Réseaux citoyens de St-Etienne
Accueil Qui sommes-nous Nous contacter Nous aider Plan du site Admin
   
Vous êtes ici : Collectif Zérogm42 > On va parler des OGM et des OGM thérapeutiques !
A la une
Agenda
Albums photos
Images à la une
Envoyez la musique !
La France insoumise / Jean-Luc Mélenchon
Nous sommes Grecs
Agroécologie
Agriculture paysanne
AMAP et réseau des AMAP
AMAP-Saint-Etienne
L’avenir du mouvement des AMAP
Les Amap dans la Loire
FAQ - De la ferme au quartier
Collectif Zérogm42
Collectif "nourrir l’humanité"
Maison de la semence
G.R.A.I.N. / Via Campesina
Collectif Liberté Justice Palestine
Chroniques pour la Palestine
Moyen-Orient et monde arabe / Georges Corm
Réseau RESF
Réseau Solidarité Rroms
Egalité des droits / Antiracisme
Une école pour tou(te)s
Survie / Françafrique
Quelle connerie la guerre !
Collectif "personne à la rue !"
Justice sociale / Droits sociaux
Assises droits sociaux
Forum des droits sociaux
Logement
Non au CPE !
Santé
Services publics
Travail / Emploi / Retraite
Portail pour l’accès aux droits sociaux
Le travail social dans la crise
Terrain d’entente
Groupe de réflexion "travail travail !"
Réseau salariat
Ecole / Education populaire
Justice écologique
Collectif Action Climat - CLAC
Sortir du nucléaire
Démocratie
Démocratie participative
Porto Alegre/St-Etienne
Libertés
Europe
Sortir du capitalisme
TAFTA
Changer la mondialisation ?
Forums sociaux
Changer la gauche ?
Gouvernement Hollande-Ayrault-Valls
Gouvernement Sarkozy
Chronique d’une élue citoyenne
Ville de Saint-Etienne
Conseil municipal
Elections municipales 2008
C’est notre histoire
Culture / idées
Les Héroïnes
Libres paroles
Des livres, des films, des sites...
Cafés citoyens au Remue-Méninges
Atelier de philosophie
Université Populaire - Laboratoire Social / Collectif Malgré Tout
Médias
Qui sommes-nous
Réseaux/Associations
On va parler des OGM et des OGM thérapeutiques !
Solidarité avec les faucheurs. 3 des 15 inculpés de Nonette (63) sont de la Loire. Rendu du jugement le 4 novembre. Conférence-débat à St-Etienne en novembre, atelier au FSL en février 2006...
mardi 11 octobre 2005, par Roger Dubien


Ce vendredi 7 octobre a eu lieu à St-Genest-Lerpt une réunion du Comité de soutien aux "15 de Nonette", passés en jugement à Clermont-Ferrand le 16 septembre. Le jugement a été mis en délibéré et la décision sera rendue publique le 4 novembre.

3 de ces faucheurs sont de la Loire : Laetitia Juban, étudiante, Jacques Ducreux et Monique Burnichon. Le procureur a requis contre eux un mois de prison ferme et une amende. C’est beaucoup. Et c’est moins que ce qui avait été imaginé du côté des fourgueurs d’OGM (les faucheurs risquaient 5 ans de prison et 75 000 euros chacun), parce que le procès de Clermont-Ferrand n’a pas tourné à leur avantage, entre autres en raison des témoignages de poids de plusieurs scientifiques, et aussi de quelques élus. Et du mouvement de solidarité bien sûr, puisque plus de 500 personnes étaient là durant le procès, dont plusieurs dizaines se sont déclarées "comparants volontaires" ou "co-responsables" !

Laetitia, Jacques et Monique étaient présents à la réunion à St-Genest ce vendredi, à laquelle participaient 35 personnes, membres de mouvements et d’associations ou citoyens se sentant concernés.
ça y va bien en ce moment, les procès contre les faucheurs... En septembre-octobre : 7 procès, 104 inculpés, 733 co-responsables ou comparants volontaires. Parmi les inculpés : José Bové.
Mais tout cela est aussi un indice de la prise de conscience et de la mobilisation citoyenne.

Le fauchage de Nonette...

Les faucheurs avaient expliqué mi-septembre au cours d’une première réunion à Roche la Molière ce qui s’était passé. Ils sont poursuivis pour arrachage de deux parcelles de maïs OGM à Issoire, dans le Puy de Dôme, le 27 août. Ils ont été arrêtés un peu au hasard parmi les 400 personnes qui ont participé à ce fauchage. Certains des faucheurs se sont fait durement frapper et 4 ont dû être transportés à l’hôpital (côtes cassées...).
Quelques paysans propriétaires des champs concernés et aussi des vigiles (certains sont d’ailleurs poursuivis pour coups, destructions de voitures...) ont pris part, en même temps que d’importantes forces policières (gardes mobiles, hélicoptère...), à l’intervention contre les faucheurs.

Au procès de Clermont-Ferrand, le 16 septembre 2005 - 57.9 ko
Au procès de Clermont-Ferrand, le 16 septembre 2005

Interpellés le 27 août, les 15 ont subi 48 heures de garde à vue, suivies d’une comparution immédiate le lundi 29 août 2005 au Tribunal de Clermont-Ferrand. Mais les avocats avaient obtenu un report du procès au 16 septembre pour pouvoir préparer leur défense, et leur remise en liberté (les juges du Tribunal n’avaient pas suivi le Procureur qui demandait leur maintien en détention provisoire jusqu’au procès, "afin de mettre fin à un trouble exceptionnel et persistant de l’ordre public", pas moins). Il faut dire qu’après les arrestations, des centaines de manifestants s’étaient relayés pendant 48 heures devant le commissariat puis le Palais de Justice, jusqu’à leur libération.

La question des ogm et celle des ogm thérapeuthiques

La quasi totalité des OGM d’Auvergne (plus de 20ha) sont des OGM thérapeutiques. Et évidemment cet argument est utilisé pour dénigrer ceux qui s’opposent aux OGM.
En 2004, plusieurs fauchages importants avaient donné lieu à une dure répression policière. Pour ce qui est de l’action à Issoire, s’y est ajoutée une grosse action de propagande tendant à présenter les faucheurs comme des assassins d’enfants souffrant par exemple de mucoviscidose, puisqu’il s’agit d’OGM à but thérapeutique.
Il devient clair que certains ont calculé de faire des OGM thérapeutiques le cheval de Troie pour la diffusion des OGM en France.

Quelques précisions à ce sujet...
Pour ce qui est du maïs transgénique à but thérapeutique d’Issoire, une parcelle vise à produire de la lipase gastrique (élément du maïs permettant une meilleure digestibilité des aliments pour les malades souffrant de mucoviscidose). Une autre parcelle concerne la recherche d’anticorps pour des applications médicales en cancérologie.
C’est la société Meristem Therapeutic qui exploite ces essais de maïs OGM, avec Limagrain. Evidemment, cette affaire divise aussi le monde paysan, car certains paysans sont impliqués et ont pu être mobilisés, parce qu’il y a de d’argent derrière tout ça.
Mais tout le problème est que ces essais se font en plein champ. Ce à quoi s’opposent un grand nombre de personnes qualifiées, et notamment des scientifiques.

On peut trouver une grande quantité d’informations sur le site Monde Solidaire... Voir notamment la rubrique "Boîte à outils". Voir aussi l’appel de 750 scientifiques opposés à ces essais en plein champ.

Si l’objectif était d’abord la recherche médicale, les essais se feraient en zone confinée, car on peut bien sûr produire en zone confinée ces mêmes molécules pharmaceutiques. Là, il s’agit d’essais en plein champ, et sur des surfaces considérables (20 hectares = 200 000 m2 à tous vents dans 3 parcelles concernées du Puy de Dôme.
Cultiver ce maïs transgénique en plein champ est quelque chose d’irréversible pour l’environnement, car cela provoque la diffusion des OGM. Cela fait également partie de la stratégie de main-mise de grands groupes agro-alimentaires sur les semences et d’un véritable racket sur les paysans (CF ce que fait Monsanto : il suffit que soit prouvé la présence d’OGM dans des semences même issues de cultures non OGM mais contaminées pour que les paysans soient condamnés à payer...)
A noter que le gouvernement a donné son accord pour l’implantation de ces parcelles d’OGM médicamenteux (la société Meristem Therapeutic qui travaille sur les OGM à visées biomédicales a obtenu le 27 avril 2005 deux autorisations du ministère de l’Agriculture de faire des essais de champs sur plus de 21 hectares dans le Puy-de-Dôme, soit la part la plus importante d’OGM cultivés en France), alors même que le Conseil Régional d’Auvergne et le Conseil Général du Puy de Dôme ont pris position contre. Et qu’en France, il est estimé que 80% de la population refuse la dissémination des OGM en plein champ.
C’est face à ces dangers, et en l’absence de tout recours démocratique, que les faucheurs volontaires optent pour la désobéissance civique et se portent volontaires pour neutraliser les cultures des plantes transgéniques en plein champ. En s’engageant aussi à respecter les principes de l’action non-violente.

Le procès du 16 septembre au Palais de Justice de Clermont-Ferrand.

Les 14 et 15 septembre a également eu lieu le procès de Riom (63 aussi), contre les faucheurs poursuivis pour une action il y a deux ans. Le délibéré est attendu fin novembre.
Le procès de Clermont-Ferrand a connu des moments très forts. Nous publierons prochainement des comptes-rendus précis. Plusieurs scientifiques ont témoigné, en particulier Lilian Cebalos, pharmacologue, qui a aussi fait une Conférence, Christian Vélot, Maître de Conférences en Génétique Moléculaire à l’Université d’Orsay, ainsi que Gilles-Eric Seralini Professeur d’université et chercheur en biologie moléculaire.
Des élus étaient également présents, dont le Maire de Nonette, venu expliquer comment apès une discussion avec des scientifiques et avec la population de la commune, le conseil municipal avait refusé la culture d’OGM. Et comment les autorités lui ont dit qu’il n’avait rien à dire. Et comment depuis, la situation s’est dégradée dans la commune. Il a souhaité en conclusion que les faucheurs finissent leur boulot ou que Meristem arrache ses maïs et parte.
Tout ceci pose une sacrée question de démocratie. En France, on en est à 1 500 arrêtés de maires, et des prises de position de 17 régions sur 22, pour interdire les cultuires d’OGM. Mais les préfets et le conseils d’Etat cassent les arrêtés là où des cultures sont mises en place. Il est question de 600 hectares d’OGM thérapeutiques en Auvergne en 2006...

Et puis il y avait beaucoup de monde à Clermont-Ferrand, et près de 300 personnes se sont déclarées "comparant volontaire" (il s’agit de personnes qui ont participé au fauchage, et qui n’ont pas été arrêtés... A noter qu’en 2004, deux tribunaux : ceux de Toulouse et de Lyon, ont reconnu le caractère collectif de la lutte anti-OGM en reconnaissant les "comparants volontaires". Décision qui a ensuite été cassée suite aux appels des Procureurs) ou "co-responsable" (C’est une nouvelle forme d’action proposée à celles et ceux qui n’étaient pas au fauchage mais se déclarent complètement solidaires de la lutte contre les OGM.)

Les prochains rendez-vous de l’action et de la solidarité

Il a d’abord été décidé à la réunion de St-Genest Lerpt d’organiser à St-Etienne vers la fin novembre (si possible à l’université) une conférence publique sur les OGM et les OGM thérapeutiques, avec un ou deux scientifiques.
Parce qu’il est évident qu’il existe une inquiétude mais en même temps une méconnaissance de ce qui est en cause avec les OGM. Et une bataille de propagande est engagée par les promoteurs d’OGM. Par exemple, un document "explique-moi les OGM" est à la disposition des écoles. La Confédération paysanne vient d’y répondre en publiant un petit document (3 euros) "Raconte-moi autrement les OGM".
Il faut savoir aussi que le gouvernement français vient de demander à l’Europe de restreindre le droit de publication des études menées sur la toxicité des OGM. Car "la communication des études de toxicité peut "entacher la confiance de l’opinion publique". Grave.
En 2006, il est probable qu’une loi concernant les OGM sera édictée en France, car la France va devoir, avec retard, transcrire une directive européenne concernant les OGM. Il est à craindre que cette loi prétende "organiser la co-existence", c’est à dire dans les faitrs, condamne l’agriculture biologique.

D’autre part, les faucheurs d’OGM organiseront un atelier-débat au Forum Social Local de St-Etienne en février 2006.

Enfin, une prochaine réunion du Comité de soutien aura lieu vendredi 16 décembre, à St-Genest Lerpt.

Des contacts ...

L’adresse du Comité de soutien des 15 de Nonette : les15denonette@no-log.org
Téléphone : 04 78 22 48 49

L’adresse e-mail des faucheurs du Rhône et de la Loire : faucheurs69.42@no-log.org

Le site Monde Solidaire

Contact concernant les OGM pour les Réseaux citoyens de St-Etienne :
Marc Bardin : mbardin@wanadoo.fr



Télécharger le récapitulatif des procès en cours

Une précision transmise par les faucheurs de la Loire
9 octobre 2005

Ce sont entre 600 et 800 personnes qui étaient à Clermont le 16 septembre.
300 se sont portées "co-responsables" du fauchage d’OGM, dont 78 qui y avaient participé mais n’avaient pas été arrêtés, les 15 inculpés ayant été attrapés au hasard.

Répondre à ce message

Dans la même rubrique :
Les Faucheurs volontaires ont déposé à la gendarmerie de Vienne la liste des participants à la neutralisation d’une parcelle de colza muté OGM en Lorraine
Stop OGM !
Tribunal international MONSANTO du 14 au 16 octobre à La Haye (Pays Bas)
OGM : Il a montré leur toxicité, il doit être exécuté
Non aux ogm : mobilisation solidaire avec Monique Burnichon ce samedi 14 avril à Firminy
Semons la biodiversité
Semences de colza muté : Les Faucheurs Volontaires en action en Lorraine contre les OGM cachés
L’appel d’Orléans : un moratoire pour un printemps sans OGM
OGM à pesticides : ces 99% qui ne passent pas...
Clause de sauvegarde, loi sur les OGM...




Proposer un article | Nous contacter | Plan du site | Admin | Accueil