Réseaux citoyens de St-Etienne
Accueil Qui sommes-nous Nous contacter Nous aider Plan du site Admin
   
Vous êtes ici : Egalité des droits / Antiracisme > Conférence-débat avec Alain Gresh
A la une
Agenda
Albums photos
Images à la une
Envoyez la musique !
La France insoumise / Jean-Luc Mélenchon
Nous sommes Grecs
Agroécologie
Agriculture paysanne
AMAP et réseau des AMAP
AMAP-Saint-Etienne
L’avenir du mouvement des AMAP
Les Amap dans la Loire
FAQ - De la ferme au quartier
Collectif Zérogm42
Collectif "nourrir l’humanité"
Maison de la semence
G.R.A.I.N. / Via Campesina
Collectif Liberté Justice Palestine
Chroniques pour la Palestine
Moyen-Orient et monde arabe / Georges Corm
Réseau RESF
Réseau Solidarité Rroms
Egalité des droits / Antiracisme
Une école pour tou(te)s
Survie / Françafrique
Quelle connerie la guerre !
Collectif "personne à la rue !"
Justice sociale / Droits sociaux
Assises droits sociaux
Forum des droits sociaux
Logement
Non au CPE !
Santé
Services publics
Travail / Emploi / Retraite
Portail pour l’accès aux droits sociaux
Le travail social dans la crise
Terrain d’entente
Groupe de réflexion "travail travail !"
Réseau salariat
Ecole / Education populaire
Justice écologique
Collectif Action Climat - CLAC
Sortir du nucléaire
Démocratie
Démocratie participative
Porto Alegre/St-Etienne
Libertés
Europe
Sortir du capitalisme
TAFTA
Changer la mondialisation ?
Forums sociaux
Changer la gauche ?
Gouvernement Hollande-Ayrault-Valls
Gouvernement Sarkozy
Chronique d’une élue citoyenne
Ville de Saint-Etienne
Conseil municipal
Elections municipales 2008
C’est notre histoire
Culture / idées
Les Héroïnes
Libres paroles
Des livres, des films, des sites...
Cafés citoyens au Remue-Méninges
Atelier de philosophie
Université Populaire - Laboratoire Social / Collectif Malgré Tout
Médias
Qui sommes-nous
Réseaux/Associations
"L’ISLAM, LA RÉPUBLIQUE ET LE MONDE"
Conférence-débat avec Alain Gresh
Jeudi 17 février à l’Université de St-Etienne
mercredi 9 février 2005


Cette conférence débat, organisée par le Réseau Actions Jeunes et l’association étudiante Mozaik, avec le soutien de plusieurs autres associations et mouvements (Forum des réseaux citoyens, Repères du monde arabo-musulman, APEIS, Cercle des étudiants Sénégalais de St-Etienne, Amicale laïque du Crêt de Roch...) aura lieu à 20h, à l’amphi JO1 du site Tréfilerie (à l’angle des rues Tréfilerie et Richard).

Le livre d’Alain Gresh : "L’islam, la République et le monde", a été publié à l’automne 2004. Voir. C’est un travail solide, qui permet de prendre du recul sur les évènements de ces dernières années, et de réfléchir aux voies que peut emprunter l’avenir. C’est un livre utile pour celles et ceux qui veulent agir contre la guerre des civilisations.

On peut lire l’introduction du livre publiée sur le site du Monde diplomatique, à : www.monde-diplomatique.fr.

On peut aussi écouter une émission de Daniel Mermet ("Là-bas si j’y suis") de septembre 2004, avec Alain Gresh, et Khadija Marfouk, en téléchargeant en fin de cette page le lien permettant d’écouter cette émission". Il suffit ensuite pour écouter de cliquer sur le lien, en étant connecté et à condition d’avoir Real player (gratuit).

Voici ci-dessous quelques extraits de la conclusion très dense de ce livre, en souhaitant donner envie de l’acheter et de le lire...

 

inventer une mémoire et un avenir communs

 

"« Qu’est-ce qu’être français aujourd’hui ? » Cette question, Le Figaro la posait, en juin-juillet 2004, à une trentaine de personnalités et d’intellectuels de diverses sensibilités. Au-delà de leurs différences, les réponses reflétaient souvent un sentiment d’angoisse...
(...) Cette série éclaire d’un jour différent le débat qui a secoué la République autour de l’islam. Et si l’hystérie politique autour du foulard avait simplement caché une profonde insécurité des Français face à leur avenir ?

Hystérie politique ? L’anthropologue Emmanuel Terray propose de reprendre ce concept, créé par l’historien hongrois Istvan Bibo (...)
Comment le définir ? Confrontée à un grave problème quelle ne parvient pas à résoudre, une communauté, se sentant à la fois menacée et impuissante, « peut être tentée par une situation de fuite ; de la situation réelle qui la met à l’épreuve, elle va fabriquer une image déformée et fantasmatique ; au problème réel dont elle ne vient pas à bout, elle va substituer un problème fictif, imaginaire, construit de telle sorte qu’il puisse être traité par les seules ressources du discours et par le seul maniement des symboles (...)

Avec le foulard, et plus largement avec la présence des musulmans, la France a trouvé ce « problème fictif » qui lui permet de s’unir. (...)
(Emmanuel Terray) pointe aussi les deux véritables problèmes que la communauté nationale tente d’éviter par cette attitude : la panne de l’intégration - le fait qu’une partie des immigrés, qu’ils soient français ou étrangers, sont considérés comme des citoyens de seconde zone - et la stagnation que connaît la mise en œuvre de l’égalité entre les sexes.

On pourrait en suggérer un autre : l’absence de projet commun (...). En quelques décennies, le pays a été bouleversé par la mondialisation, par le recul de l’État-providence, par la construction européenne. La montée de l’insécurité sociale et la coexistence de populations d’origines multiples se sont conjuguées à l’affaiblissement des idéologies et au triomphe de l’individualisme. La consommation est prônée comme idéal, et aucun ennemi ne pointe son nez à l’horizon pour « égorger nos femmes et nos compagnes ». La France, qui s’était forgée depuis deux siècles, à la fois autour des idéaux de la Révolution et contre un ennemi extérieur - les puissances royalistes coalisées, puis, pour l’essentiel, l’Allemagne et l’Union soviétique -, se retrouve au cœur d’un continent relativement pacifié. Dans ce contexte, qu’est-ce qui unit tous les citoyens, au-delà des clivages politiques ? Qu’est-ce qui peut cimenter le « vivre ensemble » ? Quel projet pour la société et pour la France ?

À l’heure où le libéralisme, cette idéologie vide, devient l’« horizon indépassable » de la société, le foulard s’est transformé en drapeau de « nos » ennemis, contre lesquels il faut lever l’étendard de Valmy. (...) Cette vision rejoint plutôt celle de la IIIe République coloniale que celle de la Ière République, qui a aboli l’esclavage et a proclamé les mêmes droits pour les citoyens, qu’ils vivent dans les colonies ou en métropole.

(...) À ce projet destructeur et de guerre civile peut s’opposer un projet fondé sur la citoyenneté, et d’abord sur la redéfinition d’un « socle commun » de l’histoire. (...) Jusqu’à la Seconde Guerre mondiale, l’histoire de France est, à côté de l’usage exclusif du français, l’un des premiers facteurs de l’"intégration" par l’école. Intégration qui est plus francisation que conscience de citoyenneté. Enfants de paysans, d’immigrés du travail (Italiens, Polonais), de réfugiés juifs d’Europe centrale et orientale, poignée d’enfants des colonies sont conviés à découvrir une ancienne et prestigieuse patrie, à se vivre, même juifs ou noirs de peau, comme descendants adoptifs des Gaulois, justiciables du bon roi Saint Louis, sujets éblouis à la cour de Louis XIV, petits frères de l’héroïque enfant Barat, compagnons d’endurance des soldats de Napoléon... et à enfouir dans le silence du non-dit leurs héritages culturels ancestraux. » Mais, après le génocide et l’Algérie, « le récit scolaire est obsolète. [...] Il ne fait plus sens pour une majorité d’écoliers » (6).

Ce récit obsolète, on peut lui substituer une histoire fondée sur le développement de la citoyenneté depuis 1789. Elle fera toute sa place au rôle de l’immigration dans la construction nationale, à l’apport oublié à la « France éternelle » des Italiens, des Espagnols, des juifs d’Europe centrale, des Portugais, des Maghrébins, des Africains, de millions et de millions d’êtres humains, à leur contribution à la prospérité économique, à leur place dans la Libération. La colonisation ne peut plus être marginalisée.
(...) Pour ces centaines de milliers de Français « issus de l’immigration » - il faudrait dire « issus de la colonisation » -, cette histoire, transmise par leurs parents, fait partie de leur mémoire (8). Il faut donc s’atteler à la création d’une « mémoire commune », qui engloberait l’histoire de la Révolution et celle de la IIIe République, celle de l’immigration et du mouvement ouvrier, la Seconde Guerre mondiale, le génocide des juifs et la colonisation.

Mais cela ne saurait suffire à créer cette volonté de « vivre ensemble » (...) une nation doit aussi se fixer une ambition : la défense d’un modèle social qui mette l’amélioration de la condition de la « France d’en bas », celle des « Français de souche » comme celle des immigrés, au sommet de ses priorités, qui retrouve le vrai sens du mot « réforme », qui redonne sa pleine signification au combat pour l’égalité, qui se mobilise sur la scène internationale pour sauver la planète, pour une relation renouvelée avec ce que l’on appelait naguère le tiers-monde et pour un monde multipolaire régi par le droit international.
(...) est-ce faire preuve d’une ambition démesurée ? Si l’on songe aux sans-culottes partant à l’assaut d’une monarchie séculaire, aux socialistes luttant contre la semaine de soixante heures, aux résistants affrontant le « Reich millénaire », aux « porteurs de valises » anticipant l’effondrement du système colonial, la réponse est non."

Le livre d’Alain Gresh : "L’Islam, la République et le monde", est publié chez Fayard - 468 pages - Prix TTC : 20 (131,19 FF).



Télécharger le lien émission Gresh/Mermet

Dans la même rubrique :
"Censure", "droit au blasphème" et islamophobie
Loi contre le voile : quelques prises de position discordantes
Uni(e)s contre une immigration jetable
"Je vote donc je suis ?..."
Islamophobie : comment en sortir ?
Alain Gresh : A propos de l’islamophobie
Notes sur l’islam politique en France
La position de la Ligue des Droits de l’Homme sur la question du foulard.
Pourquoi je signe l’Appel des indigènes de la République
Les enjeux de la reconnaissance des minorités. Les figures du respect




Proposer un article | Nous contacter | Plan du site | Admin | Accueil