Réseaux citoyens de St-Etienne
Accueil Qui sommes-nous Nous contacter Nous aider Plan du site Admin
   
Vous êtes ici : Collectif Liberté Justice Palestine > Nous laissons faire ! Un crime s’accomplit sous nos yeux.
A la une
Agenda
Albums photos
Images à la une
Envoyez la musique !
La France insoumise / Jean-Luc Mélenchon
Nous sommes Grecs
Agroécologie
Agriculture paysanne
AMAP et réseau des AMAP
AMAP-Saint-Etienne
L’avenir du mouvement des AMAP
Les Amap dans la Loire
FAQ - De la ferme au quartier
Collectif Zérogm42
Collectif "nourrir l’humanité"
Maison de la semence
G.R.A.I.N. / Via Campesina
Collectif Liberté Justice Palestine
Chroniques pour la Palestine
Moyen-Orient et monde arabe / Georges Corm
Réseau RESF
Réseau Solidarité Rroms
Egalité des droits / Antiracisme
Une école pour tou(te)s
Survie / Françafrique
Quelle connerie la guerre !
Collectif "personne à la rue !"
Justice sociale / Droits sociaux
Assises droits sociaux
Forum des droits sociaux
Logement
Non au CPE !
Santé
Services publics
Travail / Emploi / Retraite
Portail pour l’accès aux droits sociaux
Le travail social dans la crise
Terrain d’entente
Groupe de réflexion "travail travail !"
Réseau salariat
Ecole / Education populaire
Justice écologique
Collectif Action Climat - CLAC
Sortir du nucléaire
Démocratie
Démocratie participative
Porto Alegre/St-Etienne
Libertés
Europe
Sortir du capitalisme
TAFTA
Changer la mondialisation ?
Forums sociaux
Changer la gauche ?
Gouvernement Hollande-Ayrault-Valls
Gouvernement Sarkozy
Chronique d’une élue citoyenne
Ville de Saint-Etienne
Conseil municipal
Elections municipales 2008
C’est notre histoire
Culture / idées
Les Héroïnes
Libres paroles
Des livres, des films, des sites...
Cafés citoyens au Remue-Méninges
Atelier de philosophie
Université Populaire - Laboratoire Social / Collectif Malgré Tout
Médias
Qui sommes-nous
Réseaux/Associations
UN MESSAGE DE NAHLA CHAHAL COORDINATRICE DES MISSIONS CIVILES EN PALESTINE
Nous laissons faire ! Un crime s’accomplit sous nos yeux.
mercredi 19 mai 2004, par Nahla Chahal


Ce matin, 19 mai, très tôt.

S’immoler au feu pour protester ? grève de la faim ? sit-in ouvert... que peut faire celui ou celle (à défaut de “ceux” ) que les informations venues de Gaza continuent de choquer, comme d’ailleurs les informations venues d’Irak ou d’ailleurs.
Que peut faire celui ou celle qui ne s’habitue pas à l’horreur, qui finit par se foutre pas mal de la politique, des objectifs, considérations, équilibres, raisons et tout le tralala quand se meurent, des jours durant, des humains, des enfants, des frères et soeurs, atteints dans leur propre chambre, sur le matelas qui leur sert de lit, par des balles, des éclats d’obus.
En grandissant ils seraient devenus “terroristes” ? leur mort devient de la prévoyance !
La guerre préemptive se décline à l’individuel.

C’est avec - ou malgré - un grand sentiment d’impuissance et d’insignifiance, de honte, que j’ai fini par appeler Jabr à Gaza. Je lui ai dit que je ne l’appelais plus parce que nous n’y pouvions rien.
Les visites au Quai d’Orsay étaient formelles, les manifs et autres actions nous procuraient le sentiment de faire mais ne leur servaient pas, n’arrêtaient pas le massacre qu’ils subissaient. Que ce n’est pas l’information qui manque, même pas l’indignation...

Il avait à ses côtés Abdel Halim de Khan Younis.
Ils attendaient Donatella de Amnesty International qui a réussi, elle, à passer Eretz, qu’ils allaient ensemble à Rafah. Rafah...
140 000 personnes, 90 000 rien que dans le camp de réfugiés.
Israël cherche avec des F16 les combattants palestiniens qui ont attaqué les chars de son armée, tués des soldats israéliens. Que faisaient-ils là-bas ? Question perpétuelle.
Que faisaient les 4 agents de sécurité américains à Fallouja avant de les tuer, brûler, et dépecer.
Quelle est la solution ? laisser l’occupation, les occupations, s’installer, s’y soumettre et se la fermer ? Choix existentiels, choix basiques.

Et petit à petit, au fil de la discussion téléphonique, j’ai constaté que Jabr et Abdel Halim me remontaient le moral. Le désespoir était un luxe qu’ils ne pouvaient pas se permettre.
Voilà ce qu’ils disent, je vous le transmets et vous en faites tous, et chacun et chacune, ce que vous voulez : ils disaient que n’importe quel signe de solidarité, de préoccupation, venu de l’extérieur, était précieux parce qu’il s’agit encore une fois de briser l’isolement, d’ouvrir une brèche.
Ils se demandaient aussi si, comme Donatella, des députés européens, des hauts responsable de la Commission, des Consuls, des personnalités internationalement connues, ne pouvaient pas se donner la peine d’une petite incursion dans leur monde, pour venir à Gaza dire NON.
Sinon...

Nahla Chahal
coordinatrice de la CCIPPP
mais surtout être humain inadapté = qui ne s’habitue pas.



N.B. Pour ceux et celles qui possèdent encore de l’imagination et la force de proposer des initiatives, ne se privent pas en nous écrivant :
contact@protection-palestine.org

Et Pas de Bush en France le 05 Juin Prochain !
Pas de Bush en France le 05 Juin prochain.

publié par la liste Assawra.
Merci de relayer après de vos ami-e-s




Dans la même rubrique :
Arrêter Sharon, criminel de guerre en exercice
Rencontre avec Nahla Chahal, pour réfléchir ensemble sur les révolutions arabes...
Conférence-débat avec Eric Hazan sur l’occupation en Palestine
Jusqu’à quand les massacres israéliens ?
"Trois mois après, rien n’a changé à Gaza"
Palestine : 59 ans de dépossession, 40 ans d’occupation militaire...
Me Gilles Devers sur Euronews : "les crimes de guerre israéliens sont trop gros pour être cachés"
"Des vérités désagréables" : nouveau film de Marcel Ophuls et Eyal Sivan.
Non à l’implantation de l’entreprise israélienne Agrexco à Sète
Entre le fondamentalisme et la corruption, quelle alternative pour la Palestine ?




Proposer un article | Nous contacter | Plan du site | Admin | Accueil