Réseaux citoyens de St-Etienne
Accueil Qui sommes-nous Nous contacter Nous aider Plan du site Admin
   
Vous êtes ici : Collectif Liberté Justice Palestine > Cana volume II
A la une
Agenda
Albums photos
Images à la une
Envoyez la musique !
La France insoumise / Jean-Luc Mélenchon
Nous sommes Grecs
Agroécologie
Agriculture paysanne
AMAP et réseau des AMAP
AMAP-Saint-Etienne
L’avenir du mouvement des AMAP
Les Amap dans la Loire
FAQ - De la ferme au quartier
Collectif Zérogm42
Collectif "nourrir l’humanité"
Maison de la semence
G.R.A.I.N. / Via Campesina
Collectif Liberté Justice Palestine
Chroniques pour la Palestine
Moyen-Orient et monde arabe / Georges Corm
Réseau RESF
Réseau Solidarité Rroms
Egalité des droits / Antiracisme
Une école pour tou(te)s
Survie / Françafrique
Quelle connerie la guerre !
Collectif "personne à la rue !"
Justice sociale / Droits sociaux
Assises droits sociaux
Forum des droits sociaux
Logement
Non au CPE !
Santé
Services publics
Travail / Emploi / Retraite
Portail pour l’accès aux droits sociaux
Le travail social dans la crise
Terrain d’entente
Groupe de réflexion "travail travail !"
Réseau salariat
Ecole / Education populaire
Justice écologique
Collectif Action Climat - CLAC
Sortir du nucléaire
Démocratie
Démocratie participative
Porto Alegre/St-Etienne
Libertés
Europe
Sortir du capitalisme
TAFTA
Changer la mondialisation ?
Forums sociaux
Changer la gauche ?
Gouvernement Hollande-Ayrault-Valls
Gouvernement Sarkozy
Chronique d’une élue citoyenne
Ville de Saint-Etienne
Conseil municipal
Elections municipales 2008
C’est notre histoire
Culture / idées
Les Héroïnes
Libres paroles
Des livres, des films, des sites...
Cafés citoyens au Remue-Méninges
Atelier de philosophie
Université Populaire - Laboratoire Social / Collectif Malgré Tout
Médias
Qui sommes-nous
Réseaux/Associations
Cana volume II
lundi 31 juillet 2006, par Sélim Mehiou


Oui, le Cana volume II est arrivé le 30 juillet 2006 à 1h00 du matin. Les sauveteurs de la Croix Rouge libanaise, arrivés sur les lieux à 7h00 du matin (la route n’étant pas sûre auparavant) n’ont fait que constater les résultats : un massacre de civils dans leurs habitations.

Cana « du Liban » est un village d’agriculteurs situé à 15 km à l’Est de Tyr ; la précision sur le pays est indispensable car il existe un autre Cana « de Palestine » plus au Sud. La polémique sur lequel des deux est le « vrai » Cana est très ancienne ; presque deux millénaires de débats pour savoir où se trouve le lieu des noces de Galilée.

Les habitants de Cana du Nord, exclusivement chiites, sont fiers de montrer au visiteur, pour appuyer leur argumentation, les traces de l’histoire chrétienne de leur village : des grottes avec la croix, une statuette de la vierge ou bien les treize personnages taillés dans le rocher et censés représenter Jésus Christ et les douze apôtres...

Mais il n’y a pas que l’histoire ancienne que l’on vénère à cet endroit ; au centre du village se dresse un cimetière -monument où sont enterrés les 105 civils tués en avril 1996.

A l’époque, le gouvernement israélien, dirigé par M. Shimon Pérès, lançait une opération militaire contre le Hezbollah nommée « Les raisins de la colère ». Les villageois, craignant les bombardements israéliens, s’étaient réfugiés dans le campement du bataillon ghanéen de la force des nations unies au Liban (Finul), situé sur la place de Cana ; le commandant onusien leur a permis de s’installer dans la chapelle du lieu et c’est à ce moment là que les artilleurs israéliens ont déversé un déluge de feu pendant plus d’une demi heure, tuant 105 personnes, dont beaucoup d’enfants, et en blessant plusieurs autres.

M. Pérès est un intellectuel, pas un militaire (d’où probablement le choix du nom de l’opération de 1996) ; il est membre de l’Internationale Socialiste et c’est un personnage adulé de la sociale démocratie européenne. Il a récemment été déchu de la présidence du parti travailliste au profit de M. Ameer Péretz, actuel ministre de la défense ; mais M. Pérès est le véritable artisan de l’actuelle coalition gouvernementale travailliste-Kadima. Il a également la paternité du projet du nouveau Moyen Orient, porté par le Président Bush, ce qui explique en partie la grande connivence entre les deux pays dans la guerre d’Irak et dans l’attaque contre le Liban depuis plus de deux semaines. Il déclarait il y a trois jours que l’opération militaire actuelle est une question de vie ou de mort pour Israël ; de là à penser qu’il en est l’instigateur, il n’y a qu’un pas.

Au début de la nouvelle guerre israélienne contre le Liban ( la septième en trente ans) il a multiplié les déclarations sur les victimes libanaises les qualifiant de « Moudjahidines » (les trois premiers jours, il n’y avait « que » 150 morts libanais) ; ensuite, il a dit que les informations en provenance du Liban sur le nombre de victimes ne sont pas fiables.

Il n’a plus rien dit à ce sujet lorsque l’envoyé spécial de l’Onu déclarait le 28 juillet devant le conseil de sécurité qu’il y a plus de 600 morts libanais parmi les civils, dont un bon tiers d’enfants.

Le chiffre a augmenté depuis : 750 morts civils dont plus de 250 enfants et nourrissons.

Le Cana volume II déroge à la règle macabre des pourcents ; le 30 juillet 2006, 37 enfants sont tués sur un total de 60 victimes.

L’opération israélienne au Liban ne ressemble pas à une guerre, mais à une suite de massacres contre les civils ; elle s’apparente plutôt à un gigantesque crime de guerre.




Dans la même rubrique :
Soirée ciné-débat autour du film “Je suis celle qui porte les fleurs vers sa tombe” de la réalisatrice syrienne Hala Al Abdalla
Quand le sionisme a besoin de l’antijudaïsme (*)
Eyal Sivan à St-Etienne le 23 juin, Ali Abunimah à Lyon le 10 juillet
Se lever contre le crime
Arafat est parti, son histoire restera
2 500 dans la rue à Saint-Etienne pour exiger l’arrêt du massacre à Gaza
Jusqu’à quand les massacres israéliens ?
La Caravane des possibles
Une association “Artistes pour la Palestine” est créée
"Les juifs français sont menacés ... par Sharon ! "




Proposer un article | Nous contacter | Plan du site | Admin | Accueil