Réseaux citoyens de St-Etienne
Accueil Qui sommes-nous Nous contacter Nous aider Plan du site Admin
   
Vous êtes ici : Changer la mondialisation ? > Face à trente années de menace FN, place à la créativité collective et politique !
A la une
Agenda
Albums photos
Images à la une
Envoyez la musique !
La France insoumise / Jean-Luc Mélenchon
Nous sommes Grecs
Agroécologie
Agriculture paysanne
AMAP et réseau des AMAP
AMAP-Saint-Etienne
L’avenir du mouvement des AMAP
Les Amap dans la Loire
FAQ - De la ferme au quartier
Collectif Zérogm42
Collectif "nourrir l’humanité"
Maison de la semence
G.R.A.I.N. / Via Campesina
Collectif Liberté Justice Palestine
Chroniques pour la Palestine
Moyen-Orient et monde arabe / Georges Corm
Réseau RESF
Réseau Solidarité Rroms
Egalité des droits / Antiracisme
Une école pour tou(te)s
Survie / Françafrique
Quelle connerie la guerre !
Collectif "personne à la rue !"
Justice sociale / Droits sociaux
Assises droits sociaux
Forum des droits sociaux
Logement
Non au CPE !
Santé
Services publics
Travail / Emploi / Retraite
Portail pour l’accès aux droits sociaux
Le travail social dans la crise
Terrain d’entente
Groupe de réflexion "travail travail !"
Réseau salariat
Ecole / Education populaire
Justice écologique
Collectif Action Climat - CLAC
Sortir du nucléaire
Démocratie
Démocratie participative
Porto Alegre/St-Etienne
Libertés
Europe
Sortir du capitalisme
TAFTA
Changer la mondialisation ?
Forums sociaux
Changer la gauche ?
Gouvernement Hollande-Ayrault-Valls
Gouvernement Sarkozy
Chronique d’une élue citoyenne
Ville de Saint-Etienne
Conseil municipal
Elections municipales 2008
C’est notre histoire
Culture / idées
Les Héroïnes
Libres paroles
Des livres, des films, des sites...
Cafés citoyens au Remue-Méninges
Atelier de philosophie
Université Populaire - Laboratoire Social / Collectif Malgré Tout
Médias
Qui sommes-nous
Réseaux/Associations
ELECTION EUROPÉENNE
Face à trente années de menace FN, place à la créativité collective et politique !
Un article d’Ivan du Roy dans Basta !
mardi 27 mai 2014


Ironie de l’Histoire : il y a exactement 30 ans, le FN réalisait sa première percée électorale. Et c’était lors d’un scrutin européen, déjà. Avec 10,95% des voix, Jean-Marie Le Pen talonne alors le Parti communiste de Georges Marchais. 2,2 millions d’électeurs se portent vers le parti d’extrême droite - ils sont plus du double aujourd’hui - qui devient le 4ème parti de France. Rares sont ceux qui prédisent, à ce moment, que le FN va s’installer durablement dans le paysage politique français.

Ironie de l’histoire, toujours, cette percée de l’extrême droite se produit un an après le « tournant de la rigueur » décidé par le gouvernement socialiste : gel des salaires, programme de privatisations et dérégulation des marchés financiers constituent la nouvelle politique économique de François Mitterrand. Même l’islamophobie fait alors son apparition, le pouvoir transformant en problème musulman les grèves ouvrières à l’usine Citroën d’Aulnay et de Talbot à Poissy, auxquels, en 1984, participent de nombreux travailleurs immigrés. Pendant ce temps, au Royaume-Uni et aux Etats-Unis, les tenants du néolibéralisme passe à l’offensive. La grande restructuration se prépare : la compétition entre tous dans un marché globalisé et dérégulé. Mais pour le FN, c’est « la faute aux immigrés ».

Difficile de concevoir alors la violence des renoncements à venir

30 ans plus tard le résultat est là. L’histoire se répète, en pire. Avec 2,5 millions de chômeurs et de précaires en plus. Une crise mondiale qui n’en finit pas. Une Europe menacée de régression sociale. Les mêmes causes amènent souvent les mêmes effets. Pourtant, bien des choses ont changé. Plus personne, ou presque, ne croit en la chimère de changement portée par François Hollande, second président « socialiste » de la Vème République. Y compris au sein de son propre camp.

Ce n’était pas le cas en 1984. L’ampleur et la violence des renoncements à venir étaient, encore à l’époque, difficilement concevables. Depuis, le néolibéralisme a fait son œuvre et montré son vrai visage : celui de la finance dérégulée, de la compétitivité globalisée, de l’incertitude permanente pour les travailleurs, de la brutalité managériale et des profits fous pour quelques-uns. Le PS n’a fait qu’accompagner le mouvement. L’Union européenne également. Aujourd’hui, à la différence de 1984, le peuple de gauche ne se berce plus d’illusions. Le champs est donc ouvert à l’imagination, à l’invention.

(...)

Lire la suite dans Bastamag 




Dans la même rubrique :
Vos dons serviront à rembourser leur dette sauf si...
Campagne "2005, plus d’excuses !"
La marche de la dignité
La déclaration ministérielle : 6 raisons de la rejeter
Contribution au débat sur la transformation sociale
OMC : de Doha à Hong Kong via Genève (II)
Sur l’Algérie
Les grandes évolutions de l’Amérique latine
L’AGCS après l’accord du 31 juillet à l’OMC.
« OMC, 10 ans ça suffit ! »




Proposer un article | Nous contacter | Plan du site | Admin | Accueil