Réseaux citoyens de St-Etienne
Accueil Qui sommes-nous Nous contacter Nous aider Plan du site Admin
   
Vous êtes ici : Libres paroles > APPEL du 10 janvier 2015
A la une
Agenda
Albums photos
Images à la une
Envoyez la musique !
La France insoumise / Jean-Luc Mélenchon
Nous sommes Grecs
Agroécologie
Agriculture paysanne
AMAP et réseau des AMAP
AMAP-Saint-Etienne
L’avenir du mouvement des AMAP
Les Amap dans la Loire
FAQ - De la ferme au quartier
Collectif Zérogm42
Collectif "nourrir l’humanité"
Maison de la semence
G.R.A.I.N. / Via Campesina
Collectif Liberté Justice Palestine
Chroniques pour la Palestine
Moyen-Orient et monde arabe / Georges Corm
Réseau RESF
Réseau Solidarité Rroms
Egalité des droits / Antiracisme
Une école pour tou(te)s
Survie / Françafrique
Quelle connerie la guerre !
Collectif "personne à la rue !"
Justice sociale / Droits sociaux
Assises droits sociaux
Forum des droits sociaux
Logement
Non au CPE !
Santé
Services publics
Travail / Emploi / Retraite
Portail pour l’accès aux droits sociaux
Le travail social dans la crise
Terrain d’entente
Groupe de réflexion "travail travail !"
Réseau salariat
Ecole / Education populaire
Justice écologique
Collectif Action Climat - CLAC
Sortir du nucléaire
Démocratie
Démocratie participative
Porto Alegre/St-Etienne
Libertés
Europe
Sortir du capitalisme
TAFTA
Changer la mondialisation ?
Forums sociaux
Changer la gauche ?
Gouvernement Hollande-Ayrault-Valls
Gouvernement Sarkozy
Chronique d’une élue citoyenne
Ville de Saint-Etienne
Conseil municipal
Elections municipales 2008
C’est notre histoire
Culture / idées
Les Héroïnes
Libres paroles
Des livres, des films, des sites...
Cafés citoyens au Remue-Méninges
Atelier de philosophie
Université Populaire - Laboratoire Social / Collectif Malgré Tout
Médias
Qui sommes-nous
Réseaux/Associations
APPEL du 10 janvier 2015
samedi 10 janvier 2015, par Mohamed Chouieb


Chères coreligionnaires, chers coreligionnaires,

Je pense qu’il ne vous pas échappé que la France, ce pays dans lequel nombre d’entre-nous se sont installés à demeure depuis de longues années et d’autres, encore plus nombreux, y sont nés, y ont grandi, y ont fondé leurs familles, la France, ce pays qui nous est si cher au point que nous pensions qu’il était le nôtre, la France vient d’être victime d’actes d’une barbarie inimaginable sous nos latitudes : des énergumènes français d’origine non française, pis, musulmane, viennent de commettre un carnage pour venger disaient-ils, les insultes proférées contre le Prophète, que le salut soit sur lui ! Ils ne savaient pas que ce genre d’affaire ne se réglait plus ici à coups de sabre ou de canonnière et, encore moins, de fusil d’assaut mais par un travail d’organisation, de solidarité, de politisation et de poids effectif dans la société afin de museler toute malveillance à coup de procès, d’avocats, de fric et de lobbying.

Il est vrai, d’après ce qu’on nous dit, que ces énergumènes avaient beaucoup voyagé et que le mode opératoire pratiqué était tout droit venu de zones embourbées dans cette violence inouïe déclenchée par le fameux « Choc des civilisations » promu et efficacement mis en oeuvre par l’oncle Sam et adopté depuis par nos deux derniers présidents. Donc, des méthodes barbares venues de Barbarie, si cela peut consoler.
Heureusement, grâce à la force et à la solidité des structures et institutions républicaines, à l’efficacité de nos services de renseignement et de sécurité ainsi qu’au dévouement de tous les corps de l’Etat et la solidarité des citoyens, ces énergumènes ont été définitivement mis hors d’état de nuire.

Malheureusement, ces évènements ont provoqué une telle émotion dans la société tout entière que l’ombre qui planait déjà depuis longtemps sur ceux qu’il est si difficile de nommer - les indigènes, les nord-africains, les algériens, les maghrébins, les immigrés, les issus de l’immigration, les d’origine musulmane et, aujourd’hui, les musulmans tout court - est devenue de plus en plus noire, dense et menaçante. Au point que nous sommes collectivement sommés de montrer patte blanche en nous exhibant sur la place publique, battant notre coulpe et rejetant fermement et intelligiblement cette violence commise au nom de l’islam, les autres violences commises en d’autres noms pouvant toujours se pratiquer, en Palestine notamment.

Le problème, c’est que ces « musulmans », n’étant pas organisés en communauté religieuse mais plutôt citoyenne et républicaine, ne sont pas en mesure d’exécuter une chorégraphie aussi précise et aussi directive à même de satisfaire pleinement les exigences de ses concepteurs et commanditaires, ce qui pourrait encore transformer, et transforme déjà, ce voile de suspicion en menace de niveau supérieur ou, même, passage à l’acte de la part de gens plus ou moins bien intentionnés.

C’est pour cela que je lance cet appel à mes compatriotes, devenus mes coreligionnaires par le miracle de la sémantique, afin d’exécuter au mieux la chorégraphie qui leur est demandée :

1- Dimanche, obéissant docilement à l’injonction, vous vous rendrez en masse sur les lieux de rassemblement qui vous ont été préalablement signalés. Avec cette réserve cependant, méfiez-vous des lieux comme le Vel d’Hiv ou le stade de Coubertin de triste mémoire. Bien sûr, la djellaba sera de rigueur pour les hommes et le tchador pour les femmes même si quelques voiles blancs traditionnels en soie typiquement algériens sont recommandés. Ils rappelleront tellement de bons souvenirs aux nostalgiques de l’Algérie française qui constitueront, à coup sûr, une partie du public. Si la météo s’y prête, n’hésitez pas à venir en babouches.

2- Sur place, vous serez soigneusement scannés par les caméras haute-définition installées depuis des décennies sur ces lieux, ce qui permettra aux services de sécurité de mettre à jour votre profil et étoffer le dossier vous concernant. Prenez bien soin d’avoir une mine triste, seulement triste, pas patibulaire et sachez qu’il n’est pas de bon ton de sourire dans ce moment là, même si vous êtes filmés.

3- Echangez avec vos compatriotes non musulmans. Ils verront que vous parlez la même langue qu’eux et que vous avez même l’accent de la région, ça crée des liens. Soyez toujours calmes et soyez attentifs à ne faire aucun geste brusque ou équivoque. A la fin du rassemblement, n’hésitez pas à aller prendre une bière avec vos compatriotes non musulmans avec lesquels vous aurez eu peut-être la chance de sympathiser pour montrer que vous êtes intégré. Aucun souci du côté de l’islam si vous êtes croyant ou pratiquant, l’islam autorisant ce genre d’incartade en cas de force majeure, et c’en est un.

4- La semaine suivante, ne soyez étonné ni par le colis postal que vous recevrez à votre domicile ni par son contenu, ces petit croissants verts en velours juste au nombre exact des membres de votre famille. Si, par hasard, votre conjoint n’est pas d’’origine musulmane, qu’il ne soit pas étonné de recevoir lui aussi son petit croissant vert en velours. Ce petit croissant à coller sur la poitrine avec son petit velcro, vous permettra de vivre, de travailler et de vous mouvoir à l’aise dans la société même lors des niveaux d’alerte « super risque d’attentat islamiste ».Un conseil quand même à ceux dont le faciès n’est pas trop « typé », à ceux qui n’ont pas une gueule de bougnoul pour être clair, et qui seraient tentés d’omettre d’afficher leur petit croissant : des collègues risquent de vous dénoncer sous le moindre prétexte, le paiement par chèque qui obligent a montrer ses papiers est à proscrire. Et je ne parle même pas de la tuile qui peut vous tomber dessus lors d’un contrôle routier ! Dans ces cas-là, c’est le camp assuré. Ce petit croissant accroché sur la poitrine, très seyant à bien y réfléchir, vous permettra aussi de patienter en attendant l’arrivée des tenues officielles qui, d’après la rumeur reprise par le téléphone arabe, seraient déjà en commande au nombre de 6 millions, chez un grand nom de la couture, une référence dans le domaine, Hugo Boss, celui-là même qui a conçu et cousu les uniformes des Jeunesses hitlériennes. Que du bonheur !

Je pense qu’après ça, vous êtes suffisamment outillés pour continuer votre petite vie pépère dans ce beau pays de France.

Mohamed Chouieb




Dans la même rubrique :
Je me fous de l’A.D.N.
Divagations d’un ouvrier sur presse
Un jour, peut-être...
Petite chronique météo
Divagations d’un ouvrier sur presse
Les ours roumains préfèrent le communisme
Lettre à un ami resté là-bas
Entretien d’embauche
Bref séjour dans ma ville natale
La Cinq, télé publique




Proposer un article | Nous contacter | Plan du site | Admin | Accueil