Réseaux citoyens de St-Etienne
Accueil Qui sommes-nous Nous contacter Nous aider Plan du site Admin
   
Vous êtes ici : Changer la gauche ? > Le référendum... et après ?
A la une
Agenda
Albums photos
Images à la une
Envoyez la musique !
La France insoumise / Jean-Luc Mélenchon
Nous sommes Grecs
Agroécologie
Agriculture paysanne
AMAP et réseau des AMAP
AMAP-Saint-Etienne
L’avenir du mouvement des AMAP
Les Amap dans la Loire
FAQ - De la ferme au quartier
Collectif Zérogm42
Collectif "nourrir l’humanité"
Maison de la semence
G.R.A.I.N. / Via Campesina
Collectif Liberté Justice Palestine
Chroniques pour la Palestine
Moyen-Orient et monde arabe / Georges Corm
Réseau RESF
Réseau Solidarité Rroms
Egalité des droits / Antiracisme
Une école pour tou(te)s
Survie / Françafrique
Quelle connerie la guerre !
Collectif "personne à la rue !"
Justice sociale / Droits sociaux
Assises droits sociaux
Forum des droits sociaux
Logement
Non au CPE !
Santé
Services publics
Travail / Emploi / Retraite
Portail pour l’accès aux droits sociaux
Le travail social dans la crise
Terrain d’entente
Groupe de réflexion "travail travail !"
Réseau salariat
Ecole / Education populaire
Justice écologique
Collectif Action Climat - CLAC
Sortir du nucléaire
Démocratie
Démocratie participative
Porto Alegre/St-Etienne
Libertés
Europe
Sortir du capitalisme
TAFTA
Changer la mondialisation ?
Forums sociaux
Changer la gauche ?
Gouvernement Hollande-Ayrault-Valls
Gouvernement Sarkozy
Chronique d’une élue citoyenne
Ville de Saint-Etienne
Conseil municipal
Elections municipales 2008
C’est notre histoire
Culture / idées
Les Héroïnes
Libres paroles
Des livres, des films, des sites...
Cafés citoyens au Remue-Méninges
Atelier de philosophie
Université Populaire - Laboratoire Social / Collectif Malgré Tout
Médias
Qui sommes-nous
Réseaux/Associations
UNE RÉUNION "CONVERGENCE CITOYENNE POUR UNE ALTERNATIVE DE GAUCHE"
Le référendum... et après ?
Dimanche 5 juin à la Bourse du Travail de Saint-Denis.
mercredi 25 mai 2005


"Nous ne savons pas encore si le NON l’emportera le 29 mai ; mais nous savons déjà, tout l’indique, qu’il est majoritaire à gauche et dans le mouvement social.

Nous sommes aujourd’hui totalement engagés les uns et les autres dans la bataille contre le traité constitutionnel et nous mesurons bien comment s’affirme une politisation, un réel rejet des politiques libérales.

Un rassemblement très large a pu se construire par-delà les clivages habituels, répondant à une attente forte, et cette dimension contribue puissamment à la dynamique de la campagne. Nous appelons à l’amplifier et à agir afin que les jeunes, les catégories populaires, les forces syndicales, associatives en soient des éléments actifs.

Avec une telle ampleur, le mouvement de discussion et de prise de position pour le Non de gauche vient confirmer notre conviction, exprimée en novembre dans un appel signé par 300 militants d’horizons divers. "Une alternative politique est possible, construisons-la ensemble".

Il reste à consolider ce mouvement par des propositions pour une autre Europe. Nous nous attacherons à construire avec toutes les forces qui le veulent, un véritable processus constituant nourri par toutes les mobilisations et les forces sociales à l’échelle européenne. A toutes, nous proposerons de tenir ensemble une grande assemblée pour une autre Europe, dès l’automne, afin de lancer le débat qui pourra être poursuivi au FSE de janvier 2006.

D’autres échéances politiques majeures vont rapidement survenir dans ce pays. L’enjeu sera d’en finir avec les politiques libérales dévastatrices en leur opposant une alternative crédible, à la mesure du rejet massif du libéralisme exprimé par les mobilisations sociales et l’ampleur du NON de gauche. Car les directions du PS et des Verts, en se rangeant dans le camp du OUI conduit par Chirac, ont confirmé, s’il en était besoin, leur incapacité à incarner une alternative. Le non de gauche manifeste aussi une désobéissance civique aux démarches politiques traditionnelles et une volonté de s’approprier la politique : sur cet aspect là aussi il faut inventer ensemble de nouvelles réponses.

Une alternative est à construire. Construisons cela ensemble. Cette question est plus que jamais d’actualité.

Différer cet objectif, aborder les prochaines échéances politiques en ordre dispersé, réduirait à néant ce qui aura été engrangé d’espoirs et de potentialités pendant ces quelques mois de campagne. Cela conforterait durablement l’hégémonie des libéraux et laisserait les résistances sans perspective. Avec comme conséquence un pourrissement de la situation et l’exacerbation de toutes les divisions que l’absence d’alternative peut nourrir, discriminations et racismes notamment, explosion du traitement sécuritaire des questions sociales. ..

La construction d’une telle alternative ne peut pas être déléguée aux seules organisations politiques et à leur jeu d’alliance. Elle exige une intervention active des citoyennes et des citoyens, de leurs organisations et des forces en mouvement. Cela est nécessaire pour faire émerger des exigences transformatrices et investir les espaces institutionnels.

Qui veut alors d’une compétition ruineuse pour une véritable alternative au libéralisme ? Voulons nous que chaque force de la campagne du NON de gauche se présente, avec ses candidats aux différentes élections comme le meilleur rassembleur ? Ou voulons-nous que le choix du candidat ou de la candidate, dès la présidentielle, reste posée dans le débat public de l’ensemble des forces en mouvement. Voulons-nous un éparpillement des lieux qui appellent au rassemblement ou construire tout cela tous ensemble ?

Des initiatives doivent être prises immédiatement après le référendum, par les organisations et militant-e-s engagé-e-s ensemble dans cette campagne, par des animateurs des mouvements sociaux, pour construire un tel rassemblement, faire vivre des espaces communs de débats, de travail et d’initiatives ouverts à tous. Car cette alternative ne peut être que l’oeuvre de toutes celles et ceux qui l’appellent de leurs voeux. Cela passe par la mise en place rapide d’une coordination large, ouverte à tous.

A partir de ce qui est déjà partagé - les exigences et propositions exprimées par le mouvement social, les axes de la campagne pour le NON, l’objectif de construire une alternative au social-libéralisme - nous pouvons initier une élaboration collective aboutissant à un projet politique commun.

C’est pourquoi nous proposons à toutes les forces militantes qui le souhaitent d’organiser avec nous, une vaste réunion qui saura faire un premier bilan, tous ensemble, et tracer la voie pour une force politique alternative."

 La réunion aura lieu de 9h30 à 17h. Métro : Porte de Paris, ligne 13.  




Dans la même rubrique :
Besoin d’une force politique citoyenne utile dans tous les chantiers de transformation du monde et de la société.
Qui sommes-nous ? Que voulons nous ?
Construire un autre chemin
Philippe Corcuff : "Les années 30 reviennent et la gauche est dans le brouillard"
Sarkozy : ultra-capitalisme et fascisation rampante...
La politique néolibérale fait le lit de l’extrême-droite et de la droite
A propos de la suite...
Le résultat des élections municipales est là. Et maintenant ?
Tous ensemble pour bloquer Sarko
Non, pas Sarkozy.




Proposer un article | Nous contacter | Plan du site | Admin | Accueil