Réseaux citoyens de St-Etienne
Accueil Qui sommes-nous Nous contacter Nous aider Plan du site Admin
   
Vous êtes ici : Justice sociale / Droits sociaux > Logement > La Dame Blanche à St-Etienne : la démolition est prévue, mais pas le relogement de tous les habitants.
A la une
Agenda
Albums photos
Images à la une
Envoyez la musique !
La France insoumise / Jean-Luc Mélenchon
Nous sommes Grecs
Agroécologie
Agriculture paysanne
AMAP et réseau des AMAP
AMAP-Saint-Etienne
L’avenir du mouvement des AMAP
Les Amap dans la Loire
FAQ - De la ferme au quartier
Collectif Zérogm42
Collectif "nourrir l’humanité"
Maison de la semence
G.R.A.I.N. / Via Campesina
Collectif Liberté Justice Palestine
Chroniques pour la Palestine
Moyen-Orient et monde arabe / Georges Corm
Réseau RESF
Réseau Solidarité Rroms
Egalité des droits / Antiracisme
Une école pour tou(te)s
Survie / Françafrique
Quelle connerie la guerre !
Collectif "personne à la rue !"
Justice sociale / Droits sociaux
Assises droits sociaux
Forum des droits sociaux
Logement
Non au CPE !
Santé
Services publics
Travail / Emploi / Retraite
Portail pour l’accès aux droits sociaux
Le travail social dans la crise
Terrain d’entente
Groupe de réflexion "travail travail !"
Réseau salariat
Ecole / Education populaire
Justice écologique
Collectif Action Climat - CLAC
Sortir du nucléaire
Démocratie
Démocratie participative
Porto Alegre/St-Etienne
Libertés
Europe
Sortir du capitalisme
TAFTA
Changer la mondialisation ?
Forums sociaux
Changer la gauche ?
Gouvernement Hollande-Ayrault-Valls
Gouvernement Sarkozy
Chronique d’une élue citoyenne
Ville de Saint-Etienne
Conseil municipal
Elections municipales 2008
C’est notre histoire
Culture / idées
Les Héroïnes
Libres paroles
Des livres, des films, des sites...
Cafés citoyens au Remue-Méninges
Atelier de philosophie
Université Populaire - Laboratoire Social / Collectif Malgré Tout
Médias
Qui sommes-nous
Réseaux/Associations
DU RESPECT, S’IL VOUS PLAIT !
La Dame Blanche à St-Etienne : la démolition est prévue, mais pas le relogement de tous les habitants.
jeudi 27 mai 2004, par Nassera O.


C’est maintenant une chose qui est connue : de nombreuses démolitions de logements sont prévues à St-Etienne - alors que des centaines de familles attendent toujours un logement digne, d’ailleurs - mais des décisions de démolitions sont prises alors même que la question du relogement de tous les habitants n’est pas correctement réglée. Et les choses ne sont pas du tout organisées pour qu’elles le soient.

C’est ce qui se passe avec les immeubles des 12 et 14 rue Basly (5 allées) à la Dame Blanche.
Ces immeubles appartiennent à Axiade, nouveau nom de Logirel. De même que ceux situés en haut du quartier, dont la démolition est éventuellement envisagée pour dans quelques années, sans que les habitants, dont certains sont ici depuis 30 ans, soient associés aux décisions prises.

On lira ci-dessous l’historique, écrit par les habitants...

Pour ce qui est du 14 rue Basly, reste 11 familles, sur 39, qui ne trouvent pas de logement. Et sur qui la pression se renforce, y compris financière, avec des charges insupportables.
C’est pourquoi les habitants ont décidé de se mobiliser et sont bien décidés à se faire respecter.

Lundi 24 mai, une 3éme réunion en l’espace de 1 an avait lieu avec deux représentantes d’Axiade, à laquelle ont participé 25 personnes du quartier. Axiade a dû entendre un certain nombre de vérités, car la colère est grande d’être traités ainsi, pour des personnes qui paient des loyers très élevés depuis 10 à 32 ans pour certains.
En bref, on leur a dit de partir, d’abord au 20 septembre, par acte délivré le 15 mars 2004 par un huissier de justice, et maintenant, en toute illégalité, on leur dit de partir avant le 15 juin, date à laquelle le murage de la tour est prévue, et qu’Axiade ne sera plus en mesure d’en assurer l’exploitation ce qui risque d’engendre des problémes d’hygiéne et de sécurité.

Comme par hasard les 11 familles restantes ont des noms plus difficiles à prononcer que Dupont ou Durand. Elles ont refusé aussi d’aller par exemple à la cité Séverine, qui appartient aussi à Axiade, et dont la question de la démolition prochaine possible commence à être discutée aussi...
Les familles ont bien exprimé leur refus d’être relogé sur Montreynaud ou La Cotonne et pourtant AXIADE leur a fait une première propostion sur ces secteurs. Elles ont refusé des quartiers pointés du doigt comme l’est la Dame Blanche. Elles ont demandé des logements dans des quartiers où les organismes HLM ont un patrimoine.
Mais elles doivent se rendre à l’évidence : c’est non, et elles parlent donc avec des exemples précis de refus, voire de discriminations dans l’attribution des logements. Certaines familles se sont carrément faites jeter dans les autres organismes HLM.

Ceci met d’ailleurs en évidence un problème : la question des démolitions et des reconstructions de logements sociaux à St-Etienne est une question qui devrait être discutée globalement. D’autant qu’elles se font avec des fonds publics importants. La Direction départementale de l’Equipement qui gère les fonds de l’Etat dans ce domaine, a d’ailleurs décidé d’y être attentive.
Quand Axiade démolit avec l’accord de la mairie et de l’état, la mairie, l’état, et aussi les autres organismes HLM doivent se préoccuper du relogement des habitants.
Il existe pourtant une commission "relogement", pilotée par la mairie, et qui réunit tout ce monde. Elle devrait s’en occuper. Ce qu’elle ne fait pas concernant la Dame Blanche. Pour se justifier vis à vis des locataires, Axiade indique d’ailleurs qu’"aujourd’hui sur St-Etienne, il n’existe pas de convention de relogement avec les bailleurs".
Reste alors les menaces vis à vis des familles qui n’ont rien trouvé.
M. Giraud, Président de l’OPAC, a prétendu au conseil municipal du 10 mai dernier que tout se passe à St-Etienne dans des conditions exceptionnelles concernant le relogement. Mais à la Dame Blanche, ce n’est pas vrai.

Bref, les familles restant à reloger sont décidées à faire respecter leur dignité.
Au cours de la réunion du 24 mai, Axiade s’est engagée :
-  a aider financièrement les familles qui trouveraient un logement dans le privé par leurs propres moyens.
-  à contacter dès le lendemain des directions des autres organismes HLM pour leur demander une aide (et donc des propositions) pour le relogement des 11 familles qui n’ont toujours rien.
Les actes suivront-ils ?
D’ici là, Axiade doit recevoir une à une toutes les familles qui le voudront. Et une nouvelle réunion générale est prévue pour le 10 juin.
En attendant, du côté des familles, il est question de rencontrer le Préfet, le Maire, et d’aller au conseil municipal du 7 juin si les problèmes ne sont pas réglés d’ici là.

Une autre question posée par les familles, surtout par celles du haut du quartier, c’est de savoir ce que va devenir ce quartier et d’avoir leur mot à dire là-dessus. C’est d’ailleurs incroyable que rien ne soit discuté avec ces habitants qui y ont passé 30 ans pour certains... Quel mépris. Donc, un projet urbain va être élaboré dont Axiade et la mairie sont parties prenantes. Il y aura des reconstructions. Des familles souhaitent pouvoir rester ou revenir dans ce quartier.

Nassera O.


LETTRE DES LOCATAIRES DE LA TOUR DAME BLANCHE II, RUE BASLY

 HISTORIQUE DES FAITS 

2 Avril 2003
-  Première réunion d’information sur le devenir du quartier avec évocation de la future démolition du site.
-  L’ensemble des locataires demande des secteurs tels que Carnot, Montplaisir, Centre ville, Bellevue, et les représentants d’AXIADE répondent que "oui" et que tout le monde sera relogé en fonction des souhaits.
-  Les représentants d’AXIADE nous avertissent en disant que nous devrions recevoir une lettre par recommandé nous précisant la fin du bail, mais de ne pas en tenir compte car tout sera mis en place afin que tout se passe bien. Lettre jamais reçue.

Courant avril 2003
-  Une personne d’Axiade se déplace à domicile pour nous demander les secteurs où nous aimerions être relogés.

Mi-septembre 2003
-  On nous demande si nous avons effectué des démarches de relogement auprès des autres offices HLM.

Février 2004
-  problème de bactérie de type Légionnella
-  aucun locataire n’a été informé, hormis la famille touchée par cette bactérie.

Mars 2004
-  Nous sommes informés du problème de la Légionnella mais également de la démolition du site.
-  De plus le personnel d’AXIADE présent en avril 2003 n’est pas là, mais remplacé comme par hasard par d’autres personnes.
-  L’ensemble des locataires évoque le refus d’être relogé sur la Cotonne, Montreynaud ou la Cité Séverine, les représentants d’AXIADE en prenne note et nous disent que tout sera mis en place pour que tout cela soit évité.
-  Les représentants d’AXIADE nous disent qu’ils ont la possibilité de bloquer des logements mais rien n’a été fait.
-  On nous informe que nous recevrons dans une dizaine de jours une lettre d’huissier précisant que nous devons quitter les lieux le 20/09/2004

Avril 2004
-  nous recevons par courrier la fameuse "proposition de relogement", à savoir : La Cotonne, ou Montreynaud pour d’autres, d’autant plus que ce sont des quartiers que nous avons refusé dès le départ
-  Autre lettre reçue : on nous informe que le murage de la tour est prévu pour le 15/06/2004 et qu’à partir de cette date, AXIADE n’est plus en mesure d’en assurer l’exploitation.

Mai 2004
-  AXIADE nous propose de nous reloger sur le secteur de la Dame Blanche dans les bâtiments bleus. Alors qu’en avril 2004, les représentant d’AXIADE disaient que ce n’était pas une solution et que les logements n’étaient pas habitables.

Ce que nous voulons dire c’est que durant un an rien n’a été fait. Aucune proposition sérieuse n’a été envisagée. Et qu’en l’espace de moins de 6 mois nous passons soit-disant d’une procédure à l’amiable à une procédure juridique. Nous avons été livrés à nous-mêmes durant un an. AXIADE nous néglige et semble vouloir faire passer ses intérêts avant les nôtres. C’est une situation invivable et ingérable, d’autant que nous sommes locataires depuis 10 ans pour certains, 18 ans pour d’autres et même depuis 30 ans pour certaines familles.

Nous voulons seulement exprimer notre mécontentement envers un organisme qui ne semble pas nous comprendre ou qui fait semblant de ne pas nous comprendre.

Nous espérons être entendus et que cette situation soit réglée rapidement.

L’ensemble des locataires.




> La Dame Blanche à St-Etienne : la démolition est prévue, mais pas le relogement de tous les habitants.
7 mai 2006

Bonjour a tous ! Juste un petit temoignage de soutien pour vous dire que nous connaissons le meme genre de problemes a Lyon, en ce qui concerne les destructions et non relogements mais egalement a propos du bailleur "pas tres social" Axiade qui regulierement fait des differences entre les demandeurs Dupont et les autres (meme si les Dupont ont tout autant besoin d’etre loges et dans de bonnes conditions...). A quand un vrai traitement egalitaire entre tous les hommes libres et egaux en droit (au logement...) ! ! ! bon courage pour la suite !

Répondre à ce message

Dans la même rubrique :
L’attribution des logements à l’OPAC de Saint-Etienne est basée sur des critères ethniques.
Une illustration des pratiques de l’OPAC de Saint Etienne




Proposer un article | Nous contacter | Plan du site | Admin | Accueil