Réseaux citoyens de St-Etienne
Accueil Qui sommes-nous Nous contacter Nous aider Plan du site Admin
   
Vous êtes ici : Collectif Liberté Justice Palestine > Khaled Quzmar avocat des enfants Palestiniens
A la une
Agenda
Albums photos
Images à la une
Envoyez la musique !
La France insoumise / Jean-Luc Mélenchon
Nous sommes Grecs
Agroécologie
Agriculture paysanne
AMAP et réseau des AMAP
AMAP-Saint-Etienne
L’avenir du mouvement des AMAP
Les Amap dans la Loire
FAQ - De la ferme au quartier
Collectif Zérogm42
Collectif "nourrir l’humanité"
Maison de la semence
G.R.A.I.N. / Via Campesina
Collectif Liberté Justice Palestine
Chroniques pour la Palestine
Moyen-Orient et monde arabe / Georges Corm
Réseau RESF
Réseau Solidarité Rroms
Egalité des droits / Antiracisme
Une école pour tou(te)s
Survie / Françafrique
Quelle connerie la guerre !
Collectif "personne à la rue !"
Justice sociale / Droits sociaux
Assises droits sociaux
Forum des droits sociaux
Logement
Non au CPE !
Santé
Services publics
Travail / Emploi / Retraite
Portail pour l’accès aux droits sociaux
Le travail social dans la crise
Terrain d’entente
Groupe de réflexion "travail travail !"
Réseau salariat
Ecole / Education populaire
Justice écologique
Collectif Action Climat - CLAC
Sortir du nucléaire
Démocratie
Démocratie participative
Porto Alegre/St-Etienne
Libertés
Europe
Sortir du capitalisme
TAFTA
Changer la mondialisation ?
Forums sociaux
Changer la gauche ?
Gouvernement Hollande-Ayrault-Valls
Gouvernement Sarkozy
Chronique d’une élue citoyenne
Ville de Saint-Etienne
Conseil municipal
Elections municipales 2008
C’est notre histoire
Culture / idées
Les Héroïnes
Libres paroles
Des livres, des films, des sites...
Cafés citoyens au Remue-Méninges
Atelier de philosophie
Université Populaire - Laboratoire Social / Collectif Malgré Tout
Médias
Qui sommes-nous
Réseaux/Associations
Khaled Quzmar avocat des enfants Palestiniens
A St-Etienne et Lyon fin décembre
mercredi 14 janvier 2004


Khaled Quzmar, avocat palestinien, responsable de l’ONG DCI-Defence for Children International / section Palestine, est venu en Italie, en France (St-Etienne, Lyon, Paris), et en Angleterre fin décembre 2003.

Khaled Quzmar à St-Etienne, décembre 2003 © mpv - 28.8 ko
Khaled Quzmar à St-Etienne, décembre 2003 © mpv

A St-Etienne, où une rencontre a été organisée le 22 décembre par les étudiants palestiniens de la GUPS et l’association " Les Amis de Naplouse ", Maître Kuzmar a expliqué la dramatique situation des enfants palestiniens, qui sont les premières victimes de l’occupation israélienne.
Une cinquantaine de personnes participaient à cette soirée.

Terrible bilan. Depuis fin 2001, au cours de la répression de la 2ème Intifada, plus de 500 enfants palestiniens de moins de 18 ans ont été tués. 2 200 ont été arrêtés. 350 sont aujourd’hui dans les prisons israéliennes.

Khaled Kuzmar a cité l’exemple du plus jeune prisonnier : Rakan, 12 ans, condamné à 3 mois de prison, auxquels s’ajoutent 3 autres mois (au moins) si sa famille ne paie pas 1.200 Euros d’amende...

DCI aide les enfants prisonniers et leurs familles. Les avocats de DCI " suivent " la situation de 60% de ces enfants. Khaled Kuzmar est de ceux qui les défendent devant les tribunaux militaires israéliens, et tentent de les voir en prison.
Et DCI s’efforce aussi de mobiliser les opinions internationales.

Israël ne respecte pas la loi internationale et viole la Convention de Genève. Israël applique la loi militaire aux enfants. Pour les juger, pas de Cour civile. Même pas de Cour spéciale pour les enfants.
Les enfants qui jettent des pierres sur les chars (la majorité des enfants emprisonnés l’ont été pour avoir jeté des pierres) et combattent l’occupation sont considérés comme des criminels de droit commun. Il ne sont même pas considérés comme des prisonniers de guerre.

Une partie de ces enfants est dans les centres de détention des Territoires occupés. Une autre partie est dans les prisons situées dans les colonies dans ces territoires. Seuls des avocats peuvent (parfois) les rencontrer. Leur famille, jamais. Une autre partie a été emmenée dans les centres de détention en Israël. Là, ni la famille ni un avocat palestinien ne peut les rencontrer. DCI s’efforce alors de travailler avec des avocats israéliens ou avec des avocats palestiniens d’Israël.

photo : A. Sahel - 20.9 ko
photo : A. Sahel

La torture. 85 % des enfants arrêtés ont été torturés ou ont subi de mauvais traitements. En violation de la loi de Genève qui interdit la torture (1985). Et la plupart n’ont aucun contact avec leurs parents.
L’ordre militaire 1500 a donné aux soldats israéliens l’autorisation d’arrêter un palestinien et de le garder en prison jusqu’à 12 jours sans avoir à donner aucune justification, et sans qu’un avocat puisse lui rendre visite.

Libération des prisonniers ? Au moment de la feuille de route, il a été question dans les médias, de libération de prisonniers...
Sur les 150 prisonniers libérés, il y a eu 11 enfants. Pour 8 d’entre eux, ils venaient de terminer leur peine...
Environ 2.000 Palestiniens sont condamnés à la prison à vie. Certains sont condamnés à plusieurs vies de prison.
En 2003, des enfants de moins de 18 ans ont été condamnés à des peines de 10 à 15 ans de prison.

La détention administrative. Environ 1.500 prisonniers Palestiniens ont été arrêtés avec ce procédé. Dont 30 enfants.

Des filles en prison. En 2003, DCI a recensé 25 filles emprisonnées. En ce moment, 10 filles de 14 à 17 ans sont en prison.
En 2003, un enfant est né en prison et avait 6 mois en décembre. 6 mois de prison, déjà. Cet enfant aurait dû sortir car il avait besoin de soins. Mais les Israéliens ont fait savoir à sa mère que si son enfant sortait, il ne rentrerait plus. Elle n’a pas voulue être séparée de son enfant.

La vie en prison. Khaled Kuzmar a donné des exemples. Surface de la cellule : 5 m2. 10 prisonniers là-dedans. 4 matelas. Une couverture pour 3. L’autorisation d’aller aux toilettes 3 fois par jour. De voir le soleil 1 fois par semaine, avec une fouille totale.
Rien dans la prison pour s’occuper. Pas de papier. Pas de livre. Dormir. Regarder.

Enfants blessés. 9.000 enfants Palestiniens sont blessés. Au moins 500 de ces enfants resteront handicapés à vie. Beaucoup d’enfants aussi ont perdu leurs parents.
Dans les Territoires occupés, parmi les enfants de moins de 5 ans, plus de 30% souffrent de malnutrition chronique, 45 % d’anémie.

photo : A. Sahel - 23.8 ko
photo : A. Sahel

Que fait le Monde ?
Israël bénéficie du soutien total de Bush et des USA.
Et du silence européen.
Khaled Kuzmar " n’arrive pas à comprendre pourquoi il y a ici cette peur de protester et ce silence, dans ce monde-là ".
Pourquoi il n’y a pas plus de réactions face aux souffrances des enfants et du peuple Palestiniens.
Il pense qu’il faudrait avoir plus de motivation pour clarifier la situation en Palestine, et demande aux gouvernements européens de parler des droits de l’Homme et des droits des enfants en Palestine, et de faire respecter une des clauses de l’accord d’association Europe-Israël qui est justement le respect des droits de l’Homme.

Répondant à une question plus générale sur la situation en Palestine, Khaled Kuzmar a expliqué combien “l’autonomie Palestinienne " était une fiction, quelque chose qui n’a plus aucune réalité : les Israéliens, l’armée israélienne est présente partout, dans chaque parcelle des Territoires occupés.

De l’argent pour l’Hôpital de Naplouse et pour aider les enfants prisonniers.
Lors de sa venue à St-Etienne, Khaled Kuzmar a expliqué les besoins d’argent pour aider les enfants Palestiniens, notamment pour leur permettre d’acheter de la nourriture en prison, et aussi pour les aider à la sortie de la prison.
L’argent de collectes et d’initiatives organisées ces derniers mois est versé en ce début janvier pour les enfants prisonniers et aussi pour contribuer à équiper l’Hôpital Rafedia de Naplouse. Nous en reparlerons.
D’autre part, Khaled Kuzmar a rencontré Marie-Pierre Vincent et Artistes contre la guerre.

soirée avec K. Quzmar, St-Etienne, déc.2003 © mpv - 28.5 ko
soirée avec K. Quzmar, St-Etienne, déc.2003 © mpv

Le 27 décembre, c’est à Villeurbanne que Maître Kuzmar a participé à une rencontre de solidarité, organisée par l’Association Palestine en marche, et la GUPS.

Voir aussi, l’article "nouvelles sur les enfants prisonniers" sur le site Solidarité Palestine

Le site de DCI / Section Palestine

(*) DCI/PS est une organisation palestinienne non gouvernementale, qui développe ses programmes et actions de défense des Enfants palestiniens, et en particulier des enfants emprisonnés en Israël. DCI/PS a été fondée en 1992. Elle est membre de l’association DCI basée à Genève, organisation non gouvernementale fondée en 1979, avec le statut consultatif auprès des Nations Unies, de l’UNICEF et de L’UNESCO.




Dans la même rubrique :
Solidarité avec les peuples Libanais et Palestinien
Conférence-débat avec Eric Hazan sur l’occupation en Palestine
Non à l’implantation de l’entreprise israélienne Agrexco à Sète
L’AFPS de St-Etienne organise une semaine de la culture palestinienne du 23 au 30 mars.
Projection du film “Jaffa, la mécanique de l’orange” et débat avec son réalisateur israélien Eyal Sivan
Palestine, mai 2005, quelques photos de la vie quotidienne près du mur...
"La Question syrienne", de Yassin Al-Haj Saleh
" Qui va calmer ma colère ? "
Journée de la Terre 2012 : Pour que finissent l’apartheid et l’occupation en Palestine...
De retour de la Bande de Gaza, 18 - 24 janvier 2009




Proposer un article | Nous contacter | Plan du site | Admin | Accueil