Réseaux citoyens de St-Etienne
Accueil Qui sommes-nous Nous contacter Nous aider Plan du site Admin
   
Vous êtes ici : Collectif Liberté Justice Palestine > l’appel Olga : Pour la vérité et la réconciliation, pour l’égalité et le partenariat.
A la une
Agenda
Albums photos
Images à la une
Envoyez la musique !
La France insoumise / Jean-Luc Mélenchon
Nous sommes Grecs
Agroécologie
Agriculture paysanne
AMAP et réseau des AMAP
AMAP-Saint-Etienne
L’avenir du mouvement des AMAP
Les Amap dans la Loire
FAQ - De la ferme au quartier
Collectif Zérogm42
Collectif "nourrir l’humanité"
Maison de la semence
G.R.A.I.N. / Via Campesina
Collectif Liberté Justice Palestine
Chroniques pour la Palestine
Moyen-Orient et monde arabe / Georges Corm
Réseau RESF
Réseau Solidarité Rroms
Egalité des droits / Antiracisme
Une école pour tou(te)s
Survie / Françafrique
Quelle connerie la guerre !
Collectif "personne à la rue !"
Justice sociale / Droits sociaux
Assises droits sociaux
Forum des droits sociaux
Logement
Non au CPE !
Santé
Services publics
Travail / Emploi / Retraite
Portail pour l’accès aux droits sociaux
Le travail social dans la crise
Terrain d’entente
Groupe de réflexion "travail travail !"
Réseau salariat
Ecole / Education populaire
Justice écologique
Collectif Action Climat - CLAC
Sortir du nucléaire
Démocratie
Démocratie participative
Porto Alegre/St-Etienne
Libertés
Europe
Sortir du capitalisme
TAFTA
Changer la mondialisation ?
Forums sociaux
Changer la gauche ?
Gouvernement Hollande-Ayrault-Valls
Gouvernement Sarkozy
Chronique d’une élue citoyenne
Ville de Saint-Etienne
Conseil municipal
Elections municipales 2008
C’est notre histoire
Culture / idées
Les Héroïnes
Libres paroles
Des livres, des films, des sites...
Cafés citoyens au Remue-Méninges
Atelier de philosophie
Université Populaire - Laboratoire Social / Collectif Malgré Tout
Médias
Qui sommes-nous
Réseaux/Associations
ISRAËL
l’appel Olga : Pour la vérité et la réconciliation, pour l’égalité et le partenariat.
mercredi 28 juillet 2004


Appel Olga*

"L’État d’Israël devait apporter une sécurité aux Juifs ; il a créé un piège dont les habitants vivent sous la menace d’un danger constant, état de fait qui n’est vécu par aucune autre communauté juive.

L’État d’Israël devait réduire en poussière les murs du ghetto ; il a dorénavant édifié le plus vaste ghetto de toute l’histoire juive.

L’État d’Israël devait être une démocratie ; il a instauré une structure coloniale combinant les éléments évidents de l’apartheid avec l’arbitraire d’une occupation militaire illégale.

Israël, en 2004, est un État dans l’impasse. Cinquante-six ans après sa création - en dépit de ses nombreuses réalisations dans les domaines de l’agriculture, de la science et de la technologie, et malgré une puissance militaire importante équipée d’armes dignes du Jugement dernier - nombre de ses citoyens ont la mort dans l’âme, préoccupés par leurs inquiétudes existentielles et la crainte face à leur avenir.

Depuis sa création, Israël a vécu par l’épée. Une suite incessante de « représailles », d’opérations militaires et de guerres est devenue la drogue essentielle à la survie des Juifs israéliens. Maintenant, près de quatre années après le début de la seconde Intifada palestinienne, Israël est enfoncé jusqu’au cou dans le bourbier de l’occupation et de l’oppression, tout en poursuivant l’expansion des colonies et la multiplication des avant-postes, se répétant ad nauseam à lui-même que « nous n’avons pas de partenaire pour la paix ».

Dix ans après les Accords d’Oslo, nous vivons dans une réalité coloniale aveugle - au cœur des ténèbres. Trente-sept ans après la conquête par Israël des derniers territoires palestiniens en Cisjordanie et dans la Bande de Gaza, plus de trois millions et demi de Palestiniens sont cloîtrés dans leurs villes et villages. Le terme « État palestinien » - qui, pendant des années, incarnait l’option pacifique - est utilisé par nombre de politiciens israéliens comme phrase mirage, un tournant dans la réalité de l’occupation : « Dans le future », chuchotent-ils avec un clin d’œil, « l’entité palestinienne dans les Territoires pourra être appelée un « État ». » Entre temps, Israël amplifie la dévastation en Cisjordanie et dans la Bande de Gaza, semblant déterminé à réduire en poussière le peuple palestinien.

Face au large camp des Israéliens qui soutiennent le Mur de séparation - ceux qui, tant à droite qu’à gauche, sont terrifiés par les démons de la démographie, comptant sans cesse la population afin de savoir combien de Juifs et d’Arabes sont nés et sont morts chaque semaine, combien de Juifs et d’Arabes vivent dans le pays et dans chacune de ses régions - il est vital de proposer une perspective différente, basée sur les principes suivants :

La coexistence des peuples de ce pays, basée sur une reconnaissance mutuelle, un partenariat d’égal à égal et l’application d’une justice historique.

Nous sommes unis dans une critique du sionisme puisqu’il est basé sur le refus de reconnaître le peuple indigène de ce pays et sur la négation de leurs droits, leur dépossession et sur l’adoption d’une séparation en tant que principe fondamental et mode de vie. Ajoutant l’insulte à l’injure, Israël persiste dans son refus d’assumer la moindre part de responsabilité dans ses méfaits, de l’expulsion de la majorité des Palestiniens il y a plus d’un demi-siècle, à la présente transformation en ghetto des villes et villages de la Cisjordanie. Ainsi, où qu’ils soient, une frontière est dessinée entre les Juifs et les Arabes, afin de distinguer et séparer les élus et les damnés.

Nous sommes unis pour reconnaître que ce pays appartient à tous ses fils et filles - citoyens et résidents, présents et absents (les Palestiniens déracinés en 1948) - sans discriminations basées sur des motifs personnels ou collectifs, sans considération pour leur citoyenneté, leur religion, leur culture, leur ethnie ou leur genre. Nous demandons donc l’abrogation immédiate de toutes les lois, règlements et pratiques qui exercent une discrimination entre les citoyens juifs et arabes d’Israël, et la dissolution de toutes les institutions, organisations et autorités basées sur de telles lois, règlements et pratiques.

Nous sommes unis dans notre croyance voulant que la paix et la réconciliation dépendent de la reconnaissance par Israël de sa responsabilité dans les injustices faites au peuple indigène, les Palestiniens, et de la volonté de les corriger. La reconnaissance du Droit au retour fait partie intégrante de nos principes. Corriger l’injustice continue infligée aux réfugiés palestiniens, génération après génération, est une condition nécessaire, tant pour la réconciliation avec le peuple palestinien, que pour la guérison spirituelle de nous-mêmes, Juifs israéliens. Ce n’est qu’ainsi que nous cesserons d’être affligés par les démons du passé et les damnations, et que nous pourrons nous sentir à demeure dans notre patrie commune.

Depuis plusieurs années déjà, les dirigeants israéliens se sont employés à dépeindre les Palestiniens comme des sous-humains. Leurs efforts ont été secondés et appuyés par des membres de l’élite culturelle, des barons des médias, des fonctionnaires vaniteux et des auteurs médiocres, à gauche comme à droite. C’est avec dégoût que nous rejetons cette arrogance raciste, sachant que les Palestiniens, comme tous les autres peuples, ne sont ni des démons ni des anges, mais simplement comme nous, c’est-à-dire des humains, créés sans distinctions.

Nous sommes convaincus que si nous abordons la pais et la réconciliation avec les Palestiniens avec l’esprit ouvert et la volonté, nous trouverons en eux ce avec quoi nous les aborderons : un esprit ouvert et une volonté. Nous sommes des frères et sœurs et non pas des ennemis éternels comme le professent les empoisonneurs de puits.

Il est inutile, à ce moment-ci, d’essayer de prédire la future concrétisation physique de cette vision d’une vie commune : deux États ou un ? ! Peut-être une confédération ? ! Ou bien une fédération ? ! Et que dire des cantons ? ! Dans tous les cas, la condition incontournable pour promouvoir la vision d’une vie commune s’impose d’elle-même, tant comme impératif moral suprême que comme question pratique dans l’instant présent : la fin immédiate de l’occupation.

Ce n’est qu’ainsi que les Palestiniens de Jérusalem-est, de la Cisjordanie et de la Bande de Gaza seront débarrassés du joug des colonies, du cauchemar de l’apartheid, du fardeau de l’humiliation et des démons de la destruction mise en œuvre par Israël jour et nuit, sans relâche, depuis trente-sept ans. Ce n’est que lorsqu’ils seront totalement libres que les Palestiniens seront aptes à discuter et décider de leur avenir.

Nous croyons que l’adoption des principes susmentionnés posera les fondations sur lesquelles le peuple de ce pays pourra édifier le cadre adéquat d’une vie commune. Nous ne parlons pas de fantaisies ou d’un changement miraculeux qui nous mènera de notre enfer actuel à un paradis.

Nous parlons d’une route qui n’a pas encore été à ce jour : être honnête avec nous-mêmes, avec nos voisins et particulièrement avec le peuple palestinien - nos ennemis qui sont nos frères et sœurs. Si nous réunissons en nous-mêmes l’honnêteté adéquate et le courage nécessaire, nous serons capables de faire les premiers pas de cette longue marche qui peut nous extirper de l’enchevêtrement de négation, de répression, de distorsion de la réalité, de manque de vision et de renonciation à notre conscience, duquel le peuple d’Israël est captif depuis des générations.

Quiconque a des yeux pour voir et des oreilles pour entendre sait que le choix est entre un autre « siècle de conflit » se terminant dans l’annihilation, et un partenariat entre tous les habitants de cette terre. Seul un tel partenariat pour nous transformer, Juifs d’Israël, d’étrangers dans leur pays en habitants réels de ce pays.

Nous n’avons pas l’intention d’initier un nouveau mouvement contre l’occupation ou un autre parti (plate-forme, institutions et dirigeants). Nous souhaitons amorcer une discussion publique sincère au sujet de l’impasse israélienne dans laquelle nous vivons et les profonds changements nécessaires pour s’en extirper. Tous les Israéliens savent qu’il n’est pas question ici de peccadilles politiques, mais plutôt du sort des peuples de ce pays."

Giv’at Olga, juin 2004


Premiers signataires

Ra’anan Alexandrowicz - Prof. Zalman Amit - Dr. Yossi Amitay - Boaz Arad - Adi Arbel - Nili Aslan - Michal Aviad - Dr. Ariella Azulay - Talma Bar Din - Osnat Bar-Or - Dr. Shiko Behar - Prof. Joel Beinin - Miryam Beinin - Meron Benvenisti - Nirit Ben Ari - Smadar Ben Natan - Prof. Zvi Bentwich - Dr. Shimshon Bichler - Prof. Anat Biletzki - Prof. Daniel Boyarin - Prof. Victoria Buch - Michal Chacham - Ronit Chacham - Lin Chalozin-Dovrat - Dr. Sami Shalom Chetrit - Dr. Raya Cohen - Elias Davidsson - Aim Deuelle Luski - Dr. Diana Dolev - Sharon Dolev - Andre Draznin - Dr. Avishai Ehrlich - Boas Evron - Pnina Feiler - Pnina Firestone - Prof. Ariella Friedmann - Avi Gibson Bar-El - Tamar Getter - Dr. Daphna Golan - Racheli Gai - Mirjam Hadar - Dr. Neve Gordon - Prof. Uri Hadar - Haim Hanegbi - Yehudith Harel - Dr. Talma Hendler - Prof. Hannan Hever - Amos Israel-Vleeschhouwer - Rachel Leah Jones - Roni Kalev - Dr. Orit Kamir - Einav Katan - Dr. Katlin Katz - Gal Keinan - Prof. Baruch Kimmerling - Elinor Kowarski - Noa Kram - Orna Lavi - Hava Lermann - Dr. Daphna Levit - Prof. Bezalel Manekin - Dr. Abraham Mansbach - Ronit Marian-Kadishay - Dr. Ruchama Marton - Dr. Nina Mayorek - Rela Mazali - Oren Medicks - Gil Medovoy - Racheli Merhav - Avi Mograbi - Tsachi Mitsenmacher - Prof. Judd Ne’eman - Prof. Adi Ophir - Amir Orian - Prof. Avraham Oz - Dr. Nurit Peled Elhanan - Dr. Dan Rabinowitz - Dr. Nitzan Rabinowitz - Dr. Uri Ram - Dr. Amnon Raz-Krakotzkin - Roee Rosen - Yael Roth-Barkai - Catherine Rottenberg - Sergeiy Sandler - Herzel Schubert - Tali Shemesh - Prof. Yehouda Shenhav - Oded Shimshon - Prof. Nomi Shir - Diana Shoef - Dr. Tali Siloni - Ora Slunim - Kobi Snitz - Amos Tidhar - Tova Tidhar - David Tartakover - Osnat Trabelsi - Dr. Allon Uhlmann - Michel ( Mikado) Warschawski - Dr. Haim Yacobi Sergio Yahni - Prof. Oren Yiftachel - Prof. Moshe Zuckermann.


Lettre des instigateurs de l’Appel Olga à leurs amis palestiniens en Israël, dans les Territoires occupés et dans la diaspora.

Très chers amis,

Il y a quelques semaines, nous avons rendu public un appel à l’opinion publique israélienne, sous le titre de « Pour la paix et la réconciliation ; pour l’égalité et un partenariat ». Cet appel vise à changer le discours politique en Israël, y ajoutant la dimension historique du conflit, et mettant à l’avant-scène les changements de structures politiques, idéologiques et culturels qui sont nécessaires afin d’atteindre, dans le future, une réconciliation authentique.

De façon intentionnelle, nous voulions que notre premier appel provienne de Juifs israéliens et qu’il s’adresse à des Juifs israéliens. Une telle « approche tribale » devait être la première et la dernière : notre perspective est enracinée dans le rejet du tribalisme et la promotion d’un réel partenariat entre tous les « enfants de cette terre », résidents autant qu’absents. De notre point de vue, un débat intérieur entre Juifs israéliens est un premier pas important et nous espérons qu’une participation et une contribution palestinienne pourra être la prochaine étape.

En dix jours, notre appel a reçu un soutien inattendu de plus de cent Juifs israéliens, et un débat passionné s’est développé parmi des dizaines de partisans de l’Appel, au sujet du Droit au retour, de la responsabilité historique, du binationalisme, etc.

Nous vous envoyons notre appel originel afin d’avoir vos commentaires et critiques. Toutefois, nous aimerions discuter des principes de notre document avec vous, sœurs et frères palestiniens, citoyens d’Israël ou résidents des Territoires occupés de 1967 ou membres de la diaspora palestinienne, quand vous le jugerez approprié.

Solidairement,

Anat Biletzki - Andre Draznin - Haim Hanegbi - Yehudith Harel - Oren Medicks - Michael (Mikado) Warschawski

(Yehudith Harel will be our contact person at ye_harel@netvision.net.il

Traduit de l’anglais par Olivier ROY

 * Cet appel a été transmis par l’ Alternative Information Center (dimanche 25 juillet 2004) et publié en France par le site Aloufok et la liste de diffusion Assawra.

L’AIC écrit :  Au cours des trois dernières semaines, un intéressant échange politique a eu lieu entre des activistes de la gauche israélienne et des universitaires (principalement en hébreu), au sujet d’une nouvelle alternative nommée « Appel Olga » dont fait partie Michel Warschawski, membre du conseil de direction de l’AIC.
Ci-dessous, vous trouverez :
1) le texte de l’Appel Olga, traduit de l’anglais ;
2) la liste des premiers signataires ;
3) une lettre des sept instigateurs de l’Appel Olga destinée à leurs amis palestiniens en Israël, dans les Territoires occupés et dans la diaspora.  




Dans la même rubrique :
Prisonniers palestiniens : le mur du silence est maintenant brisé
Arafat est parti, son histoire restera
Cana volume II
De retour de la Bande de Gaza, 18 - 24 janvier 2009
" Qui va calmer ma colère ? "
Projection-débat du film “Un spécialiste - Portrait d’un criminel moderne”, avec la participation d’Eyal Sivan
Les militants BDS42 solidaires de Richard, de BDS57, poursuivi par TEVA devant le tribunal de Metz
Mené en bateau par la Gauche israélienne
Rencontre autour du film “Rond-point Chatila”, en présence du réalisateur libanais Maher Abi-Samra
Arrêtez le massacre des Palestiniens et levez le blocus de Gaza !




Proposer un article | Nous contacter | Plan du site | Admin | Accueil