Réseaux citoyens de St-Etienne
Accueil Qui sommes-nous Nous contacter Nous aider Plan du site Admin
   
Vous êtes ici : Collectif Liberté Justice Palestine > Israël : l’horreur en acte
A la une
Agenda
Albums photos
Images à la une
Envoyez la musique !
La France insoumise / Jean-Luc Mélenchon
Nous sommes Grecs
Agroécologie
Agriculture paysanne
AMAP et réseau des AMAP
AMAP-Saint-Etienne
L’avenir du mouvement des AMAP
Les Amap dans la Loire
FAQ - De la ferme au quartier
Collectif Zérogm42
Collectif "nourrir l’humanité"
Maison de la semence
G.R.A.I.N. / Via Campesina
Collectif Liberté Justice Palestine
Chroniques pour la Palestine
Moyen-Orient et monde arabe / Georges Corm
Réseau RESF
Réseau Solidarité Rroms
Egalité des droits / Antiracisme
Une école pour tou(te)s
Survie / Françafrique
Quelle connerie la guerre !
Collectif "personne à la rue !"
Justice sociale / Droits sociaux
Assises droits sociaux
Forum des droits sociaux
Logement
Non au CPE !
Santé
Services publics
Travail / Emploi / Retraite
Portail pour l’accès aux droits sociaux
Le travail social dans la crise
Terrain d’entente
Groupe de réflexion "travail travail !"
Réseau salariat
Ecole / Education populaire
Justice écologique
Collectif Action Climat - CLAC
Sortir du nucléaire
Démocratie
Démocratie participative
Porto Alegre/St-Etienne
Libertés
Europe
Sortir du capitalisme
TAFTA
Changer la mondialisation ?
Forums sociaux
Changer la gauche ?
Gouvernement Hollande-Ayrault-Valls
Gouvernement Sarkozy
Chronique d’une élue citoyenne
Ville de Saint-Etienne
Conseil municipal
Elections municipales 2008
C’est notre histoire
Culture / idées
Les Héroïnes
Libres paroles
Des livres, des films, des sites...
Cafés citoyens au Remue-Méninges
Atelier de philosophie
Université Populaire - Laboratoire Social / Collectif Malgré Tout
Médias
Qui sommes-nous
Réseaux/Associations
Israël : l’horreur en acte
dimanche 30 juillet 2006, par Philippe Zarifian


Ce texte est publié sur le site web de Philippe Zarifian. On peut lire également à cette adresse un texte : "Le délire de Bush".

L’armée israélienne s’est engagée simultanément à Gaza et au Liban dans une guerre d’un rare niveau de barbarie. Tout est détruit, rasé : pèle mêle : les habitants, les bâtiments, les routes, les infrastructure, engendrant des centaines de morts (mais au rythme actuelle, c’est en millier qu’il faudra commencer à compter) et des centaines de milliers de personnes, jetées sur les routes, fuyant les bombardements, à la recherche de quelques havres de paix.

Jamais l’expression, parfois un peu galvaudée, de " terrorisme d’Etat " n’aura été aussi juste. Un des aspects majeurs des bombardements est précisément de terroriser les populations civiles, faire en sorte qu’elles quittent, de façon précipitée, tout le territoire qui va du Liban Sud, jusqu’ à la zone Sud de Beyrouth, là où vivent des " arabes ", potentiel foyer d’implantation du Hezbollah. Une guerre terroriste, qui est, en même temps, une guerre raciste, une entreprise de purification ethnique, pour isoler le Hezbollah et le Hamas, en tant que forces politiques et militaires, vider l’eau (la vie humaine) des territoires pour éliminer le poisson.

Dans le cas du Liban, cette offensive terroriste prépare, probablement, l’entrée terrestre des troupes israéliennes qui pensent pouvoir désormais agir dans des zones désertées par leurs habitants, cerner et détruire les forces combattantes du Hezbollah, voire tenter, une nouvelle fois, de s’installer durablement, du moins dans la zone prolongeant la frontière.

Mais les limites de cette tactique sont connues d’avance : le Hezbollah est bien implanté dans cette région, très difficile à vaincre militairement et, de plus, bénéficiant d’une base arrière, qui rend impossible (sauf à déclarer la guerre à la Syrie et à l’Iran !) toute tentative d’encercler et d’éliminer ce mouvement (la situation étant militairement beaucoup plus difficile pour le Hamas en Palestine).

Probablement, le rêve majeur des dirigeants politiques et militaires israéliens, et d’une partie de la population juive d’Israël (malheureusement), est-il tout simplement ceci : faire en sorte que les populations d’origine arabe disparaissent physiquement de cette zone géographique. C’est un rêve génocidaire, mais qui ne peut totalement, les Israéliens en sont conscients, être dit et avoué. Pourtant, il est là, ce rêve génocidaire agit insidieusement dans les consciences israéliennes. Il est sans doute très difficile, pour un Juif israélien, d’admettre qu’après plus d’un demi siècle de guerre et de morts, sa pensée va à un génocide, lent mais permanent, même si on ne peut, rigoureusement parlant, parler de génocide (et personne ne le fait d’ailleurs). On en est juste à deux doigts, on le tangente ! Si un jour des historiens parviennent, même approximativement, à comptabiliser le nombre de morts et d’invalides que les incessantes attaques israéliennes ont menées ou encouragées depuis plus d’un demi-siècle (qui ne se souvient, par exemple, de la boucherie perpétrée, sous le regard tranquille des troupes israéliennes, dans les camps de réfugiés palestiniens au Liban, à l’époque où sévissait Sharon ?), à dénombrer les atrocités commises, d’abord dans des camps de réfugiés, maintenant dans les territoires dit " autonomes ", et puis au Liban, on sera sans doute surpris.

Mais que ce passe-t-il en ce moment précisément ? Quand on est face à un gouvernement et une armée qui se comporte comme un ennemi barbare, il faut se demander : quelle est sa vision des choses ? pourquoi agit-il ainsi ? quelle est sa stratégie ?

Saron était parvenu à se former une stratégie claire et à s’en donner les moyens. Elle tenait en un mot : l’apartheid. Puisque ces damnés palestiniens avaient le tort d’exister là où Israël voulait s’installer et grandir territorialement, il convenait de les parquer, comme des animaux, dans des réserves aux dimensions réduites. Il fallait certes retirer quelques colonies israéliennes mal placées, mais, avec un mur d’un côté, un contrôle total des eaux et des airs d’un autre côtés, et une surveillance intense (mais les moyens modernes de surveillance font désormais merveille), Sharon pensait avoir trouvé la solution. Bientôt, on aurait pu rentabiliser l’affaire, en distribuant, aux touristes, des tickets pour voir, de loin, vivre les animaux dénommés " Palestiniens " dans ces réserves.

En même temps, Sharon agissait sur la composition interne de la société israélienne, depuis le début étroitement hiérarchisée : les juifs originaires d’Europe (de l’Ouest et de l’Est) et des Etats - Unis au sommet, le juifs " orientaux ", originaires de pays arabes (et contaminés par leur culture), en second niveau, et, au plus bas de l’échelle, les arabes israéliens, bénéficiant de droits minimum. Comme toute société hiérarchisée, elle risque de devenir instable. D’où l’appel incessant de Sharon à faire venir, en Israël, les " bons israéliens ", ceux de la couche supérieure, pour ne pas se laisser déborder, démographiquement, par les deux autres, et surtout par les " arabes ". Double apartheid en quelque sorte : externe et interne. Il devient difficile, depuis que l’Afrique du Sud a changé, de trouver société plus raciste que la société israélienne.

Mais ce qui se passe en ce moment a une signification profonde : les dirigeants israéliens, soit ne partagent pas la doctrine Sharon, soit, plus probablement, constatent déjà son échec. Car les Palestiniens sont des humains. Ils ont élu, de manière démocratique, une majorité appartenant au Hamas, et le Hamas lui-même commençait à évoluer. Il restait armé, et parfaitement capable de contourner le mur (par des tunnels par exemple !). Mais en plus il évoluait vers une position moins rigoriste : il commençait à admettre l’existence d’Israël, son image de " terroriste " commençait à évoluer et donc ... il devenait beaucoup plus dangereux ! ! ! L’apartheid commençait à apparaître, à la fois en partie impraticable et totalement injustifiable, une solution tout simplement inhumaine et difficile à défendre au plan international. Parquer des êtres humains dans un vaste zoo, les priver de toute libre circulation, accroître leur misère matérielle et leur désespoir, n’est pas une politique durable. Elle s’est effondrée beaucoup plus vite que Sharon ne pouvait le penser.

Quelle est alors la stratégie de rechange ?

Mon hypothèse est qu’elle n’existe pas. Le gouvernement israélien, en accord avec toute la classe politique de ce pays, n’a plus de stratégie. Il ne sait pas où il va. A leur yeux, il n’existe plus qu’une tactique de court terme : détruire. Détruire le gouvernement palestinien, pourtant parfaitement légitime, essayer de détruire le Hamas, puis, prenant la prétexte de l’enlèvement de deux soldats, tenter de détruire le Hezbollah. Détruire et pratiquer le terrorisme, au sens propre du terme : tenter de terroriser les populations palestiniennes et libanaises. Tenter aussi, de remplacer un mur, par une vaste zone déserte (sans humains) placée, soit sous son contrôle militaire direct, soit sous celui, purement factice, de l’ONU.. C’est une tactique. Ce n’est pas une stratégie. Les Israéliens savent bien que, quels que soient les coups portés, quel que soit le nombre de morts, et les milliers de prisonniers supplémentaires envoyés dans leurs prisons, le Hamas comme le Hezbollah se reconstitueront et se réarmeront, avec des forces décuplées par la haine.

Au Liban, en terrorisant toute une population et prenant les civils comme cibles, Israël décuple le nombre de ses ennemis, nettement au-delà des seuls militants du Hezbollah. Il s’enferme comme une impasse, et du même coup, devient comme un chien enragé. Le bonheur, ou le malheur, d’Israël, est que le gouvernement des Etats-Unis les soutient sans aucune réserve, comme jamais il ne l’a fait. C’est lui, on en est certain, qui lui fournit le bombes.

On perçoit mieux ce qui est et reste central en Israël : son armée. Ce pays est structuré et organisé comme une véritable machine de guerre, la deuxième puissance militaire au monde, après les Etats-Unis (avec l’aide de ce dernier). Les dirigeants de l’armée israélienne, qui se moquent totalement du droit international et des appels à le respecter, s’en vantent : ils sortiraient vainqueurs d’une guerre avec l’Europe, ont déclarés certains et c’est probablement vrai, du moins de manière immédiate et à condition de pouvoir utiliser tous les types d’armes. Mais c’est certainement faux à moyen terme. Car cette armée possède une faiblesse évidente : ses effectifs humains sont limités, de même que ses moyens de production d’armes lourdes. Dans le simple conflit actuel, elle doit déjà faire appel à des réservistes et doit mobiliser des " gamins ".

Cette machine de guerre a une particularité, quasi-unique : cela fait plus d’un demi-siècle qu’elle tourne, qu’elle fait la guerre. Ce n’est pas une machine en réserve, c’est une machine en permanence active. Qui plus est : elle est le cœur de l’intégration sociale en Israël, de la tenue de la cohérence de la société. Plusieurs générations de jeunes des deux sexes sont passés par elle, ont été formés par elle, ont fait le feu, ont souvent commis des atrocités. Cette machine est ainsi un formidable appareil à laminer les idéaux, à tuer les sentiments éthiques, à produire des individus soudés derrière des mots d’ordre ultra-simplistes : sécurité d’Israël et lutte contre le terrorisme. Cette idéologie, ce ciment, a besoin d’être en permanence réactivé. C’est peut être ce que Sharon n’avait pas vu : la société israélienne est comme droguée. Elle a besoin de faire la guerre. Elle a besoin de croire que sa sécurité est réellement menacée (alors qu’il s’agit d’une vaste farce !) ; elle a besoin de voir des terroristes à l’œuvre, terroristes qu’elle secrète en attisant la haine. Il y a certes une minorité de la société israélienne qui veut la paix et souhaite vivre en accord avec ses voisins. Mais elle reste une minorité. Et dès que le niveau d’affrontement armé monte, il lui devient encore plus difficile de s’exprimer, bien que, courageusement, elle le fasse en ce moment.

Voici peut être ce qu’il y a de plus dangereux dans la situation actuelle : une tactique de guerre barbare, sans stratégie, une impasse qui se creuse. La guerre, encore la guerre, une guerre qui ne fait aucune distinction entre civils et militaires, une guerre menée par Israël, avec le soutien de la nette majorité de sa population, une guerre à accent implicitement génocidaire et certainement raciste, même si ce dernier est inavouable. Israël tient et pratique ce discours, en creux de tous ses actes : si les Palestiniens pouvaient ne pas exister ! Si les arabes du Liban pouvaient ne pas exister ! C’est la raison pour laquelle, depuis longtemps, depuis toujours, ils n’établissent aucune distinction entre civils et combattants. C’est toujours, soit disant, en recherchant des " terroristes ", que les Israéliens détruisent tout : population, habitations, infrastructures, etc. C’est une continuité évidente de leur politique.

Et quelle est, pendant ce temps là, la position des hommes politiques et du gouvernement français ? A mes yeux, un seul mot pour la caractériser : la honte ! J’ai moi-même honte d’être français.

Voici que la droite, le centre et la gauche (PCF compris) forment un large consensus, une "union nationale" sur la politique défendue par la France depuis le conflit débuté au Liban (dont on oublie, au passage, qu’il a débuté à Gaza). Sur quoi repose ce consensus dont M. Hollande se gausse, expliquant qu’on peut être en désaccord en politique intérieure, mais en accord quand des grandes causes comme celle-ci apparaissent. Tous derrière Chirac et De Villepin ! Ce grand consensus repose sur ceci : :

-  aucune condamnation d’Israël comme agresseur, qui plus est un agresseur barbare, s’en prenant, en toute conscience de cause à des populations civiles, et donc aucune demande ferme et sans équivoque pour que cesse cette agression et pour la qualifier comme telle ;

-  un xième blablabla pour la "sécurité d’Israël", qui non seulement reprend le vieux machin éculé d’Israël, mais est totalement irréel, en dehors de toute analyse rationnelle : qui met en cause la "sécurité" d’Israël" dans ce conflit ? Personne. Deux soldats enlevés par ci, un par là, et voici que la sécurité de la seconde puissance militaire au monde serait en cause ! La réalité est inverse : c’est Israël qui met des peuples entiers (Palestinien et Libanais) en situation d’insécurité vitale, de vie ou de mort, ce qui est autrement plus concret et plus grave (mais c’est un " détail " que les forces politiques françaises ont oublié...) !

-  en même temps, un appui implicite sur la mise en responsabilité du Hezbollah, force certes contestable dans sa posture religieuse chiite, mais dont il faut bien reconnaître qu’il est au coeur de la résistance. Des phrases, prononcées officiellement par De Villepin, à l’issue de cette mémorable réunion d’unité nationale, du type :"l’affirmation de l’autorité du gouvernement libanais sur l’ensemble du territoire" sont clairement dirigées contre le Hezbollah et la seule résistance à l’agression israélienne qui, pour l’instant, existe significativement au Liban. Chirac et, désormais toute la gauche "parlementaire" française au secours de la propagande israélienne et américaine. Rien d’autre.

-  enfin, ce qui est le plus comique, il faut bien le dire, le "plan Chirac" consistant à déployer des forces de l’ONU à la frontière sud du Liban, avec pour tâche (il faut bien s’accrocher à sa chaise ! ! !) de "faire respecter la sécurité dans la région". Les forces de l’ONU vont protéger Israël et peut être (sait on jamais !) pourchasser le Hezbollah. C’est le gag final ! !

Il vaut mieux en rire qu’en pleurer ! !

Philippe Zarifian
Le 27 juillet 2006




Dans la même rubrique :
Document : voici la carte des prisons israéliennes
Mustapha Barghouti : « Notre jour viendra, nous obtiendrons nous aussi notre libération. »
Non à l’implantation de l’entreprise israélienne Agrexco à Sète
Levée du blocus de Gaza !
La deuxième mort du Judaïsme
"Point de vue juif contre le sionisme et l’apartheid" : Pierre Stambul à Montbrison mercredi 14 janvier
La Caravane des possibles
"Regards sur la Palestine"
Mais un Etat palestinien est-il encore possible ?
2 500 dans la rue à Saint-Etienne pour exiger l’arrêt du massacre à Gaza




Proposer un article | Nous contacter | Plan du site | Admin | Accueil