Réseaux citoyens de St-Etienne
Accueil Qui sommes-nous Nous contacter Nous aider Plan du site Admin
   
Vous êtes ici : Collectif Zérogm42 > Le combat contre les OGM relancé à St-Georges d’Espéranche.
A la une
Agenda
Albums photos
Images à la une
Envoyez la musique !
La France insoumise / Jean-Luc Mélenchon
Nous sommes Grecs
Agroécologie
Agriculture paysanne
AMAP et réseau des AMAP
AMAP-Saint-Etienne
L’avenir du mouvement des AMAP
Les Amap dans la Loire
FAQ - De la ferme au quartier
Collectif Zérogm42
Collectif "nourrir l’humanité"
Maison de la semence
G.R.A.I.N. / Via Campesina
Collectif Liberté Justice Palestine
Chroniques pour la Palestine
Moyen-Orient et monde arabe / Georges Corm
Réseau RESF
Réseau Solidarité Rroms
Egalité des droits / Antiracisme
Une école pour tou(te)s
Survie / Françafrique
Quelle connerie la guerre !
Collectif "personne à la rue !"
Justice sociale / Droits sociaux
Assises droits sociaux
Forum des droits sociaux
Logement
Non au CPE !
Santé
Services publics
Travail / Emploi / Retraite
Portail pour l’accès aux droits sociaux
Le travail social dans la crise
Terrain d’entente
Groupe de réflexion "travail travail !"
Réseau salariat
Ecole / Education populaire
Justice écologique
Collectif Action Climat - CLAC
Sortir du nucléaire
Démocratie
Démocratie participative
Porto Alegre/St-Etienne
Libertés
Europe
Sortir du capitalisme
TAFTA
Changer la mondialisation ?
Forums sociaux
Changer la gauche ?
Gouvernement Hollande-Ayrault-Valls
Gouvernement Sarkozy
Chronique d’une élue citoyenne
Ville de Saint-Etienne
Conseil municipal
Elections municipales 2008
C’est notre histoire
Culture / idées
Les Héroïnes
Libres paroles
Des livres, des films, des sites...
Cafés citoyens au Remue-Méninges
Atelier de philosophie
Université Populaire - Laboratoire Social / Collectif Malgré Tout
Médias
Qui sommes-nous
Réseaux/Associations
"CLEARFIELD" OU "EXPRESS-SUN" : DÉJÀ 6.000 HECTARES DE TOURNESOLS OGM PESTICIDES EN RHÔNE-ALPES ET 70.000 EN FRANCE ?...
Le combat contre les OGM relancé à St-Georges d’Espéranche.
Samedi 30 juillet les Faucheurs Volontaires arraché des tournesols OGM ExpressSun de Pioneer à Feyzin
mercredi 10 août 2011, par Roger Dubien


Déjà 10% de tournesol OGM en France (soit plus de 70 000 hectares) et 30% en Rhône-Alpes (environ 6 000 hectares) (1) ? Et bientôt du tournesol OGM partout, et dans les assiettes de l’huile de tournesol OGM, sans que personne n’en sache rien ? Samedi matin 30 juillet, au moins 250 personnes venues de toute la France se sont retrouvées, à l’appel des Faucheurs Volontaires, à St-Georges d’Espéranche, dans l’Isère, pour dénoncer les OGM mutés, cette nouvelle race d’OGM que les grandes firmes des semences et de l’agro-chimie ont décidé de nous imposer. Elles sont ensuite allés faucher un champ de tournesol ExpressSun de Pionneer à Feyzin, dans le Rhône, avant d’aller interpeller le député-maire de Vienne Remiller, qui fait le forcing pour la dissémination en Rhône-Alpes de ces tournesols OGM, sous le prétexte de la lutte contre l’ambroisie...

Se retrouver à St-Georges d’Espéranche avait une grande signification. Car c’est ici qu’a eu lieu, le 7 juin 1997, le 1er des fauchages d’OGM en Europe - dans la suite desquels naîtront en 2003 les Faucheurs Volontaires -, quand 300 paysans ont détruit un champ de colza OGM, avant que ce colza ne soit interdit par le gouvernement (moratoire) à l’été 1998 à cause des risques énormes de dissémination de gènes (notamment de résistance aux herbicides et aux antibiotiques) de cet OGM pesticide à d’autres plantes.

Et ce n’était pas un hasard non plus si samedi, 14 ans après, étaient présents parmi les Faucheurs, et ont pris la parole devant la mairie de St-Georges d’Espéranche, Guy Germain, Fleury Joanin et Jacques Roux, les 3 paysans participants au fauchage de 1997 qui avaient alors été choisis par Monsanto pour être traînés en justice et subir 9 ans de procès, avant d’être relaxés fin 2005.

14 ans après, c’est peut-être une nouvelle étape de la lutte contre les OGM qui prend forme. Car l’action de fauchage de samedi braque les projecteurs sur cette nouvelle race d’OGM que sont les OGM mutés, après plusieurs autres actions de sensibilisation et le fauchage de quelques essais ces deux dernières années.

Sur la place de St-Georges d’Espéranche, les prises de paroles se sont succédées.
Jean-Luc Juthier, Guy Germain, Fleury Joanin, Guy Kastler, Claire Point, le maire de St-Georges d’Espéranche, Camille Lassalle qui a apporté son soutien...
Claire Point, paysanne, productrice de semences, a expliqué comment les paysans étaient tenus dans l’ignorance de la nature OGM des semences qu’on leur demandait de produire...


Parmi les 250 personnes étaient présentes, 170 avaient décidé de participer directement au fauchage et ont inscrit leur nom sur une liste, conformément à la charte des Faucheurs Volontaires.


Cette liste a ensuite été remise aux gendarmes présents en grand nombre (au moins 60). Gendarmes qui ont d’abord voulu relever les identités de tous les présents, ce que les Faucheurs ont refusé en indiquant qu’ils remettraient eux-mêmes la liste des seuls participants directs au fauchage, ce qui a été fait.


C’est ensuite un long cortège de voitures qui s’est mis en route vers le champ de tournesol OGM à faucher, situé à 40 kms de là, à Feyzin, dans le département voisin du Rhône. Un cortège de près d’un kilomètre et demi, accompagné par les gendarmes, mais sans que ceux-ci n’en connaissent le point d’arrivée...


A Feyzin, il s’agissait d’un champ de tournesol muté EspressSun, des semences OGM de la multinationale Pioneer.
Dans ce champ très vaste situé tout près des Minguettes de Vénissieux - et dans une zone ("les Grandes Terres") pour laquelle un vaste programme de protection de la biodiversité, de la faune et de la flore, est officiellement en cours (voir), mais qui aujourd’hui, sans que personne n’en parle, se couvre d’OGM ! ! - il avait été décidé de faire un fauchage symbolique : une centaine de mètres carrés de tournesols OGM.
C’est ce qui a été fait.



Ensuite, tout le monde est parti en direction de Vienne, pour aller dire deux mots au député-maire Remiller. Absent, d’ailleurs, pour l’occasion, alors que lui savait depuis plusieurs jours qu’il aurait de la visite. Une demande de rencontre va lui être renouvelée.
Les manifestants se sont d’abord rendus à la mairie, dont les grilles ont été décorées de tournesol, puis à la permanence du député, à laquelle a été déposée une brassée d’embroisie ramassée dans le champ de tournesol OGM muté, ambroisie dont cet OGM est censé permettre l’éradication ! !
A Vienne aussi, des prises de parole ont eu lieu.

Dans les rues de Vienne, et devant la mairie...


L’ambroisie utilisée comme prétexte pour imposer des OGM...

Le coup est classique : c’est toujours au nom de la lutte contre un insecte ravageur (par exemple la pyrale pour le maïs) ou des mauvaises herbes, que les OGM pesticides sont avancés.
Là, c’est au nom de la lutte contre l’ambroisie que le député-maire UMP de Vienne est l’un de ceux qui font le forcing pour l’envahissement des tournesols OGM muté ExpressSun de Pioneer et Clairfield de BASF en Rhône-Alpes. La nécessité de lutter contre l’ambroisie : voilà une justification qui peut faire l’affaire, aux yeux "du public"...
L’ambroisie est ce qu’on appelle une plante adventice, une mauvaise herbe, donc, pour les cultures. En plus, c’est une plante qui provoque des problèmes de santé : une partie de la population est gravement allergique à son pollen.
Alors les firmes de l’agro-industrie et ceux qui roulent pour elles appellent à "éradiquer l’ambroisie"... avec des OGM pesticides. Déjà, du point de vue sanitaire, cela revient à proposer de choisir la peste pour éviter le choléra, ou l’inverse.
Mais quand on creuse un peu la question, apparaissent d’autres facettes dans cette histoire, et aussi des pistes de solution.

D’abord, un rappel : bien d’autres plantes sont très allergènes, ce n’est pas pour ça qu’il est proposé de les éradiquer. Par exemple : les cyprès, les bouleaux, les frênes...
Ensuite, c’est vrai que l’ambroisie est une plante coriace. Tellement coriace que le champ de tournesol OGM muté fauché à Feyzin, un champ qui a été spécialement traité à l’herbicide pour tuer l’ambroisie est plein ... d’ambroisie qui se porte apparemment pas si mal que ça !... (voir les photos ! !)

Autre chose, si l’on veut être un peu sérieux : c’est vrai que l’ambroisie, si on la laisse s’installer quelque part, se répand très rapidement dans tous les terrains. Mais elle apparaît d’abord et s’installe de préférence dans les terrains pauvres, ou plutôt abîmés, détruits ... Des "terres pertubées", avec "un couvert végétal absent ou clairsemé". Comme les talus d’autoroute, les terrains vagues ou les chantiers... et comme les terres épuisées et détruites par des années et des années d’agriculture industrielle avec ses engrais et ses pesticides. Alors la solution contre l’ambroisie est d’abord dans la rotation des cultures (il faudrait faire du tournesol tous les 3 ans seulement au maximum - voir www.ambroisie.info/docs/fiche_8.pdf), et dans le travail du sol. Et non dans une accentuation des monocultures, avec fuite en avant vers plus d’engrais et de pesticides qui tuent toute la biodiversité de la flore et de la faune. Et qui prépare l’apparition très prochaine d’une ambroisie résistante aux herbicides !... Aux USA est déjà apparue dans les champs de soja roundup ready de Monsanto une ambroisie résistante au glyphosate...



50% de tournesols OGM en France dans quelques années ?
En Rhône-Alpes, 30% du tournesol - soit près de 6000 hectares - seraient déjà OGM en 2011...

Les firmes qui travaillent a imposer les OGM mettent en ce moment le paquet sur le tournesol.
Cette plante très utilisée pour l’alimentation humaine et qui a aussi été choisie comme symbole par les mouvements écologistes est en train de devenir massivement OGM de façon clandestine...

La multinationale semencière Pioneer a mis au point par mutagénèse chimique un tournesol OGM baptisé ExpressSun, "tolérant" à l’herbicide Express SX de la multinationale de la chimie Dupont de Nemours. Cet herbicide est du tribénuron-méthyl.

La multinationale agro-chimique BASF a mis au point un tournesol OGM muté baptisé Clearfield, "tolérant" à l’herbicide "Pulsar 40", qu’elle vend - ça tombe bien. Cet herbicide est de l’imazamox. BASF prétend que ce tournesol "tolérant" à son herbicide a eu la bonne idée d’apparaître tout seul dans l’un de ses champs, en Amérique du Nord. Personne ne pourra vérifier. Quoi qu’il en soit, c’est la même chose : il s’agirait alors d’une mutagénèse provoquée par l’utilisation d’un produit chimique herbicide. Et d’une plante sur laquelle BASF a mis un brevet et qu’elle vend avec le pesticide qui va avec. Bref, ce tournesol, par sa nature comme par ses conditions d’utilisation, a tout d’un OGM, il est la définition même d’un OGM, et d’ailleurs c’est un OGM. 

Sur le sac d’ExpressSun, un gros mensonge : "il s’agit d’hybrides de tournesol sur lesquels un travail de sélection classique a permis d’obtenir un niveau de tolérance suffisant pour supporter un traitement des mauvaises herbes à base d’Express SX" ... Un mensonge qui permet de faire semer des OGM à des paysans sans qu’ils le sachent.


Comment ça fonctionne avec les tournesols Clearfield et ExpressSun ? Auparavant, sur le tournesol, les herbicides ne pouvaient être utilisés qu’avant la "levée" des plants. Maintenant, l’agro-chimie conseille de continuer à traiter avec un herbicide (le Nikeyl) avant le semis, ou avant que le tournesol ne "sorte", et d’utiliser ensuite l’herbicide Express SX ou Pulsar 40 une fois que les plants sont sortis de terre, en "post-levée" du tournesol. Puisque les tournesols OGM ExpressSun et Clearfield peuvent être arrosés et imprégnés d’herbicide sans crever.
Tout cela signifie, déjà, une augmentation de la quantité de pesticides utilisée dans les cultures de tournesol. Et l’accumulation de cet herbicide dans tous les plants de tournesol.
Cela signifie aussi que Pioneer et BASF vendent aux paysans un kit : semences brevetées + herbicides qui vont avec ; ça fonctionne exactement comme le soja roundup ready de Monsanto ; sauf que là, personne ne dit aux paysans qu’il s’agit de semences OGM. On leur dit qu’il s’agit d’une "nouvelle technologie"...

Les firmes veulent aller vite et loin avec ce tournesol OGM. Sans qu’on en parle, elles ont imposé des cultures de tournesol OGM muté en Europe de l’Est et en Europe centrale. En 2008, il y aurait déjà eu là-bas 700 000 hectares de Clearfield. Et 300 000 hectares d’ExpressSun ! Soit au total 1 million d’hectares !
(Voir http://www.reussir-grandes-cultures.com)
En France, ça a un peu traîné parce que les autorisations pour les herbicides se sont faites attendre. Mais maintenant, c’est fait.
(voir : La résistance herbicide gagne les tournesols)
Et un responsable du CETIOM déclarait dès fin 2008 qu’il était réaliste de considérer que 50% des cultures de tournesol en France seront rapidement du Clearfield ou de l’Express Sun.

Le tournesol est cultivé en France sur environ 700 000 hectares. Début juillet 2011, le CETIOM vient d’indiquer qu’en 2010, 4,5% des cultures (soit 31 500 hectares) avaient été du Clearfield ou de l’Express Sun. Et en 2011, c’est 10% (soit 70 000 hectares !). Mais en Rhône-Alpes, c’est le forcing, au prétexte de la lutte contre l’ambroisie, avec déjà 30% de tournesol OGM en 2011.
Les cultures de tournesol couvrant environ 20 000 hectares en Rhône-Alpes, ça signifie qu’il y a déjà dans la région environ 6 000 hectares de tournesol OGM en 2011 !

Ce faisant, les firmes savent pertinemment que ce n’est pas une solution durable. Et que va apparaître très vite une ambroisie résistante. D’ailleurs, le CETIOM annonce déjà la grande probabilité de son apparition prochaine. Voir le petit questionnaire en ligne sur son site :
http://www.cetiom.fr/to_tolerant_durabilite
Ils sont en train de créer de l’ambroisie résistante, et ils le savent ! (2)

Autre chose qui vaut d’être relevé : dans le champ de Feyzin, qui a pourtant été arrosé d’herbicide Express SX, l’ambroisie se porte plutôt bien, ainsi que le montre la photo ci-dessous. Il va donc falloir dès maintenant augmenter les doses !...


La société veut-elle des OGM cachés - des plantes manipulées, pesticides, brevetées - dans ses assiettes ? Il est urgent que cette question soit mise sur la table.

La vidéo du fauchage, réalisée par des militants savoyards...


par latelelibre
Interview : Elodie Chabert - Image et montage : Mikaël Chambru
Ce reportage a été réalisé pour LaTéléLibre.fr - média citoyen, indépendant et participatif. La vidéo est en ligne à http://latelelibre.fr


Le reportage de FR3 sur le fauchage de Feyzin


à cette adresse :
http://info.francetelevisions.fr/video-info/index-fr.php ?id-categorie=JOURNAUX_LES_EDITIONS_REGIONALES_RHONE_ALPES_1920,
Entrer dans le site, puis
Cliquer à gauche sur "Journaux"
puis sur "Editions régionales",
puis choisir Rhône-Alpes et cliquer sur le 19/20 (ligne de vidéos du milieu) du 30 juillet
Le reportage commence à 6mn30 (compteur : en bas à gauche)

Une déclaration de la Confédération Paysanne :
Les paysans et notre alimentation n’ont pas besoin d’OGM :
les Faucheurs volontaires mettent le projecteur sur les plantes mutées.

Lors d’une intervention symbolique samedi 30 juillet dans le Rhône sur une parcelle de tournesols mutés, les Faucheurs volontaires ont fait le choix d’attirer l’attention des pouvoirs publics et de l’opinion sur le leurre d’une « nouvelle génération d’OGM » qui ne veulent pas dire leur nom. Grâce à une dérogation en annexe des directives européennes, les plantes mutées par irradiation ou agression chimique ne sont en effet pas réglementées bien qu’étant définies comme OGM dans la directive 2001/18. Aucune évaluation sanitaire et environnementale ne précède leur commercialisation, aucune information du consommateur ne l’accompagne. Elles sont par contre protégées par des brevets qui permettent la confiscation des semences et de notre nourriture par quelques firmes transnationales.
La propagande des firmes semencières met en vedette ces « nouveaux OGM » tolérants aux herbicides en prétendant supprimer des plantes sauvages comme l’ambroisie qui envahissent les cultures chimiques intensives. L’ambroisie n’est pas plus allergène que de nombreuses autres herbes, le frêne, le bouleau ou le cyprès.
Faudra-t-il demain éradiquer aussi ces plantes de notre environnement pour faciliter la vente de produits industriels brevetés ?
La rotation des cultures et le travail du sol sont tout aussi efficaces pour maîtriser les plantes sauvages dans les cultures de tournesols.

Les fausses solutions « OGM » ne feront qu’aggraver le problème en rendant les plantes invasives à leur tour tolérantes aux herbicides, ce qui augmentera encore les quantités de poisons déversés sur nos aliments, dans les champs et dans les rivières.

La Confédération paysanne défend une agriculture respectueuse du vivant et des sols et encourage les pratiques agro-écologiques porteuses d’une alimentation de qualité. La défense des paysans passe par la défense de pratiques économes et autonomes pour trouver des solutions techniques. Les Faucheurs volontaires participent par cette action à défendre cette agriculture."

Philippe Collin, porte-parole : 06 76 41 07 18
Guy Kastler, commission OGM : 06 03 94 57 21

Confédération Paysanne
104 rue Robespierre - 93170 Bagnolet
Tél. 01 43 62 04 04 - Fax. 01 43 62 80 03
contact@confederationpaysanne.fr
www.confederationpaysanne.fr




Le CETIOM bobarde. Les tournesols Clearfield et ExpressSun sont bien des OGM
et ils doivent être traités comme tels !


Les tournesols ExpressSun et Clearfield sont très représentatifs de la nouvelle génération d’OGM qui menace de submerger l’agriculture et l’alimentation mondiales.
Pour résumer : les firmes semencières et agrochimiques ont bien vu que le refus des OGM ne s’évaporait pas, mais au contraire se renforçait, en Europe et dans le monde. Alors, pour contourner la mobilisation des sociétés et les lois, et tout en se battant pied à pied pour maintenir le plus possible les OGM de première génération obtenus par transgénèse (exemple maïs Mon810, soja Roundup ready...), elles ont mis le paquet pour créer des OGM moins “voyants”, obtenus par mutagénèse.
Le résultat et son utilisation sont les mêmes : ce sont des OGM, et ils sont utilisés comme des OGM (manipulation génétique + plante pesticide + brevet sur les semences). Mais les firmes s’appuient sur une faille dans la législation européenne : si les plantes obtenues par mutagénèse provoquée sont bien définies comme des OGM, elles échappent aux dispositifs auxquels les OGM sont soumis, dispositifs prévus par la directive européenne 2001-18.

A partir de là, certains ont même le culot de déclarer que puisque ces OGM échappent à la directive 2001-18, ce ne sont pas des OGM. Alors même que la directive 2001-18 est tout à fait claire sur le fait que c’en est.
Le CETIOM - centre technique des oléagineux - un organisme qui est contrôlé par les tenants de l’agriculture industrielle (mais financé aussi par le ministère de l’agriculture), est à la pointe de ce tour de passe-passe, et travaille en toute complicité avec les multinationales des semences et de l’agro-chimie.
En 2009, mis en cause lors de l’action de nombreuses associations à Montech, le CETIOM prétendait que ses tournesols mutés n’avaient rien à voir avec des OGM. 
Voir : Il n’y a aucun OGM dans cette culture
Le CETIOM travaille d’arrache pied pour faire vendre les tournesols OGM de Pioneer et BASF.
Voir : http://www.tournesol-tolerant.cetiom.fr
Et notamment : la mutagénèse

C’est un problème grave que l’INRA - Institut national de la recherche agronomique, qui est un organisme public -apporte sa caution au développement et au masquage des tournesols OGM de Pioneer et BASF.

Photos de cette page : Martine Chevalier

Pour aller plus loin sur les OGM mutés et le cadre législatif actuel des OGM en France et en Europe, voir : Qu’ils soient obtenus par mutagénèse ou par transgénèse, les OGM sont des OGM !



(1) C’est un responsable du CETIOM qui a donné ces pourcentages, le 5 juillet 2011 (voir : http://www.lafranceagricole.fr)

(2) Voir un dossier de B. Chauvel dans Phytoma d’avril 2010. Aux USA, sont apparues des ambroisies résistantes au glyphosate dans les cultures de soja OGM roundup ready de Monsanto.
Et dès 1998 aux USA aussi, sont apparues sur de très grandes surfaces des ambroisies résistantes aux herbicides de la famille des Imidazolinones (comme l’imazamox, utilisé pour le tournesol Clearfield de BASF) et de la famille des sulfonylurées (à laquelle appartient le tribénuron-méthyl, utilisé pour l’ExpressSun de Pioneer).  : “En ce qui concerne le mode d’action (inhibiteurs de l’ALS) et les substances actives impliquées dans les résistances des variétés de tournesol, l’ambroisie a déjà développé sur de très grandes surfaces des résistances à ces produits dans différents Etats américains (...) La mutation actuellement identifiée dans ces populations américaines d’ambroisie (...) confère la résistance à la plupart des molécules de cette famille d’herbicides.
Aussi, la tentation légitime des agriculteurs ou des préconisateurs d’utiliser des variétés résistantes sur les zones les plus infestées pourrait avoir pour conséquence de favoriser rapidement la sélection de populations d’ambroisies résistantes, le risque étant d’autant plus important que la densité des populations d’ambroisies est forte”.




Dans la même rubrique :
Solidarité avec Monique Burnichon et les faucheurs d’OGM
"Nos enfants nous accuseront", documentaire de Jean-Paul Jaud
OGM, pesticides... : maintenant il faut des actes !
Non aux OGM, même cachés !
OGM à pesticides : ces 99% qui ne passent pas...
Quelques heures de la discussion sur la loi OGM
OGM par mutagénèse : des vidéos d’une passionnante journée de travail de la Confédération Paysanne de Touraine
La société ne veut pas des OGM, ni dans les champs ni dans les assiettes
Les paysans de la Confédération Paysanne s’invitent au colloque pro-OGM organisé à l’Institut de France le 19 novembre
Un moratoire immédiat sur les OGM, et non une loi pour les autoriser !




Proposer un article | Nous contacter | Plan du site | Admin | Accueil