Réseaux citoyens de St-Etienne
Accueil Qui sommes-nous Nous contacter Nous aider Plan du site Admin
   
Vous êtes ici : Collectif Liberté Justice Palestine > Nous sommes français pour la justice
A la une
Agenda
Albums photos
Images à la une
Envoyez la musique !
La France insoumise / Jean-Luc Mélenchon
Nous sommes Grecs
Agroécologie
Agriculture paysanne
AMAP et réseau des AMAP
AMAP-Saint-Etienne
L’avenir du mouvement des AMAP
Les Amap dans la Loire
FAQ - De la ferme au quartier
Collectif Zérogm42
Collectif "nourrir l’humanité"
Maison de la semence
G.R.A.I.N. / Via Campesina
Collectif Liberté Justice Palestine
Chroniques pour la Palestine
Moyen-Orient et monde arabe / Georges Corm
Réseau RESF
Réseau Solidarité Rroms
Egalité des droits / Antiracisme
Une école pour tou(te)s
Survie / Françafrique
Quelle connerie la guerre !
Collectif "personne à la rue !"
Justice sociale / Droits sociaux
Assises droits sociaux
Forum des droits sociaux
Logement
Non au CPE !
Santé
Services publics
Travail / Emploi / Retraite
Portail pour l’accès aux droits sociaux
Le travail social dans la crise
Terrain d’entente
Groupe de réflexion "travail travail !"
Réseau salariat
Ecole / Education populaire
Justice écologique
Collectif Action Climat - CLAC
Sortir du nucléaire
Démocratie
Démocratie participative
Porto Alegre/St-Etienne
Libertés
Europe
Sortir du capitalisme
TAFTA
Changer la mondialisation ?
Forums sociaux
Changer la gauche ?
Gouvernement Hollande-Ayrault-Valls
Gouvernement Sarkozy
Chronique d’une élue citoyenne
Ville de Saint-Etienne
Conseil municipal
Elections municipales 2008
C’est notre histoire
Culture / idées
Les Héroïnes
Libres paroles
Des livres, des films, des sites...
Cafés citoyens au Remue-Méninges
Atelier de philosophie
Université Populaire - Laboratoire Social / Collectif Malgré Tout
Médias
Qui sommes-nous
Réseaux/Associations
Nous sommes français pour la justice
vendredi 18 décembre 2015, par Monira Mouhoun


Ce mercredi 16, Monira Mouhoun est intervenue pour le collectif BDS de St-Etienne à la réunion publique sur l’état d’urgence à la Bourse du Travail. Une intervention écrite collectivement lors d’une réunion du comité BDS... :

"Je représente le comité BDS Saint-Etienne.

BDS c’est l’appel d’un peuple opprimé pour l’application du droit international : en 2005, un an après l’avis de la Cour Internationale de justice sur le mur, plus de 170 associations de la société civile palestinienne appellent au boycott, aux sanctions et aux retraits des investissements contre Israël jusqu’à ce qu’il applique le droit international et les principes universels des droits de l’homme.

Les 3 objectifs de cette campagne sont :

1. Mettre fin à l’occupation, à la colonisation et démanteler le Mur jugé illégal par la Cour Internationale de Justice depuis 2004.

2. Reconnaître les droits fondamentaux des citoyens Arabes-Palestiniens d’Israël à l’égalité complète.

3. Respecter, protéger et promouvoir les droits des réfugiés Palestiniens à revenir dans leurs foyers et propriétés comme le stipule la Résolution 194 de l’ONU.

Une campagne internationale, largement relayée partout dans le monde y compris en Palestine et même en Israël par l’association "boycott from within" ("boycott de l’intérieur"). En France la campagne a pris son essor à partir de 2009 et de l’opération « Plomb durci » à Gaza.

Une campagne qui s’inscrit contre toutes formes de racisme et de discriminations : La campagne BDS ne vise pas des personnes ou des groupes en raison de leur origine ou de leur religion. Notre boycott ne vise pas en tant que tels les individus de la société israélienne mais la politique coloniale d’occupation et les gens qui la pratiquent... Nous combattons toutes les formes de racisme : antiarabe, islamophobe, antisémite, etc...

Une campagne non violente : BDS est l’une des nombreuses formes non- violentes de la résistance du peuple palestinien à l’occupation israélienne et à l’apartheid. Cette non-violence est l’un des principes majeurs du mouvement international BDS de solidarité avec le peuple palestinien.

Une campagne unitaire : en France la campagne BDS regroupe de nombreux partis politiques, syndicats, associations.

Comme vous l’avez compris avec cette courte présentation, BDS travaille pour la liberté et la justice ici et ailleurs... selon le modèle de l’Afrique du sud.

Nous, citoyens français, nous pensons que la citoyenneté ne s’exprime pas qu’à travers les urnes, elle s’exprime par des initiatives citoyennes et par le droit de manifester et de donner son avis sur des sujets de société.

Or depuis quelques années, on assiste à une criminalisation des militants BDS et de solidarité avec la Palestine. BDS se bat pour l’abrogation de la circulaire Alliot-Marie qui à partir 2010, demande aux procureurs de la République d’engager des poursuites pénales contre les personnes appelant au boycott des produits israéliens. La France est le seul pays à avoir une telle disposition législative. En ce moment, plusieurs procès contre des militants sont en cours à Montpellier, Mulhouse, et Toulouse.

Au moment-même où le gouvernement français soutient la politique israelienne, Daesh profite de l’injustice inouïe en Palestine pour recruter en France.

J’ai visionné le premier épisode d’une série de 30 qui sert de propagande à Daesh. Quelles sont leurs arguments pour recruter des jeunes français fragiles, en mal de justice ? Leurs arguments sont l’injustice en Palestine et l’islamophobie en France.

En réalité ce sont des ennemis de la cause palestinienne et des manipulateurs, ce sont des ennemis de l’humanité tout simplement. C’est pour ça que c’est si important d’imposer la justice en Palestine.
Comme l’a dit Edgar Morin « Pour que cesse la lutte armée en France, il faut gagner la paix au moyen-orient »

En parlant d’armes, cette année la France a battu des records en devenant le deuxième vendeur d’armes au niveau mondial. Ces ventes d’armes nourrissent les guerres ET le terrorisme, ici et ailleurs.

Quand Hollande, Valls, Sarkozy et Lepen nous disent que la France est en guerre, nous leur répondons :
La seule guerre que nous voulons mener est celle contre l’injustice, ici et ailleurs.

La France, au nom de la lutte contre le terrorisme, prend un tournant sécuritaire et liberticide inquiétant, qui s’exprime par des perquisitions abusives et des assignations à résidence de militants ou de présumés musulmans qui n’ont pourtant rien à voir avec des actes de terrorisme.

Concrètement, l’état d’urgence sert à empêcher les actions de solidarité, à faire taire toute forme de contestation et à maintenir le climat de peur et d’anxiété qui a si bien profité à la droite extrême et à l’extrême droite. En somme, il détruit le vivre-ensemble alors que c’est précisément ce dont on a besoin.

En tant que Français engagés pour la justice, nous exigeons :

-  L’abrogation de la circulaire Alliot-Marie et la fin des poursuites contre les militants de la cause palestinienne

-  Des sanctions contre l’Etat israélien, et l’arrêt des relations économiques, culturelles, académiques et sportives jusqu’au respect du droit international

-  La fin du commerce des armes

-  La levée immédiate de l’état d’urgence

Soyons unis pour défendre la liberté, la justice et la solidarité !"

Monira Mouhoun




Dans la même rubrique :
2011 : Le collectif Liberté Justice Palestine propose un cycle de soirées ciné-débats “Palestine-Israël” au France
Une pétition lancée par des habitants de Sderot pour des négociations
Eric Hazan à St-Etienne ce samedi 31 mars à 15h
Une "Maison de la Palestine - Centre anti-guerre" à St-Etienne ?
Des origines au triomphe électoral de la droite en 2009 : le sionisme a gommé les différences idéologiques
Le blocus de Gaza doit tomber. Le blocus de gaza va tomber !
L’AFPS de St-Etienne organise une semaine de la culture palestinienne du 23 au 30 mars.
Le Sionisme : une perversion des identités juives et une tentative de clore l’histoire des Juifs.
Non à l’implantation de l’entreprise israélienne Agrexco à Sète
Gaza, Palestine




Proposer un article | Nous contacter | Plan du site | Admin | Accueil