Réseaux citoyens de St-Etienne
Accueil Qui sommes-nous Nous contacter Nous aider Plan du site Admin
   
Vous êtes ici : Egalité des droits / Antiracisme > Manifestation unitaire contre le racisme, l’antisémitisme, et les discriminations.
A la une
Agenda
Albums photos
Images à la une
Envoyez la musique !
La France insoumise / Jean-Luc Mélenchon
Nous sommes Grecs
Agroécologie
Agriculture paysanne
AMAP et réseau des AMAP
AMAP-Saint-Etienne
L’avenir du mouvement des AMAP
Les Amap dans la Loire
FAQ - De la ferme au quartier
Collectif Zérogm42
Collectif "nourrir l’humanité"
Maison de la semence
G.R.A.I.N. / Via Campesina
Collectif Liberté Justice Palestine
Chroniques pour la Palestine
Moyen-Orient et monde arabe / Georges Corm
Réseau RESF
Réseau Solidarité Rroms
Egalité des droits / Antiracisme
Une école pour tou(te)s
Survie / Françafrique
Quelle connerie la guerre !
Collectif "personne à la rue !"
Justice sociale / Droits sociaux
Assises droits sociaux
Forum des droits sociaux
Logement
Non au CPE !
Santé
Services publics
Travail / Emploi / Retraite
Portail pour l’accès aux droits sociaux
Le travail social dans la crise
Terrain d’entente
Groupe de réflexion "travail travail !"
Réseau salariat
Ecole / Education populaire
Justice écologique
Collectif Action Climat - CLAC
Sortir du nucléaire
Démocratie
Démocratie participative
Porto Alegre/St-Etienne
Libertés
Europe
Sortir du capitalisme
TAFTA
Changer la mondialisation ?
Forums sociaux
Changer la gauche ?
Gouvernement Hollande-Ayrault-Valls
Gouvernement Sarkozy
Chronique d’une élue citoyenne
Ville de Saint-Etienne
Conseil municipal
Elections municipales 2008
C’est notre histoire
Culture / idées
Les Héroïnes
Libres paroles
Des livres, des films, des sites...
Cafés citoyens au Remue-Méninges
Atelier de philosophie
Université Populaire - Laboratoire Social / Collectif Malgré Tout
Médias
Qui sommes-nous
Réseaux/Associations
7 NOVEMBRE 2004 : VIVRE ENSEMBLE LIBRES, ÉGAUX ET SOLIDAIRES
Manifestation unitaire contre le racisme, l’antisémitisme, et les discriminations.
lundi 1er novembre 2004


L’Appel à manifester le 7 novembre dans plusieurs villes de France est lancé à l’initiative des organisations suivantes : CFDT, CFTC, CGT, UNSA (membres de la Confédération Européenne des Syndicats), FSU, G10 SOLIDAIRES, LDH, Ligue de l’enseignement, MRAP :

Appel - "La haine de l’Autre envahit la vie de notre pays. Les actes antisémites connaissent une recrudescence alarmante et d’autres actes racistes se multiplient de manière tout aussi inquiétante. Ici ce sont des lieux de culte ou de mémoire qui sont profanés, là ce sont des individus qui sont insultés ou agressés. Au quotidien, les discriminations au logement, à l’emploi ou au travail s’abattent sur toute une partie de la population.

Ces haines ont toutes leur particularité : elles s’inscrivent dans l’histoire et s’enracinent dans le monde d’aujourd’hui. Reconnaître les singularités de chacune n’enlève rien à ce que toutes les manifestations de racisme, d’antisémitisme ou de discrimination partagent les mêmes ressorts et provoquent les mêmes drames. Leur banalisation est un poison qui entraîne la banalisation de toutes les exclusions.

Il est urgent de dire notre rejet absolu de cette haine de l’Autre, attisée par l’extrême droite et les intégrismes de toute nature, qui, petit à petit, ronge les valeurs de la République et de la démocratie et divise les habitants de ce pays.

Nous refusons les enfermements communautaires. Chaque discrimination, chaque manifestation de racisme, d’antisémitisme, de sexisme, ou en raison des orientations sexuelles est l’affaire de tous, quelles que soient notre origine ou nos opinions philosophiques ou religieuses.

Parce que rien, absolument rien, ne peut justifier de porter atteinte à la dignité d’hommes, de femmes et d’enfants, chaque victime doit être assurée qu’elle sera écoutée et défendue.

C’est l’engagement que nous prenons et c’est ensemble que nous avons décidé de relever ce défi. La France que nous voulons c’est une République laïque, qui accueille, dans la réalité, dans l’égalité des droits et le respect de la règle commune, la diversité de ceux et celles qui y vivent.

C’est pourquoi, nous appelons à manifester :

A Paris le 7 novembre 2004 Départ à 14h, Place de la République

A Marseille le 7 novembre 2004 Départ à 10h30, Les réformés (Mobiles) jusqu’au Vieux port

A Lille le 6 novembre 2004

Organiser à Bordeaux, Lyon, Nantes, Strasbourg, Ajaccio et Toulouse une manifestation et toutes initiatives le 7 novembre 2004.

Diffuser et faire signer cet appel auprès de tous et demander à toutes les collectivités territoriales de l’adopter. "

Cet appel est soutenu par les organisations suivantes :
AIDES ; Les Alternatifs ; Les Amis du Bus des Femmes ; Les Amis de la Commune de Paris-1871 ; Animafac ; Assemblée Citoyenne des Originaires de Turquie (L’ACORT) ; Association 17 octobre 1961 contre l’oubli ; Association pour l’Accueil des Voyageurs (ASAV) ; Association d’Accueil aux Médecins et Personnels de Santé Réfugiés en France (APSR) ; Association pour la Démocratie et l’Education Locale et Sociale (ADELS) ; Association Française d’Amitié et de Solidarité avec les Peuples d’Afrique (AFASPA) ; Association Française des Juristes Démocrates (AFJD) ; Association France Palestine Solidarité (AFPS) ; Association des Marocains en France (AMF) ; Association Nationale Culture et Liberté ; Association des Travailleurs Maghrébins de France (ATMF) ; ATTAC ; Une Autre Voix Juive ; Campagne « Demain le Monde. les Migrations pour Vivre Ensemble » ; CEDETIM ; Centre d’ Action Sociale Protestant (CASP) ; Centre de Recherche et d’Information pour le Développement (CRID) ; CEMEA ; Cercle Frantz Fanon ; Cercle Gaston-Crémieux ; Choisir la Cause des Femmes ; Cimade ; CNL ; Collectif une école pour toutes et tous ; Collectif des Musulmans de France ; Conseil National des Associations Familiales Laïques (CNAFAL) ; Collectif National pour les Droits des Femmes (CNDF) ; Confédération Etudiante ; Confédération Nationale des Radios Libres (CNRL) ; Confédération Paysanne ; Confédération Syndicale des Familles (CSF) ; Conseil des Démocrates Musulmans de France ; Convergence Citoyenne pour une Alternative de Gauche ; Coordination d’ Associations pour le Droit à l’Avortement et la Contraception (CADAC) ; Coordination des Berbères de France ; Coordination Nationale des Sans Papiers (CNSP) ; DELIS (Droits et libertés face à l’informatisation de la société) ; Droits et Démocratie, Droit et Solidarité ; Les Eclaireuses et Eclaireurs de France ; Education sans Frontières ; ELELE-Migrations et Cultures de Turquie ; Emmaüs France ; Fédération AEFTI ; Fédération des centres sociaux et socioculturels de France (FCSF) ; Fédération Française des Clubs UNESCO ; Fédération Initiatives des Femmes Africaines de France et d’Europe (IFAFE) ; Fédération internationale des Ligues des droits de l’ Homme (FIDH) ; Fédération nationale Léo Lagrange ; Fédération Nationale des Musulmans de France (FNMF) ; Fédération Office Central de la Coopération à l ’Ecole (OCCE) ; Fédération Protestante de France ; Fédération des Travailleurs d’Afrique en France (FETAF) ; Fédération des Tunisiens pour une citoyenneté des deux rives (FTCR) ; Feyka Kurdistan-Fédération des associations kurdes en France ; FNATH-association des accidentés de la vie ; Fondation Copernic ; Forum Réfugiés ; Les Francas ; France Libertés-Fondation Danielle Mitterrand ; Frères des Hommes ; Génériques ; Grande Loge Mixte Universelle (GLMU) ; Groupe Accueil et Solidarité (GAS) ; Groupe d’information et de soutien des immigrés (GISTI) ; Groupe SOS ; IRIS (Imaginons un Réseau Internet Solidaire) ; Interassociative lesbienne, gaie, bi et trans ; Jeunes Espoir 2000 (JE200) ; Jeunesse au Plein Air (JPA) ; Les Jeunes Verts-La Souris Verte ; Ligue Communiste Révolutionnaire (LCR) ; Lutte Ouvrière (LO) ; Mouvement des Jeunes Socialistes (MJS) ; Mouvement de la Paix ; Mouvement Républicain et Citoyen (MRC) ; Observatoire des Libertés Publiques ; Parti Communiste Français (PCF) ; Parti Radical de Gauche (PRG) ; Parti Socialiste ; Ras l’Front ; Ré-So Réformistes et Solidaires ; Réseau Associatif et Syndical (RAS) ; Réseau pour l’Autonomie des Femmes Immigrées et Réfugiées (RAJFIRE) ; RITIMO ; Solidarité Laïque ; SOS Racisme Indépendant ; Survie ; Syndicat des Avocats de France (SAF) ; Syndicat Général Unitaire de l’Education Nationale-Recherche Culture (SGUEN-RC) ; Syndicat de la Magistrature (SM), Union juive française pour la paix (UJFP) ; Union Nationale des Etudiants de France (UNEF) ; Union Nationale Lycéenne (UNL) ; Union des Organisations Islamiques de France (UOIF) ; Les Verts.
Le Forum des réseaux citoyens de St-Etienne apporte son soutien à ces manifestations.

Pour plus d’informations :
Voir les sites web de la Ligue des Droits de l’Homme et du MRAP

Des matériels pour les manifestations (tract, affiche) sont à télécharger sur le site de la LDH.




> Manifestation unitaire contre le racisme, l’antisémitisme, et les discriminations.
5 novembre 2004

Contre le racisme et l’antisémitisme : du concret !

Plusieurs associations viennent de lancer cet appel complémentaire à manifester le 7 novembre :

 Discriminations à l’embauche, agressions physiques, attentats contre des lieux communautaires ou de culte... Le climat raciste et antisémite qui progresse aujourd’hui en France est intolérable. Contre cette situation, les discours humanistes et les bons sentiments sont insuffisants.  

On ne peut se contenter de croire que « la République » et « les valeurs républicaines » sont un bouclier contre toutes les formes de racisme.

Discriminations légales
Impossible d’oublier que la République française, c’est la fermeture des frontières, véritable machine à fabriquer des sans-papierEs, et c’est l’inégalité des droits sociaux, civiques et professionnels entre FrançaisEs et étrangerEs. Les lois discriminatoires de Pasqua, Debré, et Chevènement ont été autant d’attaques faites aux étrangèrEs. La politique de l’actuel gouvernement, mise en place par Sarkozy, et poursuivie silencieusement par Villepin, est à cet égard particulièrement violente. Elle combine une plus grande fermeture des frontières, une restriction de l’accès au titre de séjour, une précarisation des étrangerEs, et une augmentation planifiée des expulsions. Elle s’est traduite entre autres par :

-  la remise en cause du droit d’asile au mépris de la convention de Genève ;
-  la précarisation des titres de séjour, notamment par la forte restriction de l’accès à une carte de résident de dix ans, de surcroît conditionnée au critère aberrant d’« intégration républicaine ».
-  l’exclusion sociale des étrangerEs : le RMI qui n’est plus accessible qu’après cinq ans de résidence en France, ou l’Aide médicale d’État (AME) quasiment réduite à néant (les sans-papierEs ayant déjà été exclu de la Couverture Santé Universelle par le gouvernement Jospin) ;
-  la criminalisation des individus et associations venant en aide au sans- papierEs ;
-  l’augmentation de 12 à 32 jours de la durée maximum de rétention administrative en vue d’une expulsion ;
-  la possibilité donnée aux préfectures de retirer les titres de séjour sans le moindre contrôle judiciaire et d’expulser des étrangerEs en situation régulière soupçonnéEs d’avoir commis certains délits tels que le racolage, ou le travail sans autorisation administrative ;
-  l’augmentation des expulsions dont Nicolas Sarkozy a promis qu’elles monteraient à 30 000 par an, et la reprise des expulsions groupées par charter.

Ces mesures ont été systématiquement justifiées par une rhétorique xénophobe faisant de touTEs les étrangerEs, des fraudeuSEs ou des délinquantEs potentielLEs.
Cette politique alimente ainsi directement les violences racistes, à commencer par les violences policières qui ont considérablement augmenté, et entraîné plusieurs morts lors d’expulsions.
Il s’agit là d’une politique démagogique misant sur la montée du racisme que le gouvernement n‚est pas pressé de combattre.

Exclusion culturelle
La stigmatisation de l’islam, qui consiste à désigner tous les Maghrébins comme des islamistes et des terroristes en puissance a pour seule conséquence d’exciter le racisme anti-arabe.
Le peu de reconnaissance par l’État des crimes du colonialisme et de l’esclavage, est une insulte permanente aux populations issues de l’immigration et des Dom-Tom.
De même, il a fallu attendre plus de cinquante ans pour que l’Etat français reconnaisse sa responsabilité directe dans la déportation des Juifs ; les jugements des hauts responsables de l’Etat vichyste ont été plus que tardifs (notamment celui de Maurice Papon). Quand, enfin, l’Université a laissé pendant 20 ans s’incruster et progresser en son sein des enseignants négationnistes, on ne peut croire à la volonté du gouvernement de s’attaquer au terreau antisémite qui sévit toujours dans ce pays.
L’intégration qu’on nous propose balaie les spécificités culturelles des habitantEs de ce pays en les présentant comme dangereuses. Loin d’apaiser les tensions entre les communautés diverses, « l’idéal républicain d’intégration » tend à gommer de la sphère publique toutes les pratiques culturelles ou religieuses non chrétiennes. Pour autant, cette vision restrictive de la laïcité ne remet pas cause la suprématie culturelle du christianisme : statuts d’exception en Alsace-Moselle et dans les Dom-Tom où les Églises sont toujours étroitement associées à l’État, la plupart des jours fériés correspondent à des fêtes catholiques, etc.
Les lois discriminatoires contre les immigréEs et la dépréciation permanente des cultures non occidentales légitiment les attitudes racistes et antisémites. Les pompeux engagements du gouvernement contre le racisme et l’antisémitisme sont bien dérisoires face à cette réalité.

Exploitation des pays du Sud
L’Union européenne, de par le rôle qu’elle joue à l’OMC, au FMI et à la Banque mondiale, est un des moteurs de la mondialisation capitaliste. Elle participe directement à l’exploitation du Tiers-monde. D’un côté, l’Afrique continue à se débattre dans la misère, tant en raison de règles commerciales scandaleuses que du maintien des dettes publiques vis-à-vis des banques occidentales. De l’autre côté, les pays occidentaux continuent à concentrer les richesses mondiales et utilisent les flux migratoires selon leurs seuls besoins économiques.
Ce n’est pourtant pas en fantasmant sur une illusoire fermeture hermétique des frontières - et encore moins en sous-traitant des camps pour les réfugiéEs et les demandeuSEs d’asile directement en Afrique du Nord ou en Europe orientale - que l’Union européenne pourra continuer à nier cette réalité.

-  La liberté de circulation et d’installation est une condition indispensable pour cesser de créer des sans-papierEs, de la misère, de l’exclusion. C’est un objectif déterminant pour toutes les revendications antiracistes conséquentes :
-  l’égalité des droits entre touTEs les résidentEs de ce pays ;
-  la régularisation de touTEs les sans-papierEs ;
-  l’abolition totale de la « double peine »,
-  le droit de vote pour les immigréEs ;
-  une Europe ouverte et respectueuse du droit d’asile ;

-  La lutte contre la dépréciation des cultures non occidentales et non chrétiennes passe par une politique volontaire éducative contre l’ethnocentrisme et pour la pleine reconnaissance de la responsabilité de l’état français dans les crimes antisémites, coloniaux et racistes passés. Elle nécessite aussi un refus clair des nationalismes et des intégrismes.

Ces exigences sont les pré-requis à une lutte efficace contre le racisme et l’antisémitisme. Manifestons le 7 novembre contre tous les racismes partout en France

Appel soutenu par : Act Up, Alternative Libertaire, Coordination des Groupes Anarchistes, Droits Devant !, FASTI, les Panthères Roses, SUD Aérien, SUD Rail 

Répondre à ce message

Dans la même rubrique :
Conférence-débat avec Alain Gresh
Protestation contre la profanation de la grande mosquée de Saint-Etienne
Dialogue pour une meilleure compréhension
Alain Gresh : A propos de l’islamophobie
Rassemblement de protestation et de solidarité avec la communauté musulmane
Après les Rroms, le préfet de la Loire a lancé la chasse aux familles Tchétchènes
Abrogation de la loi du 23 février 2005
Pourquoi je signe l’Appel des indigènes de la République
1er mars 2010 : la journée sans immigrés
Intégration et communautarisme : une réflexion est lancée




Proposer un article | Nous contacter | Plan du site | Admin | Accueil