Réseaux citoyens de St-Etienne
Accueil Qui sommes-nous Nous contacter Nous aider Plan du site Admin
   
Vous êtes ici : Collectif Zérogm42 > Christian Vélot : “OGM, un choix de société”
A la une
Agenda
Albums photos
Images à la une
Envoyez la musique !
La France insoumise / Jean-Luc Mélenchon
Nous sommes Grecs
Agroécologie
Agriculture paysanne
AMAP et réseau des AMAP
AMAP-Saint-Etienne
L’avenir du mouvement des AMAP
Les Amap dans la Loire
FAQ - De la ferme au quartier
Collectif Zérogm42
Collectif "nourrir l’humanité"
Maison de la semence
G.R.A.I.N. / Via Campesina
Collectif Liberté Justice Palestine
Chroniques pour la Palestine
Moyen-Orient et monde arabe / Georges Corm
Réseau RESF
Réseau Solidarité Rroms
Egalité des droits / Antiracisme
Une école pour tou(te)s
Survie / Françafrique
Quelle connerie la guerre !
Collectif "personne à la rue !"
Justice sociale / Droits sociaux
Assises droits sociaux
Forum des droits sociaux
Logement
Non au CPE !
Santé
Services publics
Travail / Emploi / Retraite
Portail pour l’accès aux droits sociaux
Le travail social dans la crise
Terrain d’entente
Groupe de réflexion "travail travail !"
Réseau salariat
Ecole / Education populaire
Justice écologique
Collectif Action Climat - CLAC
Sortir du nucléaire
Démocratie
Démocratie participative
Porto Alegre/St-Etienne
Libertés
Europe
Sortir du capitalisme
TAFTA
Changer la mondialisation ?
Forums sociaux
Changer la gauche ?
Gouvernement Hollande-Ayrault-Valls
Gouvernement Sarkozy
Chronique d’une élue citoyenne
Ville de Saint-Etienne
Conseil municipal
Elections municipales 2008
C’est notre histoire
Culture / idées
Les Héroïnes
Libres paroles
Des livres, des films, des sites...
Cafés citoyens au Remue-Méninges
Atelier de philosophie
Université Populaire - Laboratoire Social / Collectif Malgré Tout
Médias
Qui sommes-nous
Réseaux/Associations
UN LIVRE D’ACTUALITÉ :
Christian Vélot : “OGM, un choix de société”
+ un texte sur la nécessité de remettre la recherche au service du bien commun
mardi 10 janvier 2012


Après “OGM : tout s’explique” (Editions Goutte de sable) publié en 2010, Christian Vélot a publié début 2011 un deuxième livre intitulé  “OGM, un choix de société”  aux Editions de l’Aube. Il s’agit d’un livre didactique à destination du grand public. Un ouvrage tout à fait d’actualité présenté ci-dessous...
On peut lire aussi ci-dessous un texte écrit en octobre 2011, juste après le procès des Faucheurs Volontaires de la vigne OGM de l’INRA de Colmar.
Christian Vélot y pose à nouveau “la question fondamentale du choix des orientations et des stratégies de recherche publique” et appelle à “remettre la recherche au service du bien commun.” 
Ce sont des questions dont nous parlerons le jeudi 8 mars à St-Etienne lors de la Conférence-Débat de Jacques Testart, président de la Fondation Sciences Citoyennes. (Voir)


L’introduction des organismes génétiquement modifiés (OGM) dans l’agroalimentaire, depuis le début des années 1990, a provoqué l’un des plus importants débats « politico-économico-scientifique » de ces dernières années.
En quoi les OGM agroalimentaires sont-ils différents de ceux utilisés depuis plus de 30 ans dans les laboratoires au service de la recherche fondamentale et médicale ? Pourquoi soulèvent-ils des questions nouvelles, d’ordre socio-économiques et agricoles bien sûr, mais également d’ordre environnementales et sanitaires, et engendrent-ils des risques nouveaux ? Comment sont-ils évalués ? Répondent-ils à une utilité ou une urgence sociale qui justifie que l’on prenne des risques pour l’environnement, les cultures en place et les consommateurs ? Sont-ils une étape incontournable de la marche du progrès ou le résultat d’une dérive technoscientifique au service d’intérêts mercantiles ? Dans cet ouvrage, Christian Vélot apporte des éléments de réponse à toutes ces questions avec une analyse critique, tant du point de vue du scientifique lui-même utilisateur de la technologie OGM dans le cadre de ses recherches, et donc de l’intérieur de l’expérimentation et de l’expertise, que du point de vue du citoyen soucieux de mettre la science au service du bien commun.

Docteur en Biologie, Christian Vélot est Enseignant-Chercheur en Génétique Moléculaire à l Université Paris-Sud, administrateur de la Fondation Sciences Citoyennes, membre du Comité de Recherche et d Information Indépendantes sur le Génie Génétique (CRIIGEN), et vice-président du Réseau Européen de Chercheurs Engagés pour une Responsabilité Sociale et Environnementale (ENSSER). Il est aussi l’auteur de “OGM : tout s explique” (Eds Goutte de Sable).

Editions de l’ Aube
Collection L’urgence de comprendre
ISBN : 978-2-8159-0204-5
140 pages
10 €


Vigne transgénique de Colmar : quand les vilains faucheurs s’attaquent à une recherche innocente...

Les essais de vigne transgénique de l’Inra de Colmar étaient prétendument réalisés à des seules fins de recherche et non à des fins commerciales, ce qui reste à être démontré : si la recherche fondamentale était valorisée au point de mobiliser deux ministres (en l’occurence le ministre de l’agriculture et celui de la recherche) comme c’était prévu à Colmar le 15 septembre 2010 si ces essais n’avaient pas été neutralisés, ça se saurait ! Mais même en admettant qu’il s’agisse véritablement de recherche fondamentale, cela donne-t-il pour autant le droit de faire tout et n’importe quoi ?

Certes, il ne s’agit pas ici de plante-pesticides (ni productrice d’un insecticide, ni tolérante à un herbicide) comme le sont plus de 99% des OGM agricoles. Est-ce pour autant que cette vigne ne représente aucun danger environnemental au point de se permettre de faire ces essais en plein air ?

Ce qui n’est quasiment jamais évoqué, c’est que cette vigne, comme toutes les plantes transgéniques conçues pour résister à des virus, est un véritable réservoir à virus recombinants. Il s’agit de plantes transgéniques dans lesquelles le transgène est un gène viral. La présence de ce transgène protège la plante contre le virus en question ainsi que contre les virus apparentés (sans qu’on en connaisse vraiment les mécanismes intimes). Or, les virus ont une très grande capacité à échanger spontanément leur matériel génétique (phénomène de recombinaison) : les gènes viraux sont très recombinogènes. Par conséquent, quand cette plante est victime d’une infection virale, il peut se produire très facilement des échanges entre le matériel génétique (ADN ou ARN) du virus infectant et le transgène viral (ADN) ou sa version ARN, ce qui conduit à l’apparition de virus dits recombinants, dont on ne maîtrise rien et qui vont pouvoir se propager dans la nature. Il est là le vrai danger avec ces plantes ! Avec des plantes conventionnelles, une telle situation ne peut se produire que si la plante est infectée simultanément par deux virus. Avec ces plantes transgéniques, au contraire, un seul virus suffit et on augmente donc considérablement la probabilité de ces événements. De tels essais à ciel ouvert font donc courir des risques considérables. C’est d’ailleurs très "drôle" de constater la contradiction de l’INRA sur cette question des risques : dans un article du Monde daté du 16 août 2010, l’INRA dit à propos des faucheurs : "Ils contribuent à répandre la peur en évoquant des risques environnementaux qui n’existent pas sur cet essai, alors que l’INRA essaie de déterminer, en toute indépendance, la pertinence et les risques éventuels de ce type de technologie dans la lutte contre le court noué". L’INRA fait des essais pour déterminer les risques mais affirme que les risques n’existent pas ! C’est fantastique de constater à quel point certains chercheurs ont le don de connaître le résultat de leurs expériences avant de les avoir faites...

Encore une fois, la planète n’est pas une paillasse de laboratoire. Pourquoi ne pas faire ces essais au moins sous serre dans les conditions de confinement appropriées ? Toute demande de manipulation d’organismes génétiquement modifiés en laboratoire faisant courir le moindre risque d’apparition de virus recombinants se verrait exiger un confinement de niveau 2 minimum (il existe essentiellement trois niveaux - 1, 2 et 3 - de confinements pour la manipulation d’OGM, le confinement étant d’autant plus contraignant que le chiffre est plus élevé). Le plein air, c’est le confinement zéro ! Ce n’est pas une bâche dans le sol pour isoler le terre de la parcelle ni la suppression des inflorescences qui peuvent garantir la non propagation d’éventuels virus recombinants. Un essai en plein air doit être une simulation et ne doit pas faire courir de risques : quand on fait une simulation d’une attaque chimique dans le métro pour entraîner la coordination des secours, on met tous les ingrédients mais on ne met pas l’agent chimique quand même...

Par ailleurs, on nous dit qu’il n’existe pas de solution actuellement contre le court noué, si ce n’est que tuer les nématodes (ces vers microscopiques du sol qui transportent le virus et le transmettent au pied de vigne) avec des produits nématicides fortement toxiques. Certes, il n’y a pas de solution directement sortie des laboratoires, mais il existe en revanche des pratiques culturales qui permettent de s’affranchir du court noué telles que la culture de plantes nématicides (ou nématifuges), c’es-à-dire des plantes qui secrètent naturellement par leurs racines des substances qui affaiblissent ou chassent les nématodes. Par ailleurs, sans même avoir recours à ces plantes, certains viticulteurs ne sont pas ou peu embêtés par le court noué. Pourquoi ? Posons-nous la question. Voilà de véritables pistes à exploiter qui conduiront inévitablement à des stratégies subtiles, durables et moins invasives que l’artillerie lourde des OGM. Cet exemple soulève une fois de plus la nécessité de développer la recherche participative à laquelle les viticulteurs contribueraient activement et où leur implication ne se réduirait pas à siéger dans un comité de suivi de la mise au point d’une technologie qui leur sera servie clés en mains pour qu’ils s’empressent d’oublier leurs bonnes vieilles pratiques paysannes respectueuses de l’environnement. Faut-il qu’une solution à un problème agronomique sorte d’un labo pour qu’elle mérite d’être qualifiée de progrès ? N’oublions pas que ce ne sont pas les chercheurs, ni même les agronomes, qui ont inventé l’agriculture, mais les paysans qui sont d’ailleurs les premiers généticiens du monde.

S’il est clair que ces essais n’étaient qu’un cheval de Troie pour l’ensemble des essais en plein air et pour l’acceptation des OGM et des biotechnologies en général, ce « fauchage » a également le mérite de soulever la question fondamentale du choix des orientations et des stratégies de recherche publique (ou de ce qu’il en reste). Il est urgent de contrebalancer les politiques actuelles de recherche publique trop exclusivement orientées vers des intérêts mercantiles à court terme pour remettre la recherche au service du bien commun. Les faucheurs ne sont pas des anti-science mais des alter-science.

Christian Vélot
Docteur en Biologie.
Généticien moléculaire à l’Université Paris-Sud 11. Auteur de « OGM : tout s’explique » (Eds Goutte de Sable) et de « OGM, un choix de société » (Eds de l’Aube).

Télécharger le texte de Christian Vélot sur la vigne transgénique de Colmar. - 76.6 ko
Télécharger le texte de Christian Vélot sur la vigne transgénique de Colmar.




Dans la même rubrique :
La commune de Burdignes (42) interdit les cultures d’OGM sur son territoire en 2009
De nouveaux OGM, sans évaluation ni étiquetage, bientôt dans les assiettes ?
OGM, pesticides... : maintenant il faut des actes !
Conférence-débat de Jacques Testart : “Science, éthique et démocratie”
OGM : 20.000 hectares de trop en France, dont 270 en Rhône-Alpes
Construisons un avenir sans OGM
Quelques heures de la discussion sur la loi OGM
Action civique pour les PNPP ce samedi 14 mai à Maclas à partir de 11h
Monsanto dégage !
Rassemblement à Firminy : solidarité avec Monique Burnichon !




Proposer un article | Nous contacter | Plan du site | Admin | Accueil