Réseaux citoyens de St-Etienne
Accueil Qui sommes-nous Nous contacter Nous aider Plan du site Admin
   
Vous êtes ici : Libertés > Non à l’état d’exception
A la une
Agenda
Albums photos
Images à la une
Envoyez la musique !
La France insoumise / Jean-Luc Mélenchon
Nous sommes Grecs
Agroécologie
Agriculture paysanne
AMAP et réseau des AMAP
AMAP-Saint-Etienne
L’avenir du mouvement des AMAP
Les Amap dans la Loire
FAQ - De la ferme au quartier
Collectif Zérogm42
Collectif "nourrir l’humanité"
Maison de la semence
G.R.A.I.N. / Via Campesina
Collectif Liberté Justice Palestine
Chroniques pour la Palestine
Moyen-Orient et monde arabe / Georges Corm
Réseau RESF
Réseau Solidarité Rroms
Egalité des droits / Antiracisme
Une école pour tou(te)s
Survie / Françafrique
Quelle connerie la guerre !
Collectif "personne à la rue !"
Justice sociale / Droits sociaux
Assises droits sociaux
Forum des droits sociaux
Logement
Non au CPE !
Santé
Services publics
Travail / Emploi / Retraite
Portail pour l’accès aux droits sociaux
Le travail social dans la crise
Terrain d’entente
Groupe de réflexion "travail travail !"
Réseau salariat
Ecole / Education populaire
Justice écologique
Collectif Action Climat - CLAC
Sortir du nucléaire
Démocratie
Démocratie participative
Porto Alegre/St-Etienne
Libertés
Europe
Sortir du capitalisme
TAFTA
Changer la mondialisation ?
Forums sociaux
Changer la gauche ?
Gouvernement Hollande-Ayrault-Valls
Gouvernement Sarkozy
Chronique d’une élue citoyenne
Ville de Saint-Etienne
Conseil municipal
Elections municipales 2008
C’est notre histoire
Culture / idées
Les Héroïnes
Libres paroles
Des livres, des films, des sites...
Cafés citoyens au Remue-Méninges
Atelier de philosophie
Université Populaire - Laboratoire Social / Collectif Malgré Tout
Médias
Qui sommes-nous
Réseaux/Associations
Non à l’état d’exception
A St-Etienne, rassemblement ce mercredi 9 novembre à 17h30 devant la Préfecture
mardi 8 novembre 2005


Communiqué commun

Confronté à une révolte née de l’accumulation des inégalités et des discriminations dans les banlieues et les quartiers pauvres, le gouvernement vient de franchir une nouvelle étape, d’une extrême gravité, dans l’escalade sécuritaire. Même en mai 1968, alors que la situation était bien plus dramatique, aucune loi d’exception n’avait été utilisée par les pouvoirs publics. La proclamation de l’état d’urgence répond à une révolte dont les causes sont profondes et bien connues sur le seul terrain de la répression.

Au-delà du message symbolique désastreux que nourrira la référence à la guerre d’Algérie, il ne s’agit pas seulement de « couvre-feu », ce qui est déjà de l’ordre d’une logique de guerre. En fait le gouvernement a sciemment menti. La loi du 3 avril 1955 autorise des interdictions de séjour pour « toute personne cherchant à entraver, de quelque manière que ce soit, l’action des pouvoirs publics », des assignations à résidence pour « toute personne [...] dont l’activité s’avère dangereuse pour la sécurité et l’ordre publics », la fermeture des « lieux de réunion de toute nature » et l’interdiction des « réunions de nature à provoquer ou à entretenir le désordre ». Le gouvernement a même prévu des perquisitions de nuit. Il peut, en outre, faire « prendre toutes mesures pour assurer le contrôle de la presse et des publications de toute nature », et donner compétence aux juridictions militaires en concurrence avec les juges ordinaires.

Stopper les violences et rétablir les solidarités dans les banlieues est une nécessité. Cela implique-t-il de les soumettre à une législation d’exception héritée de la période coloniale ? On sait où mène le cycle bien connu qui enchaîne provocations et répression, et quels résultats il permet d’obtenir. Les banlieues n’ont pas besoin d’état d’exception : elles ont besoin, désespérément, de justice, de respect et d’égalité.

Paris, le 8 novembre 2005

Signataires :
Alternative citoyenne, L’Assemblée citoyenne des originaires de Turquie (L’ACORT), ATMF, CEDETIM, Comité des sans-logis, CRLDHT, FASTI, Fédération syndicale unitaire, Fédération des Tunisiens pour une citoyenneté des deux rives (FTCR), Ligue communiste révolutionnaire, Ligue des droits de l’Homme, MARS - Mouvement pour une alternative républicaine et sociale, MRAP, Parti communiste français, Rassemblement des associations citoyennes de Turquie (RACORT), Réseaux citoyens de Saint-Etienne, Ré-So (Réformistes et Solidaires), Syndicat des avocats de France, Syndicat de la magistrature, Union syndicale Solidaires, Les Verts.

Contact pour signer ce texte : virginie.peron@ldh-france.org


Réunis à S-Etienne le mardi 8 novembre 2005, nous signons ce texte et appelons à un rassemblement public devant la Préfecture mercredi 9 novembre à 17h30.
Nous demandons qu’une délégation soit reçue par le Préfet.

Levée de l’état d’urgence !

Non à la politique sécuritaire et à la répression !

Pour le respect et l’égalité des droits !

Association Alpha, Attac Loire-Sud, CDAFAL - Comité départemental des associations familiales laïques, DAL Loire-sud, SUD-Education Loire, FSU, LCR Loire-sud, MRAP, Novac 42, Réseaux citoyens de St-Etienne, SUD, SUD étudiants, Témoins...




Dans la même rubrique :
La CNIL occupée depuis ce matin et déclarée « officiellement » dissoute.
500 personnes aux côtés de Dominique Henry qui a refusé le prélèvement ADN lors du procès des 1000 vaches.
Solidarité avec Ramon Moya
Bienvenue en Sarkoland !
Sortir de l’état d’urgence
"Nous devons exiger le respect des droits fondamentaux, base de la Justice."
Pièces et Main d’oeuvre : une réflexion sur les nanotechnologies
LOPPSI 2 : ils soldent nos libertés !
Des procès pour imposer une loi contre le travail
Etat d’urgence, déchéance de nationalité : pour nous c’est Non !




Proposer un article | Nous contacter | Plan du site | Admin | Accueil