Réseaux citoyens de St-Etienne
Accueil Qui sommes-nous Nous contacter Nous aider Plan du site Admin
   
Vous êtes ici : Libertés > Antony, 17 ans, apprenti, sera jugé ce jeudi 8 décembre
A la une
Agenda
Albums photos
Images à la une
Envoyez la musique !
La France insoumise / Jean-Luc Mélenchon
Nous sommes Grecs
Agroécologie
Agriculture paysanne
AMAP et réseau des AMAP
AMAP-Saint-Etienne
L’avenir du mouvement des AMAP
Les Amap dans la Loire
FAQ - De la ferme au quartier
Collectif Zérogm42
Collectif "nourrir l’humanité"
Maison de la semence
G.R.A.I.N. / Via Campesina
Collectif Liberté Justice Palestine
Chroniques pour la Palestine
Moyen-Orient et monde arabe / Georges Corm
Réseau RESF
Réseau Solidarité Rroms
Egalité des droits / Antiracisme
Une école pour tou(te)s
Survie / Françafrique
Quelle connerie la guerre !
Collectif "personne à la rue !"
Justice sociale / Droits sociaux
Assises droits sociaux
Forum des droits sociaux
Logement
Non au CPE !
Santé
Services publics
Travail / Emploi / Retraite
Portail pour l’accès aux droits sociaux
Le travail social dans la crise
Terrain d’entente
Groupe de réflexion "travail travail !"
Réseau salariat
Ecole / Education populaire
Justice écologique
Collectif Action Climat - CLAC
Sortir du nucléaire
Démocratie
Démocratie participative
Porto Alegre/St-Etienne
Libertés
Europe
Sortir du capitalisme
TAFTA
Changer la mondialisation ?
Forums sociaux
Changer la gauche ?
Gouvernement Hollande-Ayrault-Valls
Gouvernement Sarkozy
Chronique d’une élue citoyenne
Ville de Saint-Etienne
Conseil municipal
Elections municipales 2008
C’est notre histoire
Culture / idées
Les Héroïnes
Libres paroles
Des livres, des films, des sites...
Cafés citoyens au Remue-Méninges
Atelier de philosophie
Université Populaire - Laboratoire Social / Collectif Malgré Tout
Médias
Qui sommes-nous
Réseaux/Associations
PROCÉDURES POLICIÈRES ET JUDICIAIRES EXPÉDITIVES ?
Antony, 17 ans, apprenti, sera jugé ce jeudi 8 décembre
Rendez-vous à 13h30 devant le Palais de Justice de St-Etienne.
mardi 6 décembre 2005, par Georges Günther


Est-ce qu’Antony, jeune apprenti de 17 ans habitant du quartier de Tarentaize-Beaubrun à St-Etienne, va être une nouvelle victime de l’emballement sécuritaire et de restriction des libertés utilisés pour mater l’explosion de révolte que vient d’exprimer toute une partie de la jeunesse des quartiers populaires ?

Il a été arrêté par la police le soir du dimanche 6 novembre, frappé et accusé de « Détention non autorisé de substances ou d’engins explosifs ». Les policiers prétendent qu’il a fabriqué un cocktail molotov. Antony crie son innocence et il semble bien que les policiers n’ont pas de preuves. Il passe au tribunal jeudi 8 décembre, il risque une lourde peine et une forte amende. Sa vie peut basculer.

Antony n’a pourtant rien fait, il n’a brûlé aucune voiture. Il travaille en apprentissage dans un garage et va passer son CAP cette année. Il a eu le tort d’avoir voulu discuter avec ses copains, ce dimanche soir après leur match de foot.

Est-ce que nous allons laisser faire, ou bien est-ce que la solidarité autour d’Antony et de sa famille va permettre d’éviter une grave injustice ?

Lors de plusieurs réunions d’habitants du quartier, il a été décidé de se retrouver le jeudi 8 décembre à 13H30 devant le tribunal de St Etienne, pour accompagner Antony et sa famille.

Que s’est-il passé ce dimanche soir 6 novembre ?

Ce jour là Antony avait travaillé tout le matin à repeindre le magasin que ses parents vont ouvrir dans le quartier. A midi il était rentré manger chez lui, et s’était reposé l’après midi.

Vers les 16H il est allé rejoindre ses copains pour disputer un match de foot sur le mini-terrain de Tarentaize. Après le match, il était environ 20H30, Antony et trois autres de ses amis sont rentrés chez eux en passant comme d’habitude par la rue Jo Gouttebarge.

Alors qu’ils descendaient en discutant, une voiture de police remonte la rue à vive allure. Les policiers descendent, les mettent contre le mur et les fouillent au corps. Ils trouvent deux briquets dont un ne fonctionne pas et un étui vide dans une des poches d’Antony. Il semble qu’un policier soit alors parti en direction de l’école Tarentaize et soit revenu avec un cocktail molotov. Il accuse Antony de l’avoir fabriqué. Ils décident d’emmener tout le monde et essayent de menotter Antony. Il refuse, il n’a rien fait il ne voit pas pourquoi on lui met les menottes. Tout s’accélère, les policiers le mettent à terre, le frappent à coup de pieds et de matraques, lui mettent un flash ball dans le dos sur la colonne vertébrale en appuyant très très fort. « S’ils tirent ils me brisent la colonne » pense Antony, qui est menotté, embarqué avec ses 3 autres copains au commissariat de Fauriel. Des voisins ont été témoins de la scène.

Au commissariat les policiers les font se déshabiller. Ils restent en caleçon et en tee shirt. Les insultent pleuvent : « Vous êtes cuits, bande de vauriens... ». Toujours en caleçon et en chemise, ils ont été enfermés à trois dans des cellules avec une seule couverture, les policiers laissant les fenêtres du couloir grandes ouvertes. Antony a vu un médecin. Il lui a expliqué qu’il a été frappé, qu’il a mal au dos à cause du flash ball, il lui a fait voir les bleus qu’il a sur les cuisses. Le médecin lui a dit qu’il va mettre ça sur le procès verbal. Il a vu également un avocat. (...)

Vers 21H15, la mère d’Antony, ne voyant pas rentrer son fils à l’heure habituelle, l’appelle sur son téléphone portable. Elle tombe sur sa messagerie. Ce n’est que vers 4 heures du matin qu’en appelant le commissariat Fauriel, les parents d’Antony apprendront qu’il est en garde à vue. Antony est mineur mais les policiers n’ont pas prévenu sa famille. Antony leur avait pourtant donné le numéro de téléphone en leur demandant de prévenir.

Au téléphone la mère d’Antony demande des explications, refus des policiers.

Le lundi matin deux policiers sont venus perquisitionner au domicile de la famille. Ils n’ont présenté aucun mandat. Ils cherchaient des produits inflammables et des bouteilles de la marque de bière qu’ils avaient trouvé. « Ils ont fouillé partout, même dans le frigo, dans le local à poubelles devant la porte d’entrée de l’immeuble. Ils n’ont rien trouvé. » explique la mère d’Antony. Ils ont aussi perquisitionné dans le magasin en cours de travaux, et au garage où travaille Antony. Là non plus rien.

Dès qu’ils ont pu, lundi vers 14H30, les parents d’Antony sont montés au commissariat pour demander à voir leur fils... Refus des policiers. Le soir quand Antony a appris que ses parents avaient été empêchés de le voir, il a de rage donné un coup de poing dans une vitre et s’est cassé un doigt. Les policiers ont attendu un très long moment avant d’appeler un médecin et d’emmener Antony au pavillon d’urgence, toujours sans prévenir ses parents. Il a été plâtré et devra à nouveau être examiné pour une intervention chirurgicale éventuelle. Un médecin du pavillon d’urgence lui a aussi délivré un certificat médical qui mentionne « un hématome d’environ 6 centimètres de diamètre sur la face extérieure de la cuisse droite et un hématome d’environ 7 centimètres de diamètre sur la face extérieure de la cuisse gauche. »

Ce n’est que le mardi matin, que le commissariat a appelé les parents d’Antony pour les prévenir qu’il allait être présenté devant un juge à 8H30. Il est finalement passé à 14H. La mère d’Antony n’a toujours pas pu parler à son fils. Un policier lui a dit « Tant qu’il est chez nous vous ne pouvez pas le voir. Ne vous inquiétez pas on ne l’a pas tapé. »

Le procureur a demandé un mandat de dépôt, c’est-à-dire de mettre Antony en prison, dans l’attente du jugement. Le juge a refusé : Antony est mineur, il a un travail, il bénéficie d’un encadrement familial, il poursuit une formation en apprentissage dans le cadre de laquelle il donne toute satisfaction. Il est mis sous contrôle judiciaire, accusé de « Détention non autorisé de substance ou d’engins explosifs, infraction prévue et réprimée par les articles L.2353-41°C.DEFENSE L.2353-4 al.1C.DEFENSE ». Il ne doit s’absenter de son domicile ou de sa résidence que dans les conditions et pour les motifs suivants : pour se rendre sur son lieu de formation (le CFA), ou sur son lieu de travail.

Madame Borges et son mari on pris une avocate.

Voilà comment les choses se passent.

Comment ne pas être révolté par ces méthodes qui humilient et criminalisent les jeunes, qui ne peuvent qu’aboutir à briser des personnes et des familles modestes. La police doit respecter les personnes, respecter la loi.

Antony va donc maintenant être jugé jeudi 8 décembre. Il passe devant le juge des enfants. Il risque très gros. La machine pour lui fabriquer un casier judiciaire est en route. Son patron lui a clairement dit que le maintien dans son emploi dépendrait du jugement.

Ne rien faire devant une telle injustice c’est laisser s’approfondir les fractures dans la société, entre la société et la jeunesse, laisser s’aggraver une politique ultra sécuritaire comme réponse aux injustices quotidiennes et à la misère.

Antony et sa famille doivent pouvoir sentir notre solidarité, notre soutien.

Retrouvons nous pour les entourer et le accompagner, jeudi 8 décembre à 13H30 devant le tribunal de St Etienne.




> Antony, 17 ans, apprenti, sera jugé ce jeudi 8 décembre
15 janvier 2006, par kaukau
Anthony, 17 ans, sera juge ce jeudi 8 décembre

linjustice qu’a subi Anthony, tous les jeunes du quartiers de beaubrun tarentaize sévrine, le vivent au quotidient.on le voit souvent lors des contrôles d’identité, quand ont leurs fait subir une fouille corporelle injustifiée, car les fouille sont seulement autorisées si le policiers se sent menacé, se qui n’est jamais le cas lors de ces contôles. ou alors lorsque des mineurs joue au parc le soir en été, qu’il fait chaud à la maison, sous la surveillance de deux ou trois adultes, et que des voisins racistes pour certains et cons pour les autres appellent la police, qui se déplace soit en compagnie de la bac, ou alors de la canine c’est révoltant mais on ne peut rien faire. Mais on comprend que les jeunes en ont marre, et se révolte comme il peuvent, et souvent il s’y prennnent mal. alors c’est por cela que l’on à besoin de personnnes comme ceux du réseaux citoyens pour les aiders en s’en sortir tant bien que mal, et leur montrer les bonnes directions en compagnie de leur parents qui ont souvent du mal à dire se qu’il pensent car ils ont peurs de mal s’y prendrent avec leurs enfants en pleine crise d’adolescence, le plus souvent car pour la plupart d’entre eux ils sont mineurs. Pour nos enfants nous parents ne lachons pas prise et aidons nos enfants dans leur combat. Une maman qui vit seule avec ses enfants et qui se bat pour qu’il réussisse, et qu’il ne soient pas victimes un jour d’injustices

Répondre à ce message

> Antony, 17 ans, apprenti, sera jugé ce jeudi 8 décembre
9 décembre 2005

Antony a été acquitté hier soir 8 décembre par le tribunal de st-étienne.
Plusieurs dizaines de jeunes et d’habitants du quartier se sont mobilisés ces derniers jours pour le défendre, et une 15zaine de personnes l’ont accompagné hier, lui et sa famille, au Palais de justice.

Répondre à ce message

> Antony, 17 ans, apprenti, sera jugé ce jeudi 8 décembre
9 décembre 2005

Le tribunal de St Etienne a acquitté Antony. Le tribunal a estimé qu’il n’y avait pas de preuves suffisantes.

Le procureur qui avait voulu le mettre en prison dans l’attente du jugement avait réclamé 5 mois de prison avec sursis.

Antony est donc acquitté et va pouvoir reprendre sa formation en CAP et son travail au garage.

Une quinzaine de personnes, des voisins, des copains d’Antony, étaient venus au tribunal pour accompagner Antony et sa famille, apporter leur soutien. Des dizaines s’étaient mobilisés les jours précédents dans le quartier. Plusieurs voisins avaient fait des témoignages pour la justice. L’avocate choisie par la famille, Maître Sérafian, a très bien défendu Antony. Il faut savoir que l’avocate commise d’office avait conseillé à Antony de s’accuser pour limiter la condamnation.

Antony doit passer un examen à l’hôpital pour sa main en vue d’une intervention chirurgicale éventuelle.

Salah, un autre jeune de Tarentaize, copain d’Antony, doit passer en jugement sous peu. Nous vous tiendrons au courant.

Georges Günther

Répondre à ce message

> Antony, 17 ans, apprenti, sera jugé ce jeudi 8 décembre
10 décembre 2005, par harlok
Antony, 17 ans, apprenti, sera jugé ce jeudi 8 décembre

bonjour, ...j’ai suivi cette histoire avec beaucoup d’intèrets, car le pouvoir abusif grandissant en france de plus en plus m’effraye... heureux de savoir que cette histoire se termine plutot bien, j’aurrai voulu savoir de quoi l’avocate d’Anthony l’a fait "s’accuser"... ? de quoi devait il s’accuser pour obtenir gain de causes.. de plus, ou sont passées les excuses et les domages et intèrets, pour les sévices injustes qu’a subit Anthony, depuis sont arrestations jusqu’à sa relax.... ? ? ? ? en vous remerciant par avance, j’espère pouvoir vous lire de nouveau prochainement..

Répondre à ce message

Dans la même rubrique :
Non à l’état d’exception
La dérive sécuritaire du maire de St-Etienne Thiollière mise en cause au conseil municipal.
LOPPSI 2 : ils soldent nos libertés !
Aucune peine pour Miguel Nguandi
Être ou ne pas être Charlie - là n’est pas la question
Jean-Michel Gourgaud (CGT) : la criminalisation de l’action syndicale laisse le champ libre à la violence patronale et à la mondialisation capitaliste. Ce sont nos libertés qui sont en jeu...
Ichem, lycéen, 17 ans et demi, frappé par un policier à St-Etienne samedi 26 février.
Le Président du TGI et le Procureur de la République outragés à St-Etienne
NON ! Tout Montaud n’est pas hostile au centre de semi liberté
Ne marchons pas dans la dérive sécuritaire




Proposer un article | Nous contacter | Plan du site | Admin | Accueil