Réseaux citoyens de St-Etienne
Accueil Qui sommes-nous Nous contacter Nous aider Plan du site Admin
   
Vous êtes ici : Collectif "personne à la rue !" > RESF 42, le collectif Personne à la rue, le Réseau Solidarité Rroms appellent à réagir contre ces lois scélérates
A la une
Agenda
Albums photos
Images à la une
Envoyez la musique !
La France insoumise / Jean-Luc Mélenchon
Nous sommes Grecs
Agroécologie
Agriculture paysanne
AMAP et réseau des AMAP
AMAP-Saint-Etienne
L’avenir du mouvement des AMAP
Les Amap dans la Loire
FAQ - De la ferme au quartier
Collectif Zérogm42
Collectif "nourrir l’humanité"
Maison de la semence
G.R.A.I.N. / Via Campesina
Collectif Liberté Justice Palestine
Chroniques pour la Palestine
Moyen-Orient et monde arabe / Georges Corm
Réseau RESF
Réseau Solidarité Rroms
Egalité des droits / Antiracisme
Une école pour tou(te)s
Survie / Françafrique
Quelle connerie la guerre !
Collectif "personne à la rue !"
Justice sociale / Droits sociaux
Assises droits sociaux
Forum des droits sociaux
Logement
Non au CPE !
Santé
Services publics
Travail / Emploi / Retraite
Portail pour l’accès aux droits sociaux
Le travail social dans la crise
Terrain d’entente
Groupe de réflexion "travail travail !"
Réseau salariat
Ecole / Education populaire
Justice écologique
Collectif Action Climat - CLAC
Sortir du nucléaire
Démocratie
Démocratie participative
Porto Alegre/St-Etienne
Libertés
Europe
Sortir du capitalisme
TAFTA
Changer la mondialisation ?
Forums sociaux
Changer la gauche ?
Gouvernement Hollande-Ayrault-Valls
Gouvernement Sarkozy
Chronique d’une élue citoyenne
Ville de Saint-Etienne
Conseil municipal
Elections municipales 2008
C’est notre histoire
Culture / idées
Les Héroïnes
Libres paroles
Des livres, des films, des sites...
Cafés citoyens au Remue-Méninges
Atelier de philosophie
Université Populaire - Laboratoire Social / Collectif Malgré Tout
Médias
Qui sommes-nous
Réseaux/Associations
LOIS BESSON, LOPPSI 2, AME... : UN ARSENAL JURIDIQUE XÉNOPHOBE
RESF 42, le collectif Personne à la rue, le Réseau Solidarité Rroms appellent à réagir contre ces lois scélérates
Rassemblement mercredi 22 décembre à 18h Place Jean Jaurès à St-Etienne
dimanche 19 décembre 2010


Loi LOPPSI 2 : le Gouvernement demande la pénalisation et l’expulsion expéditive et arbitraire des squatters, des occupants de bidonvilles ou d’un « habitat choisi.
(Voir plus bas un lien vers le texte du projet de loi LOPPSI2 et l’article 32 ter A du projet de loi)
C’est le retour à une législation du logement à deux vitesses : des droits tronqués et des mesures d’expédients pour les précaires... Le gouvernement a trouvé un moyen d’expulser des personnes et familles en général sans logis, en situation de précarité, qui n’ont d’autre solution que d’occuper des logements, des locaux ou des terrains vacants, par des moyens d’exception. Une nouvelle fois la justice est évincée, au profit des pouvoirs de police des Préfets.

Hébergement sous tentes des demandeurs d’asile : Inadmissible et illégal, n’en déplaise au Conseil d’État
Plus d’une quarantaine d’organisations associatives, politiques et syndicales appellent à un rassemblement à Paris, Place du Palais-Royal, le lundi 20 décembre 2010 à 18 heures pour protester contre une décision du juge des référés du Conseil d’État qui, le 19 novembre dernier, a conseillé au préfet de Paris d’héberger sous tentes certains demandeurs d’asile. Selon le Conseil d’Etat, il appartiendrait à l’administration de « recourir à des modalités d’accueil sous forme de tentes ou d’autres installations comparables ». Ce palliatif servirait à compenser le manque de places dans les centres spécialisés et la pénurie de crédits pour les loger dans des structures alternatives ou en hôtels. À l’heure actuelle, ils sont des centaines à être laissés à la rue...

L’aide médical d’état AME...
Le 2 novembre dernier l’Assemblée nationale s’est encore tristement illustrée. Les membres de la représentation nationale ont ainsi approuvé le démantèlement de l’Aide médicale d’Etat proposé par le ministère de la santé, ce qui aura pour conséquence de contraindre les sans papiers à s’affranchir de la somme de 30 € par an s’ils souhaitent être soignés. Une fois de plus les députés ont validé un projet inspiré par un mépris de l’étranger.
Bien heureusement les sénateurs ont annulé cette disposition. Mais au parlement, lundi 13 décembre 2010, la Commission Mixte Paritaire (CMP) a décidé de réintégrer des restrictions à l’Aide Médicale d’Etat (AME), dispositif de protection de la santé des personnes pauvres en situation irrégulière.

Loi Besson
Le projet de loi Besson a été adopté à l’Assemblée le 12 octobre dernier après des débats polémiques et précipités. Ce projet de loi réduit considérablement les droits des étrangers en France.
Mais il est encore temps d’agir ! Ce texte, aux relents xénophobes, doit encore être discuté au Sénat.

RESF 42, le collectif Personne à la rue, le Réseau Solidarité Rroms appellent à réagir contre ces lois scélérates, Rassemblement mercredi 22 décembre à 18h Place Jean Jaurès à St-Etienne.
“Nous vous attendons nombreux”









Le projet de loi d’orientation et de programmation pour la performance de la sécurité intérieure

Le texte du projet de loi

L’Article 32 ter A...

I. - Lorsqu’une installation illicite en réunion sur un terrain appartenant à une personne publique ou privée en vue d’y établir des habitations comporte de graves risques pour la salubrité, la sécurité ou la tranquillité publiques, le représentant de l’État dans le département ou, à Paris, le préfet de police peut mettre les occupants en demeure de quitter les lieux.

La mise en demeure est assortie d’un délai d’exécution qui ne peut être inférieur à quarante-huit heures. Elle est notifiée aux occupants et publiée sous forme d’affichage en mairie et sur les lieux. Le cas échéant, elle est notifiée au propriétaire ou titulaire du droit d’usage du terrain.

Lorsque la mise en demeure de quitter les lieux n’a pas été suivie d’effet dans le délai fixé et n’a pas fait l’objet d’un recours dans les conditions prévues au II, le préfet peut procéder à l’évacuation forcée des lieux, sauf opposition du propriétaire ou du titulaire du droit d’usage du terrain dans le délai fixé pour l’exécution de la mise en demeure. Le cas échéant, le préfet saisit le président du tribunal de grande instance d’une demande d’autorisation de procéder à la destruction des constructions illicites édifiées pour permettre l’installation en réunion sur le terrain faisant l’objet de la mesure d’évacuation. Le président du tribunal ou son délégué statue, en la forme des référés, dans un délai de quarante-huit heures.

Lorsque le propriétaire ou le titulaire du droit d’usage du terrain fait obstacle à l’exécution de la mise en demeure, le préfet peut lui demander de prendre toutes les mesures nécessaires pour faire cesser l’atteinte à la salubrité, à la sécurité et à la tranquillité publiques, dans un délai qu’il fixe.

Le fait de ne pas se conformer à l’arrêté pris en application de l’alinéa précédent est puni de 3 750 € d’amende.

II. - Les personnes destinataires de la décision de mise en demeure prévue au I, ainsi que le propriétaire ou le titulaire du droit d’usage du terrain peuvent, dans le délai fixé par celle-ci, demander son annulation au tribunal administratif. Le recours suspend l’exécution de la décision du préfet à leur égard. Le président du tribunal ou son délégué statue dans un délai de soixante-douze heures à compter de sa saisine.




Dans la même rubrique :
Pour le droit à l’hébergement et au logement : persiste et signe !
“Pour que personne ne dorme à la rue” : rassemblement devant la Préfecture ce lundi 2 novembre à 17h et présence au conseil municipal à 18h.
Le collectif “Pour que personne ne dorme à la rue” a réquisitionné un immeuble public vide à Terrenoire à St-Etienne
Rassemblement des associations de soutien aux demandeurs d’asile samedi 8 novembre place Jean Jaurès à St-Etienne
Un Mémorandum du collectif "personne à la rue" a été remis à la Préfète, au Maire de St-Etienne, et au Président du Conseil général
Réfugiés et migrants : ils fuient les guerres et la misère
Le Collectif “pour que personne ne dorme à la rue” a interpellé le préfet de la Loire
Le collectif "Pour que personne ne dorme à la rue" propose de signer une lettre ouverte au Préfet et au Gouvernement
Logement : manifestation/forum samedi 12 juin 2010 à St-Etienne
Ce vendredi 29 novembre au Palais de Justice de St-Etienne, procès contre Miguel Nguandi




Proposer un article | Nous contacter | Plan du site | Admin | Accueil