur ce sujet, on peut relire une enquête de Bastamag, il y a un an, sur “les nouveaux seigneurs de l’industrie laitière” : Lactalis, Bongrain, Sodiaal, Entremont Alliance, Laïta, Danone et le Groupe Bel. “Pendant que nombre de producteurs de lait ont bien du mal à boucler leurs fins de mois, quand ils ne sont pas déjà en faillite, quelques grands groupes industriels ou coopératifs se partagent le gâteau laitier et fromager. A qui appartiennent-ils ? Subissent-ils eux aussi les contrecoups de la crise du lait ? Contrairement aux apparences, le lait est un business qui rapporte gros. Pour une infime minorité” écrivait Ivan du Roy...

Une petite visite sur le site internet officiel du groupe Lactalis est très instructive :
http://www.lactalis.fr
Lactalis s’y présente comme “3e Groupe Laitier Mondial, 1er Groupe Fromager Européen, 1er Groupe Laitier Européen, 1er Collecteur (de lait) Européen, 2e Groupe Agro alimentaire Français, 1er fromager Français, 1er fromager Italien”...
Lactalis annonce pour 2009 un chiffre d’affaires global 2009 de 8,5 milliards d’euros. Le groupe collecte 9,2 milliards de litres de lait (dont presque le quart de la production laitière française), il est présent dans 148 pays. Et il a mis la main sur un nombre considérable de marques...
Par contre, Lactalis ne publie pas ses bénéfices. Il est vrai que selon Le Figaro, l’adage de son PDG D. Jaouen est “Pour vivre heureux, vivons cachés”. (Voir)

La boulimie de profits de Lactalis est sans fin, et les chiffres annoncés ne sont pas à jour. En 2010, Lactalis vient d’acheter en Espagne pour 200 millions d’euros le groupe fromager Forlasa. Et puis ensuite, il s’est attaqué à la partie laitière du groupe Ebro Puleva, pour 630 millions d’euros. (Voir)
Il fallait pour cela l’accord de la commission européenne. C’est fait. Ce 25 août 2010, la commission européenne vient de donner son feu vert à Lactalis, qui passe ainsi à 135 sites industriels dans le monde et à plus de 38 000 salariés.
Avec tout ça, la famille Besnier qui possède le groupe Lactalis arrive quand même à se sortir un revenu personnel, puisqu’elle était classée en 2009 au rang de 16ème fortune française avec 2,2 milliards d’euros de patrimoine.
La “saga Lactalis” est l’histoire d’un groupe qui réalise d’immenses profits en dépossédant les paysans du fruit de leur travail. Jusqu’où et jusqu’à quand ?

C’est donc ce groupe là, allié pour l’usine d’Andrézieux-Bouthéon au groupe Nestlé (275 000 salariés dans 81 pays du monde !...) qui veut faire raquer 19 000 euros à des paysans dont beaucoup ne gagnent pas le SMIC alors qu’ils produisent la nourriture avec des semaines de 70 heures de travail.
Evidemment, Lactalis et Nestlé n’ont pas besoin de ces 19 000 euros pour continuer leur stratégie de prise de contrôle de l’alimentation mondiale. Mais pour réussir, ils ont besoin de détruire ceux qui leur résistent.
Goliath contre David. La version 2010 des saigneurs féodaux contre les Jacquou le croquant...

Le pot de fer contre le pot de terre ? Ça, ça dépend aussi de nous tous.

La bataille du lait n’est pas terminée.

C’est d’autant plus important de soutenir les paysans dans ce procès que la bataille du lait n’est pas terminée, loin de là. L’objectif des industriels de l’agro-alimentaire, des groupes de la grande distribution, du gouvernement et de la commission européenne est d’aller plus loin dans l’ultra-libéralisme dans ce secteur. Le démantèlement des quotas de productions se poursuit, l’objectif actuel est leur suppression définitive en 2015. Pas de quotas signifie plus de régulation publique de la production laitière, et fuite en avant dans une surproduction de lait qui permet d’effondrer le prix payé aux paysans, au nom de la concurrence et du moins cher. Cela signifie la ruine et la disparition pour des dizaines de milliers de fermes (il reste 87 000 producteurs laitiers en France, il est question de tomber à 50 000 le plus vite possible). En avant vers les usines à lait...
Cette contre cette mécanique infernale que des dizaines de milliers de paysans se sont mobilisés et continuent à résister sous toutes les formes possibles.

C’est cela la toile de fond du procès fait à la Confédération Paysanne de la Loire et à Philippe Marquet. Il serait tout à fait injuste que Lactalis réussisse à faire condamner les paysans. Si quelqu’un doit rendre des comptes à la justice et à la société, ce sont bien plutôt ces groupes qui amassent d’immenses profits sur le travail et la disparition des paysans, et la prise de contrôle de notre alimentation.
Voilà pourquoi ce procès nous concerne tous.

Roger Dubien.

Pour se remettre en mémoire quelques actions paysannes en 2009 :

-  Paysans : ce qui est en train de se passer autour du prix du lait
-  La situation des paysans intéresse tout le monde - La ferme de la Conf’ Paysanne à Jean Jaurès a pris fin mardi 1er septembre. Mais l’action des producteurs de lait continue...
-  Prix du lait : les paysans ne lâcheront pas



L’appel à la mobilisation solidaire des confédérations paysannes de la Loire et du Rhône.

 

La Conf’ de la Loire et son Secrétaire Général assignés en justice par Lactalis : l’heure est grave.

 
 

“(...) Vous saviez que Lactalis a assigné en justice La Conf’ de Loire et son Secrétaire Général personnellement pour blocage d’usine suite aux actions lait de 2009 ?

Vous saviez que Lactalis réclame 14.000 € de dommages et intérêts, alors que son propriétaire, Monsieur Emmanuel Besnier, possède la 16ème fortune de France, estimée en 2009 à 2,2 milliards d’euros ?

Vous aussi, ça vous révolte ? Vous aussi, vous ne pouvez rester insensibles face à cette intolérable injustice faite aux paysans, sur l’autel du libéralisme industriel ?

Alors, vous tous, consommateurs, paysans, citoyens : venez soutenir la Conf’ de la Loire et son Secrétaire Général le jour du procès qui aura lieu au TGI de Montbrison (Loire). La date n’est pas encore connue, elle pourrait être en septembre ou octobre prochain.

Que la mobilisation soit grande, puissante et pacifiste - à l’image des revendications paysannes ! ! !

D’avance, grand merci à tous !

Confédérations Paysannes de la Loire et du Rhône

Contacts paysans :
François PITAVAL : 06-65-24-75-80
Jean GUINAND : 06-66-20-26-67

Ou : Anne-Laure BESSENAY - Animatrice - Confédération Paysanne de la Loire
4 rue Philibert Mottin - 42110 Feurs
Tél. : 04-77-26-51-95
E-mail : conf.42@wanadoo.fr




Dans la même rubrique :
Seule la diversité cultivée peut nourrir le monde
André Pochon : une agriculture durable est plus productive que l’agriculture industrielle
Cultivons la terre
La Politique agricole commune 2015-2020 et ce qu’elle signifie pour les paysans et l’agriculture paysanne
Qui est le dindon de la farce ?
Produire et consommer sans OGM : les décisions à prendre...
Le Conseil Régional Rhône-Alpes demande au gouvernement l’arrêt du projet de ferme-usine des 1000 vaches.
Prix du lait : les paysans ne lâcheront pas
Dans la Loire, un paysan sur trois a voté pour le projet et l’action de la Confédération paysanne.
L’agriculture paysanne n’est pas une promesse commerciale




Proposer un article | Nous contacter | Plan du site | Admin | Accueil