Réseaux citoyens de St-Etienne
Accueil Qui sommes-nous Nous contacter Nous aider Plan du site Admin
   
Vous êtes ici : Agriculture paysanne > Seule la diversité cultivée peut nourrir le monde
A la une
Agenda
Albums photos
Images à la une
Envoyez la musique !
La France insoumise / Jean-Luc Mélenchon
Nous sommes Grecs
Agroécologie
Agriculture paysanne
AMAP et réseau des AMAP
AMAP-Saint-Etienne
L’avenir du mouvement des AMAP
Les Amap dans la Loire
FAQ - De la ferme au quartier
Collectif Zérogm42
Collectif "nourrir l’humanité"
Maison de la semence
G.R.A.I.N. / Via Campesina
Collectif Liberté Justice Palestine
Chroniques pour la Palestine
Moyen-Orient et monde arabe / Georges Corm
Réseau RESF
Réseau Solidarité Rroms
Egalité des droits / Antiracisme
Une école pour tou(te)s
Survie / Françafrique
Quelle connerie la guerre !
Collectif "personne à la rue !"
Justice sociale / Droits sociaux
Assises droits sociaux
Forum des droits sociaux
Logement
Non au CPE !
Santé
Services publics
Travail / Emploi / Retraite
Portail pour l’accès aux droits sociaux
Le travail social dans la crise
Terrain d’entente
Groupe de réflexion "travail travail !"
Réseau salariat
Ecole / Education populaire
Justice écologique
Collectif Action Climat - CLAC
Sortir du nucléaire
Démocratie
Démocratie participative
Porto Alegre/St-Etienne
Libertés
Europe
Sortir du capitalisme
TAFTA
Changer la mondialisation ?
Forums sociaux
Changer la gauche ?
Gouvernement Hollande-Ayrault-Valls
Gouvernement Sarkozy
Chronique d’une élue citoyenne
Ville de Saint-Etienne
Conseil municipal
Elections municipales 2008
C’est notre histoire
Culture / idées
Les Héroïnes
Libres paroles
Des livres, des films, des sites...
Cafés citoyens au Remue-Méninges
Atelier de philosophie
Université Populaire - Laboratoire Social / Collectif Malgré Tout
Médias
Qui sommes-nous
Réseaux/Associations
UN LIVRE D’ACTUALITÉ, RÉPONSE AU DIRECTEUR DE L’OMC PASCAL LAMY
Seule la diversité cultivée peut nourrir le monde
Courts textes de 28 auteurs, présentés par Emmanuel Antoine, président de Minga...
jeudi 28 juillet 2011


C’était il y a moins d’un an. Dans le journal Libération du 20 septembre 2010, le délégué général de l’Organisation Mondiale du Commerce (OMC), Pascal Lamy, affirmait que l’alimentation de tous les hommes ne peut être assurée que par l’organisation internationale des échanges, et que la souveraineté alimentaire est un leurre.

Il invoquait la famine au Pakistan après les inondations de l’été 2010, il plaidait : « Le commerce international n’est en fait qu’une courroie de transmission entre les terres d’opulence et les terres de pénurie. Il jette un pont entre l’opulence et la rareté. Il n’est pas étonnant que ceux qui plaident en faveur de la production locale sont ceux qui disposent des plus grandes richesses agricoles et qui sont déjà capables de se nourrir eux-mêmes. »
Il poursuivait son raisonnement : « Le commerce international des produits alimentaires ne doit pas être considéré comme une activité purement économique. C’est avant tout une responsabilité éthique. Ceux qui occupent les terres d’abondance ont une responsabilité envers ceux qui occupent les terres de pénurie. »

L’association Minga, dans le prolongement de la campagne « alimentons les régions » a pris l’initiative de construire une réponse collective à Pascal Lamy et, en partenariat avec les éditions du Linteau, a sollicité Stéphane Hessel, Edgard Pisani, Vandana Shiva et vingt cinq autres paysans, universitaires, politiques de France, du Moyen-Orient, des Caraïbes et des Amériques pour réagir aux propos du directeur de l’OMC.

Il en est sorti un petit livre de 140 pages, publié au printemps 2011 : “Réponses à l’OMC - Seule la diversité cultivée peut nourrir le monde” . Livre facile à lire, qui comprend :
-  une introduction d’Emmanuel Antoine, président de MINGA.
-  les textes de : Randa Aractingi (Liban), Xavier Argenton (maire de Parthenay), Paul Ariès, André Aschieri (maire de Mouans-Sartoux), Michel Berhocoirigoin (président d’Euskal Herriko Laborantza Ganbara, chambre d’agriculture du pays basque), Pierre Besse (agronome et agriculteur, engagé dans les réseaux d’AMAP), Lydia et Claude Bourguignon (ingénieurs agronomes), Gérard Choplin (coordination europénne Via Campesina), Jean-Pierre Dardaud (ingénieur hydraulicien, animateur de la campagne “alimentons les régions”), Jean-François Draperi (géographe, directeur du Centre d’économie sociale au CNAM de Paris), Marc Dufumier (ingénieur agronome, enseignant AgroParisTech), Rudolf El-Kareh (sociologue, Liban), Hans R. Herren (USA), Stéphane Hessel et Robert Lion (Agrisud), Guy Kastler (Nature et Progrès), Frederick Kirschenmann (paysan, USA), Samuel L’Orphelin (AGTER), Jacques Lançon (Lons le Saunier), Yves Lebahy (géographe, Bretagne), Grace Lee-John-Boggs (fondatrice de Detroit Summer, USA), Laetitia Mailhes (jounaliste, USA), Nathalie Minatchy (Kap Gwadloup Koudmen), Héctor Mondragón (Colombie), Edgard Pisani (Ancien ministre de l’Agriculture), Vandana Shiva (Prix Nobel alternatif 1993 - Inde), Deborah Stockton (NIFCA, USA), Woody Tasch (Slow money, USA).
-  le texte de Pascal Lamy.

La famine actuelle dans la corne de l’Afrique (Kenya, Ethiopie, Djibouti et Somalie) où plus de 12 millions de personnes sont en danger de mort suite (entre autres causes) à une terrible sécheresse, renforce encore cette question : comment parvenir à nourrir l’humanité dans les années et décennies qui viennent ?, question qui va être centrale dans les temps qui viennent. Surtout que plusieurs processus “jouent” dans le même sens : les bouleversements dus au changement climatique en cours, l’augmentation des prix des produits alimentaires suite à l’augmentation de ceux du pétrole et des autres ressources énergétiques et donc des coûts de production de l’agriculture industrielle et du coût des transports, et, par dessus le marché, la nocivité des financiers spéculateurs qui ont flairé de nouvelles opportunités de profit...
Face aux famines comme celles-ci, l’urgence est bien entendu d’acheminer de la nourriture, et donc d’exiger des autorités politiques qu’elles y consacrent les moyens nécessaires. L’ONU les estime à 1,9 milliards de dollars pour 2011, soit environ 1,33 milliards d’euros, dont il manque encore - fin juillet - à trouver plus de la moitié. La France a promis...10 millions d’euros seulement (à comparer aux 50 millions de la Norvège... Et aux 160 millions d’euros que Sarkozy avait déjà engloutis mi-juillet dans la seule guerre de Libye, qui avale plus de 1 million d’euros par jour...). Mais l’urgence est aussi de faire des actes qui construisent la souveraineté alimentaire des peuples, partout dans le monde. A l’opposé de la soumission aux diktats du “marché” et “des marchés”, qui mènent le monde à la famine.

Les diverses contributions de ce petit livre montrent la richesse de ce qui se fait déjà, et donnent une idée de ce qui est possible. Elles rappellent que ce n’est pas l’agro-industrie et sa poursuite de la réduction de la diversité cultivée qui peuvent permettre de bien nourrir 7 milliards d’êtres humains aujourd’hui et 9 milliards en 2050, mais les paysans, et la reconquête par les sociétés des conditions de production de la nourriture, de leur souveraineté alimentaire.

“Aucune des contributions n’a la prétention de fournir la solution miracle au défi éthique et démocratique que pose l’exigence d’alimenter sainement tout le monde. Toutes, en revanche, portent une parole citoyenne, une pensée enracinée à partir des réalités vécues. Toutes ont vocation à alimenter le débat public...” (Emmanuel Antoine)

Parce que si l’on veut manger demain - et si l’on veut que tout le monde mange -, il est vital de re-politiser la question alimentaire !

Plus d’informations sur les auteurs à : http://www.alimentons-les-regions.fr


Pour commander ce livre : imprimer le bon de commande,
et le renvoyer avec un chèque de 14€ (12€+2€ de frais de port) aux Éditions du Linteau, 52 rue de Douai - 75009 Paris

Le site de Minga : http://www.minga.net




Dans la même rubrique :
Nous sommes solidaires des paysans !
Nouveaux OGM : STOP !
9 paysans au tribunal pour avoir défendu le revenu de tous
“Contractualisation” : voici le projet de l’industrie laitière pour ligoter les paysans éleveurs laitiers
C’est le modèle agricole qu’il faut transformer
Crise agricole : soirée débat avec Laurent Pinatel
3 paysans commencent un jeûne à St-Etienne
Comment agir concrètement contre la "mal bouffe" chez les enfants, mais aussi chez les adultes, en particulier dans les milieux défavorisés ?
Le procès fait par Lactalis à la Confédération paysanne de la Loire et à Philippe Marquet nous concerne tous.
OGM : La déclaration d’Isabelle Stengers pour la dernière audience du procès de Monsanto




Proposer un article | Nous contacter | Plan du site | Admin | Accueil