Réseaux citoyens de St-Etienne
Accueil Qui sommes-nous Nous contacter Nous aider Plan du site Admin
   
Vous êtes ici : Libertés > Non au procès politique ! Nous soutenons les jeunes poursuivis pour les actions contre la "Loi Travail" à St-Etienne.
A la une
Agenda
Albums photos
Images à la une
Envoyez la musique !
La France insoumise / Jean-Luc Mélenchon
Nous sommes Grecs
Agroécologie
Agriculture paysanne
AMAP et réseau des AMAP
AMAP-Saint-Etienne
L’avenir du mouvement des AMAP
Les Amap dans la Loire
FAQ - De la ferme au quartier
Collectif Zérogm42
Collectif "nourrir l’humanité"
Maison de la semence
G.R.A.I.N. / Via Campesina
Collectif Liberté Justice Palestine
Chroniques pour la Palestine
Moyen-Orient et monde arabe / Georges Corm
Réseau RESF
Réseau Solidarité Rroms
Egalité des droits / Antiracisme
Une école pour tou(te)s
Survie / Françafrique
Quelle connerie la guerre !
Collectif "personne à la rue !"
Justice sociale / Droits sociaux
Assises droits sociaux
Forum des droits sociaux
Logement
Non au CPE !
Santé
Services publics
Travail / Emploi / Retraite
Portail pour l’accès aux droits sociaux
Le travail social dans la crise
Terrain d’entente
Groupe de réflexion "travail travail !"
Réseau salariat
Ecole / Education populaire
Justice écologique
Collectif Action Climat - CLAC
Sortir du nucléaire
Démocratie
Démocratie participative
Porto Alegre/St-Etienne
Libertés
Europe
Sortir du capitalisme
TAFTA
Changer la mondialisation ?
Forums sociaux
Changer la gauche ?
Gouvernement Hollande-Ayrault-Valls
Gouvernement Sarkozy
Chronique d’une élue citoyenne
Ville de Saint-Etienne
Conseil municipal
Elections municipales 2008
C’est notre histoire
Culture / idées
Les Héroïnes
Libres paroles
Des livres, des films, des sites...
Cafés citoyens au Remue-Méninges
Atelier de philosophie
Université Populaire - Laboratoire Social / Collectif Malgré Tout
Médias
Qui sommes-nous
Réseaux/Associations
Non au procès politique ! Nous soutenons les jeunes poursuivis pour les actions contre la "Loi Travail" à St-Etienne.
lundi 20 juin 2016, par Roger Dubien


Le 13 juillet aura lieu au Tribunal de St-Etienne le procès de 4 jeunes : Martin, Nina, Jules, Yvan, tous les 4 adhérents à la CGT et pour 3 d’entre eux militants de la JC, dont le délit est d’avoir, avec des milliers d’autres jeunes, agi pour barrer la route à la désastreuse "loi travail".
C’est clairement un procès politique.
Un comité de soutien se constitue. Voici ci-dessous le texte en cours de signature.
Nous invitons toutes celles et ceux qui veulent empêcher un déni de justice à le rejoindre. Pour signer, on peut aller sur la pétition mise en ligne sur change.org par le syndicat cgt des précaires de St-Etienne :
https://www.change.org/p/cgt-precaires-saint-etienne-non-au-procès-politique-soutien-aux-jeunes-de-saint-étienne

ou par mail à : contact@reseauxcitoyens-st-etienne.org et à cgt.precaires.saintetienne@gmail.com
Merci d’indiquer vos nom, prénom et qualité (profession, ou responsabilité) et une adresse mail (ou un numéro de téléphone ou une adresse postale pour les échanges d’informations).
Mercredi 13 juillet, nous accompagnerons en cortège Martin, Nina, Jules et Yvan au Palais de Justice. Rendez-vous à la Bourse du Travail à 11h. Rassemblement devant le Palais de Justice à 13h.

Roger Dubien.

L’appel du comité de soutien :

Non au procès politique ! Nous soutenons les jeunes poursuivis pour les actions contre la "Loi Travail" à St-Etienne.

"Le 13 juillet 2016, Martin, 24 ans, Nina, 24 ans, Jules, 25 ans, et Yvan 29 ans, sont convoqués devant le Tribunal de St-Etienne pour y être jugés. Ils sont accusés de dégradations, de rébellion et de violences sur policiers, suite à la manifestation du 12 mai au cours de laquelle un millier de personnes est allé interpeller les deux députés de St-Etienne sur la loi travail et le 49-3.
Ces accusations graves - dont les conséquences peuvent être lourdes pour la vie de jeunes qui sont : étudiant en sociologie et surveillant, employée, assistant de vie scolaire, musicien -, sont mensongères.
Il s’agit d’un procès politique pour frapper des opposants à la "loi travail", et faire déraper un mouvement social qui ne faiblit pas malgré toutes sortes de manoeuvres. Car depuis plusieurs mois c’est une stratégie de la tension qui est mise en oeuvre dans de nombreuses villes par le gouvernement Valls-Cazeneuve, pour faire peur, décrédibiliser le mouvement et le faire basculer dans la violence.

A St-Etienne, depuis début mars, les journées de mobilisation contre la loi travail se succèdent à l’initiative des organisations syndicales et de jeunesse. Elles sont marquées par la présence dynamique des jeunes, dont des milliers d’entre eux sont descendus dans la rue. Pas difficile de comprendre pourquoi. Déjà victimes d’une précarité de masse, ils seront au premier rang pour encaisser la suppression des droits, garanties et protections contenus dans le code du travail que cette loi démantèle, puisque la possibilité pour le patronat d’imposer des accords d’entreprises inférieurs à la loi et inférieurs aux conventions collectives des branches donnera le signal d’un dumping social généralisé.
"A ceux qui veulent précariser les jeunes, les jeunes répondent "résistance", et le cortège jeunes l’a fait, en actes et avec des images fortes : le 31 mars en construisant avec des parpaings le "mur du dialogue social" devant le Préfecture, le 9 avril en dénonçant les banques alors qu’éclatait le scandale des Panama papers, le 28 avril en guillotinant le Code du Travail sur les marches de l’Hôtel de Ville, le 3 mai avec la parade des esclaves enchaînés du MEDEF, le 12 mai en interpellant les députés et en tendant une banderole sur la façade de la permanence de JL Gagnaire, supporter de la loi travail, du 49.3 et complice de l’évasion fiscale des profits des grandes entreprises.
Ce sont ces actions pleines de sens que le pouvoir ne supporte pas. Elles ont été menées sans aucune violence physique. A St-Etienne, les commerçants ne ferment jamais leurs vitrines - pas besoin...
Elles ont été faites sans violences vis-à-vis des policiers, alors même que depuis le 31 mars, des policiers sans brassards - certains cagoulés - , infiltrent le cortège des jeunes, les insultent, les menacent et les provoquent.

Le 12 mai, un millier de personnes a interpellé les deux députés de St-Etienne. Une banderole a été déployée depuis le balcon de la permanence de JL Gagnaire, absent au rendez-vous. Il reconnaît lui-même qu’il n’y a eu « ni vol ni vandalisme » dans sa permanence.
Mais le 13 mai le ministre de l’intérieur Cazeneuve de passage à St-Etienne a appelé à « punir les casseurs » et "professionnels de la haine".

Arrêtés chez eux avec perquisitions de leurs logements et de celui de certains de leurs parents le jeudi 2 juin à 6 heures du matin, dans une opération qui a mobilisé une centaine de policiers, puis gardés à vue 36 heures, Martin, Nina, Jules et Yvan ont été traités comme des « terroristes ».
Le 13 juillet prochain, ils seront conduits au Tribunal accusés de dégradations, de rébellion et de violences sur policiers. C’est un procès politique dont l’objectif est de faire taire et dérailler le mouvement social contre la loi travail, et de punir des jeunes qui s’occupent de la politique de leur pays.
Nous ne sommes pas dupes de la stratégie du gouvernement pour imposer une loi inspirée par le MEDEF. Nous exigeons que cessent ces opérations de provocation, nous exigeons le respect des libertés publiques.
Nous affirmons notre solidarité avec les jeunes menacés et notre soutien à leur engagement citoyen, syndical et politique contre la loi Travail.
Nous exigeons leur relaxe.
Nous appelons à les soutenir et à être à leurs côtés le 13 juillet au Tribunal de St-Etienne."

Nom, prénom, qualité

Télécharger le texte du comité de soutien - 77 ko
Télécharger le texte du comité de soutien




Dans la même rubrique :
Bienvenue en Sarkoland !
NON ! Tout Montaud n’est pas hostile au centre de semi liberté
Réflexion suite au rassemblement contre la répression policière
A quoi servent les lois sécuritaires ?
Alerte : le projet de loi de prévention de la délinquance : passage à l’État totalitaire
Des procès pour imposer une loi contre le travail
Jean-François Peyrard (RESF) : "Une société où la fraternité garde toute sa place".
Une marche pour Sadok
Refusons la déchéance de nationalité et la constitutionnalisation de l’état d’urgence
Loïc Wacquant : « La prison est une institution hors-la-loi »




Proposer un article | Nous contacter | Plan du site | Admin | Accueil