Réseaux citoyens de St-Etienne
Accueil Qui sommes-nous Nous contacter Nous aider Plan du site Admin
   
Vous êtes ici : Des livres, des films, des sites... > « Un monde moderne »
A la une
Agenda
Albums photos
Images à la une
Envoyez la musique !
La France insoumise / Jean-Luc Mélenchon
Nous sommes Grecs
Agroécologie
Agriculture paysanne
AMAP et réseau des AMAP
AMAP-Saint-Etienne
L’avenir du mouvement des AMAP
Les Amap dans la Loire
FAQ - De la ferme au quartier
Collectif Zérogm42
Collectif "nourrir l’humanité"
Maison de la semence
G.R.A.I.N. / Via Campesina
Collectif Liberté Justice Palestine
Chroniques pour la Palestine
Moyen-Orient et monde arabe / Georges Corm
Réseau RESF
Réseau Solidarité Rroms
Egalité des droits / Antiracisme
Une école pour tou(te)s
Survie / Françafrique
Quelle connerie la guerre !
Collectif "personne à la rue !"
Justice sociale / Droits sociaux
Assises droits sociaux
Forum des droits sociaux
Logement
Non au CPE !
Santé
Services publics
Travail / Emploi / Retraite
Portail pour l’accès aux droits sociaux
Le travail social dans la crise
Terrain d’entente
Groupe de réflexion "travail travail !"
Réseau salariat
Ecole / Education populaire
Justice écologique
Collectif Action Climat - CLAC
Sortir du nucléaire
Démocratie
Démocratie participative
Porto Alegre/St-Etienne
Libertés
Europe
Sortir du capitalisme
TAFTA
Changer la mondialisation ?
Forums sociaux
Changer la gauche ?
Gouvernement Hollande-Ayrault-Valls
Gouvernement Sarkozy
Chronique d’une élue citoyenne
Ville de Saint-Etienne
Conseil municipal
Elections municipales 2008
C’est notre histoire
Culture / idées
Les Héroïnes
Libres paroles
Des livres, des films, des sites...
Cafés citoyens au Remue-Méninges
Atelier de philosophie
Université Populaire - Laboratoire Social / Collectif Malgré Tout
Médias
Qui sommes-nous
Réseaux/Associations
« Un monde moderne »
La prochaine séance des Rencontres ciné/travail/société aura lieu vendredi 25 mars à 20h au cinéma le France.
vendredi 4 mars 2005, par Georges Günther


« Un monde moderne » est un documentaire long métrage (1h24), réalisé par deux jeunes cinéastes, Arnaud Soulier et Sabrina Malek qui seront présents à cette soirée.
Ils ont filmé l’organisation du travail mis en place depuis quelques années par les Chantiers de l’Atlantique à Saint-Nazaire, afin de réduire les coûts de production. Le principe est de faire massivement appel à la sous-traitance et à l’intérim, avec des travailleurs venu du monde entier (indiens, roumains...). Parallèlement à la construction du plus grand paquebot du monde, le Queen Mary 2, les salariés de « la Navale » (c’est ainsi qu’on appelle les chantiers à Saint Nazaire) racontent comment ils vivent cette précarité organisée, ce qu’elle change dans leur rapport au travail, et dans leurs conditions de vie. Le documentaire a obtenu le Prix du Film Long métrage (ex-aequo) aux Écrans documentaires d’Arcueil en 2004. C’est donc un film sur le trafic de main d’œuvre au mépris total des droits humains fondamentaux des individus. Il illustre ce qui serait aggravé et généralisé si était adoptée la directive Bolkestein de la commission européenne qui ruine tous les efforts consentis pour combattre le trafic des êtres humains, le travail clandestin et les formes nouvelles d’esclavagisme.

Nous avions fait connaissance avec Arnaud et Sabrina lors de la projection au France de leur film « René Vautier, cinéaste franc tireur ». Ils nous avaient parlé de leur projet d’aller filmer les conditions de travail aux Chantiers de l’Atlantique dans les soutes des navires en construction, et nous avaient promis de venir présenter leur film à St-Etienne. Ils ont dû surmonter toutes sortes d’obstacles, notamment avec la direction des chantiers, pour arriver à mener ce projet à bien.

Voici ci-dessous un article sur le film paru dans le numéro 8 de Manéci (le journal des écrans documentaires) les 11 et 12 décembre 2004.

Georges Günther

Le prix d’entrée de la séance est de 3,20 euros.


"Depuis quelques années, le cinéma documentaire s’intéresse à nouveau au monde du travail. Mais le plus souvent, c’est pour constater « la fin » de la classe ouvrière, telle qu’elle s’était structurée durant l’ère industrielle fordiste ; alimentant ainsi indirectement un vague sentiment d’impuissance. En posant leur caméra aux abords des chantiers navals de Saint-Nazaire-Alstom, les réalisateurs d’Un monde moderne évitent cet écueil, car ici, la sous-traitance et l’intérim y sont désormais les principaux modes de salariat. Le film ne s’attache donc pas à la disparition du prolétariat, mais à sa mutation à travers la mise en place d’une nouvelle organisation du travail.

Pour la construction du paquebot Queen Mary 2, Alstom a fait venir de nombreux travailleurs étrangers, embauchés par des sociétés-fantôches sous-traitantes, dans des conditions outrepassant souvent le cadre fragile de la légalité.
Suivant ces ouvriers indiens ou roumains dans leur combat pour simplement faire respecter leurs droits (être payés pour leur travail !), Sabrina Malek et Arnaud Soulier montrent non seulement les processus d’exploitation du système économique contemporain, mais définissent simultanément, par leur mise en scène, une posture politique permettant d’en envisager la sortie.
Bien que le chantier soit filmé systématiquement de très loin, comme s’il fallait respecter une distance protectrice, il est présent paradoxalement durant tout le film, en arrière-plan de l’image ou dans la bande-son, particulièrement évocatrice ; comme une réalité omniprésente dont on ne peut jamais entièrement sortir.
Et lorsqu’il apparaît plein-cadre, c’est toujours pour mieux distinguer les corps minuscules des ouvriers de cette masse inerte et froide qui les englobe, les sépare, les dé-solidarise. En filmant le chantier frontalement, à partir du quai, les réalisateurs se placent résolument du côté des travailleurs qui subissent cette nouvelle forme d’exploitation. Si le travelling inaugural annonce son caractère mortifère sur le mode de la métaphore (d’une forêt à l’entrée des chantiers, une voix off raconte l’histoire de cet ogre qui pour se nourrir a besoin d’avaler toujours plus d’êtres humains), quelques minutes plus tard, un plan fixe nous rappelle que nous sommes bien dans la « vraie vie » : en descendant des bus qui les ont conduits au travail, des colonnes de travailleurs s’engouffrent dans le corps de l’ogre-navire, froide mécanique renforcée par les teintes blafardes de la lumière du petit matin.

Mais l’intérêt du film réside aussi et surtout dans la monstration d’une possible issue favorable à ces ouvriers floués. On voit ainsi quelques syndicalistes travaillant à leurs côtés, où loin de l’image d’Epinal, ils se trouvent assis derrière un bureau épluchant le code du travail pour y chercher comment, malgré ses innombrables béances, ils pourraient attaquer Alstom, en vue de le faire reconnaître principal organisateur de cette zone de non-droit.

Filmer aujourd’hui le travail, un travail en lutte, lutter en filmant le travail. Voici le très beau programme que nous propose le « monde moderne »."

B.Mév.

Article paru dans le numéro 8 de Manéci (le journal des écrans documentaires) les 11 et 12 décembre 2004.




> « Un monde moderne »
10 octobre 2007

Bonjour,

Le DVD du film documentaire "Un monde moderne" est disponible dès à présent sur le site du film www.unmondemoderne.com

Et bientôt disponible dans de nombreux points de vente en France.

Sur le DVD, vous trouverez :

-  Le film en 5 langues (Français, Anglais, Allemand, Hindi et Roumain)

Bonus :

-  Discussion autour du film entre François Bégaudeau (critique aux Cahiers du cinéma) et Christophe Postic (Coordinateur artistique des États Généraux du documentaire de Lussas)

-  La chanson de James (salarié indien)

-  La BO du film

-  Les salaires "In Médias" (documentaire réalisé par les ateliers du Centre de Culture Populaire de Saint-Nazaire sur les salariés polonais présent sur les Chantiers de l’Atlantique)

-  Salaire = Wyplata (conférence d’un syndicaliste polonais des chantiers navals de Gdynia)

Pour vous procurez le DVD : www.unmondemoderne.com rubrique "DVD", télécharger le bon de commande.

Prix 15 hors frais de port.

Si vous êtes intéressé pour du dépôt vente ou de la distribution, merci de contacter Les films de mars :

Les films de mars
Arnaud Soulier
Sabrina Malek
43, rue du Landy
93400 Saint Ouen
Tel : 01 40 11 32 62
Mob : 06 89 98 14 85
Mail : info@lesfilmsdemars.com
Site : www.unmondemoderne.com

Répondre à ce message

Dans la même rubrique :
Christian Jacquiau : Les coulisses de la grande distribution
“Un troussage de domestique”
"Mur" : un film de Simone Bitton. "Le mur de Sharon" : un livre d’Alain Ménargues...
Moustapha Barghouti : "Rester sur la Montagne"




Proposer un article | Nous contacter | Plan du site | Admin | Accueil