Réseaux citoyens de St-Etienne
Accueil Qui sommes-nous Nous contacter Nous aider Plan du site Admin
   
Vous êtes ici : Changer la gauche ? > Construire la société civile capable de s’opposer à la guerre
A la une
Agenda
Albums photos
Images à la une
Envoyez la musique !
La France insoumise / Jean-Luc Mélenchon
Nous sommes Grecs
Agroécologie
Agriculture paysanne
AMAP et réseau des AMAP
AMAP-Saint-Etienne
L’avenir du mouvement des AMAP
Les Amap dans la Loire
FAQ - De la ferme au quartier
Collectif Zérogm42
Collectif "nourrir l’humanité"
Maison de la semence
G.R.A.I.N. / Via Campesina
Collectif Liberté Justice Palestine
Chroniques pour la Palestine
Moyen-Orient et monde arabe / Georges Corm
Réseau RESF
Réseau Solidarité Rroms
Egalité des droits / Antiracisme
Une école pour tou(te)s
Survie / Françafrique
Quelle connerie la guerre !
Collectif "personne à la rue !"
Justice sociale / Droits sociaux
Assises droits sociaux
Forum des droits sociaux
Logement
Non au CPE !
Santé
Services publics
Travail / Emploi / Retraite
Portail pour l’accès aux droits sociaux
Le travail social dans la crise
Terrain d’entente
Groupe de réflexion "travail travail !"
Réseau salariat
Ecole / Education populaire
Justice écologique
Collectif Action Climat - CLAC
Sortir du nucléaire
Démocratie
Démocratie participative
Porto Alegre/St-Etienne
Libertés
Europe
Sortir du capitalisme
TAFTA
Changer la mondialisation ?
Forums sociaux
Changer la gauche ?
Gouvernement Hollande-Ayrault-Valls
Gouvernement Sarkozy
Chronique d’une élue citoyenne
Ville de Saint-Etienne
Conseil municipal
Elections municipales 2008
C’est notre histoire
Culture / idées
Les Héroïnes
Libres paroles
Des livres, des films, des sites...
Cafés citoyens au Remue-Méninges
Atelier de philosophie
Université Populaire - Laboratoire Social / Collectif Malgré Tout
Médias
Qui sommes-nous
Réseaux/Associations
Construire la société civile capable de s’opposer à la guerre
lundi 21 août 2006, par Roger Dubien


Le massacre s’est calmé au Liban - sans doute aussi parce que les opérations des criminels n’ont pas tourné comme prévu - mais pour combien de temps ?
Il continue en Palestine. A Gaza, "en moyenne" - on ne devrait pas pouvoir parler comme ça - un enfant est tué par jour depuis le lancement de l’opération "Pluies d’été". Le directeur du Centre d’information Santé de Gaza, Riyad Awad, dit que les massacres de Palestiniens sont en train de devenir "une routine macabre quotidienne". Du 25 juin au 10 août, l’armée israélienne a lancé 768 attaques militaires, effectué 190 raids aériens, tiré 3 500 obus d’artillerie, tué 203 palestiniens dont 40 enfants et blessé au moins 800 autres. Sous le prétexte de l’enlèvement d’un soldat et du tir de roquettes artisanales par la résistance palestinienne. Comment font-ils pour continuer à vivre, à 1 400 000 habitants dans cette prison de 365 km2, après que les installations électriques et d’eau ont été détruites, et que l’Europe a coupé les vivres.
Combien de temps va durer cette destruction d’un peuple, après bientôt 40 d’occupation militaire ?

Au Liban, on a assisté en direct à la destruction méthodique d’un pays et à des crimes de guerre. Les principaux médias français continuent à mentir en parlant de la guerre Israël/Hezbollah. Mais c’est le Liban tout entier qu’Israël et les USA se sont efforcés de raser. Les destructions matérielles sont sans précédent dans ce pays. Les libanais reconstruiront, ils ont l’habitude, c’est la 6ème avec Israël, sans parler de la guerre civile... Mais personne ne fera revenir les 1 300 enfants, hommes, femmes qui ont été tués - car la liste des morts trouvés sous les décombres ne cesse de s’allonger. Et des centaines de milliers garderont dans leur corps ou dans leur tête la marque de ces jours de cauchemar.

On a encore assisté aux bombardements de masse sur les civils. Azmi Bishara parle de "la civilisation barbare et criminelle des avions de combat". Hélas, c’est la nôtre. Certaines de ces bombes - les bombes à fragmentation, celles qui contiennent des sous-munitions - vont continuer à tuer longtemps dans les villages du Liban (1).

Mais il n’y a pas que ça. Des armes inconnues ont aussi été utilisées par les israéliens. Le journal italien Il Manifesto a publié le 8 août un appel lancé par des scientifiques à créer une  "commission internationale sur les armes nouvelles"  au Liban et à Gaza.
Voix de Paix en Méditerrannée, qui publie en français cet appel sur www.planetenonviolence.org, écrit : "A Gaza comme au Liban, de nombreux témoignages concordants suggèrent la possibilité que l’armée israélienne ait utilisé des armes nouvelles : des armes à énergie directe, des agents chimiques et biologiques, en une sorte d’expérimentation macabre de guerre future dans laquelle on ne respecte rien : ni règles internationales (de la convention de Genève aux traités sur les armes chimiques et biologiques), ni réfugiés, ni hôpitaux et Croix-Rouge, sans parler des civils et de leur avenir, de leurs enfants, de l’environnement, tellement empoisonné qu’y vivre sera une condamnation..."
Le député palestinien Dr Mustafa Barghouthi avait demandé dès juillet une mission internationale d’information et d’enquête sur les armes utilisées à Gaza.

On a la preuve que des massacres ont été commis délibérément. Comme celui des soldats du poste des casques bleus de l’ONU de Khiam le 25 juillet, celui de Marwahin (20 villageois, dont 9 enfants) le 15 juillet, celui de Cana le 30 juillet, celui des réfugiés du village chrétien de Marjayoun le 11 août au soir, à quelques heures du vote de la résolution de l’ONU. L’armée israélienne avait pourtant donné son accord au départ d’un convoi de 1300 voitures, accompagné par 350 militaires libanais et des soldats de la FINUL. Puis elle l’a bombardé faisant 7 morts, 35 blessés.
Et tous ceux dont nous ne saurons jamais rien... Les libanais, eux, n’oublieront pas ces tueries. Ni la haine des agresseurs, dont les photos (prises à Kiryat Shmona le 17 juillet par un photographe d’AP) d’enfants israéliens écrivant sur les bombes des messages à destination des libanais donnent une idée.

Nous devons être aux côtés des Libanais et des Palestiniens et demander la comparution et le jugement des dirigeants israéliens devant le Tribunal pénal international, pour qu’ils répondent de tous ces crimes de guerre.
On peut s’associer à la demande initiée par un député français (Jean-Claude Lefort, député communiste) - voir sur le site www.planetenonviolence.org

On a maintenant aussi assez de preuves pour dire que la guerre du Liban était programmée. Le déroulement même des opérations montre que tout était prêt. L’enlèvement des deux soldats le 12 juillet n’a été que l’occasion.
Les choses étaient organisées avec les USA depuis plus d’un an. Deux journaux américains (le New Yorker et le San Francisco Chronicle) l’ont écrit. Il semble qu’une réunion au plus haut niveau ai eu lieu les 17 et 18 juin 2006 à Beever Creek-Colorado entre le vice-président US Dick Chesney et Olmert et d’autres dirigeants israéliens (Peres, Barak, B.Netanyaho...). Feu vert pour cette guerre. (Voir la traduction de l’article du San Francisco Chronicle sur http://tokborni.blogspot.com - texte du 1er août). Pas étonnant que des négociations pour un échange de prisonniers n’aient pas été envisagées une minute...
Et cette guerre contre le Hezbollah et le Liban était, dans le planning des fous qui dirigent les USA, un prélude (et une série de tests) à celle contre l’Iran. Guerre contre l’Iran pour laquelle l’utilisation de bombes nucléaires est ouvertement envisagée. Voir les informations sur la préparation de cette guerre rassemblées par Philippe Zarifian dans sa chronique "Israël et le Liban : l’horreur en acte"

Devant ces horreurs, on se sent bien faibles et impuissants. Qu’est-ce qu’on peut faire ?

D’abord soutenir ceux qui résistent. Et résister. Ce qui était impensable, c’est que le peuple Libanais, la Résistance libanaise, le Hezbollah, puissent tenir le coup, face à cette machine de guerre. Or c’est pourtant bien ce qui s’est passé. Malgré les bombardements massifs et le blocus aérien et maritime, et face à 10 000 soldats puis à partir du 12 août à 30 000 autres lors de la grande offensive terrestre lancée juste après le vote ( !) de la résolution de l’ONU appelant au cessez le feu.
L’armée israélienne a mené sa plus longue guerre, celle dans laquelle elle a eu le plus de soldats tués (120) et a perdu plus de 100 chars. Et elle a du reculer. Facile de tuer avec des bombardements. Mais quand il faut occuper le sol, c’est autre chose. Sa réputation d’invincibilité est par terre, ce qui provoque une crise en Israël. Pas à cause des crimes commis, à cause de la défaite.
Extraordinaire courage du peuple Libanais, jusque dans cet incroyable retour des réfugiés pour continuer à vivre. Extraordinaire courage du peuple Palestinien.
Cette victoire de la Résistance libanaise est un évènement dont la portée est considérable au Moyen-Orient et pour les peuples du Sud.

Pour ce qui nous concerne, n’avons nous pas la responsabilité et le devoir moral de réfléchir et de nous engager ?
Est-ce qu’on va continuer à être "surpris" et "pris de court" à chaque fois ? Qui s’y attendait à cette 6ème guerre d’Israël contre le Liban pendant l’été ? Et pourtant...
Depuis une quinzaine d’années, nous sommes entrés dans la période des guerres pour la recolonisation du monde, et le nouvel ordre de l’empire US. D’autres guerres sont dans les cartons, sans parler de celles qui continuent en Palestine, en Irak, en Afghanistan, au Kosovo... On ne peut pas vivre tranquille avec ça, en sachant que sur la terre le crime est pratiqué à grande échelle, en regardant des conneries à la télé pour se distraire. La barbarie, ça ne peut pas s’accepter.

Mais à celles et ceux qui ne supportent pas la guerre, plusieurs problèmes et questions sont posés.

-  L’ONU sous domination
Y a t il encore une ONU ? De quelle nature est-elle ? Il a fallu un mois pour arriver à une mauvaise résolution. La direction de l’ONU a donné à Israël le temps de massacrer. L’ONU est à la botte, même Kofi Annan craint que ce soit trop voyant, lui qui a déclaré après le vote de la Résolution 1701 que "la crédibilité morale de l’ONU était en cause"...
Peut-être doit-on rappeler que le secrétaire général actuel que l’on voit régulièrement embrasser C. Rice, a été nommé en décembre 1996, pour remplacer Boutros Ghali. Ecarté parce qu’il avait eu l’audace de présenter sur le 1er massacre de Cana (avril 1996) un rapport qui concluait à la responsabilité d’Israël ?
Avec K. Annan, les USA et Israël sont à l’abri de ce genre de souci. Il n’y aura plus de résolution mettant en cause Israël. Et qui parle encore des résolutions 194 et 242, et de toutes les autres, dont Israël se moque ? Tout comme du jugement de la Cour Internationale de Justice de La Haye qui ordonnait le démantèlement du mur de 800 kms en Cisjordanie, et de la résolution 1488 de l’Assemblée générale de l’ONU (juillet 2004), qui demandait son démantèlement.
Le droit et la justice internationale ne pèsent pas lourd. Les fauteurs de guerre ont largement mis la main sur l’ONU. Qu’est-ce qu’on fait ?

-  Attention au rôle que joue la France aux côtés des USA.
Derrière le rideau de fumée de l’opposition à la guerre en Irak il y a 3 ans, les choses ont rapidement changé. On est passé à la collaboration avec les USA, et la France est même en pointe contre l’Iran. C’est Chirac qui a porté la résolution 1559 sur le Liban dont on voit aujourd’hui, alors même qu’on pouvait se réjouir du retrait de l’armée syrienne, à quoi elle allait être utilisée : déblayer le terrain pour l’attaque contre le Liban.
En Afghanistan où l’OTAN a pris le relais de la coalition US, c’est l’armée française qui vient de prendre la direction des opérations dans la région de Kaboul. 5 ans après, les opérations militaires n’arrêtent pas. La production de drogue non plus, qui a atteint des sommets. Et que fait donc l’armée française au Kosovo ?
En Palestine, la France est partie prenante de l’étranglement du peuple Palestinien. Elle donne le feu vert à la colonisation en Cisjordanie, des entreprises françaises y participent. Une collaboration militaire étroite existe avec Israël par exemple pour les drones.
La France a exigé le départ des Syriens du Liban, mais couvre l’occupation par Israël du Golan, de la Cisjordanie, de Gaza, de Jérusalem-Est, alors que ça dure depuis presque 40 ans, au mépris de la résolution 242 (1967) de l’ONU, au mépris de la 194 (1948 - retour des réfugiés retour des réfugiés palestiniens dans leurs villages dont ils ont été chassés en 1948, réfugiés qui vivent toujours, eux et leurs enfants, dans la diaspora et dans les camps, 58 ans plus tard) et de dizaines d’autres résolutions... Et le mur ? Qu’est-ce que la France attend pour contraindre Israël à le démanteler ?

Pendant la guerre du Liban, la France a manoeuvré avec les USA en faveur d’Israël. La première mouture de la résolution de l’ONU rejetée par le Liban était outrageusement pro-israélienne. Si elle est moins pire, la deuxième fait porter la responsabilité de la guerre au Hezbollah ! ça mettra Israël à l’abri des demandes de réparations...
A l’ONU, les USA et la France ont largement donné à Israël du temps pour "terminer le travail". Si maintenant le gouvernement français hésite à envoyer des troupes pour la Finul au sud Liban, c’est sans doute parce que la défaite militaire israélienne et la victoire de la Résistance indiquent que ça ne va pas être du gâteau...

"Terminer le travail" : ce sont les mots qu’a employés Sarkozy, n°2 du gouvernement, chef de l’UMP et candidat de cette droite à la prochaine élection présidentielle. On nous enfume avec la prétendue guerre Sarkozy/Chirac/Villepin. Mais dans le réel, dans le travail du gouvernement et dans le pays, il n’y a pas de fossé entre eux. Pas plus ici que pour les sans-papiers. Quand on regarde ce qui se passe sur le terrain - à St-Etienne par exemple - on voit que la droite a choisi son champion et veut la victoire de son chef-candidat.
Ce qu’a dit Sarkozy sur la guerre du Liban est la vérité de la politique française actuelle.
Et ceci est confirmé par l’attitude des grands médias, et de ceux qui sont plus ou moins la voix "officielle" de la France.

-  Le "consensus de la classe politique"
Hélas, concernant le nouvel ordre mondial, le consensus ne concerne pas que la droite. C’est toute la classe politique qui est imprégnée. Ainsi que les hommes des principaux médias, qui font partie de cette classe politique.
En 1999, c’est un gouvernement de gauche qui avait participé à la guerre de l’OTAN contre la Yougoslavie, déclenchée sans le conseil de sécurité de l’ONU. En 2001 c’est le même gouvernement qui a participé à la guerre US contre l’Afghanistan. Deux guerres menées par un gouvernement Socialiste avec participation des Communistes et des Verts. La guerre du Liban en apporte un nouvel épisode. Soit par le soutien explicite, soit par le silence, soit par des initiatives d’une grande faiblesse en comparaison du drame.
On n’a pas entendu grand monde du côté "des politiques". Et pas à cause du bruit des bombardements. Il y a le bronzage aussi, bien sûr, mais pas que. Dans les prochains jours, on va les entendre parler !... d’autre chose. De la présidentielle peut-être ?
Sur la guerre du Liban, la position du PS a été pro-israélienne, voir la déclaration de son porte-parole (3). Sur les crimes contre le peuple Palestinien, toujours le silence.
Le Parti communiste a participé ou pas selon les villes à des rassemblements contre la guerre. Avec des discours à géométrie variable, allant de la solidarité au renvoi dos à dos des agresseurs et des agressés ("l’escalade de la violence"...)
Et puis il y a eu cette lamentable réunion chez Villepin le 25 juillet, au sortir de laquelle l’AFP titrait : "franc consensus de la classe politique française" (UMP, UDF-Bayrou, PS-Hollande, PCF-Buffet) "sur la position de la France dans le conflit actuel au Proche-Orient". Sur quoi ce consensus ? Selon De Villepin, "sur la position et sur l’engagement de la France tels que définis par le Président de la République". Un consensus pour "obtenir un cessez le feu" et "pour définir les conditions d’un accord politique qui permette à la fois d’assurer la sécurité d’Israël et en même temps l’affirmation de l’autorité du gouvernement libanais sur l’ensemble du territoire". Autrement dit un consensus pour dire qu’il faut limiter les dégâts tout en étant 1- pour Israël et 2 - contre le Hezbollah. Pas de quoi gêner vraiment Olmert et Bush...
Les Verts ? Largement absents. Et au plan européen, c’est plus grave encore : l’ex-ministre et leader des Verts allemands J. Fischer, qui avait déjà fait accepter les bombardements sur la Yougoslavie en 1999 a carrément soutenu la guerre israélienne (CF le Monde du 7 août).

On en est là ! Cela fait des décennies qu’aucun parti politique de gauche ne mène un vrai travail, politique et culturel, dans la société, contre la guerre. Et contre l’armement. Sur les questions internationales, qui sont si importantes, c’est le PS qui donne la ligne, et elle est compatible avec la politique de l’empire.
Bien sûr ceci n’empêche pas que des militants de ces partis se sont engagés contre la guerre. Mais globalement, cela pèse peu.

Cet état de la classe politique, ce fossé entre le peuple et les "représentants politiques", pèse forcément sur la mobilisation populaire contre la guerre. Les protestations sont faibles en France comparées à d’autres pays (10 000 à 20 000 manifestants au total ?). Ce sentiment d’impuissance si répandu n’est-il pas l’autre face des illusions/désillusions et des habitudes de délégation vis à vis de la classe politique ? Est-ce qu’il n’est pas urgent de s’en dégager, de passer aux initiatives citoyennes ?

Quel est le problème fondamental avec les partis politiques ? Il est que leur activité est d’abord un "positionnement" pour la compétition dans la sphère du pouvoir. Ils n’ont pas d’abord pour objectif la transformation du réel dans le monde en faveur des droits humains, mais de se placer ici en France dans la lutte pour la conquête du pouvoir ou le maintien au pouvoir, les yeux rivés sur l’état de "l’opinion publique", sur le baromètre électoral, sur les "sondages". Ils sont des machines à réduire la politique à la conquête du pouvoir. A parler du réel en pensant à autre chose.

-  Besoin d’un engagement citoyen contre la guerre

La guerre est une question trop grave pour être laissée à la classe politique, aux partis politiques. Pour accepter son instrumentalisation dans la lutte pour le pouvoir.
Même problème avec les principaux médias, surtout que les groupes de l’armement ont pris des participations dans la quasi totalité d’entre eux, bien au-delà de ce qu’on imagine habituellement.
Si les partis politiques ne sont plus l’outil pour s’opposer à la guerre et changer les sociétés, cela ne veut pas dire qu’ils ne vont pas exister encore pendant plusieurs décennies, et que des militants ce ces partis ne peuvent pas contribuer dans des instances du pouvoir à porter des exigences de la société civile, si elles s’expriment très fort.
Mais cela veut dire que l’urgence est de construire l’autonomie et la puissance d’une société civile politique qui obligera tout le monde à s’adapter à ses exigences. Ceci n’a rien à voir avec une disparition de la politique et de la gauche, au contraire : elle est là, la vraie politique, celle qui a du sens, celle qui est engagement dans le présent, avec des valeurs, pour les droits humains, pour le développement de la vie.

Ne nous laissons pas enfermer dans des attitudes de délégation et d’attentisme qui conduisent à l’impuissance. Décidons de juger la guerre en adoptant le point de vue de ceux qui reçoivent les bombes, et prenons des initiatives. Là où nous sommes, maintenant.
Pour ce qui est du travail contre la guerre à St-Etienne, des propositions sont en discussion, dont celle de faire de 2007 une année de lutte contre l’occupation et la colonisation en Palestine (cela fera 40 ans d’occupation en Cisjordanie et à Gaza !). Pourquoi pas des manifestations populaires partout pour la journée de la Terre les 30 ou 31 mars 2007 ? Et celle de créer une "Maison de la Palestine - Centre antiguerre de St-Etienne".

Roger Dubien.


(1) Handicap International a dénoncé à Lyon le 29 juillet l’utilisation des "BASM, bombes à sous-munitions", par l’armée israélienne.
Appelées "bombes à fragmentation", "cluster bombs", ces armes "de nouvelle génération" explosent en l’air et libèrent plusieurs centaines de petites bombes qui descendent en parachute et n’explosent pas toutes tout de suite. Elles deviennent alors des mines. Idéal aussi pour tuer les enfants, qui les prennent pour des jouets. Très utilisées en Irak, au Kosovo, en Afghanistan... Et par l’armée israélienne. Les USA gros fournisseurs...

(2) Sarkozy, homme de Bush et des dirigeants israéliens : laisser Israël terminer le travail
En public, Sarkozy a dit qu’Israël avait "non seulement le droit, mais le devoir de se défendre". En privé, il en a dit plus.
Le 19 juillet, le ministre israélien Zeev Boïm était à Paris. Il a rencontré Sarkozy. "Je l’ai remercié pour sa défense d’Israël et lui ai transmis les félicitations d’Ehoud Olmert. Sarkozy est revenu sur le fait que le Hezbollah était responsable de l’agression. Il m’a demandé : "De combien de temps l’Etat d’Israël a-t-il besoin pour terminer le travail ?" Je lui ai répondu : "Une semaine à dix jours." (Le Monde, 21 juillet)

(3) Le PS et la guerre du Liban :
17 juillet, Julien DRAY, porte-parole du PS : "(...) il y a d’abord un agresseur, c’est évidemment le Hezbollah qui a pris la responsabilité d’ouvrir les hostilités en s’en prenant à des soldats de l’armée israélienne et en déclenchant des tirs de roquette sur les populations israéliennes. Israël a répondu (...) nous pensons que la réaction est légitime de la part du gouvernement israélien, au regard du fait qu’il y a eu agression, mais il nous semble que les moyens qui ont été mis en oeuvre sont évidemment disproportionnés par rapport à la situation. Mais en même temps, force est de constater qu’il y a aujourd’hui des milices, qu’elles sont puissamment armées, vraisemblablement par des puissances étrangères et qu’elles ont délibérément provoqué des incidents pour créer cette situation d’affrontement militaire".




Le retour des réfugiés juste après le cessez le feu. L’extraordinaire volonté de vivre du peuple Libanais.


Photo aérienne des quartiers sud de Beyrouth, avant.


Quartiers sud de Beyrouth, après. Cette photo a été prise le 22 juillet, après seulement 10 jours de bombardements... Des pans entiers de la ville étaient déjà effacés.

Ces 2 photos sont de www.digitalglobe.com


Cana, 30 juillet 2006.


Sur une route du Liban. L’armée israélienne est passée par là.




Dans la même rubrique :
A propos de la suite...
Rencontre "Podemos" avec Héloïse Nez mardi 10 mai à 19h à l’Université de St-Etienne
Création du Forum des réseaux citoyens
Qui sommes-nous ? Que voulons nous ?
Podemos !
Elections de dimanche : claques, alternance et alternative.
Nous ne savons pas si le Non va l’emporter, mais...
Construire un autre chemin
Pour une ré-appropriation citoyenne du fonctionnement de la société
Nous allons résister.




Proposer un article | Nous contacter | Plan du site | Admin | Accueil