Réseaux citoyens de St-Etienne
Accueil Qui sommes-nous Nous contacter Nous aider Plan du site Admin
   
Vous êtes ici : Justice sociale / Droits sociaux > Une journée de souvenirs de vacances en familles.
A la une
Agenda
Albums photos
Images à la une
Envoyez la musique !
La France insoumise / Jean-Luc Mélenchon
Nous sommes Grecs
Agroécologie
Agriculture paysanne
AMAP et réseau des AMAP
AMAP-Saint-Etienne
L’avenir du mouvement des AMAP
Les Amap dans la Loire
FAQ - De la ferme au quartier
Collectif Zérogm42
Collectif "nourrir l’humanité"
Maison de la semence
G.R.A.I.N. / Via Campesina
Collectif Liberté Justice Palestine
Chroniques pour la Palestine
Moyen-Orient et monde arabe / Georges Corm
Réseau RESF
Réseau Solidarité Rroms
Egalité des droits / Antiracisme
Une école pour tou(te)s
Survie / Françafrique
Quelle connerie la guerre !
Collectif "personne à la rue !"
Justice sociale / Droits sociaux
Assises droits sociaux
Forum des droits sociaux
Logement
Non au CPE !
Santé
Services publics
Travail / Emploi / Retraite
Portail pour l’accès aux droits sociaux
Le travail social dans la crise
Terrain d’entente
Groupe de réflexion "travail travail !"
Réseau salariat
Ecole / Education populaire
Justice écologique
Collectif Action Climat - CLAC
Sortir du nucléaire
Démocratie
Démocratie participative
Porto Alegre/St-Etienne
Libertés
Europe
Sortir du capitalisme
TAFTA
Changer la mondialisation ?
Forums sociaux
Changer la gauche ?
Gouvernement Hollande-Ayrault-Valls
Gouvernement Sarkozy
Chronique d’une élue citoyenne
Ville de Saint-Etienne
Conseil municipal
Elections municipales 2008
C’est notre histoire
Culture / idées
Les Héroïnes
Libres paroles
Des livres, des films, des sites...
Cafés citoyens au Remue-Méninges
Atelier de philosophie
Université Populaire - Laboratoire Social / Collectif Malgré Tout
Médias
Qui sommes-nous
Réseaux/Associations
Une journée de souvenirs de vacances en familles.
Le droit aux vacances doit devenir un objectif pour les politiques sociales des collectivités territoriales.
mardi 31 août 2004, par Georges Günther


Samedi 28 août, plus de cent familles aux ressources modestes, 280 parents et enfants de St-Etienne et de l’Ondaine, ont pu partir une journée en vacances à la mer au Grau du Roi (1).
Une journée superbe de dépaysement, de repos et de gaieté familiale, de joie pour les enfants dont beaucoup n’avaient jamais vu la mer, avec la découverte d’une région et le plein de souvenirs, avec des échanges, des discussions, de nouvelles connaissances (témoignage ci dessous d’une participante).
Une journée, c’est bien court. Au retour les conversations allaient bon train sur la possibilité d’en organiser d’autres dans l’année et pourquoi pas sur plusieurs jours.

Il est vraiment fondamental que parents et enfants puissent avoir des souvenirs de vacances en famille, que tous les enfants puissent raconter à leurs camarades d’école leurs souvenirs de vacances. Le droit aux vacances, à la culture sont aujourd’hui des aspects très important pour la construction de chaque individu, pour le lien social, pour que chacun puisse trouver sa place dans la société. Or une famille sur quatre ne part jamais en vacances. Beaucoup de jeunes, de familles restreignent leurs déplacements à leur seul quartier et à son environnement proche.

Le réseau de solidarité qui organise cette journée fait de son mieux. Faire partir une centaine de familles c’est très important, et nous voulons continuer. Mais nous restons limités par les moyens financiers que nous pouvons mobiliser. L’impact reste marginal au regard de l’ampleur du problème. Les besoins sont immenses.
Cette année, grâce à une subvention du Conseil Régional et de quelques conseillers généraux (2), cinq cars ont été remplis très rapidement. Avec plus de moyens nous aurions pu en affréter le double, et envisager une initiative sur plusieurs jours.

Pour faire progresser de façon significative le droit aux vacances il est nécessaire de passer à une autre dimension, et notamment d’obtenir qu’il devienne un des objectifs majeurs des politiques sociales des collectivités locales. Qu’elles intègrent cette dimension au moment des choix budgétaires.
Voici un petit calcul à titre d’exemple, sur la base de la sortie de cette année :
-  Coût total d’un car au Grau du Roi pour la journée : 960 euros
-  Participation des familles à raison de 15 euros par adultes, gratuité pour les enfants : 400 euros par car.
-  La subvention nécessaire est donc de 560 euros par car.
Avec 2 800 euros (18 000F) supplémentaires, nous aurions donc pu organiser cinq cars de plus.
Chacun peut faire le constat, notamment chez les élus, que des sommes d’argent bien plus importantes sont bien souvent engagées dans des dépenses dont l’utilité est beaucoup moins évidente.
Voilà une piste de réflexion pour les assises de la politique sociale qui vont se dérouler le samedi 6 novembre à St-Etienne.

Georges Günther
responsable de l’APEIS.

1- C’est la quatrième année qu’un réseau d’associations et de militants organise une telle journée de vacances. Il est composé des amicales laïques de Fraisses, d’Unieux, du Crêt de Roc, de Beaubrun, de l’association Fraisses animation, de Vivre ensemble à la Ricamarie, de l’APEIS, d’une association de chômeurs du Chambon Feugerolles.
2- Gagnaire Jean Louis, Juanico Régis, Pecel Alain, Petit Marc.

Pour faire un bilan de cette journée et discuter d’autres projets et initiatives en cours ou à envisager, l’APEIS invite tous les participants à une rencontre le mardi 7 septembre à l’amicale laïque de Beaubrun de 14H30 à 16H30.

Témoignage

« Le Grau du roi : la journée royale ! »

Je fais part de mes sincères émotions quant à cette remarquable journée à la mer. J’en ai passé des journées à la mer mais des journées de ce genre je ne crois pas... Pourquoi ? Je vais l’expliquer en quelques mots.

La journée au Grau du roi a été enrichissante, unique et inoubliable, et j’aurai sincèrement souhaité qu’elle se prolonge un peu plus.
Cette journée m’a beaucoup apporté car elle a pu mettre en exergue certaines valeurs humanistes fondamentales tels que : "le partage", "la solidarité", "l’échange" et "l’amitié".

J’ai pu faire la rencontre de personnes remarquables, humbles et d’une générosité sans conteste avec qui j’ai noué des liens et échangé les numéros de téléphone. Nous avons également partagé nos repas, échangé nos soucis du quotidien, joué ensemble et ce dans la bonne humeur et en toute amitié.
Il devrait y avoir plus de journées comme celle-ci car c’est dans ces moments de rapprochement et de solidarité que les gens apprennent à vivre ensemble avec comme ligne de conduite le respect d’autrui.

J’ai pu voir avec enthousiasme se dessiner sur tous les visages aussi bien ceux des enfants, des parents, et des personnes âgées "le sourire de la vie", et le bonheur n’est-ce pas tout simplement ce sourire à la vie.

Kadoudja.

photos : droits réservés / Grau du Roi / le 28 août 2004




Dans la même rubrique :
L’annonce de la suppression de la réforme de l’ASS par le Président de la République, n’a toujours pas été appliquée.
Le 17 octobre : journée mondiale du refus de la misère.
Ô boulot
Les chômeurs avaient raison, ils ont gagné.
Pour le retrait du projet de loi RMI-RMA
1er Mai : faites du travail !
Le revenu universel, vite !
Chômeurs : pourquoi tant de haine ?
Première victoire des chômeurs recalculés contre l’ASSEDIC.
Ce dimanche 17 octobre journée mondiale du refus de la misère.




Proposer un article | Nous contacter | Plan du site | Admin | Accueil