Réseaux citoyens de St-Etienne
Accueil Qui sommes-nous Nous contacter Nous aider Plan du site Admin
   
Vous êtes ici : Collectif "personne à la rue !" > Réfugiés et migrants : ils fuient les guerres et la misère
A la une
Agenda
Albums photos
Images à la une
Envoyez la musique !
La France insoumise / Jean-Luc Mélenchon
Nous sommes Grecs
Agroécologie
Agriculture paysanne
AMAP et réseau des AMAP
AMAP-Saint-Etienne
L’avenir du mouvement des AMAP
Les Amap dans la Loire
FAQ - De la ferme au quartier
Collectif Zérogm42
Collectif "nourrir l’humanité"
Maison de la semence
G.R.A.I.N. / Via Campesina
Collectif Liberté Justice Palestine
Chroniques pour la Palestine
Moyen-Orient et monde arabe / Georges Corm
Réseau RESF
Réseau Solidarité Rroms
Egalité des droits / Antiracisme
Une école pour tou(te)s
Survie / Françafrique
Quelle connerie la guerre !
Collectif "personne à la rue !"
Justice sociale / Droits sociaux
Assises droits sociaux
Forum des droits sociaux
Logement
Non au CPE !
Santé
Services publics
Travail / Emploi / Retraite
Portail pour l’accès aux droits sociaux
Le travail social dans la crise
Terrain d’entente
Groupe de réflexion "travail travail !"
Réseau salariat
Ecole / Education populaire
Justice écologique
Collectif Action Climat - CLAC
Sortir du nucléaire
Démocratie
Démocratie participative
Porto Alegre/St-Etienne
Libertés
Europe
Sortir du capitalisme
TAFTA
Changer la mondialisation ?
Forums sociaux
Changer la gauche ?
Gouvernement Hollande-Ayrault-Valls
Gouvernement Sarkozy
Chronique d’une élue citoyenne
Ville de Saint-Etienne
Conseil municipal
Elections municipales 2008
C’est notre histoire
Culture / idées
Les Héroïnes
Libres paroles
Des livres, des films, des sites...
Cafés citoyens au Remue-Méninges
Atelier de philosophie
Université Populaire - Laboratoire Social / Collectif Malgré Tout
Médias
Qui sommes-nous
Réseaux/Associations
Réfugiés et migrants : ils fuient les guerres et la misère
L’urgence c’est la solidarité. Mais l’urgence c’est aussi de réfléchir, et de s’occuper du monde, malade des politiques néolibérales imposées par les multinationales et les financiers.
mardi 22 septembre 2015, par Roger Dubien


Première publication le 11 septembre - Ce qui est en train de se passer est la brutale accélération de quelque chose qui n’a fait que s’aggraver au fil des 20 dernières années. Au fur et à mesure de la mise en place de la main-mise du capitalisme néolibéral et du pouvoir des multinationales sur l’ensemble de la planète...
Maintenant, des centaines de milliers d’hommes, de femmes, d’enfants, fuient les guerres - souvent devenues des guerres civiles - et la misère. Jusque là, ils allaient surtout chercher refuge dans les pays du Sud : 1,5 millions de réfugiés au Liban par exemple, pour 6 millions d’habitants !
Maintenant, ils arrivent massivement en Europe : 350.000 depuis le 1er janvier 2015....
Enfin... arrivent ceux qui ne meurent pas sur le chemin. Parce qu’en 20 ans, plus de 20 000 personnes sont mortes aux portes de l’Europe. Rien que depuis le 1er janvier 2015, au moins 2 600 personnes se sont noyées en Méditerranée (chiffres officiels de l’Office international des migrations).

Depuis longtemps des militants et des associations aident concrètement ces réfugiés et migrants. Et tirent les sonnettes d’alarme et demandent des décisions politiques. Mais quelle a été jusque-là la réponse des pouvoirs politiques et institutions en Europe ? Essentiellement d’empêcher ces migrants/réfugiés d’arriver. En organisant des camps et centres de rétention aux frontières de l’Union Européenne et dans les pays limitrophes au Sud. En militarisant la Méditerranée avec le système Frontex, conçu non pour aider mais pour refouler. Et aussi d’essayer d’expulser ceux qui avaient réussi à arriver.

-  Voir 2004 - Appel européen - Contre la création de camps aux frontières de l’Europe

-  Voir 2013 - "Plus de 16 000 morts aux portes de l’Europe en 20 ans" - Déclaration commune des associations de Migreurop aux Chefs d’États et de gouvernements participant pour le Conseil européen des 24 et 25 octobre 2013
Voir le site www.migreurop.org

-  Voir octobre 2013 - Création de WatchTheMed.net - Un "réseau de contre-surveillance pour mettre fin aux décès et aux violations des droits des migrants en mer"

Et cette politique continue !
-  Voir 12 juin 2015 - Politique migratoire : le Président refuse le dialogue avec la société civile (déclaration commune de plusieurs dizaines d’associations).

En ce moment même, les expulsions de familles et de jeunes mineurs isolés continuent de plus belle en France.
Voir et réagir au feuilleton quotidien de l’indigne sur le site de RESF...

La solidarité...

Depuis des années, une partie de société essaie de soulager cette misère, de faire respecter le droit d’asile, contre les gouvernements successifs et leurs préfets dans le département - et aussi souvent contre les pouvoirs locaux comme les municipalités de St-Etienne de MM Thiollière (UMP), Vincent (PS), Perdriau (UMP-LR)...
Dans la Loire, cette solidarité s’est traduite par l’engagement de plusieurs dizaines d’associations et de milliers de personnes, avec la constitution par exemple, des
-  Réseau RESF (depuis 2006)
-  Réseau Solidarité Rroms
-  Collectif "pour que personne ne dorme à la rue (depuis 2009)

Loin de s’affaiblir, cette mobilisation s’est renforcée, alors même qu’elle doit affronter une politique de sabotage permanent de ses efforts de solidarité pour essayer de loger des familles à la rue et permettre la scolarisation des enfants :
Voir “Logement, éducation, migrations : nous choisissons la solidarité !” 18 comités de soutien ont présenté leurs actions qui réunissent maintenant des milliers de personnes..
Au sabotage de la solidarité (notamment à travers les expulsions sans fin qui épuisent les réfugiés comme les militants) se sont ajoutées les pressions et menaces, comme les poursuites en justice contre Gérard Riffard.

L’argument que ces politiques indignes sont menées parce que la population les demanderait, et que c’est pour contenir ainsi l’extrême droite, est profondément malhonnête, et a aidé à faire monter le FN en le validant. La réalité c’est que c’est la classe politique française qui a dérivé vers les idées de l’extrême droite.
Mais dans la population, c’est assez différent. En témoigne par exemple aussi dans la Loire la magnifique mobilisation des lycéens et de la jeunesse en 2014 et 2015 et leur mot d’ordre : "nous étudions nous vivons nous restons ensemble" .

Aujourd’hui, devant l’ampleur du drame et l’arrivée massive des réfugiés, ces justifications sont devenues aussi dérisoires qu’indignes. Et les réponses des partis au pouvoir et des institutions européennes sont insupportables.
Alors l’émotion est telle qu’il leur faut bien "bouger". Mais leurs actes ne font pas le poids, si du moins on veut essayer d’apporter des solutions à la hauteur.
Hollande annonce par exemple l’accueil de 24 000 réfugiés (syriens surtout) en 2 ans (et il est question de 160 000 cette année en Europe). Alors que l’Allemagne parle elle officieusement déjà de 800 000... Sans doute aussi parce que Merkel - et pas qu’elle - tente de se nettoyer un peu après ce qu’elle vient de faire à la Grèce ; et puis l’Allemagne doit faire face à une chute de sa natalité et trouve intérêt à l’arrivée de travailleurs souvent qualifiés mais obligés d’accepter de bas salaires.

A St-Etienne, le maire sarkozyste Perdriau annonce l’accueil de réfugiés syriens, lui qui a depuis son élection en mars 2014 poursuivi la chasse et les expulsions menée par Vincent et Thiollière.
Il y a beaucoup d’hypocrisie dans les déclarations en cours. Et toujours de l’écoeurant aussi, comme ce Nicolin, maire sarkozyste de Roanne, qui demande un tri religieux, ou le FN qui dit à Perdriau ce que Perdriau, Vincent et Thiollière ont dit depuis des années aux militants solidaires : "prenez-les chez vous". Ce que des militants font d’ailleurs déjà aussi depuis des années...

Aujourd’hui, l’ampleur du problème est telle qu’il faut mettre en action tous les moyens et forces pour aider. Et ce qu’il faut, ce sont des actes !

Et il faut rappeler que les militants et associations du collectif "pour que personne ne dorme à la rue" demandent depuis 2 ans maintenant - et toujours sans réponse - que la Préfecture de la Loire organise une réunion de toutes les parties concernées. Ce qui aura une autre portée que la réunion de M. Perdriau avec seulement les bailleurs sociaux, l’Evêché et Casino.

Et puis il faut élucider les causes de ce drame et agir sur ces causes : pourquoi viennent-ils ?


Ils fuient les guerres et la misère ; le monde est malade des politiques néolibérales imposées par les multinationales et les financiers.

Irak, Libye, Syrie... : on sait pourquoi des millions de personnes fuient ces pays. Leurs sociétés ont été désintégrées par des guerres menées par les gouvernements occidentaux sous prétexte d’abattre des dictatures... avec lesquelles ils s’étaient très bien entendu pendant des décennies.

L’Irak a été mis à genoux par 2 guerres et un embargo. Des millions de personnes sont mortes. A un moment, les USA ont eu l’idée "géniale" d’affaiblir le pouvoir "chiite" qu’ils avaient installé pour empêcher un rapprochement avec l’Iran. Et la guerre civile sunnites-chiites a commencé, et ça a marché au-delà de toutes leurs espérances. Et maintenant on a Daesch, sur qui il leur faut aussi cogner...

En Libye, Sarkozy a décidé de liquider Khadafi après des années d’étroite collaboration et même plus. Et c’est la guerre civile sans fin, et la dissémination de stocks d’armes en Afrique, dans les mains de groupes intégristes islamistes de la mouvance Al Qaïda... cette mouvance que les USA, le Pakistan et l’Arabie Saoudite ont fait naître de toutes pièces en Afghanistan, avant que Ben Laden et une partie de ces chiens de guerre ne se retournent contre leurs maîtres le 11 septembre.

En Syrie, les ondes du printemps arabe ont fait tanguer la dictature de Bachar El Assad... Mais rapidement, l’Occident - et d’abord la France - et l’Arabie Saoudite et le Qatar - les féodaux du golfe financeurs des terroristes de Daesch et d’Al Nosra - ont fait ce qu’il fallait pour que la révolte populaire se transforme en guerre civile - ce qui n’était pas pour déplaire à Bachar el Assad - l’objectif étant à travers la Syrie d’affaiblir l’Iran et le Liban.
Et la Syrie s’est enfoncée dans la tuerie que fuient aujourd’hui des millions de personnes.

Tout ça n’est pour déplaire aux USA par exemple. Ce chaos leur permet de contrôler la région, d’y avoir des troupes, d’empêcher les peuples de se libérer, et de garder la main sur le pétrole. Il faut lire et écouter ce que dit Georges Corm, l’ancien ministre libanais

D’Europe de l’Est ont débarqué des dizaines de milliers de réfugiés chassés par le chaos et le pillage qui ont suivi la "chute du communisme". Chômeurs chassés de leur travail par l’accumulation primitive qui a suivi les privatisations, paysans chassés de leurs terres privatisées et/ou accaparées par les multinationales, "minorités ethniques" fuyant les persécutions...

D’Afrique cherchent à partir des centaines de milliers de personnes menées à la misère par les politiques du FMI de "remboursement de la dette", et des centaines de milliers de paysans chassés de leurs terres car ruinés par les exportations agricoles de l’agriculture industrielle occidentale (surtout française et des USA). Exportations "compétitives" car issues d’une agriculture hautement mécanisée et chimisée, et hyper-subventionnée par la PAC et les subventions aux exportations, qui débarquent sur les marchés du Sud à des prix qui tuent les paysans locaux.
Et de plus en plus ces paysans sont maintenant chassés par l’accaparement des terres agricoles par les multinationales de l’agro-industrie et les banques, et par des Etats (féodaux du golfe, Chine, etc...), par l’imposition des semences industrielles souvent OGM qui les privent en quelques années de l’autonomie qu’assuraient leurs semences paysannes... Lire : http://farmlandgrab.org (accaparements de terres)

Ces paysans sont chassés aussi par le développement de l’"extractivisme" : le vol des terres par les multinationales pour faire des mines gigantesques à ciel ouvert afin de procurer des métaux aux pays occidentaux.

Pendant longtemps, ces centaines de milliers de paysans chassés allaient dans les bidonvilles des mégapoles. Maintenant ils sont de plus en plus nombreux à essayer directement de traverser la Méditerranée.

Mais en Europe aussi, des gens partent de leurs pays parce qu’ils ne peuvent plus y vivre. Par exemple, depuis 2007-2008 (début des "Mémorandum" qui saignent la Grèce au nom du remboursement de la dette aux financiers), plus de 500 000 grecs dont beaucoup de jeunes, ont du émigrer, parce que condamnés chez eux au chômage et à la misère par les financiers et dirigeants européens. Mais combien de jeunes ont déjà quitté le Portugal, l’Espagne, etc, chassés par les politiques austéritaires néolibérales ?

Et on peut penser qu’un des prochains drames sera la multiplication des "réfugiés climatiques". Parce que ce qui prend déjà chez nous la forme de sécheresses et d’orages très violents prend déjà au Sud des formes beaucoup plus désastreuses.

Alors oui, le monde va mal ! Et la lucidité et l’honnêteté exigent de dire que c’est largement à cause de la domination des multinationales, des financiers, et des pouvoirs politiques qui chevauchent le néolibéralisme.
Comment parvenir à changer ça est une autre paire de manches. Mais justement, raison de plus pour s’en occuper sérieusement.

Roger Dubien

Sur l’agenda :

-  Le Collectif "personne à la rue" se réunira mercredi 16 à 17h30 salle 66 de la Bourse du Travail.
-  Une nouvelle rencontre "Mercredi pour la Grèce" aura lieu ce mercredi 16 septembre 2015 à 20h à l’Entre-Pots, place Jules Guesde à S-Etienne.




Dans la même rubrique :
Un toit, c’est un droit ! Actions à Firminy pour qu’un logement soit attribué à la famille M’Passi
Jeudi 27 octobre, nuit blanche des sans-logis à partir de 17h Place Jean Jaurès à St-Etienne
Une lettre ouverte du collectif "Pour que personne ne dorme à la rue" au Préfet de la Loire, avec le soutien de 51 associations et organisations
La chasse aux Rroms, aux personnes à la rue, aux demandeurs d’asile, se déchaîne.
L’huissier de la mairie de St-Etienne est venu distribuer aux familles mises à l’abri à La Perrotière un commandement de quitter immédiatement les lieux, avant expulsion.
Jour après jour, pour que personne ne dorme à la rue...
Pour que personne ne dorme à la rue
Droit d’asile, droit au logement : la dignité et des droits pour tous !
Rassemblement contre les expulsions : le compte-rendu de la rencontre avec les représentants du Préfet...
Déclaration / prise de position de l’UD-CGT de la Loire à propos des réfugiés et migrants.




Proposer un article | Nous contacter | Plan du site | Admin | Accueil