Réseaux citoyens de St-Etienne
Accueil Qui sommes-nous Nous contacter Nous aider Plan du site Admin
   
Vous êtes ici : Collectif Liberté Justice Palestine > Naplouse : l’assassinat d’un ami et de son fils
A la une
Agenda
Albums photos
Images à la une
Envoyez la musique !
La France insoumise / Jean-Luc Mélenchon
Nous sommes Grecs
Agroécologie
Agriculture paysanne
AMAP et réseau des AMAP
AMAP-Saint-Etienne
L’avenir du mouvement des AMAP
Les Amap dans la Loire
FAQ - De la ferme au quartier
Collectif Zérogm42
Collectif "nourrir l’humanité"
Maison de la semence
G.R.A.I.N. / Via Campesina
Collectif Liberté Justice Palestine
Chroniques pour la Palestine
Moyen-Orient et monde arabe / Georges Corm
Réseau RESF
Réseau Solidarité Rroms
Egalité des droits / Antiracisme
Une école pour tou(te)s
Survie / Françafrique
Quelle connerie la guerre !
Collectif "personne à la rue !"
Justice sociale / Droits sociaux
Assises droits sociaux
Forum des droits sociaux
Logement
Non au CPE !
Santé
Services publics
Travail / Emploi / Retraite
Portail pour l’accès aux droits sociaux
Le travail social dans la crise
Terrain d’entente
Groupe de réflexion "travail travail !"
Réseau salariat
Ecole / Education populaire
Justice écologique
Collectif Action Climat - CLAC
Sortir du nucléaire
Démocratie
Démocratie participative
Porto Alegre/St-Etienne
Libertés
Europe
Sortir du capitalisme
TAFTA
Changer la mondialisation ?
Forums sociaux
Changer la gauche ?
Gouvernement Hollande-Ayrault-Valls
Gouvernement Sarkozy
Chronique d’une élue citoyenne
Ville de Saint-Etienne
Conseil municipal
Elections municipales 2008
C’est notre histoire
Culture / idées
Les Héroïnes
Libres paroles
Des livres, des films, des sites...
Cafés citoyens au Remue-Méninges
Atelier de philosophie
Université Populaire - Laboratoire Social / Collectif Malgré Tout
Médias
Qui sommes-nous
Réseaux/Associations
Naplouse : l’assassinat d’un ami et de son fils
mardi 6 juillet 2004


Message reçu ce soir de notre ami Amjad Rattrout, étudiant palestinien, responsable de la GUPS, qui fait ses études à St-Etienne et Lyon.

 "Perte d’un très proche ami.
chères amies, chers amis,
je vous transmets le faire part de décès de mon premier professeur en Informatique à l’Université de Najah, tué avec son fils agé de 16 ans par l’armée israélienne dans leur appartement à Naplouse.
Khalid était un ami très proche qui me laisse d’inoubliables souvenirs, tant en science que dans le cadre privé.
En souvenir de Khalid et de son fils, je vous appelle à suivre l’appel lancé par l’université de Najah en envoyant des email à info@najah.edu pour manifester votre désapprobation envers la politique actuellement menée par le gouvernement israélien.
Amicalement
Amjad Rattrout".
 

La demande de l’Université d’An-Najah
"Condemnation of the Killing of Prof. Khalid Salah
An-Najah National University condemns the killing of its instructor the Faculty of Engineering, Prof. Khalid Salah, 50 years old and his son Muhammad this early morning the 6th July 2004.
Prof. Khalid Salah was killed in cold blood by the Israeli Occupation Forces in his flat with his family and His son, Muhammad, sixteen-years old, was also killed. Both were left bleeding for four hours until they died. Medical teams were not allowed to offer its urgent first aid to them.
Prof. Khalid Salah was born in 1950, he started work at the university in 1979. He recieved his MBA in Electronic Engineering from Wales in the United Kingdom in 1980. He was awarded his PhD in the Electrical Engineering from California University (Davis) in 1985.
An-Najah National University appeals to the international community’s associations, local and international human rights as well as the academic institutions all over the world to put pressure on the Israeli government to stop such aggressions against Palestinian citizens."

C’est ce matin tôt que les forces spéciales israéliennes appuyées par des hélicoptères de combat ont attaqué un immeuble d’habitation du camp de réfugiés Ein Bet-Ilma, à Naplouse, et tué deux résistants membres du Front populaire de libération de la Palestine - Yamen Faraj, 27 ans, et Amjad Aram - et deux civils, Khalid Salah universitaire palestinien et son fils de 16 ans Muhammad.




un témoignage
20 juillet 2004

Lundi 18 juillet 2004 témoignage de Manu, du Morvan, avec Florence et Christine, membres de la 89 ème mission civile actuellement à Naplouse avec la Campagne Civile Internationale pour la Protection du Peuple Palestinien (voir http://www.protection-palestine.com)

"Ce matin avant d’aller dans les camps d’été, nous avons été visiter la famille du Docteur SALAH à Naplouse. Ci dessous le témoignage d’un crime...
Nous entrons dans une maison où toutes les femmes sont habillées en noir : la femme du Docteur, sa mère, sa fille, et une soeur...
La femme du Docteur raconte :
"Khaled SALAH avait 50 ans, son fils Mohammad 16 ans étudiant... ils ont été tués en même temps... Les femmes sont dans une zone sécurisée de la maison et ont comme consigne en cas de problème de ne jamais bouger. Les hommes regardent ce qui peut se passer .
Khaled était docteur en université spécialisé comme ingénieur en informatique. Khaled et sa femme ont une carte de résident permanent americain. Leur fils a un passeport americain. Khaled est un homme reconnu dans Naplouse pour ses connaissances et sa gentillesse.
Jeudi 6 juillet 2004 à 01h45 du matin. Tout le monde dormait après avoir participé la veille à une cérémonie familiale. Ils ont entendu des tirs, Khaled regarde par la fenêtre. Les soldats étaient dans le rue. Ils ont une maison avec de grandes fenêtres. Des tirs, des roquettes, des explosions un peu partout. Les femmes ont crié qu’il y avait des femmes et des enfants dans la maison, mais les soldats ont continué à tirer . Une bombe a atteint la maison.
Elles appellent la radio, la TV, l’UPMRC (ONG qui s’occupe de la santé et des urgences médicales), le croissant rouge, l’ambassade américaine. Mais personne ne peut rien faire, le quartier est bouclé. Les soldats leur crient : "Sortez de la maison ou nous faisons exploser des bombes sur vous". Khaled a essayé d’ouvrir la porte d’entrée mais elle était bloquée par des tirs de roquettes qui avaient déformé la porte. Il est allé à la fenêtre de la chambre et a crié aux soldats : je suis pacifique, mes enfants sont en danger. Les soldats ont tiré 3 fois. Khaled est tombé sur le sol, il était mort. Sa femme voit aussi son fils avec du sang alors qu’il était prostré dans un coin en principe à l’abri. Elle crie aux soldats : mon fils est blessé, à l’aide. Mais les soldats ont ri et lui ont dit de se taire.
Elle a essayé de prévenir les voisins et demandé un médecin . Les soldats leur ont demandé de sortir un par un les mains levées. Elle a dit : laissez moi sortir mon mari et mon fils, ils ont besoin de secours. Ils ont eu des paroles humiliantes pour elle et sa fille. Les soldats ont pris la famille en intérrogation : qui est dans votre maison ? Elle répond : mon mari, ma famille et personne d’autre...

C’était un assassinat délibéré de civils non armés, sans appartenance à un parti politique. Personne ne pouvait les aider ni la croix rouge, ni l’UPMRC... ils n’ont pu accéder aux lieux que 4 heures après. Son fils a saigné jusqu’à la mort.
Les soldats ont tout détruit dans la maison (vêtements, meubles, ordinateur, parfum, bijoux : volés ?).

Pouvez-vous vous imaginer vous réveiller dans la nuit, au milieu des tirs, sans savoir pourquoi votre maison est visée ? Pourquoi des civils sont tués ?
J’ai besoin d’explication pourquoi ils ont tué mon fils et mon mari ? Pourquoi et comment mon fils refugié dans un recoin de la maison a été touché ?
Khaled était un homme de paix qui faisait tout ce qu’il pouvait pour sa famille.
En France, on dit que les familles palestiniennes envoient leurs enfants à la mort. Mais mes fils n’étaient jamais loin de moi et je veillais sur eux comme sur la prunelle de mes yeux.

Je ne dors plus car j’ai peur que tout recommence et que je perde d’autres enfants. Je n’ai plus personne pour protéger ma famille.
Les soldats pendant l’attaque de la maison ont tiré sur le container de gaz, heureusement en été, il était vide, sinon une explosion aurait détruit les maisons des voisins.

Les soldats ont tiré sur les hommes de la maison précisément car les femmes étaient près. Khaled était un personnage public de Naplouse, reconnu par ses étudiants. Le tuer allait avoir un impact sur la population."

Répondre à ce message

> Naplouse : l’assassinat d’un ami et de son fils
7 juillet 2004

Un des habitants de l’immeuble, Omar Jaber, 25 ans, a affirmé à l’AFP que les soldats avaient achevé l’un des deux résistants, Amjad Arar, après qu’il eut été blessé par balles aux jambes. "Quand les tirs ont cessé vers cinq heures, les soldats m’ont ordonné de descendre dans la cour pour chercher deux corps. J’ai vu que Yamen Faraj était mort alors qu’Amjad était blessé aux jambes" (...) Je l’ai déplacé de quelques mètres, à la vue des soldats, qui m’ont sommé de quitter les lieux en m’assurant qu’ils ne lui feraient pas de mal". "Quand j’ai commencé à m’éloigner j’ai vu les soldats tirer des rafales sur Amjad..."

Un officier de l’armée d’occupation a été tué dans cette opération.

information publiée par la liste Assawra / http://www.aloufok.net

Répondre à ce message

Dans la même rubrique :
Quand le sionisme a besoin de l’antijudaïsme (*)
Pourquoi y a-t-il la guerre à Gaza ? À cause du sionisme.
La Flottille de la Liberté pour Gaza est bloquée à Athènes sur décision du gouvernement grec
Nétanyahou : un archipel de bantoustans pour les Palestiniens, s’ils renoncent définitivement à la justice et aux droits humains
L’AFPS de St-Etienne organise une semaine de la culture palestinienne du 23 au 30 mars.
Soirée ciné-débat autour du film “Je suis celle qui porte les fleurs vers sa tombe” de la réalisatrice syrienne Hala Al Abdalla
Les soldats de l’occupation tirent les jeunes palestiniens comme des lapins
"La Question syrienne", de Yassin Al-Haj Saleh
Reconnaître la Palestine ?
Israël : Terrorisme d’Etat - Palestine : Accord national - "Communauté Internationale" : Rien à signaler...




Proposer un article | Nous contacter | Plan du site | Admin | Accueil