Réseaux citoyens de St-Etienne
Accueil Qui sommes-nous Nous contacter Nous aider Plan du site Admin
   
Vous êtes ici : Collectif Liberté Justice Palestine > Reconnaître la Palestine ?
A la une
Agenda
Albums photos
Images à la une
Envoyez la musique !
La France insoumise / Jean-Luc Mélenchon
Nous sommes Grecs
Agroécologie
Agriculture paysanne
AMAP et réseau des AMAP
AMAP-Saint-Etienne
L’avenir du mouvement des AMAP
Les Amap dans la Loire
FAQ - De la ferme au quartier
Collectif Zérogm42
Collectif "nourrir l’humanité"
Maison de la semence
G.R.A.I.N. / Via Campesina
Collectif Liberté Justice Palestine
Chroniques pour la Palestine
Moyen-Orient et monde arabe / Georges Corm
Réseau RESF
Réseau Solidarité Rroms
Egalité des droits / Antiracisme
Une école pour tou(te)s
Survie / Françafrique
Quelle connerie la guerre !
Collectif "personne à la rue !"
Justice sociale / Droits sociaux
Assises droits sociaux
Forum des droits sociaux
Logement
Non au CPE !
Santé
Services publics
Travail / Emploi / Retraite
Portail pour l’accès aux droits sociaux
Le travail social dans la crise
Terrain d’entente
Groupe de réflexion "travail travail !"
Réseau salariat
Ecole / Education populaire
Justice écologique
Collectif Action Climat - CLAC
Sortir du nucléaire
Démocratie
Démocratie participative
Porto Alegre/St-Etienne
Libertés
Europe
Sortir du capitalisme
TAFTA
Changer la mondialisation ?
Forums sociaux
Changer la gauche ?
Gouvernement Hollande-Ayrault-Valls
Gouvernement Sarkozy
Chronique d’une élue citoyenne
Ville de Saint-Etienne
Conseil municipal
Elections municipales 2008
C’est notre histoire
Culture / idées
Les Héroïnes
Libres paroles
Des livres, des films, des sites...
Cafés citoyens au Remue-Méninges
Atelier de philosophie
Université Populaire - Laboratoire Social / Collectif Malgré Tout
Médias
Qui sommes-nous
Réseaux/Associations
UN TEXTE D’ALI ABUNIMAH
Reconnaître la Palestine ?
mercredi 25 mai 2011


 Ali Abunimah vit aux USA, il est le cofondateur de la publication en ligne The Electronic Intifada (http://electronicintifada.net). Il est l’auteur de One Country, A Bold Proposal to End the Israeli-Palestinian Impasse. Il a contribué à The Goldstone Report : The Legacy of the Landmark Investigation of the Gaza Conflict. Il est consultant politique auprès de Al-Shabaka, The Palestinian Policy Network. 

Que faire si la campagne interminable que vous avez menée pour la création d’un État palestinien indépendant sur les miettes de la Palestine historique connue sous le nom de Cisjordanie et Bande de Gaza, a totalement échoué ?

Apparemment, si vous êtes l’Autorité palestinienne (AP) sponsorisée par l’Occident à Ramallah sous occupation israélienne, vous faites semblant d’avoir un État palestinien quand même et vous embarquez le plus grand nombre possible de pays dans cette mascarade.

Il semble que ce soit essentiellement la stratégie de l’Autorité Palestinienne pour faire admettre « l’État de Palestine » à l’Assemblée générale des Nations unies en septembre.

L’AP insiste beaucoup auprès des pays pour qu’ils appuient cette initiative et ces derniers mois, plusieurs Etats, notamment en Amérique latine, ont pleinement reconnu l’Autorité de Ramallah sur le plan diplomatique. D’après le New York Times, certains diplomates ont déclaré que si la proposition est présentée à l’Assemblée générale des Nations unies, elle sera probablement. adoptée.

Un « État » fantaisiste

L’effort de l’Autorité Palestinienne pour faire reconnaître un État palestinien est le volet diplomatique des efforts dont il a été fait grand cas pour le « renforcement des institutions » et le « développement économique », censés créer l’infrastructure du futur État.

Mais le programme de renforcement des institutions n’est qu’un leurre , gonflé à coups de relations publiques et d’articles favorables dans les médias.

En fait, les principales « institutions » édifiées par l’Autorité Palestinienne sont les appareils de l’État policier et des milices, utilisés pour réprimer l’opposition politique à l’AP ainsi que toute forme de résistance à l’occupation israélienne. Entre-temps, l’économie cisjordanienne et l’AP elle-même restent totalement tributaires de l’aide étrangère.

La reconnaissance par l’ONU d’un État palestinien bidon n’aurait pas plus de sens que cette fantaisie du « renforcement des institutions » et elle pourrait refouler les Palestiniens encore plus loin d’une véritable libération et autodétermination.

Des responsables de l’AP basée à Ramallah expliquent que la stratégie de reconnaissance par l’ONU serait le moyen de faire porter la pression internationale sur Israël.

« Cette reconnaissance créerait une pression politique et juridique sur Israël l’incitant à retirer ses troupes des terres d’un autre État reconnu dans les frontières [ de 1967] », a déclaré aux journalistes en janvier , Riyad al-Malki, « ministre des affaires étrangères » de Ramallah.

De même, Nabil Shaath, important officiel du Fatah, a expliqué au New York Times que si l’État palestinien était reconnu par les Nations unies « Israël serait alors en violation quotidienne des droits d’un autre État membre ce qui lui vaudrait des conséquences diplomatiques et légales pénibles.”

Mais est-il possible que quiconque a vu comment la « communauté internationale » fonctionne par rapport à Israël, ajoute foi à ces anticipations chimériques ?

Le Liban est membre des Nations unies depuis 1945 et pourtant cela n’a pas empêché Israël d’occuper le sud du Liban de 1978 à 2000. L’occupation israélienne du Liban s’est terminée non pas sous la pression internationale, mais uniquement parce que la résistance libanaise a fait partir Israël et les milices qui collaboraient avec lui.

Depuis le bombardement massif du Liban en 2006, Israël a violé la souveraineté du Liban des milliers de fois - selon les Nations unies elles-mêmes. Mais ses constants survols de l’espace aérien libanais ainsi que ses enlèvements de citoyens libanais, parmi d’autres violations, n’ont jamais eu pour « conséquences diplomatiques et juridiques » d’enjoindre Israël à rendre des comptes.

De même, depuis 1967 Israël occupe le plateau du Golan qui appartient à la Syrie (elle aussi membre des Nations unies depuis 1945). Il n’y a pratiquement pas eu de résistance armée sur le plateau du Golan ni de pressions internationales pour inciter Israël à se retirer ou pour obtenir le retour des réfugiés syriens chez eux.

Même après qu’Israël ait illégalement annexé le territoire en 1981 - mesure condamnée par le Conseil de sécurité de l’ONU - le silence de la communauté internationale lui a permis de poursuivre la colonisation du plateau du Golan.

En quoi la situation serait-elle différente dans le cas de « l’État de Palestine » ?

Victoire sur « papier »

Chercher à obtenir la reconnaissance diplomatique d’un État palestinien imaginaire sur une fraction de la Palestine historique est l’effort désespéré d’un leadership palestinien qui n’a plus d’options, qui a perdu sa légitimité, et qui est devenu un sérieux obstacle pour le recouvrement de leurs droits par les Palestiniens.

S’appuyer fortement sur les cercles diplomatiques et la bonne volonté de la « communauté internationale » est une stratégie qui a été testée auparavant sans produire de résultats. Rappelons qu’en 2004, l’AP a fait des efforts énormes pour obtenir un avis consultatif de la Cour internationale de justice (CIJ) de La Haye selon lequel le mur d’Apartheid israélien en Cisjordanie est illégal et doit être démantelé.

Mis à part cet avis, l’AP n’a absolument aucun plan pour amener les Palestiniens et leurs alliés à faire pression à l’échelle mondiale pour que cette décision soit mise en application. Cette victoire sur le papier n’a rien changé sur le terrain.

En fait, alors que les diplomates et les négociateurs étaient occupés à La Haye, le leadership essayait d’empêcher la société civile palestinienne en Cisjordanie et à Jérusalem de s’organiser autour de la question et d’attirer l’attention sur l’avis de la CIJ, presque certainement sous la pression d’Israël et des USA.

Le gouvernement d’une « Palestine indépendante » toujours sous occupation israélienne et tributaire de l’aide des USA et de l’Union européenne, serait-il capable de résister à des pressions similaires à l’avenir ? La conduite adoptée par l’AP jusqu’ici n’incite guère à l’optimisme.

Malgré cela, l’avis de la Cour Internationale de Justice a eu un effet mobilisateur important. Toutefois, la mobilisation n’est venue de l’AP ni de l’ancienne Organisation de Libération de la Palestine (OLP).

Devant l’inaction des gouvernements mondiaux à mettre à exécution l’avis de la CIJ, la société civile palestinienne a de son côté lancé l’appel palestinien de 2005 pour le boycott, le désinvestissement et les sanctions (BDS).

Cette campagne a pour but d’isoler Israël et de l’amener à respecter les droits des Palestiniens ainsi que le droit international au moyen de boycotts populaires similaires à ceux qui ont contribué à mettre fin à l’Apartheid en Afrique du Sud.

Plutôt que de faire de « l’État » un fétiche, la campagne BDS se concentre sur les droits et les réalités : elle lance un appel pour la fin de l’occupation et de la colonisation israéliennes de toutes les terres arabes conquises en 1967, pour la pleine égalité pour les citoyens palestiniens d’Israël et le respect ainsi que la mise en application des droits des réfugiés palestiniens. Ces demandes sont pleinement compatibles avec la déclaration universelle des droits de l’homme et le droit international.

Loin d’appuyer cette campagne l’AP, en fait, a essayé de la détourner et de la saborder en appelant à un boycott mou des produits des colonies israéliennes tout en promouvant activement le commerce avec Israël en contradiction avec l’appel BDS.

Résurrection des bantoustans

Beaucoup ont comparé avec raison « l’État » palestinien envisagé par l’AP et ses promoteurs aux « bantoustans » de l’Afrique du sud de l’apartheid.

Les bantoustans étaient nominalement des états indépendants établis par le régime d’apartheid pour accorder la « citoyenneté » aux Noirs afin de faire pièce à leur demande d’une véritable égalité.

Les gouvernements mondiaux ne sont pas tombés dans le piège et ont refusé de reconnaître les bantoustans parce qu’ils comprenaient que leur reconnaissance diplomatique ferait reculer la fin de l’Apartheid an Afrique du Sud.

Ce n’est pas par coïncidence que le seul pays à avoir des relations importantes avec les bantoustans - leur permettant d’ouvrir des missions diplomatiques et accueillant fréquemment leurs dirigeants - a été Israël. Israël considérait les bantoustans comme un modèle pour la gestion des Palestiniens.

Reconnaître un « État » palestinien sous occupation israélienne renforcerait et perpétuerait certainement les privilèges et la position des officiels non élus de l’Autorité Palestinienne qui ne font rien pour changer la situation ni pour restaurer les droits de millions de Palestiniens, pas simplement dans les territoires occupés pendant la guerre de juin 1967, mais également en Israël et dans la Diaspora.

Loin d’accroître la pression internationale sur Israël, cette reconnaissance permettrait même aux Etats qui ont totalement manqué à leurs devoirs en ne tenant pas Israël responsable devant le droit international, de se laver les mains de la question palestinienne, en alléguant « nous avons reconnu la Palestine, qu’est-ce que vous voulez de plus ? ».

Les Palestiniens et leurs alliés ne devraient pas se laisser distraire par ce théâtre international de l’absurde. Ils devraient s’attacher à élargir et à approfondir les campagnes BDS afin de mettre fin à l’Apartheid israélien où qu’il existe et une fois pour toutes.

Ali Abunimah
18 avril 2011 - Al Jazeera

Ce texte est paru sur Al Jazeera.
Traduction : Anne-Marie Goossens sur http://www.info-palestine.net
Il peut être consulté en anglais ici : http://english.aljazeera.net
Et aussi en français dans une autre traduction, sur le site de l’ISM http://www.ism-france.org

L’appel de la société civile palestinienne au Boycott, dont parle Ali Abunimah, est consultable ici : Palestine - Appel au Boycott, aux Sanctions et aux Retraits des Investissements contre Israël - 10 juillet 2005




Dans la même rubrique :
En direct par Internet avec Ibrahim, enfant palestinien
Sortons des oubliettes les enfants palestiniens détenus dans les prisons israéliennes.
Pour une Palestine démocratique
Bienvenue à la complexité de la question palestinienne
La Palestine et les révolutions arabes
Gaza, Gaza, St-Etienne est avec toi ! Libérez la Palestine !
Uri Avnery : GAZA, "Combien de divisions ?"
Ne laissons pas continuer ces crimes !
Cana volume II
La seule voie possible




Proposer un article | Nous contacter | Plan du site | Admin | Accueil