Réseaux citoyens de St-Etienne
Accueil Qui sommes-nous Nous contacter Nous aider Plan du site Admin
   
Vous êtes ici : Réseau RESF > 20 novembre 2013, journée internationale des droits de l’enfant sous la présidence de François Hollande
A la une
Agenda
Albums photos
Images à la une
Envoyez la musique !
La France insoumise / Jean-Luc Mélenchon
Nous sommes Grecs
Agroécologie
Agriculture paysanne
AMAP et réseau des AMAP
AMAP-Saint-Etienne
L’avenir du mouvement des AMAP
Les Amap dans la Loire
FAQ - De la ferme au quartier
Collectif Zérogm42
Collectif "nourrir l’humanité"
Maison de la semence
G.R.A.I.N. / Via Campesina
Collectif Liberté Justice Palestine
Chroniques pour la Palestine
Moyen-Orient et monde arabe / Georges Corm
Réseau RESF
Réseau Solidarité Rroms
Egalité des droits / Antiracisme
Une école pour tou(te)s
Survie / Françafrique
Quelle connerie la guerre !
Collectif "personne à la rue !"
Justice sociale / Droits sociaux
Assises droits sociaux
Forum des droits sociaux
Logement
Non au CPE !
Santé
Services publics
Travail / Emploi / Retraite
Portail pour l’accès aux droits sociaux
Le travail social dans la crise
Terrain d’entente
Groupe de réflexion "travail travail !"
Réseau salariat
Ecole / Education populaire
Justice écologique
Collectif Action Climat - CLAC
Sortir du nucléaire
Démocratie
Démocratie participative
Porto Alegre/St-Etienne
Libertés
Europe
Sortir du capitalisme
TAFTA
Changer la mondialisation ?
Forums sociaux
Changer la gauche ?
Gouvernement Hollande-Ayrault-Valls
Gouvernement Sarkozy
Chronique d’une élue citoyenne
Ville de Saint-Etienne
Conseil municipal
Elections municipales 2008
C’est notre histoire
Culture / idées
Les Héroïnes
Libres paroles
Des livres, des films, des sites...
Cafés citoyens au Remue-Méninges
Atelier de philosophie
Université Populaire - Laboratoire Social / Collectif Malgré Tout
Médias
Qui sommes-nous
Réseaux/Associations
RESF, RÉSEAU ÉDUCATION SANS FRONTIÈRES
20 novembre 2013, journée internationale des droits de l’enfant sous la présidence de François Hollande
mercredi 20 novembre 2013


18 mois de présidence Hollande, et pour les enfants de parents sans papiers, les mineurs isolés et les jeunes majeurs étrangers, un début de quinquennat à l’image du reste : vous voulez un dessin ?

Le nombre des enfants enfermés en rétention avec leurs parents dans l’attente d’une expulsion a largement diminué depuis juillet 2012. Mais cette pratique (pour laquelle l’Etat français a été condamné par la cour européenne de justice), n’est toujours pas interdite et au moins une vingtaine d’enfants en ont été victimes. Si Mitterrand et Badinter avaient supprimé la peine de mort comme Hollande et Valls ont interdit la rétention des enfants, la guillotine continuerait à fonctionner.

Quant aux enfants des familles sans papiers qui échappent à l’enfermement, ils sont assignés à résidence, le plus souvent arrachés à leur école, leur quotidien est fait de l’angoisse de leurs parents, qui pour échapper aux menaces, discriminations, violences, aux guerres et à la misère, ont fait le choix de partir vers un pays d’asile. Errant d’un pays à l’autre pendant des mois, parfois des années d’exil, rejetés de partout, ils continuent à espérer pour leurs enfants et pour eux-mêmes une autre vie, un avenir.

Pour échapper à l’expulsion qui les renverra, bannis de France, dans un pays hostile, certaines familles vivent cachées, sans savoir quand ils pourront un jour revivre librement, ici ou ailleurs.

Dans les écoles, on continue à compter les chaises vides des enfants déplacés, cachés, et celles de ceux qui ont été expulsés avec leurs parents. Celles des enfants qui dorment dans la rue, dans des cabines téléphoniques, sur des cartons, celles des enfants roms, déplacés, stigmatisés, celles des mineurs isolés, que les passeurs ont jetés sur le trottoir des gares et des aéroports, et qu’on se repasse, d’un département à un autre, sans prise en charge, sans leur assurer le droit fondamental à une vraie scolarisation qui leur ouvre l’accès à une formation et un avenir. Enfants invisibles, coupables d’être mineurs, accusés de mentir sur leur âge, sur leur nom, sur leur vie pour apaiser la conscience de ceux qui sont chargés de s’en débarrasser, de les exiler, de les renvoyer à leur misère natale ?

« Est-ce que c’est normal d’avoir peur quand on va à l’école ? » demandaient en 2007 les enfants de parents sans papiers ? Est-ce normal ? en 2013 ? Avec un président de la République, un Premier ministre, un ministre de l’Intérieur socialistes ?

L’affaire Léonarda et l’expulsion de Khatchik, les manifestations de lycéens ont obligé le ministre l’Intérieur à suspendre les expulsions de familles ayant des enfants scolarisés et celle de lycéens. Il ne s’en vante pas, mais les faits sont là. C’est un progrès mais ce n’est pas assez. Il faut maintenant l’assumer publiquement, le revendiquer même. Et surtout le traduire dans les lois.

La loi doit changer, offrir un avenir aux enfants, à tous les enfants et pour cela régulariser et assurer avec une application qui change profondément avec les méthodes antérieures, les droits fondamentaux des enfants.

20 novembre 2013

www.educationsansfrontieres.org




Dans la même rubrique :
Rendez-vous au France vendredi 8 octobre autour du film "Ulysse clandestin” de Thomas Lacoste
“Nous vivons, nous étudions, nous restons ensemble”.
Vahé Hayrapetyan, père de deux enfants, compagnon d’Emmaüs à Firminy, vient d’être arrêté et mis en garde à vue.
Enfants étrangers sans papiers : sous notre protection
RESF42 : Non à l’expulsion de M. Ali Haziri !
"ils étudient, ils restent, nous vivons ensemble"
Rendez-vous ce samedi 1er juillet à 10h place de l’Hôtel de ville à St-Etienne
Firminy : Non à l’expulsion de Monsieur Mokrani !
63 migrants morts en Méditerranée : l’armée française mise en cause pour non-assistance à personne en danger
“Logement, éducation, migrations : nous choisissons la solidarité !”




Proposer un article | Nous contacter | Plan du site | Admin | Accueil