Réseaux citoyens de St-Etienne
Accueil Qui sommes-nous Nous contacter Nous aider Plan du site Admin
   
Vous êtes ici : Egalité des droits / Antiracisme > La république et ses enfants
A la une
Agenda
Albums photos
Images à la une
Envoyez la musique !
La France insoumise / Jean-Luc Mélenchon
Nous sommes Grecs
Agroécologie
Agriculture paysanne
AMAP et réseau des AMAP
AMAP-Saint-Etienne
L’avenir du mouvement des AMAP
Les Amap dans la Loire
FAQ - De la ferme au quartier
Collectif Zérogm42
Collectif "nourrir l’humanité"
Maison de la semence
G.R.A.I.N. / Via Campesina
Collectif Liberté Justice Palestine
Chroniques pour la Palestine
Moyen-Orient et monde arabe / Georges Corm
Réseau RESF
Réseau Solidarité Rroms
Egalité des droits / Antiracisme
Une école pour tou(te)s
Survie / Françafrique
Quelle connerie la guerre !
Collectif "personne à la rue !"
Justice sociale / Droits sociaux
Assises droits sociaux
Forum des droits sociaux
Logement
Non au CPE !
Santé
Services publics
Travail / Emploi / Retraite
Portail pour l’accès aux droits sociaux
Le travail social dans la crise
Terrain d’entente
Groupe de réflexion "travail travail !"
Réseau salariat
Ecole / Education populaire
Justice écologique
Collectif Action Climat - CLAC
Sortir du nucléaire
Démocratie
Démocratie participative
Porto Alegre/St-Etienne
Libertés
Europe
Sortir du capitalisme
TAFTA
Changer la mondialisation ?
Forums sociaux
Changer la gauche ?
Gouvernement Hollande-Ayrault-Valls
Gouvernement Sarkozy
Chronique d’une élue citoyenne
Ville de Saint-Etienne
Conseil municipal
Elections municipales 2008
C’est notre histoire
Culture / idées
Les Héroïnes
Libres paroles
Des livres, des films, des sites...
Cafés citoyens au Remue-Méninges
Atelier de philosophie
Université Populaire - Laboratoire Social / Collectif Malgré Tout
Médias
Qui sommes-nous
Réseaux/Associations
La république et ses enfants
lundi 21 novembre 2005, par Raymond Vasselon


Dans son intervention télévisée le Président de la république nous a rappelé que toutes et tous, "enfants des banlieues" compris, nous sommes les enfants de la république.

Du sommet de l’édifice où se concentrent les commandes des fonctions régaliennes de l’état et d’où l’on a une vision "globale" du vaste territoire sur lequel se traînent les malheureux citoyens, il a contemplé la vie de ces enfants. Certains sont sages, travailleurs, humbles : la mère république est là, solide, pour les protéger (ils payent bien sûr). Mais attention, avec les autres, ceux qui déraillent, la mère est dure : qui aime bien châtie bien ?

Les enfants ont-ils tous trouvé dans leur berceau le paquetage du bon élève, ont-ils pu écouter les belles histoires qui mènent doucement au sommeil (et qui paraît-il donnent le goût de la lecture et de l’écriture) ? Ont-ils la carte qui indique les issues dans les labyrinthes de l’accès aux emplois ? Pour ces questions, la république répond que l’état ne peut pas tout, qu’il faut restaurer l’autorité, que les parents démissionnent. Et puis, certains enfants sont maudits : ils sont des barbares, des "sauvageons", des filles voilées et puis il y a la racaille. La république, quoiqu’en dise Chirac n’est pas, n’a pas été une bonne mère pour tous ses enfants.

Elle n’a finalement jamais été une mère pour qui que ce soit mais plutôt une longue et douloureuse construction humaine pour vivre en collectivité, pour vivre ensemble sur une terre commune. Vu ainsi, la république est plutôt notre enfant, notre création.

Mais elle est aujourd’hui confisquée par des forces qui détruisent méthodiquement les relais publics et institutionnels de l’égalité et qui minent les fondements de la fraternité. Sa devise devient alors un slogan creux. Ces mêmes forces, méfiantes envers les habitants, les citoyens, veulent persuader l’opinion qu’elles sont l’autorité suprême parce qu’elles représentent l’intérêt général contre les intérêts particuliers. Nous voici dans une effroyable impasse, dans le cercle vicieux où la force et la répression fixent le cadre des rapports humains.

La république a d’abord besoin de se transformer, de redevenir une construction collective. Ses institutions doivent restituer la parole à ses citoyens, en priorité à ceux qui sont systématiquement exclus des débats qui concernent leurs vies, leurs quartiers, leurs territoires. Pour cela, elles doivent être construites avec eux, pour eux. Quartier par quartier, ville par ville il faut permettre aux habitants de participer à la reconstruction de l’intérêt général, du tissu social, des outils publics de la solidarité.

Pour sortir de l’impasse, il faut non seulement plus de moyens, mais aussi d’autres orientations construites avec et pour ceux qui ont été exclus du partage.

Raymond Vasselon




Dans la même rubrique :
Pourquoi je signe l’Appel des indigènes de la République
Yamin Makri : "Respecter la mémoire de chacun, connaître l’autre, construire un avenir commun"
Ilan Halimi : contre tous les racismes, contre toute récupération de la douleur et de l’émotion
Ouf ! Expulsé !
Le Festival Origines Contrôlées
Rassemblement de protestation et de solidarité avec la communauté musulmane
Les enjeux de la reconnaissance des minorités. Les figures du respect
1er mars 2010 : la journée sans immigrés
Loi contre le voile : quelques prises de position discordantes
Halte à la surenchère sur le dos de la banlieue.




Proposer un article | Nous contacter | Plan du site | Admin | Accueil