Réseaux citoyens de St-Etienne
Accueil Qui sommes-nous Nous contacter Nous aider Plan du site Admin
   
Vous êtes ici : Justice sociale / Droits sociaux > Non au CPE ! > Barrer la route à la précarité totale et à l’obligation d’obéissance absolue
A la une
Agenda
Albums photos
Images à la une
Envoyez la musique !
La France insoumise / Jean-Luc Mélenchon
Nous sommes Grecs
Agroécologie
Agriculture paysanne
AMAP et réseau des AMAP
AMAP-Saint-Etienne
L’avenir du mouvement des AMAP
Les Amap dans la Loire
FAQ - De la ferme au quartier
Collectif Zérogm42
Collectif "nourrir l’humanité"
Maison de la semence
G.R.A.I.N. / Via Campesina
Collectif Liberté Justice Palestine
Chroniques pour la Palestine
Moyen-Orient et monde arabe / Georges Corm
Réseau RESF
Réseau Solidarité Rroms
Egalité des droits / Antiracisme
Une école pour tou(te)s
Survie / Françafrique
Quelle connerie la guerre !
Collectif "personne à la rue !"
Justice sociale / Droits sociaux
Assises droits sociaux
Forum des droits sociaux
Logement
Non au CPE !
Santé
Services publics
Travail / Emploi / Retraite
Portail pour l’accès aux droits sociaux
Le travail social dans la crise
Terrain d’entente
Groupe de réflexion "travail travail !"
Réseau salariat
Ecole / Education populaire
Justice écologique
Collectif Action Climat - CLAC
Sortir du nucléaire
Démocratie
Démocratie participative
Porto Alegre/St-Etienne
Libertés
Europe
Sortir du capitalisme
TAFTA
Changer la mondialisation ?
Forums sociaux
Changer la gauche ?
Gouvernement Hollande-Ayrault-Valls
Gouvernement Sarkozy
Chronique d’une élue citoyenne
Ville de Saint-Etienne
Conseil municipal
Elections municipales 2008
C’est notre histoire
Culture / idées
Les Héroïnes
Libres paroles
Des livres, des films, des sites...
Cafés citoyens au Remue-Méninges
Atelier de philosophie
Université Populaire - Laboratoire Social / Collectif Malgré Tout
Médias
Qui sommes-nous
Réseaux/Associations
7 MARS - JOURNÉE DE MANIFESTATIONS POUR EXIGER LE RETRAIT DU CPE
Barrer la route à la précarité totale et à l’obligation d’obéissance absolue
Plus de 5000 à St-Etienne...
lundi 6 mars 2006, par Roger Dubien


La foule place de l’Hôtel de Ville... Lu sur une pancarte :
La foule place de l’Hôtel de Ville... Lu sur une pancarte : "La jeunesse n’est pas de la chair à patrons". Oui, le CPE est une véritable déclaration de guerre à la jeunesse. Ceux qui pensent que le vote accéléré du CPE à l’Assemblée Nationale fermera la parenthèse se trompent lourdement. Cette affaire commence à ressembler au TCE et au référendum du 29 mai. Photographies Marie-Pierre Vincent. Voir plus bas d’autres photos de la manif.

Après les journées du 7 février (voir) et du 14 février (voir) notamment, et alors qu’un mouvement de grèves et d’occupations touche de nombreuses universités, la journée nationale de manifestations de ce mardi 7 mars est une étape importante.
Après l’Assemblée nationale, le Sénat vient de voter le CPE. Mais tout indique que la très grande majorité de la jeunesse le rejette.

Rappelons ce qu’est le CPE...

Mensongèrement appelé "contrat de première embauche" (puisque jusqu’à 26 ans les jeunes pourront "enfiler" des CPE, des stages, des CDD...), le CPE est un peu une extension à tous les jeunes et à toutes les entreprises (surtout celles de plus de 20 salariés) du CNE - "Contrat Nouvelle Embauche" institué en août 2005.
Le CNE est un contrat à durée indéterminée réservé aux entreprises de moins de 20 salariés, qui a institué une « période d’essai » de 2 ans pendant laquelle l’employé peut être licencié sans motif et sans indemnité.

Avec le CPE, cette formule est en gros étendue :
-  à tous les jeunes de moins de 26 ans (qui pourraient donc subir ce régime jusqu’à 28 ans ?)
-  à toutes les entreprises de plus de 20 salariés !
Cela signifie que pendant une "période d’essai" ( !) de 2 ans (baptisée "période de consolidation" ! !), l’employeur peut licencier le jeune à tout moment (15 jours de préavis) sans avoir à donner aucun motif.

Autres aspects :
-  En cas de rupture du CPE après 4 mois de travail, chaque jeune n’aurait droit, en plus de l’indemnité de rupture (correspondant à 8% de l’ensemble des sommes perçues depuis le début du contrat, versée par l’employeur), qu’à une allocation forfaitaire d’un montant mensuel de 460 euros, financée par l’Etat, et versée pendant 2 mois.
-  D’autre part, les entreprises pourront bénéficier d’une exonération totale de "charges patronales" pendant trois ans en cas d’embauche de jeunes de moins de 26 ans au chômage depuis plus de six mois.

Bien évidemment, comme on en a l’expérience avec la vingtaine de contrats et stages précaires que les différents gouvernements successifs de la droite et du PS ont mis en place depuis 25 ans, ce qui est imposé aux jeunes est ensuite si possible diffusé dans toute la société.

Avec le CPE, la précarité devient donc la norme légale pour toute la jeunesse (moins de 26 ans) dans un premier temps, pour l’ensemble du salariat ensuite.
"Mais, et les jeunes l’ont spontanément compris, ce CPE va au-delà d’un problème de pure précarité. Il instaure un rapport entre salarié et patron qui dépasse la classique subordination, telle que mentionnée dans le code du travail. Pendant deux ans, le jeune pourra être renvoyé sans motif et la signification de cette procédure, totalement nouvelle, est claire : le jeune ne pourra rien dire et rien faire qui puisse "déplaire" à la direction de son entreprise. Nous atteignons à une sorte d’expression pure de l’esclavage salarié : l’obéissance absolu", ainsi que l’écrit Philippe Zarifian (Voir)

C’est à cette redoutable aggravation qu’il faut s’efforcer aujourd’hui de barrer la route.

En même temps, pour que nous ne soyons pas condamnés à seulement parer les coups dans les prochaines années, il est nécessaire de mener un travail de réflexions et d’actions concernant la place du travail et de l’emploi dans la société.













— 
A St-Etienne, la manifestation partira de la Place Bizillon (Centre2) à 10h.
A Roanne, Rdv à 10h30 lycée Jules Ferry.

Texte publié le 6 mars, photos et légende ajoutées le 8...



Télécharger une simulation CPE... attention : 2 Mo -

Dans la même rubrique :
Retrait du CPE !
Refusons la précarité. Manifestation ce mardi 14 février à St-Etienne.
Retrait du CPE !
Le CPE et la violence faite à la jeunesse.
L’exigence : abrogation du CPE.
Marre de toujours plus de précarité !
Après la victoire sur le CPE, l’engagement continue
Ni précaires ni soumis !




Proposer un article | Nous contacter | Plan du site | Admin | Accueil