Réseaux citoyens de St-Etienne
Accueil Qui sommes-nous Nous contacter Nous aider Plan du site Admin
   
Vous êtes ici : Collectif Liberté Justice Palestine > Faisons se lever une vague de solidarité avec les jeunes et le peuple palestiniens
A la une
Agenda
Albums photos
Images à la une
Envoyez la musique !
La France insoumise / Jean-Luc Mélenchon
Nous sommes Grecs
Agroécologie
Agriculture paysanne
AMAP et réseau des AMAP
AMAP-Saint-Etienne
L’avenir du mouvement des AMAP
Les Amap dans la Loire
FAQ - De la ferme au quartier
Collectif Zérogm42
Collectif "nourrir l’humanité"
Maison de la semence
G.R.A.I.N. / Via Campesina
Collectif Liberté Justice Palestine
Chroniques pour la Palestine
Moyen-Orient et monde arabe / Georges Corm
Réseau RESF
Réseau Solidarité Rroms
Egalité des droits / Antiracisme
Une école pour tou(te)s
Survie / Françafrique
Quelle connerie la guerre !
Collectif "personne à la rue !"
Justice sociale / Droits sociaux
Assises droits sociaux
Forum des droits sociaux
Logement
Non au CPE !
Santé
Services publics
Travail / Emploi / Retraite
Portail pour l’accès aux droits sociaux
Le travail social dans la crise
Terrain d’entente
Groupe de réflexion "travail travail !"
Réseau salariat
Ecole / Education populaire
Justice écologique
Collectif Action Climat - CLAC
Sortir du nucléaire
Démocratie
Démocratie participative
Porto Alegre/St-Etienne
Libertés
Europe
Sortir du capitalisme
TAFTA
Changer la mondialisation ?
Forums sociaux
Changer la gauche ?
Gouvernement Hollande-Ayrault-Valls
Gouvernement Sarkozy
Chronique d’une élue citoyenne
Ville de Saint-Etienne
Conseil municipal
Elections municipales 2008
C’est notre histoire
Culture / idées
Les Héroïnes
Libres paroles
Des livres, des films, des sites...
Cafés citoyens au Remue-Méninges
Atelier de philosophie
Université Populaire - Laboratoire Social / Collectif Malgré Tout
Médias
Qui sommes-nous
Réseaux/Associations
Faisons se lever une vague de solidarité avec les jeunes et le peuple palestiniens
mardi 20 octobre 2015, par Aïcha Knis, Monira Mouhoun, Roger Dubien


31 morts palestiniens vendredi soir, 40 lundi soir. Surtout des jeunes, parce que la jeunesse palestinienne fait face dans la rue aux colons et à l’armée israélienne... ça s’appelle résister à l’oppression.
Vendredi soir 16 octobre, près de 200 personnes, surtout des jeunes aussi, se sont rassemblées place du Peuple à St-Etienne, en soutien au peuple palestinien. (Voir l’appel Avec le peuple palestinien !)
Plusieurs prises de parole ont eu lieu.
Ci-dessous, quelques photos et liens, et ce qu’ont dit Aïcha Knis et Monira Mouhoun...



Pour suivre jour après jour sur Twitter le mouvement de solidarité dans le monde : #SolidarityWaveBDS
et sur le site The Electronic Intifada (textes en anglais à traduire sommairement avec un traducteur de texte, photos, et vidéos en arabe, hébreu, anglais...)



Aïcha : "Pour préparer ce rassemblement, je me suis mise devant mon ordinateur et j’ai saisi 31 prénoms, 31 noms, 31 "âge" et 31 noms de villes ou villages.
Ces 31 noms sont ceux des 31 morts palestiniens de ces 15 derniers jours.
Cet exercice fut difficile, plus difficile que la dernière fois où pourtant j’ai saisi plus de 1300 noms (en 2014).

Plus difficile pourquoi ?
parce que la plupart était très jeunes
parce que presque tous savaient qu’ils allaient mourir face à la 4ème armée du monde, dans une lutte inégale
parce qu’ils se sont sacrifiés pour dénoncer les années de privation des droits fondamentaux dont les palestiniens sont victimes. Ils préfèrent mourir en luttant.

Alors que faire ?
Apprendre, quand on ne la connait pas, la véritable histoire de la Palestine de 1948 à aujourd’hui. Ensuite transmettre cette histoire, dire la vérité, dénoncer les mensonges des médias, des cours d’histoire, d’Israël. La seconde chose qui nous est demandée par les palestiniens eux-mêmes et que chacun d’entre nous peut faire chaque jour : boycotter les produits d’Israël et ceux des sociétés qui le soutiennent."

Monira : "Nous sommes réunis pour soutenir nos amis les palestiniens qui une nouvelle fois sont victimes à la fois de la barbarie d’une idéologie raciste mais aussi victimes de nos médias. Ces médias qui nous parlent « d’escalade de la violence », ces médias qui insinuent au pire que la violence est l’apanage des palestiniens, au mieux qu’Israël et les palestiniens sont co-responsables de cette violence. Ces médias qui voudraient décontextualiser le « conflit » en isolant les faits pour troubler notre compréhension. Julien Salingue constatait dans un article sur le site ACRIMED ces manipulations récurrentes des grands médias, ainsi il nous parle du syndrome de Tom & Jerry : depuis toujours, ces deux-là se tapent dessus sans qu’on ne sache pourquoi... (Lire : http://www.acrimed.org/Informer-sur-le-Proche-Orient-le-syndrome-de-Tom-et-Jerry)
Au final, ils entretiennent l’idée que ce conflit est inévitable et que juifs et arabes ne peuvent pas vivre ensemble. Et ils nous invitent à devenir insensibles à cela.

Un ami avec qui je discutais de ce conflit me livrait cette comparaison : si un matin tu te lèves et qu’on a installé une antenne relais devant ta porte, au début ça t’ennuiera beaucoup et tu ne verras que ça, mais en constatant que tu ne peux rien y faire, tu finiras par l’oublier, elle fera partie du décor.

Ne laissons pas ce conflit faire partie du décor. La vérité c’est que s’opposent un état colonisateur tout puissant et un peuple qui survit sur 6 à 7 % de son territoire. La violence, elle n’a jamais cessé depuis la création de l’Etat d’Israël et le quotidien des palestiniens, c’est l’humiliation. Comme le faisait remarquer la journaliste israélienne Amira Hass le 6 octobre dernier dans Haaretz « Les Palestiniens se battent pour leur vie, Israël pour l’occupation [...] Les jeunes palestiniens ne se mettent pas à assassiner des juifs parce qu’ils sont juifs, mais parce que nous sommes leurs occupants, leurs tortionnaires, leurs geôliers, les voleurs de leur terre et de leur eau, les démolisseurs de leurs maisons, ceux qui les ont exilés, qui bloquent leur horizon. Les jeunes palestiniens, vengeurs et désespérés, sont prêts à donner leur vie et à causer à leur famille une énorme douleur, parce que l’ennemi auquel ils font face leur prouve chaque jour que sa cruauté n’a pas de limites ».

Combien de fois faudra-t-il le rappeler : les palestiniens paient le prix fort de la colonisation depuis des décennies et sont confrontés chaque jour à la politique expansionniste, raciste et répressive de l’Etat d’Israel.

7000 prisonniers politiques, environ 700 enfants emprisonnés chaque année selon l’UNICEF.

Les palestiniens sont privés de leurs droits fondamentaux, le droit de circuler, de travailler de manifester, de vivre dignement, de protéger leurs enfants.
En temps « normal » chaque semaine en Palestine :
-  des manifestations sont prises pour cible par l’armée israélienne
-  des habitants de Cisjordanie sont victimes des exactions des colons
-  des dizaines de palestiniens sont enlevés en pleine nuit par l’armée pour être incarcérés dans des prisons militaires

La violence n’est pas née avec les pierres de l’intifada, la violence c’est ce que subit quotidiennement le peuple palestinien...

Le blocus de Gaza enferme toute sa population dans une prison à ciel ouvert depuis maintenant 9 ans, et pour vous donner un fait choquant parmi d’autres, le taux de mortalité infantile à Gaza a augmenté. Le responsable de l’UNRWA rappelle que le seul cas où il a constaté une augmentation du taux de mortalité infantile, c’était dans les cas d’épidémies de Sida en Afrique. Cela doit nous questionner sur les conditions de vie sous blocus israélien ! La bande de Gaza est sous contrôle militaire israélien et ils bombardent de façon régulière (2009, 2012, 2014...) opérant une forme de nettoyage ethnique...

Pour rappel, les trois quarts des palestiniens dans le monde sont des réfugiés.

Les Palestiniens ne nous demandent pas la charité, ils nous demandent :

-  D’informer nos concitoyens

-  De porter la campagne BDS, c’est-à-dire faire pression sur nos gouvernements afin que soit respecté le droit international et appliquer un large boycott à Israël, un boycott économique, culturel, sportif, universitaire, et ce, jusqu’à ce qu’Israël respecte le droit international

Nous, citoyens, réaffirmons notre soutien à la résistance palestinienne et son combat pour son droit essentiel à l’autodétermination et pour le droit au retour des réfugiés.

Nous exigeons de nos dirigeants qu’ils prennent des sanctions à l’encontre d’Israël, notamment la suspension de l’accord Union Européenne / Israël dont le paragraphe 2 prévoit que si les droits de l’Homme n’étaient pas respectés, les accords commerciaux pourraient être rompus de manière unilatérale. Comme l’Union Européenne et l’Etat français ne respectent pas cet engagement, nous, le peuple, nous substituons au rôle de nos représentants en appliquant à Israël un large boycott jusqu’à ce que cet état reconnaisse les droits des palestiniens.

Nous demandons à Monsieur le Maire de Saint-Etienne de supprimer immédiatement le jumelage de la ville de Saint-Etienne avec la colonie israélienne de Nazareth Ilit. La rupture de ce jumelage serait un signal fort envoyé à Israel. En France, nous sommes attachés au respect des droits humains et les mots Liberté Egalité Fraternité devraient avoir un sens pour tous, ici, et ailleurs !

Nous continuerons à soutenir le peuple palestinien et à porter haut et fort un message de justice à travers la campagne Boycott Désinvestissement Sanctions (voir http://bdsfrance.org/)

Ce rassemblement a lieu dans le cadre de l’appel du BNC palestinien sous le hashtag #SolidarityWaveBDS

Pour en savoir plus : #SolidarityWaveBDS

Palestine vivra, Palestine vaincra !"



Parmi les prochains rendez-vous :
Libérer les 7 000 prisonniers politiques palestiniens ! Projection-débat du film de Nadir Dendoune "L’affaire Salah Hamouri" mardi 3 novembre à 19h au Méliès St-François.

Des photos et vidéos de Palestine



2 vidéos de la bande de Gaza




Jérusalem : l’assassinat du jeune Fadi Alloun par les colons et l’armée israélienne

Lire sur Electronic Intifada.


Cisjordanie : des vidéos de l’organisation israélienne de défense des droits de l’homme B’Tselem qui montrent les attaques des colons - protégés par les soldats israéliens - contre les paysans palestiniens dont ils brûlent les oliviers

Lire sur Electronic Intifada




 Lire aussi :   

-  Amira Hass (journaliste israélienne) : "Les Palestiniens se battent pour leur vie (et Israël pour l’occupation"

-  Rony Brauman : On s’achemine vers une démission de l’Autorité palestinienne

-  UJFP - Union Juive Française pour la Paix : "La violence anticoloniale palestinienne n’est que la conséquence de la violence coloniale isrélienne

-  Nur Arafeh : A Jérusalem, la « guerre de religion » masque un colonialisme pur et dur




Dans la même rubrique :
Une pensée pour Rafah
L’appel de Strasbourg
Cana volume II
Ilan Pappé : le nettoyage ethnique de la Palestine
Palestine : Discussion avec Pierre Stambul ce samedi 10 octobre à St-Etienne
Pas de paix sans justice en Palestine. Il faut revenir aux droits fondamentaux.
Le blocus de Gaza doit tomber. Le blocus de gaza va tomber !
La Palestine et les révolutions arabes
Gaza, Palestine
Elections en Israël, désastre à Gaza




Proposer un article | Nous contacter | Plan du site | Admin | Accueil