Réseaux citoyens de St-Etienne
Accueil Qui sommes-nous Nous contacter Nous aider Plan du site Admin
   
Vous êtes ici : Collectif Liberté Justice Palestine > Les illusions meurtrières
A la une
Agenda
Albums photos
Images à la une
Envoyez la musique !
La France insoumise / Jean-Luc Mélenchon
Nous sommes Grecs
Agroécologie
Agriculture paysanne
AMAP et réseau des AMAP
AMAP-Saint-Etienne
L’avenir du mouvement des AMAP
Les Amap dans la Loire
FAQ - De la ferme au quartier
Collectif Zérogm42
Collectif "nourrir l’humanité"
Maison de la semence
G.R.A.I.N. / Via Campesina
Collectif Liberté Justice Palestine
Chroniques pour la Palestine
Moyen-Orient et monde arabe / Georges Corm
Réseau RESF
Réseau Solidarité Rroms
Egalité des droits / Antiracisme
Une école pour tou(te)s
Survie / Françafrique
Quelle connerie la guerre !
Collectif "personne à la rue !"
Justice sociale / Droits sociaux
Assises droits sociaux
Forum des droits sociaux
Logement
Non au CPE !
Santé
Services publics
Travail / Emploi / Retraite
Portail pour l’accès aux droits sociaux
Le travail social dans la crise
Terrain d’entente
Groupe de réflexion "travail travail !"
Réseau salariat
Ecole / Education populaire
Justice écologique
Collectif Action Climat - CLAC
Sortir du nucléaire
Démocratie
Démocratie participative
Porto Alegre/St-Etienne
Libertés
Europe
Sortir du capitalisme
TAFTA
Changer la mondialisation ?
Forums sociaux
Changer la gauche ?
Gouvernement Hollande-Ayrault-Valls
Gouvernement Sarkozy
Chronique d’une élue citoyenne
Ville de Saint-Etienne
Conseil municipal
Elections municipales 2008
C’est notre histoire
Culture / idées
Les Héroïnes
Libres paroles
Des livres, des films, des sites...
Cafés citoyens au Remue-Méninges
Atelier de philosophie
Université Populaire - Laboratoire Social / Collectif Malgré Tout
Médias
Qui sommes-nous
Réseaux/Associations
Les illusions meurtrières
vendredi 1er avril 2005, par Union juive française pour la paix


Les accords de Charm El-Cheikh sous l’égide de l’administration américaine ont éveillé un immense espoir et un désir de paix en Israël et en Palestine qui, s’ils étaient déçus, provoqueraient un désespoir dangereux et un basculement vers des solutions sanglantes.

L’UJFP tient cependant à rappeler les quelques points qui grèvent largement les chances d’aboutissement des négociations telles qu’elles sont menées : Affirmer que le but premier de ces négociations doit être de juguler le terrorisme, correspond à faire croire que la cause première du conflit n’est pas l’occupation, à occulter qu’il y a un occupant et un peuple occupé, à occulter tout le sens du conflit. Poser en priorité absolue la sécurité de l’occupant c’est désigner l’occupant comme victime et rendre accessoire la violence de la répression coloniale à l’œuvre dans les territoires occupés.

Faire croire que le gouvernement palestinien élu après la mort du Président Arafat pourrait renoncer aux aspirations de liberté et de souveraineté nationale et aux droits de son peuple est mensonger, et laisse en fait à Mahmoud Abbas la même latitude que celle laissée précédemment à Arafat : la renonciation des Palestiniens à leurs droits ou la guerre en leur faisant porter la responsabilité de l’échec des négociations. D’autres peuples de cette région sont pris au piège du projet impérialiste du Grand Moyen Orient qui prétend leur apporter démocratie et sécurité à la force des baïonnettes, et ne s’intéresse visiblement pas au développement ou à la paix.

Faire croire qu’il est possible d’aboutir à un accord durable en laissant le gouvernement Sharon-Pérès achever le découpage de la Cisjordanie est un mensonge. Faire croire que la continuité territoriale et la viabilité de l’Etat palestinien seront assurés par un réseau de routes et tunnels reliant les " morceaux " est un mensonge. N’oublions pas que la première reconnaissance est celle d’Israël sur la frontière d’avant 67 par L’OLP en 1988. Il ne peut y avoir de solution sans le retrait d’Israël sur cette même frontière.

Ce qui se passe en ce moment sur le terrain, les 3500 logements, les zones d’activités commerciales et industrielles, le Parc de France programmés sur le territoire de Maale Adoumim (ce que l’on appelle le plan E1) vont s’ils sont réalisés couper la Cisjordanie en deux et parachever la configuration du futur état Palestinien conformément à la vision de Sharon, et de ce fait entériner l’irréversibilité de l’occupation.

Le parc de France fait partie quant à lui, et comme son nom l’indique, d’une campagne qui cible directement la France, menée par le KKL (fonds national juif) défini selon ses propres termes comme : ..." le bras exécutif du peuple juif pour la rédemption et le développement de la terre d’Israël..."

Il est chargé de lever les fonds en France pour financer entre autre ce projet, et voici la fonction de ce parc décrite sur son site internet :
..." Le "Parc de France" ou la consolidation de Jérusalem par le renforcement de la "couronne verte" de Maale Adoumim
... Ce parc municipal à venir, ceindra de son panache les principales portes orientales de Jérusalem ainsi que la sortie nord de Maale Adoumim. Il bordera en beauté la frange ouest de la route qui relie la capitale à la Mer morte..."

Faire croire que l’on va vers la paix en poursuivant l’humiliation et l’oppression quotidiennes, l’édification du mur, la spoliation de la terre et la colonisation est un mensonge. Le faire au nom de la France est de plus inacceptable.

N’oublions pas ce que Sharon a répété plusieurs fois publiquement en quatre ans : "La guerre de 48 n’est pas terminée." N’oublions pas ce que Dov Weissglass, son conseiller personnel, déclarait publiquement il y a quelques mois dans Ha’aretz au sujet du plan de désengagement de Gaza : "Le désengagement c’est le formol qui est nécessaire pour qu’il n’y ait pas de processus politique avec les Palestiniens" et encore : " C’est la Judée-Samarie (la Cisjordanie, NDLR), pas Gaza, qui est aujourd’hui la zone d’intérêt national."

Ne pas voir ni entendre tous ces signes c’est se rendre complice de ceux qui cultivent des illusions meurtrières pour les deux peuples. La stratégie actuelle détruit méthodiquement la société palestinienne et menace à terme l’existence du peuple israélien dans la région.

Il serait temps que les forces qui aspirent à la paix ouvrent les yeux pour que la politique qui a mené à l’impasse actuelle ne se reproduise pas : il est urgent d’exiger le gel immédiat de toute la colonisation, déjà planifiée ou non, et la nomination immédiate d’un observatoire international de contrôle dans les territoires occupés. Israël ne peut continuer à dévorer à pleines dents ce qui est l’enjeu même de la négociation. Nous demandons au gouvernement français d’intervenir dans ce sens et d’empêcher en particulier que soit planté au nom de la France et avec des fonds français un parc destiné à parachever l’annexion des terres palestiniennes autour de Jérusalem.

Le 31/03/05

UJFP, 21 ter, rue Voltaire,
75011 PARIS -
Tél. : 01 42 02 59 76 - Fax : 01 42 02 59 77
E-Mail : ujfp@filnet.fr




Dans la même rubrique :
l’appel Olga : Pour la vérité et la réconciliation, pour l’égalité et le partenariat.
"Regards sur la Palestine"
Le témoignage de Raji Sourani, directeur du Centre Palestinien des Droits Humains de Gaza
Des origines au triomphe électoral de la droite en 2009 : le sionisme a gommé les différences idéologiques
Le blocus de Gaza doit tomber. Le blocus de gaza va tomber !
2015 et la Palestine
Le Réseau "Juifs Européens pour une Paix Juste" appelle l’Europe à agir
Arrêtez l’occupation !
Que peut-on faire contre ce crime ?
Elna Sondergaard : Il est temps qu’Israël passe en jugement




Proposer un article | Nous contacter | Plan du site | Admin | Accueil