Réseaux citoyens de St-Etienne
Accueil Qui sommes-nous Nous contacter Nous aider Plan du site Admin
   
Vous êtes ici : Agriculture paysanne > L’agriculture paysanne n’est pas une promesse commerciale
A la une
Agenda
Albums photos
Images à la une
Envoyez la musique !
La France insoumise / Jean-Luc Mélenchon
Nous sommes Grecs
Agroécologie
Agriculture paysanne
AMAP et réseau des AMAP
AMAP-Saint-Etienne
L’avenir du mouvement des AMAP
Les Amap dans la Loire
FAQ - De la ferme au quartier
Collectif Zérogm42
Collectif "nourrir l’humanité"
Maison de la semence
G.R.A.I.N. / Via Campesina
Collectif Liberté Justice Palestine
Chroniques pour la Palestine
Moyen-Orient et monde arabe / Georges Corm
Réseau RESF
Réseau Solidarité Rroms
Egalité des droits / Antiracisme
Une école pour tou(te)s
Survie / Françafrique
Quelle connerie la guerre !
Collectif "personne à la rue !"
Justice sociale / Droits sociaux
Assises droits sociaux
Forum des droits sociaux
Logement
Non au CPE !
Santé
Services publics
Travail / Emploi / Retraite
Portail pour l’accès aux droits sociaux
Le travail social dans la crise
Terrain d’entente
Groupe de réflexion "travail travail !"
Réseau salariat
Ecole / Education populaire
Justice écologique
Collectif Action Climat - CLAC
Sortir du nucléaire
Démocratie
Démocratie participative
Porto Alegre/St-Etienne
Libertés
Europe
Sortir du capitalisme
TAFTA
Changer la mondialisation ?
Forums sociaux
Changer la gauche ?
Gouvernement Hollande-Ayrault-Valls
Gouvernement Sarkozy
Chronique d’une élue citoyenne
Ville de Saint-Etienne
Conseil municipal
Elections municipales 2008
C’est notre histoire
Culture / idées
Les Héroïnes
Libres paroles
Des livres, des films, des sites...
Cafés citoyens au Remue-Méninges
Atelier de philosophie
Université Populaire - Laboratoire Social / Collectif Malgré Tout
Médias
Qui sommes-nous
Réseaux/Associations
UN POINT DE VUE D’EMMANUEL ANTOINE, PRÉSIDENT DE MINGA, DANS CAMPAGNES SOLIDAIRES, JOURNAL DE LA CONFÉDÉRATION PAYSANNE
L’agriculture paysanne n’est pas une promesse commerciale
dimanche 23 octobre 2011


Comment en moins de cinq ans, est-on passé du commerce équitable au commerce de l’équitable ? Comment les industries de mise en marché (organismes de certification, agences de communication et marketing, GMS) réduisent une préoccupation politique en acte d’achat ? Regard d’Emmanuel Antoine de Minga (1).

Sur le sujet de la normalisation du commerce équitable, Minga s’est confronté à la puissance du capitalisme moderne et a pu en mesurer sa plasticité à tirer profit de ce qui le conteste.
Cette expérience nous a permis de constater également que la culture libérale et le réductionnisme économique et politique qu’elle véhicule sont profondément ancrés dans les têtes, y compris les nôtres. Centré sur le débat des normalisations, on finit par servir la cause combattue en confondant société civile et marché. Certains acteurs défendent une ligne dite « pragmatique », où le besoin de reconnaissance prend le pas sur la construction de rapports de force ; et d’autres une position dite « radicale » se traduisant par l’isolement et par une surenchère en termes de cahier des charges et de garantie, dans l’espoir d’éviter toute déviance.

Comment partager et promouvoir l’évolution des pratiques professionnelles sans réduire cet engagement à un argument de vente ? Comment faire pour que la recherche de cohérence entre le dire et le faire soit source de débat, d’amélioration des pratiques ? Ces questionnements ont conduit Minga à préciser en 2008 son positionnement « agir ensemble pour une économie équitable » et à assumer d’être une organisation à la fois professionnelle et politique (au sens de l’élaboration d’un projet de société).

Centrés sur le débat des normes, on en oublie la loi. Même si la loi est une norme, on ne peut pas considérer que l’adhésion volontaire à un cahier des charges soit du même ordre qu’une loi qui s’impose à tous. A titre d’exemple, adhérer aux cahiers des charges de l’agriculture biologique et interdire l’usage des pesticides et des OGM, ce n’est pas la même chose ! Dans le cadre de la norme, la rédaction appartient aux acteurs concernés, ceux qui ont les moyens de participer à cette rédaction, l’accès au texte de la norme est payant et le contrôle de sa conformité appartient à des organismes privés. Depuis plus de trente ans, la globalisation libérale remet en cause l’État de droit et sème la confusion entre normalisation et réglementation, les fonctions régaliennes de l’État étant de plus en plus confiées à des officines privées. On arrive à cette situation absurde où celui qui s’efforce d’améliorer son mode de production pour le rendre moins polluant, doit payer le prix de la mise en marché de sa production.

Dans le cadre de filières internationales, pour ne pas recréer le développement de productions destinées à l’exportation au détriment des cultures vivrières, nous avons toujours considéré le commerce équitable comme avant tout, un moyen choisi par les communautés pour défendre leurs droits, et notamment de maîtriser leur souveraineté alimentaire. C’est donc avec une attention particulière que nous avons suivi le développement des amaps. Mais se centrer exclusivement sur le débat de la garantie des circuits courts aujourd’hui, sans se demander à quoi sert une garantie et à qui elle s’adresse, c’est prendre le risque à nouveau de perdre le sens politique dont est porteur une démarche telle que les amaps et transformer ce mouvement en gestion de marque (fut-il établi par un système de garantie participative). La relation d’adhésion, ce n’est pas une promesse commerciale, c’est une relation entre citoyens pour promouvoir une agriculture paysanne. Si l’une ou l’autre des parties ne respectent pas un engagement, il peut toujours y avoir rupture - en mesurant bien que la relation économique reste asymétrique et que le cultivateur y perd bien plus que le consommateur. Rien n’empêche aussi les membres d’une amap d’assumer délibérément d’être hors la loi et de peser dans le débat public si la législation en vigueur joue au détriment de la qualité et sert exclusivement à protéger des intérêts industriels.

A travers les diverses formes de circuits courts, refuser que soit systématiquement exigée la garantie par tiers ou celle d’une organisation, ce n’est pas pour autant refuser l’évaluation partagée des pratiques, mais c’est éviter de tomber dans le piège de la gestion de marque et de la marchandisation de la confiance. Au lieu de s’épuiser à veiller sans fin à la « pureté » et à la « conformité » paysanne, alimentons le débat politique autour des enjeux du droit à une alimentation saine pour tous, en rendant du pouvoir, de l’autonomie et de la responsabilité aux individus et aux associations locales.

(1) Depuis 1999, Minga regroupe des entreprises, des associations, et des particuliers dont l’objectif est de participer par leurs manières de produire, de transformer, d’échanger ou de consommer au développement d’une société plus équitable.
www.minga.net


Télécharger
Télécharger "L’agriculture paysanne n’est pas une promesse commerciale"




Dans la même rubrique :
Des rapports de GRAIN qui soutiennent l’appel à l’action sur l’agriculture pour répondre au changement climatique...
Le procès à faire, c’est celui de Lactalis et des multinationales de l’industrie agro-alimentaire, pas celui des paysans !
La Confédération paysanne est venue déposer plainte pour non assistance à paysans en danger
La multinationale Lactalis obtient de la Cour d’appel de Lyon une condamnation de la Confédération Paysanne
La société a besoin de paysans nombreux !
La Confédération paysanne demande 6 mesures urgentes pour sauver l’élevage et les éleveurs
Trier et ressemer ses propres semences est-il un délit ?
Contribution sur le droit à la souveraineté alimentaire
Le programme de la journée et les appels de la Confédération paysanne et du comité de soutien
Le procès fait par Lactalis à Philippe Marquet et à la Confédération Paysanne de la Loire aura lieu le 1er juin au Tribunal de St-Etienne.




Proposer un article | Nous contacter | Plan du site | Admin | Accueil