Réseaux citoyens de St-Etienne
Accueil Qui sommes-nous Nous contacter Nous aider Plan du site Admin
   
Vous êtes ici : Démocratie > Porto Alegre/St-Etienne > Un bus pour Solidariedade
A la une
Agenda
Albums photos
Images à la une
Envoyez la musique !
La France insoumise / Jean-Luc Mélenchon
Nous sommes Grecs
Agroécologie
Agriculture paysanne
AMAP et réseau des AMAP
AMAP-Saint-Etienne
L’avenir du mouvement des AMAP
Les Amap dans la Loire
FAQ - De la ferme au quartier
Collectif Zérogm42
Collectif "nourrir l’humanité"
Maison de la semence
G.R.A.I.N. / Via Campesina
Collectif Liberté Justice Palestine
Chroniques pour la Palestine
Moyen-Orient et monde arabe / Georges Corm
Réseau RESF
Réseau Solidarité Rroms
Egalité des droits / Antiracisme
Une école pour tou(te)s
Survie / Françafrique
Quelle connerie la guerre !
Collectif "personne à la rue !"
Justice sociale / Droits sociaux
Assises droits sociaux
Forum des droits sociaux
Logement
Non au CPE !
Santé
Services publics
Travail / Emploi / Retraite
Portail pour l’accès aux droits sociaux
Le travail social dans la crise
Terrain d’entente
Groupe de réflexion "travail travail !"
Réseau salariat
Ecole / Education populaire
Justice écologique
Collectif Action Climat - CLAC
Sortir du nucléaire
Démocratie
Démocratie participative
Porto Alegre/St-Etienne
Libertés
Europe
Sortir du capitalisme
TAFTA
Changer la mondialisation ?
Forums sociaux
Changer la gauche ?
Gouvernement Hollande-Ayrault-Valls
Gouvernement Sarkozy
Chronique d’une élue citoyenne
Ville de Saint-Etienne
Conseil municipal
Elections municipales 2008
C’est notre histoire
Culture / idées
Les Héroïnes
Libres paroles
Des livres, des films, des sites...
Cafés citoyens au Remue-Méninges
Atelier de philosophie
Université Populaire - Laboratoire Social / Collectif Malgré Tout
Médias
Qui sommes-nous
Réseaux/Associations
Un bus pour Solidariedade
Voici les raisons du projet auquel participe Espasem
mardi 27 janvier 2004, par Sérgio Amaral, Estelle Granet, Nadia Touil


Le projet "Un bus pour Solidariedade" est en cours de montage avec la participation de l’association et du réseau "Echanges et Solidarité Porto Alegre - Saint-Etienne Métropole"...

Quelques explications sur le budget participatif et l’ONG Solidariedade :

L’ONG Solidariedade a été créée début 2001à Porto Alegre (Brésil) par un groupe de citoyens issus du mouvement populaire et impliqués dans la gestion de la ville, principalement par le biais du processus de budget participatif. Par leur action quotidienne, ces derniers ont ressenti le besoin d’une organisation susceptible de travailler au renforcement des mouvements émergents, de proposer des politiques et de mener des actions solidaires prenant en compte les difficultés des communautés les plus défavorisées, complétant ainsi l’intervention des pouvoirs publics et exerçant activement la notion, essentielle à leurs yeux, de citoyenneté.

Au-delà des actions de caractère urgent à mener auprès de la population la plus défavorisée de Porto Alegre, l’une des principales préoccupations de cette ONG est le maintien des mécanismes de participation populaire à la gestion publique. Le budget participatif, présentant encore des limites pouvant être dépassées, a amené de grandes avancées sociales. La participation de la population aux décisions budgétaires a permis de développer le logement social, d’améliorer la santé, l’éducation, de renforcer les réseaux d’assainissement et de soutenir des solutions alternatives dans le domaine de l’emploi. Toutes ces améliorations ont fait de Porto Alegre la capitale brésilienne présentant la meilleure qualité de vie et un haut indice de développement humain, selon les critères établis par l’ONU.

Le budget participatif a été mis en place en 1989, quand le parti des Travailleurs a été élu à la tête de la mairie de Porto Alegre. Quinze ans plus tard, le monde entier, et principalement l’Europe, tourne ses regards vers cette expérience, à la recherche d’une source d’inspiration pour rénover la démocratie représentative. Mais ce processus de démocratie participative reste encore, à Porto Alegre, trop étroitement conditionné à la volonté politique du parti au pouvoir. Que se passera-t-il si ce parti perd la mairie ? Le PT, qui avait initié en 1998 une expérience similaire de budget participatif au niveau de l’Etat du Rio Grande do Sul, a perdu les dernières élections et le nouveau gouvernement de l’Etat a transformé le processus au point de le vider de son contenu. La participation a cédé la place à une simple consultation. Si le même phénomène se produisait à Porto Alegre, la population de cette ville subirait une perte importante, de même que tous ceux qui croient en cette autre manière de faire de la politique et d’être citoyen.

Afin d’éviter ce scénario, l’ONG Solidariedade se consacre au renforcement du mouvement populaire et au développement d’une plus grande conscience citoyenne, seule capable de revendiquer et d’assurer le maintien du processus si le contexte politique venait à changer.

L’une des premières tâches fut la publication d’un livre " les voix de la démocratie " (éditions syllepse). Ce texte présente les avancées de la démocratie participative à Porto Alegre, du point de vue de ses principaux acteurs : les citoyens. Il analyse également les limites du processus et propose des éléments de réflexions pour dépasser ces difficultés. Réalisé avec la collaboration de deux journalistes français, ce livre a été édité en France et a permis de développer, dans ce pays, des partenariats avec plusieurs réseaux citoyens et municipalités ayant compris l’intérêt de défendre la démocratie participative à Porto Alegre en tant que référence mondiale pour la construction d’un autre monde et d’une nouvelle démocratie.

C’est dans ce contexte qu’un groupe de citoyens a créé , à Saint-Etienne, l’association Espasem (Echanges et solidarité Porto Alegre Saint-Etienne Métropole) dans le but d’échanger des expériences avec Solidariedade et de développer, à l’échelle locale voire nationale, des mécanismes de participation populaire et de citoyenneté active. Par ailleurs, Solidariedade est membre du réseau international Démocratiser radicalement la Démocratie et a établi un partenariat avec la mairie de Brou-sur-Chantereine, en région parisienne. L’ONG a également initié cette année un travail important avec les conseils de quartier et la municipalité de Villeurbanne, de même qu’avec la municipalité de Genevilliers avec laquelle ont été mis sur pieds des échanges réguliers autour du thème de l’engagement politique des jeunes.

Mais, malgré cette dimension internationale, Solidariedade ne possède encore d’aucune structure concrète de travail à Porto Alegre. Tout repose sur l’énergie et la bonne volonté des militants. L’ONG ne dispose ni d’un local ni de financements lui permettant de lancer des actions concrètes dans les quartiers les plus pauvres. Les idées ne manquent pas. Ne reste qu’à trouver les moyens de les mettre en pratique.

C’est dans cette optique que Solidariedade souhaite acheter et aménager un bus avec l’appui de Espasem :

Cette idée est née de la critique constructive des mécanismes actuels du budget participatif, telle que présentée dans le livre Porto Alegre, les Voix de la Démocratie. L’ONG a en effet mis en évidence les freins au développement d’une conscience collective et solidaire à l’échelle de la ville toute entière, de l’Etat du Rio Grande do Sul et du Brésil. Le processus de participation étant fondé sur la revendication des besoins primaires des habitants mais une partie significative des communautés se retire parfois une fois obtenue une satisfaction ponctuelle et personnelle de leurs demandes. Ce phénomène représente donc l’une des limites de la construction d’une conscience politique citoyenne et de la transformation de la société, indépendamment des partis politiques et des gouvernements. Le projet de Solidariedade est de renforcer la démocratie participative et d’aider les citoyens à s’approprier ce processus indépendamment du parti politique au pouvoir afin d’assurer l’avenir d’une pratique aujourd’hui devenue un exemple pour tous ceux qui souhaitent un monde meilleur.

 Ce bus doit aider à dépasser certaines limites du budget participatif en permettant :

-  de créer de nouveaux liens entre les différentes communautés de la ville sous la forme d’échanges horizontaux.

-  de développer une conscience plus collective de la nécessité de participer à la gestion de la ville.

-  D’améliorer la participation des plus démunis et des jeunes.

Par l’équipement de ce bus, Solidariedade souhaite également pouvoir répondre à des problématiques aussi importantes que :

-  la protection de l’enfance

-  la participation et la formation des femmes

-  la prévention en matière de santé

-  le développement de la culture dans les zones défavorisées

-  la défense de l’environnement et la promotion d’un développement durable : tri et recyclage des déchets, protection des zones naturelles, préservation du patrimoine, pour une écologie de l’habitat... L’objectif est d’aider à une prise de conscience sur l’amélioration de notre cadre de vie.

-  le soutien à un développement économique durable et alternatif afin de lutter contre les inégalités : favoriser la création d’emplois dans le secteur de l’économie sociale et solidaire et la mise en place de coopératives autogérées.

-  La défense des droits de l’homme et la lutte contre les discriminations

-  L’accès à l’information et aux moyens de communication...

L’ensemble des actions s’inscrirait dans la philosophie de l’Agenda 21, adopté par la municipalité de Porto Alegre, et dont l’objetif est de favoriser, grâce à l’implication des citoyens, des modes de production et de consommation qui respectent les ressources naturelles et soient socialement responsables vis-à-vis des générations futures.

Concrètement, les objectifs prendraient les formes suivantes :

-  Ce bus serait équipé pour devenir le siège de l’ONG Solidariedade, un siège ambulant qui permettrait de ne pas attendre que les communautés se mobilisent mais d’aller directement à leur rencontre, sur leur lieu de vie. Ce serait un symbole fort et, au-delà de l’aspect symbolique, un outil efficace pour atteindre les plus exclus et les aider dans l’amélioration de leurs conditions de vie.

-  Ainsi, ce bus permettrait d’orienter et de former des groupes, directement au sein des quartiers, afin de résoudre par des actions collectives et citoyennes les problèmes urgents de logement (reconstruction de maisons...) et d’emplois (soutien à la conduite de projets et à la création de coopératives...)

-  Equipé d’une estrade démontable, d’un système de son et de projection, ce bus permettra de développer des actions culturelles, éducatives et de loisirs dans les quartiers les plus pauvres. Ces actions seront le support pour délivrer des informations pour le respect des Droits de l’homme, la mise en place d’un planning familial, le développement de l’engagement politique et citoyen des jeunes, le soutien à l’insertion professionnelle.

-  Equipé de matériel informatique, ce bus doit permettre l’accès aux moyens de communication des plus démunis et la formation indispensable à leur insertion sur le marché du travail. Il devra donc permettre d’organiser des sessions de qualification professionnelle, de dispenser des informations concernant les femmes subissant des violences domestiques, de mener des actions de prévention en matière de santé (maladies sexuellement transmissibles, usage de drogues, alcoolisme...)

Toutes les actions reposent sur le principe d’une éducation populaire fortement reliée aux besoins concrets et souvent urgents des communautés les plus exclues. Solidariedade s’inscrit dans la mouvance de la pédagogie de Paulo Freyre, avec l’objectif d’encourager la conscientisation à partir de la résolution des problèmes les plus urgents. C’est en ce sens que l’ONG ne peut faire l’économie d’une proximité concrète avec les populations.

L’achat et l’équipement du bus est une étape importante. Mais il faudra également trouver les financements qui permettront d’assurer le fonctionnement d’une petite équipe multidisciplinaire permanente. Sans cela, l’équipement ne pourra produire les résultats espérés, résultats dont les premiers effets sont attendus sous un délai de trois ans.

 Le succès de nos actions et le développement de la démocratie participative à Porto Alegre est de l’intérêt de tous les citoyens qui en France ou dans d’autres pays, luttent contre les inégalités. En effet, la population de Porto Alegre a ouvert un chemin et, de ce fait, est la preuve vivante que peuvent exister d’autres modèles que le modèle néo-libéral, que peut se construire une société préoccupée du bien-être et de l’avenir de chacun, indépendamment de ses capacités mercantiles. )

Toutes celles et tous ceux qui souhaitent contribuer à ce projet sont bien sûr bienvenus, et invités à se faire connaître.




Dans la même rubrique :
Café citoyen : Porto Alegre et la démocratie participative
A vila dos Papeleiros, à Porto Alegre, incendiée.
St-Etienne et Porto Alegre : 6 ans de contacts...
Porto Alegre : Le Parti des travailleurs a perdu la direction de la municipalité qu’il animait depuis 1988.
Porto Alegre : les voix de la démocratie




Proposer un article | Nous contacter | Plan du site | Admin | Accueil