Réseaux citoyens de St-Etienne
Accueil Qui sommes-nous Nous contacter Nous aider Plan du site Admin
   
Vous êtes ici : Collectif Zérogm42 > Le gouvernement doit suspendre les autorisations d’importation et de commercialisation des OGM pour l’alimentation humaine et animale.
A la une
Agenda
Albums photos
Images à la une
Envoyez la musique !
La France insoumise / Jean-Luc Mélenchon
Nous sommes Grecs
Agroécologie
Agriculture paysanne
AMAP et réseau des AMAP
AMAP-Saint-Etienne
L’avenir du mouvement des AMAP
Les Amap dans la Loire
FAQ - De la ferme au quartier
Collectif Zérogm42
Collectif "nourrir l’humanité"
Maison de la semence
G.R.A.I.N. / Via Campesina
Collectif Liberté Justice Palestine
Chroniques pour la Palestine
Moyen-Orient et monde arabe / Georges Corm
Réseau RESF
Réseau Solidarité Rroms
Egalité des droits / Antiracisme
Une école pour tou(te)s
Survie / Françafrique
Quelle connerie la guerre !
Collectif "personne à la rue !"
Justice sociale / Droits sociaux
Assises droits sociaux
Forum des droits sociaux
Logement
Non au CPE !
Santé
Services publics
Travail / Emploi / Retraite
Portail pour l’accès aux droits sociaux
Le travail social dans la crise
Terrain d’entente
Groupe de réflexion "travail travail !"
Réseau salariat
Ecole / Education populaire
Justice écologique
Collectif Action Climat - CLAC
Sortir du nucléaire
Démocratie
Démocratie participative
Porto Alegre/St-Etienne
Libertés
Europe
Sortir du capitalisme
TAFTA
Changer la mondialisation ?
Forums sociaux
Changer la gauche ?
Gouvernement Hollande-Ayrault-Valls
Gouvernement Sarkozy
Chronique d’une élue citoyenne
Ville de Saint-Etienne
Conseil municipal
Elections municipales 2008
C’est notre histoire
Culture / idées
Les Héroïnes
Libres paroles
Des livres, des films, des sites...
Cafés citoyens au Remue-Méninges
Atelier de philosophie
Université Populaire - Laboratoire Social / Collectif Malgré Tout
Médias
Qui sommes-nous
Réseaux/Associations
ZÉROGM : C’EST LE MOMENT OU JAMAIS D’APPLIQUER LE PRINCIPE DE PRÉCAUTION !
Le gouvernement doit suspendre les autorisations d’importation et de commercialisation des OGM pour l’alimentation humaine et animale.
Rassemblement devant la Préfecture de la Loire lundi 26 novembre de 18h à 19h
dimanche 18 novembre 2012


Début octobre, 130 organisations de la société civile ont adressé une lettre ouverte aux ministres exigeant la transparence et réclamant la suspension des autorisations du Maïs NK603 et du Roundup.
Plus récemment, une deuxième lettre ouverte, plus détaillée, a été adressée au Premier Ministre, aux Ministres de l’Agriculture, de l’Agroalimentaire et de la Forêt, de l’Écologie, du Développement durable et de l’Énergie, des Affaires sociales et de la Santé. Voir ci-dessous...

Ces organisations rappellent que “c’est aux seules instances politiques que revient la charge d’accorder ou non ces autorisations  [d’importation et de commercialisation des OGM]. En vertu de la Constitution qui impose de respecter le principe de précaution, elles doivent aujourd’hui les suspendre jusqu’à ce que des études indépendantes des firmes commerciales et des experts qui ont validé les précédents dossiers et disposant des moyens financiers suffisants, permettent de répondre aux questions remises au cœur du débat par les travaux de l’équipe de Gilles-Eric Séralini.  

S’il existe une situation où il y a matière à appliquer le principe de précaution, maintenant inscrit dans la Constitution de la République française, c’est bien celle dans laquelle on se trouve suite à l’étude de l’équipe du Pr Séralini et à tout ce qu’elle a permis de faire apparaître. Il faut rappeler que la Constitution stipule : « Lorsque la réalisation d’un dommage, bien qu’incertaine en l’état des connaissances scientifiques, pourrait affecter de manière grave et irréversible l’environnement, les autorités publiques veilleront, par application du principe de précaution, et dans leurs domaines d’attribution, à la mise en œuvre de procédures d’évaluation des risques et à l’adoption de mesures provisoires et proportionnées afin de parer à la réalisation du dommage. »


C’est pourquoi le collectif Zérogm 42 propose un rassemblement devant la Préfecture de la Loire, à St-Etienne, lundi 26 novembre de 18h à 19h. Pour interpeller les autorités politiques chargées de la gestion de la société pour que des décisions sérieuses soient prises maintenant.
Cette proposition est faite aux personnes comme à toutes les associations engagées dans ce domaine des OGM, de la nourriture, de l’agriculture, de l’environnement, de la santé...
L’étude Séralini et ses suites ont provoqué une onde de choc qui n’est pas terminée. Des millions de personnes ont mis le nez dans la question des OGM. Evidemment, tous les organismes et individus liés aux autorisations et au business des OGM sont montés au créneau et tentent d’éteindre l’incendie. Comme le dit Corinne Lepage : ils se protègent d’abord eux-mêmes (il risque d’y avoir du boulot pour les tribunaux, dans ce domaine), et ils protègent les lobbys OGM. (Voir « On fait croire qu’il y a une unanimité contre l’étude Séralini »). S’ils savent bien que cette fois-ci un cap a été franchi, ils font le maximum pour qu’aucune décision ne soit prise, pour que leurs affaires puissent continuer quand même pendant plusieurs années. Ce qui serait insupportable.
Apparemment, 41 OGM sont importés en France et en Europe, pour l’alimentation humaine et l’alimentation animale. Et il y a 2 OGM cultivés en Europe. Sans parler des OGM fabriqués par mutagénèse au lieu de transgénèse. Il faut arrêter ça. Mettre sur la table les dossiers d’évaluations et d’autorisations, faire de nouvelles études, indépendantes des firmes. Et tout de suite, arrêter de faire consommer ces OGM.

Le rassemblement se fera avec banderoles, tracts, panneaux, déguisements... Une demande sera faite auprès de la Préfète de la Loire, représentante ici du gouvernement, pour qu’elle reçoive une délégation.

Merci de faire circuler cet appel au rassemblement. Dans la foulée, après 19h, aura lieu la réunion mensuelle du collectif Zérogm.

chaque année, près de 4 millions de tonnes de soja roundup-ready arrivent en France dans 3 ports de l’Atlantique et dans le port de Sète en méditerranée. Pour l’alimentation des volailles, porcs et bovins... Plus de 27 millions de tonnes en Europe...   - 56 ko
chaque année, près de 4 millions de tonnes de soja roundup-ready arrivent en France dans 3 ports de l’Atlantique et dans le port de Sète en méditerranée. Pour l’alimentation des volailles, porcs et bovins... Plus de 27 millions de tonnes en Europe...


Rappel : vendredi 22 février, conférence-débat au France avec Christian Vélot.

De nouvelles projections-débats du film de Jean-Paul Jaud “Tous cobayes” auront lieu prochainement :
-  jeudi 8 novembre au France, à l’invitation d’EELV, avec Michèle Rivasi.
-  vendredi 9 novembre au cinéma de St-Julien Molin Molette
-  vendredi 16 novembre au Cin’étoile de St-Bonnet le château.
-  dimanche 18 novembre à 15h au cinéma "Le Foyer" à Bourg Argental
-  samedi 1 décembre à 20h à St-Martin en Haut (Monts du Lyonnais - 69) au cinéma Paradiso.

Des projections-débats du film de Marie-Monique Robin "Les moissons du futur" auront lieu :
-  dimanche 25 novembre à “Lo Festenal Les mauvaises herbes”, la fête Nature et Progrès de Haute-Loire, à Chadrac. Avec la participation de Marie-Monique Robin !
-  Lundi 26 novembre à 20h30 au Centre social de Montbrison, 13 place Pasteur.


Lettre ouverte au Premier Ministre, aux Ministres de l’Agriculture, de l’Agroalimentaire et de la Forêt, de l’Écologie, du Développement durable et de l’Énergie, des Affaires sociales et de la Santé

Paris le 17 octobre 2012

Monsieur le Premier Ministre, Mesdames les Ministres, Monsieur le Ministre,

Suite à la publication par l’équipe de Gilles-Eric Séralini d’un article dans la revue Food and Chemical Toxicology [1], le gouvernement a demandé à l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’ environnement et du travail (ANSES) et au Haut Conseil des Biotechnologies (HCB) par saisine en date du 24 septembre 2012 [2] de :

1. « déterminer si elle est de nature à remettre en cause ou non les conclusions des évaluations précédentes sur cet OGM et notamment si elle peut être considérée comme conclusive quant au risque sanitaire » ;
2. « déterminer si elle est de nature à remettre en cause ou non les conclusions des évaluations précédentes de l’ANSES sur l’herbicide Roundup » ;
3. « évaluer si le protocole mis en oeuvre et les conclusions de cette étude remettent en cause les lignes directrices actuelles ou à venir en matière d’évaluation des risques sanitaires ».

Les associations soussignées issues de la société civile souhaitent apporter leur contribution à ces questions de société qui ne peuvent être réservées aux seuls experts scientifiques.

Sur la question n°1, il convient tout d’abord de constater qu’aucune étude de toxicologie similaire sur la vie entière de rats n’a été réalisée auparavant. Attendu que l’étude de Gilles-Éric Séralini, dite « in vivo », soulève des questions pertinentes sur la toxicité chronique et non seulement aiguë et sur la toxicité des faibles doses et des mélanges, elle remet en cause les conclusions des évaluations précédentes qui se sont toutes arrêtées avant d’étudier ces questions. Les études à plus de deux ans auxquelles se réfèrent souvent les détracteurs de l’étude « in vivo », portent soit sur des espèces animales ayant des vies plus longues que les deux ans de vie des rats, rendant ces études non représentatives de toxicité chronique sur vie entière, soit sur des études nutritionnelles et non sur des études toxicologiques (avec analyses de sang, analyses d’urine, dosages hormonaux, prélèvement d’organes pour études anatomiques-pathologiques, ...etc).
Sans prétendre intervenir dans les controverses scientifiques soulevées par l’étude « in vivo », force est de constater que les études présentées par les firmes qui ont obtenu des autorisations de commercialisations de plantes transgéniques montrent toutes encore plus de faiblesses que celles qui sont reprochées à l’étude « in vivo ». Ces évaluations sont donc remises en cause non seulement par l’étude « in vivo », mais plus encore par les critiques à son encontre avancées par ses détracteurs.

Sur la question n°2, les résultats de l’étude « in vivo » sur la toxicité de l’herbicide Roundup sous sa formule commerciale sont en totale conformité avec d’autres résultats scientifiques publiés (notamment par l’équipe du Professeur Bellé de Roscoff [3] et tout récemment par Mesnage et al. [4]). Les conclusions des évaluations précédentes par l’ANSES sont donc à reconsidérer. Ce travail doit être confié à des experts indépendants de tous liens directs ou indirects avec ceux qui ont validé l’autorisation de cet herbicide. D’autant plus que leur évaluation a porté sur son seul principe actif (le glyphosate) et non sur les formules commerciales comprenant les adjuvants indispensables à son action effective et qui peuvent jouer un rôle important, y compris synergique.

Sur la question n°3, à l’instar des remarques du comité scientifique du HCB sur les dossiers de demandes d’autorisation, nous constatons que tant les intervenants de l’étude « in vivo » que ses détracteurs dénoncent la trop faible puissance statistique des études faites par les entreprises. Il est également acquis au débat public que les lignes directrices d’évaluation des OGM doivent être revues comme l’a déjà demandé en 2008 à l’unanimité de ses membres le Conseil européen des ministres de l’environnement. La nouvelle proposition de règlement sur ces lignes directrices actuellement discutée comporte un flou quant à l’obligation faite aux entreprises de conduire des analyses autres que celles de comparaison de composition : les analyses de toxicologie ne sont plus exigées dans de nombreux cas. Les autorisations précédemment données sur les OGM et sur le Roundup doivent donc être retirées en l’attente de données conformes aux standards de bonne pratique scientifique et la proposition de règlement sur les lignes directrices d’évaluation sur les OGM doit être clarifiée.

Nos associations vous rappellent que la question des OGM ne se limite pas aux seuls enjeux sanitaires liés intimement aux conditions environnementales, même s’ils sont d’une importance primordiale. Elle comporte aussi des enjeux juridiques (appropriation de la totalité des semences par les brevets), économiques (concentration des entreprises semencières, ...etc), environnementaux (dissémination, perte de biodiversité, ...etc), politiques (perte d’autonomie des agriculteurs et de souveraineté alimentaire des peuples), et éthiques. La révision des procédures d’évaluation doit donc aussi permettre d’y ajouter un volet économique, éthique, écologique et social.

Quels que soient les avis des experts scientifiques, dont certains ont régulièrement noté les insuffisances profondes des dossiers présentés par les entreprises, c’est aux seules instances politiques que revient la charge d’accorder ou non ces autorisations. En vertu de la Constitution qui impose de respecter le principe de précaution [5], elles doivent aujourd’hui les suspendre jusqu’à ce que des études indépendantes des firmes commerciales et des experts qui ont validé les précédents dossiers et disposant des moyens financiers suffisants, permettent de répondre aux questions remises au cœur du débat par les travaux de l’équipe de Gilles-Eric Séralini.

Enfin, nous trouvons inadmissible que les données brutes des études de toxicologie, qui ont permis les autorisations de mise sur le marché des OGM, pesticides et autres xénobiotiques, soient couvertes par le secret industriel, alors que l’impact de ces produits concerne au plus haut point la santé de l’ensemble des populations. Nous vous demandons à nouveau de faire en sorte que ces données soient rendues publiques sous une forme exploitable statistiquement.

Monsieur le Premier Ministre, Mesdames les Ministres, Monsieur le Ministre, nous vous assurons de nos meilleurs sentiments.

Alliance internationale Terre citoyenne,
Amis de la Terre,
AITEC,
ATTAC,
CDAFAL
Collectif Appel de la Jeunesse,
Collectif national des Faucheurs et Faucheuses volontaires,
Confédération Paysanne,
CNMSE (coordination nationale médicale santé environnement),
E3D (écologie developpement durable démocratie),
Fédération nationale des CIVAM, FNAB (Fédération Nationale de l’Agriculture Biologique),
Fondation Sciences Citoyennes,
Génération Futures,
Greenpeace,
Fédération Nature et Progrès,
OGM Danger,
Réseau Semences paysannes,
Syndicat Simples,
ASR (Action Solidarité Rurale),
ADENY (Défense de l’environnement et de la nature de l’Yonne),
Agrobio Périgord,
Amies (association des médecins indépendants pour l’environnement et la santé publique-Montpellier),
Autun Morvan Ecologie,
ARPE (association réflexion, propositions pour l’environnement 69),
Buez an Douar,
Collectif Citoyen Bretagne sans OGM,
Collectif Béarn pour un moratoire OGM,
CLVC UD 75 (consommation, logement et cadre de vie),
Collectif anti-OGM 66,
Collectif Vigilance OGM 21,
Collectif vigilance OGM 69,
Follavoine PACA,
Loiret sans OGM,
Maison de la Semence de la Loire,
Réseau Agriculture durable,
Rés’OGM info,
Réseaux citoyens de St-Etienne,
Ruralimages,
Station de Recherche Pluridisciplinaire de Metz,
Zérogm 42.

[1] Long term toxicity of a Roundup herbicide and a Roundup-tolerant genetically modified maize G.-E. Séralini et al. Food and Chemical Toxicology Vol. 50, Issue 11, Novembre 2012, pp. 4221-4231
[2] http://www.hautconseildesbiotechnologies.fr/IMG/pdf/Saisine_2012-09-28-201801.pdf
[3] R. Bellé et al. Letter to the editor : toxicity of Roundup and glyphosate. J Toxicol Environ Health B Crit Rev. (2012) 15(4):233-5
[4] R. Mesnage et al. Toxicology. Septembre 2012.
[5] En février 2005 le Parlement réuni en Congrès a inscrit dans la Constitution la Charte de l’Environnement, installant par là même le principe de précaution (art. 5) au niveau le plus élevé de la hiérarchie des normes juridiques : « Lorsque la réalisation d’un dommage, bien qu’incertaine en l’état des connaissances scientifiques, pourrait affecter de manière grave et irréversible l’environnement, les autorités publiques veilleront, par application du principe de précaution, et dans leurs domaines d’attribution, à la mise en œuvre de procédures d’évaluation des risques et à l’adoption de mesures provisoires et proportionnées afin de parer à la réalisation du dommage. »




Dans la même rubrique :
4 mois pour exiger que la loi garantisse la liberté et le droit de produire et de consommer sans OGM...
"Nos enfants nous accuseront", documentaire de Jean-Paul Jaud
OGM vigne : face à la propagande, les faits sont têtus
Rendez-vous des semeurs volontaires de biodiversité, et contre-sommet international du gène...
Le Préfet de la Loire attaque la commune de Burdignes devant le Tribunal administratif
Monsanto a été pris la main dans le sac de semences OGM et de pesticides interdits
La loi OGM française est basée sur un leurre
Pas de culture de maïs OGM pesticide Monsanto 810 en 2008 en France !
Christian Vélot suite au jugement de Colmar : “En neutralisant un essai de vigne OGM, les faucheurs volontaires ont commis un acte salutaire”
Non aux ogm : mobilisation solidaire avec Monique Burnichon ce samedi 14 avril à Firminy




Proposer un article | Nous contacter | Plan du site | Admin | Accueil